Makoto Shinkai parle (beaucoup) de son nouveau film Weathering with you

0

Le réalisateur Makoto Shinkai a été interviewé par le magazine féminin Fujinkôron au regard de son dernier film Weathering With You, révélant qu’il avait donné beaucoup de lui-même dans cette œuvre.

« Je suis né et j’ai grandi dans la ville de Koumi, dans la préfecture de Nagano, qui est située sur un plateau entouré de montagnes » explique-t-il, lorsqu’on lui demande pourquoi son œuvre semble toujours porter sur la nature. « Dans les années 70, c’était encore plus idyllique que maintenant, ma maison était entourée par la nature. J’ai toujours été captivé par cet environnement. Je regardais le ciel tous jours, me perdant dans mon propre petit monde. J’étais plus un enfant tête-en-l’air que romantique. »

A cette époque, Shinkai ne savait pas trop ce qu’il ferait dans l’avenir, même s’il appréciait déjà l’aquarelle. Cependant, il refusait de se plier aux choix de son paternel. Depuis l’ère Meiji, sa famille détenait une entreprise de construction dont il ne voulait pas reprendre la succession simplement parce qu’il était le fils aîné de la famille. « A la différence de Hodaka, par contre, je n’ai pas eu les tripes de quitter la demeure familiale. Je ne voulais absolument pas quitter mon pays natal, si beau, alors j’ai étiré au maximum mon moratorium, faisant tourner la roue du hasard. » Finalement, Shinkai est parti pour Tokyo pour l’Université, et, après son diplôme, il a été poussé à rejoindre une société de construction pour se former et pouvoir reprendre l’affaire familiale. A la dernière minute, toutefois, il s’est décidé à rejoindre une compagnie de jeux vidéo – ce qui a plongé son père dans une colère noire. Shinkai lui a tenu tête et, au travers de son travail, a réalisé le plaisir qu’il éprouvait à associer images et musique. Il a ainsi décidé de créer sa propre histoire, qui s’est concrétisée au travers du titre She and Her Cat, vainqueur du concours d’animation 2000 GoGA CG Animation Contest. Se sentant ainsi poussé des ailes, Shinkai a ainsi quitté son job pour devenir animateur.

A ce jour, il ignore encore où il a trouvé la force de s’opposer à son père. « Je crois que si mon père m’avait dit depuis mon plus jeune âge de devenir réalisateur, je ne serais pas où je suis aujourd’hui. Peut-être que je me suis simplement rebellé par instinct. Mais je suis reconnaissant envers mes parents. » poursuit-il. « Ma mère, elle-même, aime beaucoup dessiner, et elle me disait souvent que je devais faire ce que j’aimais. Ses mots m’ont sauvé. Finalement, même mon père m’a laissé une chance. Il m’a dit de tenter l’animation, pendant cinq ans, et de revenir vers lui si je me heurtais à un échec. »
Le réalisateur veut que son film mette en lumière l’importance que représente la liberté de choisir son mode de vie. « Je veux que les enfants et les parents qui regardent ce film puisse avoir une conversation honnête sur ce qu’ils pensent. Ce qu’il y a de bien avec le divertissement, c’est qu’au travers d’une expérience partagée, il est possible de transmettre des idées à des gens de différents âges et de différentes origines. »

S’il n’a pas ressenti de pression au regard du formidable succès de son premier film, Shinkai explique toutefois que la perception de son travail a évolué. Avant Your Name., ses films étaient majoritairement regardés par des fans d’animation. Avec le succès du titre, toutefois, son public s’est élargi et cela lui a permis de réévaluer l’importance du divertissement – et l’impact que cela a sur la société.
L’inspiration pour son dernier film est venue durant l’été 2016, lorsque, fatiguée par toute la promotion qu’il effectuait pour Your Name., il s’est réfugié dans la contemplation du ciel et s’est perdu dans un cumulonimbus. Lorsque le ciel s’est éclairci de tous nuages, il s’est senti apaisé, lui faisant réaliser que l’esprit humain et le temps étaient connectés.

Ainsi, quand il s’est mis à travailler sur son nouveau projet, ses pensées portaient sur les changements climatiques. « Les gens pensent que nous détruisons notre environnement selon nos besoin, et je suis d’accord avec ça. » dit-il. « Pourtant, je fais partie de ces gens qui n’hésitent pas à mettre la climatisation en route lorsqu’il fait trop chaud. Le changement climatique est un phénomène à l’échelle planétaire qui entraîne bon nombre d’enjeux, mais il n’y a rien que nous puissions faire à titre individuel. Pourtant, mes actions en tant que personne ont un impact sur mon environnement. On pourrait croire que c’est quelque chose en dehors de notre responsabilité, mais ce n’est pas le cas. J’ai fait ce film pour pousser les gens à réfléchir à ce problème, au travers d’un moyen de divertissement. »

L’artiste a profité de cette interview pour revenir sur certaines critiques reçues par rapport à Your Name., expliquant qu’il a réalisé ce titre en voulant transmettre l’idée qu’il était possible de changer le futur. Certains, en revanche, l’ont compris comme une histoire où les différents désastres sont simplement évités, sans conséquences. Ainsi, il se demandait s’il devait tenter de satisfaire ces spectateurs dans son prochain film mais s’était qu’il prendrait une direction qui « ennuierait les détracteurs de Your name. encore plus. »
« Dans Weathering With You, Hodaka et Hina sont à la merci du destin, mais ils décident de vivre leurs vies. Je suis sûr que certaines personnes ne seront pas satisfaites des choix pris par les protagonistes. Mais ce n’est pas un problème. Je pense que mon rôle est de démarrer une conversation en créant une shitoire qui n’a pas de bonne réponse. Je crois sincèrement que c’est la plus belle reconnaissance que j’ai eu de your name.. »

Source : ANN

New entièrement rédigée par Delphine

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Bruno

Défendre les couleurs d'AnimeLand était un rêve. Il ne me reste plus qu'à rencontrer Hiroaki Samura et je pourrai partir tranquille.

Ecrire un commentaire