Personnalité de la semaine : Kenji Kodama

0

Invité le weekend dernier du salon Paris Manga, Kenji Kodama s’apprête à célébrer ses 50 ans de carrière dans l’animation. Retour sur le parcours du réalisateur, en attendant son interview dans les pages d’AnimeLand !

Quelques semaines après son treizième anniversaire, Kenji Kodama découvre le premier épisode de la première série animée made in Japan, Astro le petit robot, le 1er janvier 1963. C’est la révélation ! Huit ans plus tard, l’industrie en plein boom recrute à tour de bras, et le jeune homme de vingt ans fait ses premières armes au studio Tokyo Movie Shinsha sur L’étoile des géants et au studio Zero sur Q-Taro, deux titres particulièrement populaires. Les progrès de Kenji Kodama sont fulgurants, à tel point qu’en 1977, pour la deuxième saison de Lupin III, il cumule les postes de directeur de l’animation, chara designer et storyboarder !

En 1983, sur la première saison de Cat’s Eye, dont il est un pilier de production, TMS le teste en lui offrant la réalisation d’un épisode. Le résultat est si brillant que, quand une seconde saison est mise en chantier l’an suivant, le studio lui confie la direction de tous les épisodes – à charge pour lui de transmettre à l’équipe tout ce qu’il a assimilé de l’univers de Tsukasa Hojo. En toute logique, c’est donc à Kenji Kodama échoit de porter à l’écran l’œuvre suivante du mangaka, City Hunter. Il en supervise les 140 épisodes répartis en quatre saisons entre 1987 et 1991, ainsi que les films et téléfilms jusqu’en 1996.

Après une brève parenthèse avec le remake d’Un chien des Flandres, Kenji Kodama s’attaque en effet dès cette année à l’adaptation d’un autre mythe du manga policier, Détective Conan ! De 1996 à 2002, il en réalise tous les épisodes ainsi que les longs métrages, propulsant la série toujours en cours aujourd’hui avec un succès inégalé. Après la réalisation de Kekkaishi en 2006 et de Tales of the Abyss en 2008, Kenji Kodama renoue avec son domaine de prédilection, le storyboard, sur des productions joyeuses et colorées pour tout-petits, notamment les Tamagotchi. Il a pourtant retrouvé avec plaisir Ryô Saeba pour Shinjuku Private Eyes en 2019 ! Une expérience sur laquelle le réalisateur, qui soufflera ses 70 bougies le 13 décembre, reviendra dans les pages du prochain numéro d’AnimeLand…

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Matthieu Pinon
Facebook