Animés de Super-Héros

20 sujets de 21 à 40 (sur un total de 1,148)

Posté dans : Anime & Animation

  • Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Xanatos le #279810

    Citation (veggie11 @ 07/12/2011 20:14)
    En fait c'est ton article qui m'a rappelé son existence et quelques souvenirs ! Je me suis revu le générique et je l'ai parfaitement reconnu. Comme quoi, il suffit de pas grand-chose pour que je me rappelle de ce que j'ai vu dans ma jeunesse ! 😛

    Et oui comme quoi, ça tient à peu de choses! 😂
    Comme les deux premiers épisodes que j'ai revu il y a quelques temps m'ont beaucoup plu, je compte bien m'offrir les coffrets DVD sortis aux USA, j'achèterai sûrement le premier en janvier prochain, surtout qu'il a notre VF.
    Mais je me reverrai sûrement en VO quelques épisodes car dans les extraits que j'ai pu en voir sur Youtube, je la trouve super, surtout la voix de Myster Mask qui est délirante à souhait!

    Il est doublé par Jim Cummings qui est aussi la voix officielle de Taz le Diable de Tasmanie depuis qu'il a remplacé le regretté Mel Blanc ainsi que la voix ultra charismatique du Dr Robotnik dans la série animée de Sonic, “Sonic SATAM “(la série la plus sombre du hérisson bleu ou Sonic doit renverser le joug de la tyrannie du dr Robotnik qui a pratiquement réussi à conquérir entièrement la planète Mobius).

    Citation (veggie11 @ 07/12/2011 20:14)
    Tiens justement pour les comics-books de The Mask (dont je sais la série animée très enfantine et moyenne, d'ailleurs je n'ai pas vu grand-chose), est-ce qu'ils sont sortis en France ou il faut se tourner vers l'import à nouveau ? Car justement cette vision sombre m'intéresse énormément (je l'ai appris par hasard en lisant l'article de Kaméha au sujet du film qui touchait un mot sur le comic d'origine) et je suis fan des anti-héros !

    Pour les premiers numéros, tu devras à nouveau te tourner vers l'import.

    En revanche pour le cross over Mask/Lobo, il est sorti chez Semic en France et la traduction française est excellente et hilarante à souhait! 😂

    Il existe aussi un autre cross over ou le Mask rencontre le Joker et celui ci revêt le Mask! 😉


    Alors déjà que Batman a du mal à vaincre le Joker “normal”, je te laisse aisément imaginer la tête que fait notre infortuné chevalier noir quand son pire ennemi porte un masque lui donnant des super pouvoirs et le rendant mille fois plus fou qu'il ne l'est déjà!

    Cela d'ailleurs ne plaît guère à la pauvre Harley Quinn de voir son Mr J adoré collaborer avec le Mask et encore moins de le voir porter ensuite le masque verdâtre…

    Je n'ai pas lu ce comic book (j'en ai juste lu quelques critiques positives et quelques extraits) mais il me tente beaucoup!

    Veggie11
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Veggie11 le #279811

    Tout cela m'a l'air bien alléchant (et les couvertures hilarantes 😂) ! Je vais voir ce que je pourrai dénicher déjà directement en librairie. Quant à l'import j'ai l'habitude. ça doit se trouver assez facilement sur Ebay… (je ne peux pas acheter sur Amazon)

    Merci encore 😁

    Guilhem
    Membre
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    Guilhem le #279812

    Citation (akiko_12 @ 28/11/2011 20:17)
    Loin de moi l'idée de vouloir polémiquer, mais je n'arrive pas à comprendre la passion que peuvent avoir certaines personnes pour les comics ou les séries dérivées.

    Je trouvais les Super-héros sympa quand j'étais gosse, je regardais volontiers Lois et Clark, récemment j'ai aussi apprécié The Dark Knight.

    Mais de là à connaitre et acheter toutes les BD Marvel ou DC, à discuter des heures et des heures, je ne comprends plus. Je trouve ces mythologies sympa mais quand même très puériles et répétitives : c'est toujours l'histoire d'un type/une femme ordinaire qui se retrouve toujours avec un super pouvoir et va invariablement sauver la ville, souvent de méchants cinglés et/ou avec aussi des supers-pouvoirs. Le schéma est toujours exactement le même.
    Je comprends qu'en tant qu'ado qui se cherche et qui se sent toujours différent des autres on peut avoir le fantasme de découvrir que cette différence est “super”. Mais au bout d'un moment, le super pouvoir des extraterrestres/du chat/de la chauve-souris/de l'araignée/de l'enfer de la mort qui tue, n'est-ce pas ultra éculé, naïf, périmé ?

