#TBT : Ranma ½

0

Il y a trente ans était diffusé le premier épisode de l’adaptation anime de Ranma ½, qui allait consacrer mondialement sa créatrice, Rumiko Takahashi.

Lieu privilégié d’entraînement des experts en arts martiaux, les 109 sources maudites de Jûsenkyo, en Chine, ont fait bien des victimes. Quiconque tombe dans l’une d’entre elles se transforme alors au contact de l’eau froide en l’animal qui s’y était noyé ! Ainsi, la jolie Shampoo devient un chat, le naïf et obstiné Ryôga un cochon, et le vieux et chauve Genma Saotomé un panda. Mais le fils de ce dernier est le plus à plaindre puisque, durant leur entraînement, Ranma est tombé dans la source… de la jeune fille ! Un sacré handicap pour celui qui doit se fiancer avec Akane, fille du martialiste Soun Tendô, dont il est supposé récupérer le dôjo en héritage… Pour apporter encore plus de confusion dans ce méli-mélo, toute une galerie de personnages déjantés, du pervers pépère Happosai au cœur d’artichaut Tatewaki Kuno, vient y mêler son grain de sel…

Rumiko Takahashi s’était imposée en reine de la comédie absurde au Japon avec Urusei Yatsura, elle confirme son statut avec Ranma ½, qui se retrouve adaptée en série TV à peine dix-huit mois après le lancement du manga. Le 15 avril 1989 est diffusé sur Fuji TV le premier épisode de la série animée… qui marquera une pause à son 18e ! En effet, après cette période de rodage, le studio Deen décide de changer le duo de réalisateurs : exit Tomomi Mochizuki et Tsutomu Shibayama, place à Koji Sawai et Junji Nishimura, qui superviseront la série TV jusqu’à son 161e épisode fin septembre 1992. Malgré le foisonnement du manga original, cette adaptation animée propose de nombreux épisodes originaux, et apporte quelques modifications à la structure scénaristique de Takahashi avec notamment un personnage qui n’apparaît jamais dans le manga, Sasuke Sarugakure.

Terminée bien avant le manga, la série TV se retrouve complétée par 11 OAV entre 1993 et 1996, qui reprennent les intrigues les plus tardives de l’œuvre originale, plus une vidéo commémorative sortie en 2008. N’oublions pas les trois films (1991, 1992, et 1994) diffusés au cinéma au Japon… bien que ce soit leur version K7 video qui, avec les OAV, a propagé la Ranma-mania à travers le monde ! Montrant parfois un peu trop de nudité au goût des chaînes étrangères, la série TV se retrouvait souvent charcutée dans sa diffusion en case jeunesse en dehors du Japon, sans parler d’un doublage hasardeux. Grâce aux magnétoscopes, stars de fin du siècle, la première génération d’otaku découvrait en VO ces épisodes « de luxe », avec les performances de Kappei Yamaguchi et Megumi Hayashibara en Ranma garçon/fille, et les chansons originales de DoCo. Trente ans plus tard, elles n’ont pas pris une ride !

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Matthieu Pinon

Ecrire un commentaire