Personnalité de la semaine : Ikimono-gakari

0

En vingt ans, le trio a collaboré avec de nombreux animes, dont Naruto Shippuden à qui il a offert l’un des plus beaux génériques. Une association qui se prolongera en janvier avec le nouvel opening de Boruto !

En japonais, ikimono-gakari signifie littéralement « prendre soin des choses vivantes ». C’est ainsi qu’on appelle, à l’école, les élèves responsables des plantes et des animaux de l’établissement. Une fonction partagée, en 1989, par Yoshiki Mizuno et Hotaka Yamashita, durant leur cycle de primaire. Âgés alors de 7 ans, les deux garçons lient une amitié qui se renforcera au long des années, notamment quand ils créent leur formation musicale, dix ans plus tard. En souvenir du cadre de leur rencontre, les deux adolescents guitaristes intitulent leur groupe Ikimono-gakari par facétie, puisqu’ils font avant tout des performances dans la rue par pur loisir. Au bout de quelques mois, en novembre 1999, le duo est rejoint au chant par la petite sœur d’un camarade de classe, Kiyoe Yoshioka. Malgré la synergie manifeste entre ses trois membres, le groupe stoppe ses activités en septembre 2000, pour que les deux garçons préparent au mieux leur entrée à la faculté.

L’histoire aurait pu s’arrêter là mais, trois ans plus tard, Yoshioka sort d’une apathie dépressive durant laquelle elle s’était persuadée ne plus jamais pouvoir chanter. Reformer Ikimono-gakari est donc l’occasion pour elle d’avancer et, pour le trio, d’enfin envisager la musique comme un plan de carrière et non plus juste un hobby. Au fil des années, ils enchaînent des prestations dans des salles de moins en moins modestes, et signent en mars 2006 leur premier single, SAKURA, chez Epic Records. Désormais en major, le groupe se place en haut de l’Oricon, 5e du classement single en mai 2006 avec Hanabi qui illustre le septième générique de fin de Bleach, puis 4e du top album avec Sakura saku machi monogatari, leur premier album en mars 2007. Il leur faudra patienter jusqu’en juillet 2008 pour atteindre le podium grâce à Bluebird, troisième opening de Naruto Shippuden, qui les rend célèbres à travers le Japon… et le monde ! Le trio impose alors sa pop fraîche et dynamique pendant dix ans, et multiplie les collaborations : dramas, émissions TV et anime, comme Seven Deadly Sins dont il signe le premier opening, Netsujô no spectrum ou les films Pokémon et Détective Conan.

En 2017, le groupe s’offre une pause qui prend tout le monde de court. À l’aube de leurs 35 ans (33 pour Kiyoe), les membres souhaitent souffler un peu, et développer des projets plus personnels. Ainsi, Kiyoe Yoshioka peut-elle sortir son premier album solo, Utairo en octobre 2018, sur lequel figure sa version japonaise de World in Union, chanson-thème de la coupe du monde de rugby 2019 qui lui ouvre les portes de l’international. Cette même année, le trio reprend sa carrière… avec sa première tournée en huit ans, exclusivement réservée aux membres de leur fan-club. Ce qui n’empêche pas Ikimono-gakari d’être toujours présent dans le cœur des Japonais, comme le prouvent divers sondages d’opinion ou leur participation au grand événement de fin d’année qu’est le Kouhaku Uta Gassen. Cette popularité s’apprête à conquérir une nouvelle génération de fans puisque, douze ans après Naruto Shippuden, le groupe vient d’annoncer qu’il signera le prochain opening de Boruto, en janvier 2021. Une raison supplémentaire de souhaiter quitter cette année 2020 au plus vite !

 

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Matthieu Pinon
Facebook