    Vu le succès toujours intact des comics je suppose qu'il y a un intérêt qui m'a échappé. Si vous pouviez m'expliquer, je suppose que je me coucherais moins bête <img src="style_emoticons//happy.gif” style=”vertical-align:middle” emoid=”^_^” border=”0″ alt=”happy.gif” />…


    En ce qui me concerne, j'ai cessé de lire des histoires de super-héros pour deux raisons :

    – en effet, ça ne se termine jamais : Xanatos comparait les séries de super-héros aux mythologies d'antan en oubliant un détail fondamental – les mythologies classiques connaissent toutes un point final (Apocalypse, Ragnarok, mort d'Arthur, etc) ou bien voit leurs récits s'épuiser (mythologies grecques et romaines notamment), au contraire des histoires de super-héros qui écopent toujours d'un épisode supplémentaire ; et neuf fois sur 10 un super héros qui meurt finit par réapparaître sous une forme ou une autre (émule reprenant son rôle, double d'un univers parallèle, ou franche résurrection, parmi d'autres exemples). D'ailleurs, il vaut de souligner qu'ils restent aussi éternellement jeunes : Peter Parker, par exemple, resta 30 ans photographe pour payer ses études – caractéristique assez révélatrice d'un refus de grandir, ou encore syndrome de Peter Pan pour faire scientifique, de la part du lecteur qui s'identifie au héros je veux dire…

    – les facultés fabuleuses de ces super-héros n'ont pratiquement aucun impact sur l'histoire du monde : on ne compte plus le nombre de savants géniaux qui mettent au point des inventions fantastiques ou bien les extra-terrestres qui nous confient des inventions prodigieuses sans que celles-ci influencent nos sociétés de quelque manière que ce soit – ces récits en restent toujours à ce qu'Isaac Asimov décrivait sous le terme d' « adventure science-fiction » dans son article de 1953 intitulé « social science-fiction » et où il examinait les trois types de science-fiction (en) : c'est le signe assez net d'une science-fiction pauvre ou à tout le moins simpliste… Il y a bien sûr des exceptions, comme les brillants Miracleman et Watchmen par exemple, mais elles restent hélas bien trop rares.

    Au contraire de la relative simplicité des personnages, qui s'explique en partie au moins par le comics code et le politiquement correct qui entourent la genèse de la plupart de ces titres, à l'époque du maccarthysme, et à laquelle les auteurs du domaine finirent par apprendre à pallier, avec plus ou moins de bonheur, j'y reviens plus bas, les deux aspects que j'évoque ne font que souligner les défauts du « système super-héros » : mercantilisme et manque d'imagination – tares qui parfois même se superposent d'ailleurs, bien sûr pour le pire.

    Pour cette raison, je ne me suis jamais vraiment penché sur les DA de super-héros : même si beaucoup d'entre eux sont arrivés dans la période post-Watchmen/Dark Knight qui se caractérise par des récits sombres et des héros tourmentés, je regrette qu'ils n'aient retenu que ça de ces deux références quand, pourtant, celles-ci avaient bien plus à proposer…

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #279813

    Citation (Guilhem @ 08/12/2011 12:42)
    En ce qui me concerne, j'ai cessé de lire des histoires de super-héros pour deux raisons :

    – en effet, ça ne se termine jamais : Xanatos comparait les séries de super-héros aux mythologies d'antan en oubliant un détail fondamental – les mythologies classiques connaissent toutes un point final (Apocalypse, Ragnarok, mort d'Arthur, etc) ou bien voit leurs récits s'épuiser (mythologies grecques et romaines notamment), au contraire des histoires de super-héros qui écopent toujours d'un épisode supplémentaire ; et neuf fois sur 10 un super héros qui meurt finit par réapparaître sous une forme ou une autre (émule reprenant son rôle, double d'un univers parallèle, ou franche résurrection, parmi d'autres exemples). D'ailleurs, il vaut de souligner qu'ils restent aussi éternellement jeunes : Peter Parker, par exemple, resta 30 ans photographe pour payer ses études – caractéristique assez révélatrice d'un refus de grandir, ou encore syndrome de Peter Pan pour faire scientifique, de la part du lecteur qui s'identifie au héros je veux dire…


