Personnalité de la semaine : Shiina Karuho

0

Elle vient de l’annoncer : le prochain numéro du Bessatsu Margaret verra la fin définitive du spin-off de Sawako. Mais Shiina Karuho abandonnera-t-elle pour autant le titre qui l’a rendue célèbre ?

Comme toute personne originaire de Hokkaido, Shiina Karuho est profondément attachée à sa région de naissance, gigantesque île au nord du Japon. Et comme beaucoup de mangakas, elle est également farouchement attachée à sa profession. Quelle autre voie aurait pu choisir la petite fille née le 23 octobre 1975, qui passait son temps à dessiner, à tel point que ses professeurs, au collège, l’encourageaient à suivre une carrière dans les arts plastiques ? Elle participe donc très tôt aux concours du magazine Margaret de Shueisha, et finit par y être publiée en 1991, alors qu’elle n’a que quinze ans ! Mais accéder à un magazine ne garantit pas d’y rester. Karuho travaille donc d’arrache-pied pendant une douzaine d’années pour tenir les contraintes du rythme professionnel.

Ainsi, s’il lui avait fallu deux ans (1996-1997) pour créer son diptyque Analog Apart/Orange Apartment, elle conçoit deux histoires par an au début du 21e siècle, dernier galop d’essai avant une série au rythme mensuel. Ce sera Crazy for you, histoire d’amour peu inspirée dont l’héroïne, voulant à tout prix un petit ami, finit par sortir avec le beau gosse du lycée de garçons voisin, malgré les mises en garde de ses proches. En parallèle, la mangaka réfléchit à d’autres intrigues, dont une histoire qu’elle envisage dans un premier temps de publier en bonus dans un des six volumes reliés de Crazy for you… avant de lui donner sa chance. C’est ainsi que débute en 2005 Kimi ni todoke (« Pour t’atteindre »), disponible en français aux éditions Kana sous le titre Sawako. On y suit Sawako, lycéenne timide qui, avec ses longs cheveux noirs et son prénom, est comparée par son entourage à Sadako, le fantôme de la saga Ring. Mais sa rencontre avec le solaire et empathique Shôta va l’inciter à sortir de sa coquille…

À 30 ans, Shiina Karuho capte comme personne les états d’âme d’adolescentes ayant la moitié de son âge qui, tome après tome, plébiscitent Sawako. Ainsi, en 2011, les tomes 13 et 14 entrent dans le top 10 des meilleures ventes annuelles ; et l’année suivante, chaque volume se place directement au sommet des ventes, alors que la série franchit le cap des 20 millions d’exemplaires écoulés. Un succès public qui accompagne une réussite bien plus personnelle puisqu’en 2009, la mangaka a donné naissance à une petite fille. Porté par une série animée réalisée chez Production I.G (deux saisons en 2009 et 2011) et un film live (2010), Sawako finit par tirer sa révérence en 2017, au bout de 30 volumes… pour mieux revenir l’an suivant avec un spin-off dans les pages du Bessatsu Margaret, Kimi ni Todoke Bangaihen ~Unme no Hito~. Publié ponctuellement (deux chapitres en 2018, 3 en 2019, 1 en 2020, 1 en 2021, et 3 en 2022), il devrait clore définitivement la saga. A 47 ans, Shiina Karuho découvre donc une nouvelle problématique lié au métier de mangaka : comment concevoir un nouvelle série après un succès populaire ?

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Matthieu Pinon
Facebook