Personnalité de la semaine : Masakazu Katsura

0

La perception du métier de dessinateur n’est pas la même en France et au Japon. Pour preuve, ce que les Japonais retiennent de la nouvelle publicité Snickers, c’est la présence de Masakazu Katsura !

Dire que tout a commencé à cause d’une chaîne hi-fi. Collégien au milieu des années 70, Masakazu Katsura rêve d’un tout nouveau modèle pour écouter sa musique. Il faut dire que le jeune garçon a longtemps dû garder le lit à cause d’une grave maladie, trouvant sa seule source d’évasion dans la science-fiction qu’il consomme à toutes les sauces : romans, films, bandes dessinées… Il profite également de cette période d’alitement pour s’entraîner au dessin, et atteindre un niveau suffisamment avancé pour tenter sa chance au concours du prix Tezuka. Après tout, le gagnant remporterait la somme de 500 000 yens… pile le montant de la chaîne hi-fi dont rêve Katsura… à qui il faudra sept tentatives avant de remporter le concours, en 1981, à 19 ans !

Il est  alors repéré par l’un des membres du jury, Kazuhiko Torishima, qui lui permet d’intégrer le Shônen Jump deux ans plus tard, aux côtés d’un autre auteur qu’il chapeaute éditorialement, Akira Toriyama – une belle amitié naîtra ainsi entre les deux dessinateurs. Dès sa première série, Katsura se retrouve en désaccord avec Torishima : le premier souhaite avant tout axer Wingman (disponible chez Delcourt/Tonkam) sur la science-fiction, quand le second veut privilégier le triangle amoureux. Katsura emporte le débat… et son manga lancé en 1982 périclite, malgré un joli succès initial, pour s’achever au bout de 13 tomes. Par conséquent, sur sa série suivante, toujours teintée de science-fiction, le mangaka s’axe avant tout sur la romance saupoudrée d’un zeste d’érotisme : de 1989 à 1992, Video Girl Ai (disponible chez Delcourt/Tonkam) chamboule le cœur et les hormones des lecteurs du Jump, et dépasse les 14 millions d’exemplaires vendus.

Katsura tente ensuite de changer de registre avec quelques histoires courtes (notamment Shadow Lady) mais rien n’y fait, son nom reste associé à la comédie romantique gentiment friponne. Il y fait donc un sort en la parodiant avec DNA², où il reprend les codes graphiques des saiyans de son ami Toriyama (disponible chez Delcourt/Tonkam), en publiant un recueil résolument érotique (M), puis en s’y attaquant concrètement, sans y mêler la moindre touche SF avec I’’s (disponible chez Delcourt/Tonkam). De quoi lui faire ses adieux en beauté, pour mieux revenir à ses premières amours, une science-fiction sombre dans la veine de Batman, son héros favori. Pour Zetman (disponible chez Delcourt/Tonkam), il change donc de registre et de magazine avec le Young Jump pour un seinen crépusculaire et sans concession, étalé sur 20 tomes entre 2002 et 2014. Depuis, Katsura s’épanouit dans l’animation, qu’il avait déjà abordée en 1994 avec Zeiram, en signant le chara-design de Tiger & Bunny, Garo ou Double Checker : Doub & Kirill. Un poste qu’il décline également dans le jeu vidéo (Astral Chain)… et la publicité puisqu’il vient de créer un personnage pour le nouveau spot TV de Snickers au Japon !

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Matthieu Pinon
Facebook