Personnalité de la semaine : Philippe Ogouz

0

Extinction de voix pour Ken, Capitaine Flam, Musclor, Bourdu… Leur comédien de doublage français, Philippe Ogouz, est décédé à 79 ans après avoir fait rêver des générations d’enfants.

Formé au conservatoire d’art dramatique puis au célèbre centre de la rue Blanche, Philippe Ogouz obtient son premier rôle… grâce à sa voix ! En 1957, à 18 ans, il incarne Poil de Carotte dans le feuilleton radiophonique éponyme, et se fait rapidement remarquer pour son investissement et ses principes. Il doit ainsi batailler ferme pour décrocher les droits sur l’œuvre de Gaston Leroux et incarner son détective futé dans la série Rouletabille en 1966 : le succès des 30 épisodes de 15 minutes lui donneront raison ! Passionné, le comédien se partage entre cinéma (Scout toujours en 1985), télévision (il participe à de nombreuses séries policières, de Julie Lescaut à Une femme d’honneur) et théâtre (il obtient le Molière de la mise en scène pour le spectacle musical Tempo en 1990).

C’est néanmoins sur les plateaux de doublage que Philippe Ogouz s’épanouit le plus. Sa carrière, entamée dans les années 60, prend son essor dans les années 70, où il prête sa voix à Bruce Lee, John Travolta ou encore Martin Sheen, dont il devient le doubleur régulier. Côté petit écran, on le retrouve régulièrement pour doubler Patrick Duffy (Dallas) et Erik Estrada (Chips)… mais surtout dans les séries animées qui fascinent la génération pré Club Dorothée ! On lui doit ainsi le ton courtois du Capitaine Flam, l’accent goguenard d’Edgar dans Lupin III, ou la grandiloquente réplique « Par le pouvoir du crâne ancestral… je détiens la force toute-puissante » que reprennent en chœur les garçons imitant Musclor dans la cour de l’école.

Avec l’arrivée du Club Do, Philippe Ogouz fait rêver toutes les filles en incarnant Bourdu dans Sailor Moon… et agace beaucoup de garçons avec Ken le survivant. Non content de donner sa voix au guerrier du Hokuto, le comédien dirige également le plateau de doublage ! Homme de convictions, Philippe Ogouz ne supporte pas l’ultra-violence de la série et, avec les autres comédiens, improvise un doublage absurde et surréaliste, inimaginable aujourd’hui, qui déchire toujours la communauté. Il ne faut pas pour autant croire que le professionnel prenait son métier à la légère ! Après avoir été un des meneurs de la grève de 1994, Philippe Ogouz a dirigé de 2005 à 2013 l’ADAMI, société en charge des droits des interprètes. Ses apparitions dans Scènes de ménage en 2018 seront les dernières performances de l’artiste, qui nous a quittés le 25 juillet dernier.

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Matthieu Pinon
Facebook