Une deuxième saison confirmée pour Sorcerous Stabber Orphen

0

Le dernier épisode de l’anime Sorcerous Stabber Orphen (Majutsushi Orphen Haguretabi) basé sur le light novel de Yoshinobu Akita, a été diffusé mercredi. A son terme, il a été révélé qu’une nouvelle saison, intitulée Majutsushi Orphen Haguretabi Kimluck-hen était d’ores et déjà programmée. Le site officiel en a profité pour dévoiler une première bande-annonce :

La première saison a livré une production assez moyenne, voir très fragile, en dépit de deux très bons épisodes.

Takayuki Hamana (Library War, Mushibugyō, The Prince of Tennis) mène la série chez Studio DEEN, et Reiko Yoshida (Girls und Panzer, K-ON!, Violet Evergarden, Yowamushi Pedal) gère l’écriture. Takahiko Yoshida (Big Windup!, Cells at Work!, Yowamushi Pedal) signe le chara design basé sur le travail de Yuuya Kusaka.

La première adaptation anime d’Orphen date de 1998, avec 24 épisodes produits par J.C Staff sous la houlette d’Hiroshi Watanabe (Slayers). Un segment que nous avons eu en France, au contraire de sa suite sortie un an plus tard, Orphen : The Revenge (23 épisodes).

La série a commencé sa diffusion sur la chaîne AT-X le 7 janvier dernier. Funimation assure sa diffusion en Amérique du nord ; et, en France, on peut la trouver sur la plateforme Wakanim.

Notre histoire prend place sur un ancien continent où prospèrent aujourd’hui les humains, en lieu et place des dragons des temps anciens. Le jeune Krylancelo Finlandi vit avec sa sœur Azalie à la Tour du Croc, un institut d’apprentissage de la sorcellerie, mais un jour, Azalie est maudite et disparaît. Krylancelo se lance alors dans un voyage afin de la retrouver. Cinq ans plus tard, désormais nommé Orphen, il exerce illégalement l’activité de prêteur. Un jour, avec le dénommé Volkan, il se rend chez les Everlasting, une arnaque autour du mariage de leur fille aînée en tête…

Source : ANN

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Bruno

Défendre les couleurs d'AnimeLand était un rêve. Il ne me reste plus qu'à rencontrer Hiroaki Samura et je pourrai partir tranquille.

Facebook