Personnalité de la semaine : You Higuri

0

Depuis vingt-cinq ans, elle offre du rêve (et du fantasme) à ses lectrices. Ce qui n’empêche pas You Higuri de revenir sur le devant de la scène avec une nouvelle romance historique.

Pendant son enfance à Osaka, You Higuri dévore les œuvres de deux monstres sacrés du manga. D’Osamu Tezuka, elle retiendra l’importance de la narration et de la crédibilité historique ; de Moto Hagio, la thématique des amours ambiguës. Révélée en 1993 par Kadokawa, la mangaka devient rapidement une référence dans le yaoi. Inspirée par Dante, sa romance homo-érotique dans les Enfers mythologiques Seimaden (éditée chez Panini Comics) s’étale ainsi sur dix volumes entre 1994 et 1999 ! You Higuri, qui n’a jamais caché son amour pour l’Europe (elle lit beaucoup de BD franco-belges), va faire de la culture et de l’histoire de ce continent son deuxième atout auprès des lectrices.

Elle les embarque ainsi en 1996 pour la Bavière de la fin du 19e siècle avec Ludwgig II (éditée chez Panini Comics), poussant encore plus loin dans la démence « l’Empereur fou ». Direction la Renaissance italienne en 2001, pour une fresque en douze tomes inspirée de la vie de Cesare Borgia, Cantarella (éditée chez Asuka). Avec Gorgeous Carat en 2004, elle abandonne les personnages historiques pour faire du Paris du Second Empire la toile de fond d’une histoire d’amour entre un aristocrate et un jeune homme issu du pavé…  Incontournable du boy’s love, You Higuri se retrouve alors contactée par le développeur SPRAY pour adapter son otome game Gakuen Heaven en mangas yaoi plus ou moins fripons (édités chez Tonkam).

La reine du shônen  surprend son lectorat en signant un shôjo plus conventionnel en 2006, Crown (édité chez Asuka), avec le soutien du légendaire mangaka Shinji Wada au scénario. You Higuri s’adapte à la ligne de son nouveau magazine, Princess Gold avec ses séries suivantes, Princess Ledalia : Bara no kaizoku et son héroïne élevée par des pirates, et Frankenstein no Matsuei où la créature revenue des morts est confiée est à une éducatrice. Son prochain titre, Cristalia no kôki na gizoku (Le noble chevalier-voleur de Cristalia), qui vient de débuter au Japon, ne déroge pas à la règle… Les fans de yaoi à travers le monde (elle a été traduite en de nombreuses langues) peuvent néanmoins exprimer leur gratitude à la mangaka, qui fréquente de nombreuses conventions en Occident. Côté Japon, ce sont les apprentis mangakas qui la remercient entre autres sur Twitter : elle a contribué à plusieurs manuels pour dessiner les mains !

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Matthieu Pinon
Facebook