    C'est un genre, on y adhère ou pas.
    Cela dit, j'aimerais moi aussi qu'il y ait plus de renouvellement! La plupart des super-héros emblématiques nous viennent des années 40 à 70!
    Il y a bien eu quelques nouveaux dans les années 90 (Spawn et les héros d'Image Comics par exemple), mais c'est vrai qu'il faudrait, plutôt que d'incessants reboots, ou retours au numéro un, trouver de nouvelles idées, de nouvelles têtes!
    D'ailleurs, les ventes américaines de Comics ne cessent de chuter depuis des années! Aujourd'hui, un titre qui fait 30000 exemplaires est un gros succès, alors qu'à une autre époque, on parlait plutôt de millions de ventes…très rare aujourd'hui!

    Cela dit, il existe aussi beaucoup de séries qui ont une fin! Mais elles sont, il est vrai, quand même minoritaires.

    Ensuite, le débat sur l'éternelle jeunesse est un peu biaisé par le fait que le temps ne s'écoule pas aussi vite dans les comics que dans la réalité, parce que Peter Parker, par exemple, vieillit bel et bien! Mais les histoires mensuelles ne font que 24 pages et se déroulent toujours sur un laps de temps très court, il y a peu d'ellipses.

    Maintenant, ici, il s'agit du topic sur les animés de super-héros, et question animés, on n'a pas encore vu de séries de super-héros durer trente ans! Je dirais même que l'animation a ceci de supérieur sur les versions comics qu'elle peut y puiser dans sa mythologie pour créer une histoire cohérente, avec un début, un milieu et une fin, le tout sans trahir, ou si peu, l'originale! Et là, pas besoin de prendre le train en route, vu que, surtout de nos jours, les séries durent le temps d'une ou deux saisons!
    La même chose s'applique d'ailleurs aux films! Ils racontent tous une histoire qui trouve sa conclusion (quand c'est bien fait!) à la fin! Au-delà de ça, et là encore la grosse mythologie comic aidant, on peut y voir des à-côté qui pourront ou non être développés dans une suite, ou mieux, dans une autre franchise du même univers, comme ce que fait actuellement Marvel au cinéma (Iron Man, Thor, Captain America, Hulk, The Avengers)!
    A ce niveau, je trouve que le côté sans fin des comics est une excellente chose!

    Citation (Guilhem @ 08/12/2011 12:42)
    – les facultés fabuleuses de ces super-héros n'ont pratiquement aucun impact sur l'histoire du monde : on ne compte plus le nombre de savants géniaux qui mettent au point des inventions fantastiques ou bien les extra-terrestres qui nous confient des inventions prodigieuses sans que celles-ci influencent nos sociétés de quelque manière que ce soit – ces récits en restent toujours à ce qu'Isaac Asimov décrivait sous le terme d' « adventure science-fiction » dans son article de 1953 intitulé « social science-fiction » et où il examinait les trois types de science-fiction (en) : c'est le signe assez net d'une science-fiction pauvre ou à tout le moins simpliste… Il y a bien sûr des exceptions, comme les brillants Miracleman et Watchmen par exemple, mais elles restent hélas bien trop rares.


    Je ne mettrais pas sur le même plan la science-fiction et les récits de super-héros, ce sont deux genres bien différents.
    D'ailleurs, s'il est vrai que beaucoup de super-héros tirent leurs pouvoirs de la science, d'une manière ou d'une autre, ce n'est qu'une raison comme une autre de donner un tant soit peu d'explication à l'apparition de ces super-pouvoirs!
    On voit d'ailleurs souvent, ensuite, que la science n'entre plus en ligne de compte.
    Donc, oui, la science-fiction y est assez pauvre (d'ailleurs, on le voit bien dans les adaptations filmées, la plupart des origines des pouvoirs des super-héros y sont modifiées, parce qu'en effet peu crédibles…comme se faire mordre par une araignée radioactive…on a plus tendance à mettre ce genre de chose de côté lorsqu'on lit un comic, mais au cinéma, avec des perso réels, ça passerait moins bien, je pense), mais ce n'est pas ce qu'on recherche dans une histoire de super-héros, enfin, il me semble…

    Citation (Guilhem @ 08/12/2011 12:42)
    Au contraire de la relative simplicité des personnages, qui s'explique en partie au moins par le comics code et le politiquement correct qui entourent la genèse de la plupart de ces titres, à l'époque du maccarthysme, et à laquelle les auteurs du domaine finirent par apprendre à pallier, avec plus ou moins de bonheur, j'y reviens plus bas, les deux aspects que j'évoque ne font que souligner les défauts du « système super-héros » : mercantilisme et manque d'imagination – tares qui parfois même se superposent d'ailleurs, bien sûr pour le pire.

