#TBT : RG Veda

0

Il y a trente ans, un shôjo épique révélait sur la scène professionnelle japonaise un collectif de mangaka débutantes, CLAMP, avant de conquérir le monde. Son nom : RG Veda.

Depuis que l’Empereur du Ciel a été renversé par le Dieu de la Foudre Taishaku-ten, a commencé une ère de souffrance pour l’humanité déjà longue de trois siècles. Une prophétie annonce alors au tyran que sa perte prochaine sera provoquée par Ashura, unique rescapé d’une lignée de guerriers divins, autour duquel se rassembleront « six étoiles noires ». Le terrible Dieu de la Guerre n’est pourtant qu’un simple bambin pleurnichard quand il est libéré par un rebelle, Yasha-ô ! Malgré sa tendresse sans failles qui lui permet, au fil de son exode, de réunir les six complices de la prophétie, la soif de destruction d’Ashura sommeille au plus profond de lui et attend de se déchaîner… y compris sur ses alliés !

N’ayant produit jusque-là que des dôjinshi, le collectif de créatrices CLAMP décide de s’inspirer de la mythologie brahmane pour sa première œuvre professionnelle. Référence directe au plus ancien de ses quatre textes sacrés, le rig veda, RG Veda (éditions Delcourt/Tonkam) puise dans son panthéon des héros méconnus de l’Occident mais dont les destins n’ont rien à envier à Loki ou Andromède. Fresque sombre marquée par le déterminisme, où nul ne peut échapper à ses promesses ni à sa destinée, RG Veda illustre son souffle shakespearien par un graphisme baroque, voire surchargé. C’est l’occasion ou jamais pour les nouvelles venues de faire leurs preuves sur le marché professionnel ! Elles profiteront d’ailleurs du rythme de parution bimestriel de Wings, revue pour lycéennes de Shinshokan où RG Veda débute en février 1990, pour lancer en parallèle de nombreux autres titres.

On retrouve dans ces mangas (Tokyo Babylon, X, Magic Knight Rayearth) le même dilemme cornélien (« Je t’aime mais je dois te tuer car c’est mon destin ») au cœur de RG Veda, œuvre matricielle de CLAMP. Durant les six années de sa parution, la série voit son nombre d’autrices se réduire au quatuor encore en activité. Aujourd’hui méga-stars, elles perçaient à peine avec leur première série, qui n’aura droit qu’à une maigre adaptation en deux OAV en 1991 et 1992. Entre narration torturée, animation saccadée et couleurs criardes, les anime produits chez Animate Film ne rendent pas honneur au soin apporté par CLAMP à leur tout premier titre. Qui, trente ans plus tard, reste toujours aussi efficace.

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Matthieu Pinon

Ecrire un commentaire