Hiroaki Samura

0

i8454Repéré et conseillé par un mangaka professionnel lorsqu’il participait au Club manga de son école, le jeune Hiroaki Samura frappa fort d’entrée puisque c’est avec L’Habitant de l’infini qu’il sera publié dans l’Afternoon, célèbre magazine de la Kodansha. En 1993, à 23 ans, c’est donc le début de l’aventure dans le monde de la bande dessinée nippone.

La carrière de Samura est donc relativement fraîche puisqu’en France, nous avons eu, jusqu’à la sortie de Snegurochka (janvier 2016),  L’Habitant de l’infini comme seul ouvrage de l’auteur. Tout juste avons-nous pu admirer, le temps d’une double page, une illustration de l’artiste dans le collectif Manga of the Dead (Tonkam).

Pourtant, et en dépit de son œuvre phare qui l’a scotché 30 ans sur ses planches, Samura a fait plusieurs travaux : de la jaquette du jeu vidéo Blood Will Tell (PS2) à un recueil de dessins érotiques sublimant la torture (The Love of the Brute), Samura a toujours fasciné. C’est pourquoi nous trouvons bon nombre de grands mangaka rendant hommage à son art, tels Masashi Kishimoto (qui n’hésite pas à le comparer à Katsuhiro Otomo) ou même Shin’Ichi Sakamoto, “impressionné” par sa maîtrise de l’anatomie.

Hiroaki Samura reprenant les personnages de Kishimoto

Hiroaki Samura reprenant les personnages de Kishimoto

Il faut bien avouer que l’artiste habille ses planches avec talent : l’idée de mouvement constamment en tête, construisant une époque d’Edo solidement ancrée dans une recherche documentaire certaine et confectionnant ses pages de façon traditionnelle (bien qu’il déteste la peinture et les couleurs).

Avec L’Habitant de l’infini, Hiroaki Samura met en scène la violence voilée d’une élégance rare. Basculant d’un noir profond à un découpage proche du storyboard, l’auteur ne joue jamais la carte de la facilité et sait parfaitement se réinventer dans ses chorégraphies lors des (impressionnants) affrontements.

9782203373501

Hiroaki Samura, c’est pour qui ?

Avec Samura, vous orientez vos lecture vers des œuvres matures, documentées, affichant un fond travaillé et un graphisme très au-dessus du marché. La violence de ses œuvres n’est pas à mettre entre les mains de tout le monde, vous êtes prévenus.

Un poète à l’art mortel, en somme.

 

Bibliographie sélective :

  • 1993 : L’Habitant de l’Infini (samurai / politique, teinté de fantastique) – Sakka 
  • 2005 : Sakkabasu no Yoru (one-shot érotique)
  • 2006 : Ohikkoshi (comédie sentimentale, signée sous le nom de Takei Teashi)
  • 2007 : Bradherley no Basha (drame érotique)
  • 2013 : Emerald (western)
  • 2015: Sneguroshka (seinen / politique) – Sakka

 

 

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Bruno

Défendre les couleurs d'AnimeLand était un rêve. Il ne me reste plus qu'à rencontrer Hiroaki Samura et je pourrai partir tranquille.

Facebook