    Pour cette raison, je ne me suis jamais vraiment penché sur les DA de super-héros : même si beaucoup d'entre eux sont arrivés dans la période post-Watchmen/Dark Knight qui se caractérise par des récits sombres et des héros tourmentés, je regrette qu'ils n'aient retenu que ça de ces deux références quand, pourtant, celles-ci avaient bien plus à proposer…


    Le comic code, ça fait bien longtemps qu'il a disparu.
    Ensuite, il y a du bon et du mauvais partout! On peut dire exactement la même chose des manga et de l'animation en général.
    Et l'animation américaine de super-héros est un genre très riche, qui englobe un bon paquet de styles, et s'adresse à différents publics…il s'est passé beaucoup de choses depuis Watchmen et Dark Knight, et beaucoup d'auteurs de Comics arrivent à insuffler une véritable personnalité à leurs oeuvres, même si elles mettent en scène des personnages ultra-connus, et ça se ressent dans l'animation!

    Cela dit, il ne faut pas non plus occulter qu'il existe une part mercantile dans les comics, bien plus présente que dans les autres formes de BD .

    "With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
    Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

    Nicolas-Penedo
    Membre
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Nicolas Penedo le #279814

    Xanatos, le Joker/Mask est tout à fait réussi et vivement conseillé ! Certains crossovers ou rencontres de héros sont moisies, mais celle-là vaut mieux que bien des numéros classiques de Batman !

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Xanatos le #279815

    Ok merci beaucoup de tes conseils Nicolas! 😁

    L'album est sorti en français, mais vu qu'il est visiblement en rupture de stock définitive, je vais me tourner vers l'import pour le découvrir…

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #279816

    Ah! Qu'est-ce que j'ai vu? Qu'est-ce que j'ai ramené tout beau tout chaud de la Fnac?
    Une édition françâaise de Young Justice, renommée pour l'occasion La Ligue des Justiciers: Nouvelle Génération!! 😃 😃 😃
    Les deux premiers DVD unitaires, avec les huit premiers épisodes!

    Je regarde ça d'abord en VF, et je reviens en parler!

    "With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
    Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

    Ash76
    Membre
    • Offline
      • Padawan
      • ★★
    ash76 le #279817

    Ah Young Justice!
    J'avais envie d'acheter mais là,les unitaires, ça va pas être possible.
    Il y a un coffret regroupant les deux volumes: j'avais espéré un digipack ou des boitiers slim.
    Malheureusement ,ce sont aussi les deux unitaires dans une boite en carton toute moche (surtout comparé au visuel provisoire).
    Je vais attendre une sortie de l'intégrale de la saison 1.

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #279818

    Citation (ash76 @ 08/12/2011 21:14)
    Ah Young Justice!
    J'avais envie d'acheter mais là,les unitaires, ça va pas être possible.
    Il y a un coffret regroupant les deux volumes: j'avais espéré un digipack ou des boitiers slim.
    Malheureusement ,ce sont aussi les deux unitaires dans une boite en carton toute moche (surtout comparé au visuel provisoire).
    Je vais attendre une sortie de l'intégrale de la saison 1.


