#TBT : Le monde enchanté de Lalabel

0

Dernière magical girl « à l’ancienne », Lalabel ouvrait la voie pour une nouvelle génération, il y a quarante ans, aussi bien au Japon qu’en Occident.

Tout baigne dans le monde enchanté pour la jeune Lalabel et son matou Bibichat grâce à sa valise remplie d’accessoires magiques… jusqu’à ce que l’affreux Biscus la lui chaparde. Leur lutte à coups de baguettes magiques pour sa possession dégénère et ils se retrouvent téléportés sur Terre ! Lalabel s’y retrouve adoptée par un couple de retraités, Papajou et Mamadouce Verdurin (Tachibana en VO), et décide de rester jusqu’à avoir mis la main sur Biscus. Au fil de son séjour, la petite magicienne découvre la vie d’une adolescente, noue des amitiés, se crée des ennemies, et s’éveille même à un bien étrange sentiment, l’amour

Quand Toei Animation lance la production du Monde enchanté de Lalabel, le studio ne croit plus vraiment au capital des magical girls qu’il essore depuis le succès de Sally la petite sorcière, presque quinze ans plus tôt : on citera ainsi Caroline (1969), Mako la petite sirène (1970), Cherry Miel (1973), Meg (1974) ou Le tour du monde de Lydie (1979). Pour cette ultime série diffusée en 1980, l’atmosphère se tournera plus sur le quotidien de l’héroïne, louchant vers la comédie romantique plus en vogue chez les téléspectatrices. Le scénariste réputé Masaki Tsuji, présent sur tous les succès depuis Astro le petit robot, abandonne le navire dès le premier épisode en laissant un cadeau à ses successeurs : une valise à accessoires permettant de résoudre toutes les intrigues « magiques » pour mieux se focaliser sur cet aspect slice-of-life.

Cet ancrage dans le réel inspirera la génération suivante de magical girls, désormais abandonné par Toei, que ce soit Gigi en 1982 ou les séries du studio Pierrot, en particulier Creamy, merveilleuse Creamy et Vanessa et la magie des rêves bleus. Le monde enchanté de Lalabel sera d’ailleurs diffusée en même temps que ces dernières en Europe, en 1987-1988, sans que les spectateurs ne remarquent de nettes disparités entre ces deux générations. En revanche, Français et Italiens sont séparés par une différence de taille ! Comme beaucoup de titres diffusés sur La 5, Le monde enchanté de Lalabel n’aura en effet pas échappé au grand recyclage des génériques, héritant pour sa chanson de la mélodie italienne de… Mon petit poney !

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Matthieu Pinon

Ecrire un commentaire