Personnalité de la semaine : Seiji Mizushima

0

Paris Manga & Sci-Fi show vient d’annoncer la présence de Seiji Mizushima à sa prochaine édition. Mais qui se cache derrière le réalisateur aux trente ans de carrière ?

Le jeune Tokyoïte n’aura pas attendu longtemps avant de se jeter dans l’univers de l’animation. En 1987, à 21 ans et tout juste diplômé de l’université de design de Tokyo, Seiji Mizushima intègre Sunrise pour apprendre les rudiments de l’animation. Il y supervise la progression des productions de séries comme Obatarian ou City Hunter durant quatre ans, avant de mettre cette expérience à profit en réalisant des cinématiques pour des jeux vidéo. Hideaki Anno repère alors son don pour le storyboard et lui confie, pour sa première réalisation, rien de moins que le neuvième épisode d’Evangelion en 1995, encore dans toutes les mémoires pour son combat synchronisé.

A partir de là, les commandes ne cessent d’affluer pour Seiji Mizushima, qui se frotte à la fin du siècle à la réalisation de séries (Generator Gawl, DieGuard). Il se retrouve ainsi prêt à affronter un nouveau défi avec le nouveau millénaire : adapter le shônen à succès du moment, à savoir Shaman King dont il réalise et storyboarde la quasi-totalité des épisodes en 2001 et 2002 ! Mizushima embraye l’année suivante avec Full Metal Alchemist : adaptée en parallèle de la publication du manga, la série propose une fin alternative, avant de permettre au réalisateur de s’attaquer au grand écran avec le long métrage FMA : Conquerror of Shamballa en 2005. Grâce à ces succès, ce fan absolu de Puffy Amiyumi s’offre alors son premier « caprice de star » en obtenant le duo de chanteuses pour les génériques d’Oedo Rocket en 2007… avant d’inscrire son propre nom dans la légendaire saga avec Gundam 00.

Seiji Mizushima n’en oublie pas moins d’où il vient et, de par sa reconnaissance éternelle envers Hideaki Anno, accepte la demande de Gainax pour réaliser Hanamaru Kindergarten en 2010. Il met alors un point d’honneur à travailler avec une équipe différente par épisode, afin qu’un maximum de jeunes débutants aient, à leur tour, une occasion de faire leurs preuves comme lui à ses débuts. Toujours prêt à donner un coup de pouce, Mizushima est apprécié par toute l’industrie de l’animation, qui lui rend hommage à travers le personnage de Seiichi Kinoshita dans Shirobako. Méfiez-vous néanmoins : adepte de l’egosurfing, il aime traquer sur Internet (blogs et réseaux sociaux) les critiques à son égard ! Après Concrete Revolutio et Beatless, quelle sera sa prochaine réalisation ? Comptez sur AnimeLand pour enquêter !

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Matthieu Pinon

Ecrire un commentaire