Jouez en coop’ au beat-em up 2D Dorohedoro (c’est gratuit) !

0

Le site officiel de l’anime Dorohedoro adapté du manga de of Q Hayashida propose un jeu 8-bit sur PC baptisé Dorohedoro 8-bit Game ~Living Dead Day Survivor~. Le soft sera jouable jusqu’au 1er février midi. Il se présente comme un beat em all 2D jouable à deux en coop’. On peut évoluer avec Caiman et Nikaidô pour éliminer des zombies Le jeu commémore le troisième épisode de l’anime, diffusé dimanche et mettant en vedette “Living Dead Day”. Les joueurs au Japon qui obtiennent des scores élevés peuvent gagner des prix, comme un t-shirt ou un autocollant.

Par ici pour jouer !

La série a commencé sa diffusion le 12 janvier au Japon sur Tokyo MX. La diffusion sera prévue chez nous sur Netflix plus tard. On aura droit à 12 épisodes et 6 OVA “Ma no Omake” (Magic Bonus).

Yuichiro Hayashi (Garo the Animation, Garo: Divine Flame, Kakegurui) réalise chez MAPPAHiroshi Seko (Banana Fish, Mob Psycho 100, Vinland Saga) est au script, avec Tomohiro Kishi (91 Days, Garo -Vanishing Line-) au chara design et [K]NoW_NAME (Sakura Quest, Fairy gone) à la musique.

Le manga original, un seinen SF, a débuté dans le magazine Monthly Ikki de Shogakukan, en 1999, avant de migrer vers le Hibana, puis le Monthly Shonen Sunday en 2017. Le manga s’est terminé au sein du Monthly Shonen Sunday le 12 septembre dernier. La série compte 23 tomes en tout.

En France, c’est Soleil qui édite la série.

“Que t’a dit le type à l’intérieur ? » Dans un futur post-apocalyptique, deux populations complètement différentes se côtoient dans un univers lugubre et glauque. Dans le monde des « mages », ceux-ci ont la faculté de faire apparaître des passages et s’adonnent aux plaisirs de la mutation sur des cobayes, qui vivent à « Hole », repère des malheureuses victimes mutilées. Caïman, qui n’a pas toujours vécu avec une tête de lézard, raffole des gyozas de son amie Nikaidô et recherche par tous les moyens, à retrouver celui qui est à l’origine de son aspect actuel. Atout majeur à son avantage, il reste insensible à la magie des « mages », ce qui ne plaît absolument pas à ceux-ci. Un humour noir pour une série, aux graphismes détonants, qui ne laisse pas indifférent”.

Source : ANN

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Bruno

Défendre les couleurs d'AnimeLand était un rêve. Il ne me reste plus qu'à rencontrer Hiroaki Samura et je pourrai partir tranquille.

Ecrire un commentaire