#TBT : Gunsmith Cats

0

Puisque le monde entier a les yeux tournés sur les USA, revenons sur le plus américain des mangas, Gunsmith Cats, qui s’animait il y a désormais vingt-cinq ans tout pile.

Avec des gangsters comme Al Capone dans les années 20, Chicago est devenue une capitale du crime organisé. Pour lutter contre ces malfrats, on peut toujours compter sur les chasseurs de primes. Et, dans cette profession, les Gunsmith Cats sont considérées comme les meilleures ! Rally Vincent, brune à la peau mate, est une experte en conduite automobile et en armes à feu – normal puisqu’elle gère une armurerie ! Son acolyte, la blonde Minnie-Mey Hopkins aux faux airs enfantins, préfère jouer avec les explosifs type grenade, quand elle n’exploite pas son corps de petite bombe – normal pour une ex-prostituée ! Avec le soutien de fidèles partenaires (également appâtés par les récompenses) comme le transporteur Bean Bandit ou l’informatrice Becky Farrah, le duo de charme et de choc affronte les magnats du crime dans des aventures où les moteurs vrombissent, les flingues pétaradent et l’adrénaline coule à flots !

Bolides, révolvers et p’tites pépées… Quand il conçoit son manga Gunsmith Cats (disponible aux éditions Glénat), Ken’ichi Sonoda y intègre toutes ses passions. Rarement on aura vu des voitures et des armes à feu dessinées avec un tel souci du réalisme ! Le mangaka en profite également pour donner des leçons aux néophytes sur leur fonctionnement (calibre ou cylindrée n’auront plus de secrets pour les lecteurs), leur histoire ou les matériaux qui la composent – on a droit à un cours entier sur le CZ-75 et la Shelby Mustang Cobra GT500, pistolet et voiture de prédilection de Rally. Bien qu’il prenne un peu trop souvent plaisir à les montrer peu vêtues, l’auteur fait pourtant de ses chasseuses de prime des héroïnes fortes et charismatiques, s’éloignant des clichés masculinistes (armes + voitures = summum de la virilité) qui limitent les personnages féminins au rang de pin-up. De quoi justifier le succès de Gunsmith Cats en Occident, d’autant plus que le manga publié entre 1991 et 1997 (8 volumes rejoints par une suite en 5 tomes, Gunsmith Cats Burst de 2004 à 2008) s’inspire des classiques policiers ciné et TV made in USA : il a ainsi été l’un des premiers à être publié en France, dans le magazine Manga Player.

Pourtant, à l’origine de ce titre mené par des femmes fortes, on trouve un « pilote », Riding Bean, mené par le pilote rebelle, et dans lequel Rally, blonde, cumule les caractéristiques qui seront séparées en un duo d’héroïnes. Son adaptation en 1989 dans une OAV encore aujourd’hui techniquement hallucinante (bravo ARTMIC) ouvrait la voie à une version animée de Gunsmith Cats sur le même support ! C’est donc le 1er novembre 1995 qu’est sortie la première OAV dédiée aux félines chasseuses de primes de Chicago, produite chez OLM. Rythmée et funky, cette adaptation aura marqué les esprits par ses nombreuses qualités, à commencer par son générique qui préfigure celui de Cowboy Bebop ! Éditée en France par Kazé, la trilogie bénéficiera d’une excellente version française (Sybille Tureau en Rally et Joëlle Guigui en Miinie-Mey font des merveilles) qui en fera une parfaite porte d’entrée à l’univers des anime auprès d’un public réfractaire habitué aux séries US. De quoi regretter que, 25 ans plus tard, Gunsmith Cats ne soit pas disponible sur une plateforme de streaming légal !

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Matthieu Pinon
Facebook