    Je ne savais pas qu'il existait un coffret regroupant les deux premiers volumes!
    Et c'est vrai, les boîtiers amaray unitaires de Young Justice sont très moches!
    Enfin, bon! J'ai vu les quatre premiers épisodes en français, et je ne suis pas déçu! 😃

    Le doublage est excellent, fidèle à ce que DC (ou plutôt Warner Bros) nous propose depuis quelques années, voire décennies, notamment avec les films d'animation sortis l'année dernière en France, de très haute qualité!
    Pour les comédiens les plus connus, on a:
    Robin: Donald Reignoux (Shinji dans Evangelion, Reese dans Malcolm…)
    Aqualad: Serge Faliu (Spike dans Buffy)
    Superman: le grand Emmanuel Jacomy (à mes oreilles la meilleure voix possible de Superman, le Richard Darbois de Sup', en quelque sorte!^^)
    Batman: Adrien Antoine (la nouvelle voix officielle de Batman, depuis un bon moment quand même, entendu dans les deux derniers Batman sortis en Jeux vidéo, Arkham Asylum et Arkham City, mais aussi la voix de Mark Landers dans Olive et Tom le retour, Sylar dans Heroes…)
    Flash: Christophe Lemoine (Cartman dans South Park)
    Superboy: Stéphane Fourreau (Mohinder Suresh dans Heroes)
    Martian Manhunter: Philippe Peythieu! (Jigen dans Edgar de la Cambriole série 1, Homer Simpson)
    Red Tornado: Marc Alfos (voix de Russel Crowe, Ron Perlman dans Sons of Anarchy, Titus Pullo dans Rome)

    A noter que Stéphane Fourreau se débrouille à merveille dans le rôle de Superboy!

    En ce qui concerne la série en elle-même, c'est un vrai bijou d'animation! Le ton est plus adulte que ce que le pitch de départ aurait pu laisser penser: Les sidekicks des plus grands héros de l'univers DC veulent devenir de vrais membres de la JLA et plus des faire-valoir.
    Les scènes de baston ne sont pas édulcorées, et on peut même assister, parfois, à des combats très violents, comme celui de Bane contre un homme de Kobra!
    D'une manière générale, on reste dans le ton des séries type JLA et JLU, ainsi que des films d'animation de DC, le parti-pris étant de s'adresser à un public de fans adolescents, voire adultes, ayant grandi avec cet univers loin d'être politiquement correct, surtout depuis quelques années.

    L'intérêt de suivre cette série tient dans la fraîcheur de ses personnages. En effet, n'ayant pas l'expérience et l'efficacité des membres historiques de la JLA, nos jeunes super-héros essuieront les plâtres et feront pas mal de boulettes lors de leurs missions secrètes. On assistera donc à pas mal de rodages avant de voir cette nouvelle équipe arriver à se coordonner et devenir réellement efficace!
    L'équipe est chapeautée par Batman et Red Tornado, et sera rejointe très vite par Megan, alias Miss Martian, nièce du Martian Manhunter, puis Artemis, nièce de Green Arrow!
    On prend aussi plaisir à voir se dérouler ces missions secrètes, “en-dehors” des officielles menées par la Justice league originelle! Le côté infiltration est souvent présent! Au niveau features, on peut s'amuser à repérer dès le premier épisode tous les super-héros confirmés qui apparaissent le temps d'un clin d'oeil, pour la plupart!
    De plus, un fil rouge se dessine peu à peu dans la série, autour de l'organisation mystérieuse qui se fait appeler “Lumière”, et qui observe nos jeunes héros de manière très attentive!

    Une très bonne série, donc, à suivre!

    "With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
    Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

    Nicolas-Penedo
    Membre
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Nicolas Penedo le #279819

    Citation (Xanatos @ 08/12/2011 19:33)
    Ok merci beaucoup de tes conseils Nicolas! 😁

    L'album est sorti en français, mais vu qu'il est visiblement en rupture de stock définitive, je vais me tourner vers l'import pour le découvrir…

    Hélas, l'impression n'est pas top en VO !! Mais ça passe tout de même et le texte est facile à suivre. Sémic l'avait édité en revue : on doit encore pouvoir la trouver pour sans doute pas trop chère.

    Guilhem
    Membre
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    Guilhem le #279820

    Citation (feanor curufinwe @ 08/12/2011 13:26)
    […]

    Ensuite, le débat sur l'éternelle jeunesse est un peu biaisé par le fait que le temps ne s'écoule pas aussi vite dans les comics que dans la réalité, parce que Peter Parker, par exemple, vieillit bel et bien! Mais les histoires mensuelles ne font que 24 pages et se déroulent toujours sur un laps de temps très court, il y a peu d'ellipses.

    […]


    Mais c'est précisément ça le problème, que le temps ne s'écoule pas aussi vite et qu'il n'y a pas d'ellipses : au final, on se retrouve avec des perso éternellement jeunes, ou presque – c'est une manière tout à fait artificielle d'entretenir le succès commercial.

