#TBT : Crusher Joe

0

Attention, titre culte ! Deux OAV parues il y a trente ans remettaient sur le devant de la scène Crusher Joe, héros d’un film mythique de 1983 aujourd’hui hélas oublié des jeunes générations…

Quand Star Wars déboule sur les écrans nippons en 1977, il ouvre l’autoroute pour la science-fiction dans la pop-culture locale. En témoigne la parution cette même année du premier tome de la saga de light novels Crusher Joe, née de l’inspiration de Haruka Takachiho. Le scénariste fait également partie des fondateurs du studio Nue, où se développe la légende Macross en 1982. L’an suivant, c’est au tour de Crusher Joe d’être adapté en film d’animation, sous la direction de Yoshikazu Yasuhiko, chantre de la SF de l’époque (Gundam, Venus Wars…)

Pendant plus de 120 minutes, les spectateurs suivent donc le parcours de Joe, franc-tireur de l’exploration spatiale : comme ses camarades crushers, il accepte des missions plus ou moins légales de transport de marchandises ou de dignitaires le long de voies cosmiques encore encombrées d’astéroïdes… ou de bandits spatiaux. Noyé dans l’ombre de son père, Dan, légende parmi les crushers, Joe se retrouvera bientôt au cœur d’une machination qui le dépasse… Bijou d’animation, le long métrage qui remporte l’Anime Grand Prix en 1983 introduit également deux donzelles ravageuses, qui auront peu après droit à leur propre série, Dirty Pair (Dan & Dany). Quoi de plus normal quand son générique aligne des noms tels que Katsuhiro Otomo (Akira), Rumiko Takahashi (Ranma ½), Yumiko Igarashi (Candy) ou encore Akira Toriyama (Dragon Ball) ?

En 1989, porté par un marché vidéo en pleine expansion, Joe revient dans deux OAV. Plus matures sur le fond, et dans la personnalité de son héros marqué par les événements passés, les deux anime tiennent difficilement la comparaison avec le film original, conséquence d’un budget inférieur. Elles n’en restent pas moins un parfait complément, renforçant la cohérence d’une licence qui rivalise sans rougir avec Cobra, Macross et autres Gundam. Pourtant, contrairement à ces franchises, Crusher Joe se fera oublier avec la fin de siècle… une injustice qu’il est temps de réparer, trente ans plus tard !

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Matthieu Pinon
Facebook