Personnalité de la semaine : Makoto Shinkai

0

Demain, son nom sera en haut de l’affiche avec la sortie française des Enfants du Temps. Nouvel ambassadeur de l’animation japonaise, Makoto Shinkai s’était fait remarquer dès ses débuts, il y a vingt ans.

En 1999, un court métrage en noir et blanc se distingue à travers les festivals internationaux d’animation. Pendant cinq minutes, il relate l’ultra-moderne solitude d’une jeune Tokyoïte relatée à travers les yeux de son matou. Le générique d’Elle et son chat laisse pantois : en dehors d’une comédienne de doublage (Mika Shinohara) et d’un compositeur musical (Tenmon), tous les postes ont été pourvus par un prodige de 26 ans, Makoto Shinkai ! Suite à cette reconnaissance artistique, il obtient un sponsoring qui lui permet de quitter son emploi de graphiste pour se lancer à plein temps dans la réalisation de son projet suivant, bien plus ambitieux, car en couleurs cette fois.

The voices of a distant star est un éblouissement d’effets lumineux et de couleurs vives qui viennent se graver dans les rétines des festivaliers en 2001. En deux titres, Makoto Shinkai a imposé son style graphique à mi-chemin entre le photoréalisme et l’impressionnisme, mais aussi les thèmes qui jalonneront sa filmographie : héros adolescents, relations sentimentales confrontées à des éléments fantastiques/SF, atmosphère désabusée et nihiliste… Que ce soit avec son premier long métrage la Tour au-delà des nuages (2004) ou l’anthologie de courts métrages 5 cm par seconde (2007), Shinkai se réinvente sans jamais quitter ses obsessions qui s’expliquent avec Voyage vers Agartha (2011), hommage à peine voilé au Château dans le Ciel de Miyazaki qui l’émerveilla, enfant.

Au fil de ses projets qui prennent de plus en plus d’ampleur, Makoto Shinkai apprend à s’entourer et à déléguer, mais garde toujours un œil attentif sur chaque étape de la production. Enhardi après son court métrage Garden of words (2013) qui frôle l’exercice de style, il trouve avec ses nouveaux collaborateurs, notamment le groupe pop Radwimps, l’osmose qui permet à Your Name. de triompher au Japon et à l’international en 2016. Désormais connu à travers le monde comme le réalisateur de l’anime le plus lucratif de tous les temps, Makoto Shinkai continue, malgré ses 46 ans, de radiographer le mal-être des adolescents japonais dans Les Enfants du Temps, qui sort demain au cinéma… et sur lequel le dernier numéro en date d’AnimeLand vous dit tout !

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Matthieu Pinon

Ecrire un commentaire