    Citation (feanor curufinwe @ 08/12/2011 13:26)
    […]

    Maintenant, ici, il s'agit du topic sur les animés de super-héros, et question animés, on n'a pas encore vu de séries de super-héros durer trente ans! Je dirais même que l'animation a ceci de supérieur sur les versions comics qu'elle peut y puiser dans sa mythologie pour créer une histoire cohérente, avec un début, un milieu et une fin, le tout sans trahir, ou si peu, l'originale! Et là, pas besoin de prendre le train en route, vu que, surtout de nos jours, les séries durent le temps d'une ou deux saisons!
    La même chose s'applique d'ailleurs aux films! Ils racontent tous une histoire qui trouve sa conclusion (quand c'est bien fait!) à la fin! Au-delà de ça, et là encore la grosse mythologie comic aidant, on peut y voir des à-côté qui pourront ou non être développés dans une suite, ou mieux, dans une autre franchise du même univers, comme ce que fait actuellement Marvel au cinéma (Iron Man, Thor, Captain America, Hulk, The Avengers)!
    […]


    Ce qui n'empêche pas ces prod de connaître exactement les mêmes défauts : suites de suites de suites, reboots à foison, etc… Tout dépend de leur succès à l'audimat ou au box office, en fait…

    Citation (feanor curufinwe @ 08/12/2011 13:26)
    […]

    Je ne mettrais pas sur le même plan la science-fiction et les récits de super-héros, ce sont deux genres bien différents.
    […]


    Ben, justement, non : si j'en crois un de mes amis très bon connaisseur à la fois des super-héros en général mais aussi de la SF, les deux sont la même chose, sauf que la première est plus pauvre que la seconde, ou plutôt qu'elle n'exploite pas son potentiel à sa juste valeur – ce qui n'est pas tout à fait la même chose…

    Citation (feanor curufinwe @ 08/12/2011 13:26)
    […]

    Le comic code, ça fait bien longtemps qu'il a disparu.
    […]


    Bien sûr, mais il n'empêche qu'il a conditionné les bases de la plupart des super-héros majeurs, ceux-là même qui ont survécu jusqu'à de nos jours, et les auteurs d'aujourd'hui ne parviennent qu'avec beaucoup de difficultés à se dépêtrer de ces limites imposées jadis par un système devenu obsolète mais qui demeure prépondérant puisqu'il a fondé les bases « classiques » du genre et que le public veut retrouver celles-ci à un degré ou à un autre dans les productions actuelles.

    Citation (feanor curufinwe @ 08/12/2011 13:26)
    […]
    Ensuite, il y a du bon et du mauvais partout! On peut dire exactement la même chose des manga et de l'animation en général.
    […]


    Je n'ai jamais dit le contraire, mais je ne vois pas en quoi ça devrait m'empêcher de souligner le mauvais quand il y en a : je ne fais que donner mon avis à la suite d'akiko_12, ce n'est pas une tentative d'agression !

    Ensuite, je te trouve quand même un peu gonflé de comparer les comics de super-héros aux mangas et aux animes en général : ces derniers, tout comme les comics d'ailleurs, ne se cantonnent pas qu'aux super-héros – essayons de comparer ce qui est comparable, et pour autant qu'une comparaison soit vraiment la bienvenue pour commencer. D'ailleurs, je ne connais aucun titre de manga, de super-héros ou pas, qui dure depuis un demi-siècle : même Dragon Ball a connu une fin, et à part Guyver – dont la publication dure maintenant depuis 1985 – je ne vois aucun titre à la longévité aussi exceptionnelle que celle d'un comics de super-héros – par contre, il y a bien des séquelles et des reboots pour les séries et les films, oui : le schéma semble assez clairement copié sur celui des comics de super-héros…

    Citation (feanor curufinwe @ 08/12/2011 13:26)
    […]
    Et l'animation américaine de super-héros est un genre très riche, qui englobe un bon paquet de styles, et s'adresse à différents publics…il s'est passé beaucoup de choses depuis Watchmen et Dark Knight, et beaucoup d'auteurs de Comics arrivent à insuffler une véritable personnalité à leurs oeuvres, même si elles mettent en scène des personnages ultra-connus, et ça se ressent dans l'animation!
    […]


    Évidemment que certains auteurs sont meilleurs que d'autres, mais ça n'empêche pas que la plupart des productions de super-héros, et surtout les titres emblématiques, sont des copies quasi carbone des autres : elles ne sont pas identiques mais restent superposables, et notamment en raison de contraintes mercantiles spécifiques à ce genre, celles déjà évoquées plusieurs fois ici.

