#TBT : Hellsing

0

Il y a vingt ans, le manga grandiloquent de Kôta Hirano connaissait une première adaptation animée, avant la consécration en OAV. Retour sur la saga Hellsing, toujours aussi diaboliquement efficace aujourd’hui.

Depuis des siècles, l’humanité est en péril, menacée par des créatures maléfiques qui surgissent une fois la nuit tombée. Heureusement, dans le plus grand des secrets, la société Hellsing veille au grain ! Dirigeante inflexible et descendante du plus grand chasseur de vampires jamais connu, Integra Wingates Hellsing contrôle toute une armée pour lutter contre ces morts-vivants, mais bénéficie surtout du soutien d’un trio de choc : son majordome Walter C Dorneaz, le vampire à la puissance incommensurable Alucard, et Victoria Seras, jeune fliquette qu’Alucard a transformée elle aussi en vampire. Mais leur lutte pour préserver l’humanité est semée d’embûches, car ils doivent également affronter deux sociétés adverse : la section XIII du Vatican, alias Iscariote, et l’organisation nazie Millenium qui a trouvé une méthode scientifique pour métamorphoser des humains en vampires…

Otaku autoproclamé, Kôta Hirano a commencé sa carrière de mangaka dans le domaine de l’érotisme et de la pornographie. Quand, à 24 ans, il entame Hellsing, son objectif est simple : quitter le milieu du hentai dans lequel il s’ennuie… et qui ne rapporte pas assez ! Son manga va donc à cent à l’heure, multipliant les références à la littérature fantastique occidentale et, par ricochet, à la religion chrétienne. Publié depuis 1997 dans le mensuel King Ours, il faudra plus de onze ans à Hellsing pour atteindre sa conclusion en 2008 au bout du dixième tome (paru chez Delcourt/Tonkam). Derrière son aspect pêle-mêle foutraque (des vampires nazis !), le manga prouve le talent de narrateur de Hirano, qui développe une intrigue plus profonde qu’on ne le croirait et des personnages d’une épaisseur insoupçonnée. Le succès dépasse les attentes du mangaka, à tel point qu’une série TV est mise en chantier en 2001… même si elle déplaira à l’auteur.

En effet, quand les 13 épisodes (disponibles sur Netflix) sont produits au studio Gonzo, le manga est toujours en cours, et le scénariste Chiaki J. Konaka ne sait trop où aller. Prenant rapidement ses libertés avec le manga originel, Hellsing remplit cependant quelques trous scénaristiques, et apporte un côté plus frais grâce à une OST plus jazzy… et une sexualisation de certains personnages, qui va à contrepied de la volonté de Hirano de s’émanciper du hentai ! Il faudra attendre 2006 pour que son manga connaisse enfin une adaptation plus fidèle (pour ne pas dire trop, certains plans étant pompés sur les cases), qui réintègre néanmoins les doubleurs de la série TV, bluffants dans leurs performances. Fruit de six ans de production dans trois studios différents (Madhouse, Satelight et Graphinica) sous la direction de quatre réalisateurs, Hellsing Ultimate diffuse ses dix épisodes en OAV entre 2006 et 2012. Techniquement irréprochable, elle reste aujourd’hui un divertissement plus que recommandé à un public averti. À tel point qu’on se demande pourquoi Amazon Prime, au lieu d’en acheter les droits, investit dans une adaptation live développée par le scénariste de John Wick, Derek Kolstad !

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Matthieu Pinon
Facebook