Personnalité de la semaine : Kazuki Takahashi

0

Avec Yu-Gi-Oh !, il avait conquis les lecteurs du monde entier. Plusieurs générations pleurent donc la disparition à 60 ans de Kazuki Takahashi. Retour sur sa carrière.

Après des études de design, Kazuki Takahashi fait ses début à 20 ans en 1980 dans le Shônen Sunday de Shôgakukan, où il dessine quelques comédies romantiques, genre dans lequel il ne se sent pas à l’aise. Le jeune mangaka déménage alors dans le Shônen Magazine de Kôdansha, mais ne parvient toujours pas à s’imposer. Il participe alors à un concours pour un magazine seinen, qu’il remporte… avant revenir sur sa décision : il veut avant tout créer des œuvres pour un jeune public ! Il intègre donc le Shônen Jump, crée quelques one-shots… mais les choses ne se passent encore une fois pas comme prévu ! Sa tentative de série d’arts martiaux fait long feu, et son projet suivant capote, à tel point que Takahashi stoppe sa carrière de mangaka pour un job alimentaire… dont il se fait renvoyer.

Il réfléchit alors à un concept qui ne pourrait faire autre chose que réussir dans les pages de l’hebdomadaire de Shûeisha, et s’oriente vers une histoire d’horreur, ce qui explique la tonalité assez sombre des premiers chapitres de Yu-Gi-Oh! publiés à partir du 30 septembre 1996. Cette date n’est pas anecdotique, puisque les trois séries majeures du Shônen Jump viennent de se terminer, forçant l’hebdomadaire à trouver de nouvelles locomotives. Kazuki Takahashi est donc prié de revoir la direction de Yu-Gi-Oh! dont le potentiel n’a pas échappé aux éditeurs. Il réfléchit à conserver l’esprit combatif des séries du magazine, tout en s’écartant des schémas habituels reposant sur des affrontements physiques. Et quoi de mieux, pour cela, que des jeux de société ? Il s’efforce dans un premier temps de diversifier au maximum les jeux auxquels participe son héros et conçoit, le temps d’une histoire, un jeu de cartes directement inspiré de Magic.

Face à l’adhésion du public, « Magic & Wizard » prend le devant sur le concept original pour devenir l’unique jeu du manga, et Takahashi se retrouve alors à devoir en concevoir les règles, et les coordonner avec le manga et l’anime… et à dessiner les cartes, une tâche qu’il adore, lui qui se qualifie plus comme un designer que comme un mangaka. Designer… et concepteur de jeux ! Alors que le jeu de cartes Yu-Gi-Oh ! ne cesse de se complexifier avec l’ajout d’extensions, créant une différence entre les enfants pouvant investir dans de nouveaux decks, Takahashi conçoit en 2013, dans son one-shot Drump, un jeu inédit ne nécessitant qu’un paquet de 52 cartes classiques. Il reviendra ponctuellement à sa table à dessin avec un hommage aux mangakas, The Comiq, pour le cinquantenaire du Jump en 2018, et une participation à la collaboration entre Shûeisha et Marvel l’année suivante. Depuis, Takahashi savourait les plaisirs de la vie, notamment la plongée aquatique, sa passion. Un accident lui coûte la vie, son corps étant retrouvé le 6 juillet par les garde-côtes. Partout à travers le monde, des fans éplorés de tout âge rendent alors hommage au créateur de leur jeu favori.

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Matthieu Pinon
Facebook