    Citation (feanor curufinwe @ 08/12/2011 13:26)
    […]

    Cela dit, il ne faut pas non plus occulter qu'il existe une part mercantile dans les comics, bien plus présente que dans les autres formes de BD .


    C'est bien là que je voulais en venir : j'ai pas de fric à mettre dans des trucs sans fin compte tenu de leur intérêt limité… 😉

    Veggie11
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Veggie11 le #279821

    Citation (Guilhem @ 09/12/2011 15:10)
    D'ailleurs, je ne connais aucun titre de manga, de super-héros ou pas, qui dure depuis un demi-siècle : même Dragon Ball a connu une fin, et à part Guyver – dont la publication dure maintenant depuis 1985 – je ne vois aucun titre à la longévité aussi exceptionnelle que celle d'un comics de super-héros

    Juste une petite rectification : le manga toujours en cours en publication après des décennies n'est pas Guyver mais bien Kochira Katsushika-ku Kameari Kōen-mae Hashutsujo (souvent raccourci en Kochikame), connu pour être l'un des titres phares du magazine Shônen Jump depuis 1976 avec 170 volumes et toujours en cours. Il est également connu pour êre le manga au titre le plus long.

    L'anime le plus long toujours en cours de diffusion est Sazae-san qui depuis 1969 est toujours premier en terme d'audience.

    Akiko_12
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    akiko_12 le #279822

    Citation (Guilhem @ 09/12/2011 15:10)
    Je n'ai jamais dit le contraire, mais je ne vois pas en quoi ça devrait m'empêcher de souligner le mauvais quand il y en a : je ne fais que donner mon avis à la suite d'akiko_12, ce n'est pas une tentative d'agression !


    Et tes propos sont tout à fait intéressants à lire ! D'autant qu'ils développent avec plus d'arguments et une meilleure connaissance de cet univers certains points que j'avais pu ressentir. Il est toujours meilleur d'avoir plusieurs points de vue sur une même question, alors merci !

    N'y connaissant rien en SF de façon formelle, j'ai appris au passage les définitions d'Asimov. Et il me semble aussi bien clair que les super-Héros se situent dans le premier stade, puisque leurs supers-pouvoirs se justifient toujours de manière scientifique, sans toutefois que cela aille plus loin. (Je vois aussi que Fringe appartient à la troisième catégorie de SF, c'est donc celle-là que j'apprécie le plus <img src="style_emoticons//happy.gif” style=”vertical-align:middle” emoid=”^_^” border=”0″ alt=”happy.gif” />).
    En passant, même si je n'ai pas accroché au premier épisode, je comprends mieux à quel point la série Misfits joue de ces codes : non seulement elle va beaucoup plus loin que le stade 1 auquel beaucoup de séries du genre semblent se limiter, mais en plus on se fiche clairement de la provenance des supers-pouvoirs qui arrivent là de façon complètement abracadabrantesque, là où d'autres s'évertuaient à les justifier de façon pseudo-scientifique.

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Xanatos le #279823

    Citation (Guilhem @ 08/12/2011 12:42)
    En ce qui me concerne, j'ai cessé de lire des histoires de super-héros pour deux raisons :

    – en effet, ça ne se termine jamais : Xanatos comparait les séries de super-héros aux mythologies d'antan en oubliant un détail fondamental – les mythologies classiques connaissent toutes un point final (Apocalypse, Ragnarok, mort d'Arthur, etc) ou bien voit leurs récits s'épuiser (mythologies grecques et romaines notamment), au contraire des histoires de super-héros qui écopent toujours d'un épisode supplémentaire ; et neuf fois sur 10 un super héros qui meurt finit par réapparaître sous une forme ou une autre (émule reprenant son rôle, double d'un univers parallèle, ou franche résurrection, parmi d'autres exemples). D'ailleurs, il vaut de souligner qu'ils restent aussi éternellement jeunes : Peter Parker, par exemple, resta 30 ans photographe pour payer ses études – caractéristique assez révélatrice d'un refus de grandir, ou encore syndrome de Peter Pan pour faire scientifique, de la part du lecteur qui s'identifie au héros je veux dire…

    Je ne vois pas en quoi le fait de s'identifier à un super héros signifie qu'on est prétendument atteint du syndrome de Peter Pan.

