#TBT : Vitamine

0

Il y a vingt ans sortait au Japon un manga choc, traitant frontalement du harcèlement scolaire. Aujourd’hui encore, hélas, Vitamine reste d’actualité…

Tout semble aller pour le mieux pour Sawako en cette dernière année de collège, entre bonnes notes et rigolades avec ses copines. Tout ou presque : malgré ses réticences, son petit ami Kôta la force à avoir des rapports sexuels qui ne lui apportent aucun plaisir. Alors qu’elle cède encore une fois à son désir dans une salle de leur établissement au règlement intérieur ultra-strict, ils sont surpris par un élève qui propage aussitôt la rumeur. Abandonnée par son copain, Sawako devient aussitôt le bouc émissaire de sa classe et subit des brimades chaque jour plus violentes, qui vont de la torture physique à l’humiliation psychologique. L’adolescente en finit par se cloîtrer dans sa chambre, incapable de se confier même à ses parents qui ne comprennent pas la situation. Elle y renoue avec une passion d’enfance abandonnée qui pourrait l’aider à sortir de cette spirale infernale…

Qui a osé prétendre que les shôjo n’étaient que des romances mièvres ? Il faut mettre entre les mains de ces personnes Vitamine, manga qui ne ménage pas son lectorat. Harcèlement sexuel, insultes, trahisons, faux espoirs… rien n’est épargné à son héroïne dont on suit inexorablement la descente aux enfers qui la poussera jusqu’à tenter de mettre fin à ses jours. En accompagnant ainsi Sawako au fil des pages, les lecteurs comprennent par empathie l’état d’esprit des victimes de harcèlement scolaire. Surnommé ijime (« intimidation ») au Japon, ce harcèlement touche des dizaines de milliers d’adolescents, un nombre difficilement estimable car nombreux sont ceux à le taire. Ainsi, suite à la mise en place d’une loi dédiée à ce phénomène en 2013, les langues se délient et le nombre de cas déclarés augmente chaque année.

Le silence était donc encore majoritairement de mise à la fin du siècle dernier, quand la manga Keiko Suenobu a elle-même subi ce genre de brimades. On sent à travers Vitamine un besoin de témoigner longtemps refoulé : originellement prévu pour faire cent pages à la demande de son éditeur, l’histoire s’étend sur deux fois plus ! Le premier titre publié par la mangaka fait donc mouche à sa sortie dans les librairies nippones le 9 novembre 2001 auprès d’un public qui n’osait pas avouer jusqu’ici le martyr qu’il subissait. Keiko Suenobu leur offre même plusieurs moyens pour enfin sortir de ce calvaire, que ce soit dans son cheminement personnel ou dans l’attitude à avoir face à ses bourreaux dans une démarche encore une fois autobiographique. Vitamine permettra ainsi à la dessinatrice de se faire connaître de manière tonitruante, avant de prolonger ce premier manga-choc avec une série traitant en profondeur et sur la durée du même sujet, Life. Et si jamais vous êtes victime de harcèlement scolaire, faites comme Sawako, ne restez pas dans le silence, et contactez le 3020, numéro vert mis en place pour vous aider.

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Matthieu Pinon
Facebook