    Les fans de comics que je connais bien dans ma ville ont entre 25 et 50 ans et ce sont des personnes charmantes et parfaitement saines de corps et d'esprit: ce sont pour la plupart des gens mariés, qui ont un travail et des enfants et cela ne les empêche pas pour autant d'éprouver un plaisir immense à lire de bons comics de super héros.
    Et aucun d'entre eux ne m'a donné l'impression d'être immature ou irresponsable.
    Ils sont même bien plus mûrs et équilibrés mentalement que certains supporters abrutis d'équipes de football qui tabassent dans le stade les supporters de l'équipe adverse! (dieu merci, tous les fans de foot sont loin d'être tous comme eux!)

    Selon moi, une personne atteinte du fameux “syndrome de Peter Pan” c'est quelqu'un d'irresponsable, qui se laisse vivre et qui ne se prend jamais en main. Or parmi les fans de comics de super héros que je connais, ce n'est le cas d'aucun d'entre eux.

    Si Spider-Man a eu un succès aussi foudroyant c'est pour plusieurs raisons. D'une part, parce qu'il a des super pouvoirs qui lui sont spécifiques (comme son 6e sens d'araignée) et d'autre part parce qu'il avait des problèmes crédibles: il est criblée de dettes, a toujours des problèmes d'argent, il a un mal fou à emballer les filles…
    Le génie de Stan Lee c'est d'avoir fait un héros aux victoires à la Pyrrhus, et il avait des soucis proches des lecteurs adolescents qui faisaient qu'ils s'identifiaient bien plus facilement à lui qu'à d'autres super héros.
    Stan Lee a su innover dans le genre et voulait que la vie privée de ses héros soit aussi passionnante que leurs aventures.

    Citation (Guilhem @ 08/12/2011 12:42)
    les facultés fabuleuses de ces super-héros n'ont pratiquement aucun impact sur l'histoire du monde : on ne compte plus le nombre de savants géniaux qui mettent au point des inventions fantastiques ou bien les extra-terrestres qui nous confient des inventions prodigieuses sans que celles-ci influencent nos sociétés de quelque manière que ce soit – ces récits en restent toujours à ce qu'Isaac Asimov décrivait sous le terme d' « adventure science-fiction » dans son article de 1953 intitulé « social science-fiction » et où il examinait les trois types de science-fiction (en) : c'est le signe assez net d'une science-fiction pauvre ou à tout le moins simpliste… Il y a bien sûr des exceptions, comme les brillants Miracleman et Watchmen par exemple, mais elles restent hélas bien trop rares.

    Pour information, William Moulton Marston le créateur de Wonder Woman fut également le créateur du détecteur de mensonges qui a pendant des années fort utile à la police. L'une des aptitudes de Wonder Woman était de détenir un lasso de vérité qui faisait dire la vérité aux gens qu'elle ligotait, et Marston s'en est inspiré plus tard pour créer le détecteur de mensonges.

    De même, si le Lave Vaisselle a été crée au début du XXe siècle, dans les années 60, les entreprises s'étaient inspirés d'un numéro des 4 Fantastiques ou Red Richards avait crée un lave vaisselle ayant les futures caractéristiques définitives de cet appareil. Les Lave Vaisselles commercialisés au début des années 80 avaient des spécificités techniques identiques à celles de cette BD des 4 Fantastiques des années 60.

    Citation (Guilhem @ 08/12/2011 12:42)
    Au contraire de la relative simplicité des personnages, qui s'explique en partie au moins par le comics code et le politiquement correct qui entourent la genèse de la plupart de ces titres, à l'époque du maccarthysme, et à laquelle les auteurs du domaine finirent par apprendre à pallier, avec plus ou moins de bonheur, j'y reviens plus bas, les deux aspects que j'évoque ne font que souligner les défauts du « système super-héros » : mercantilisme et manque d'imagination – tares qui parfois même se superposent d'ailleurs, bien sûr pour le pire.

    Manque d'imagination… Voilà une description excessivement généraliste pour décrire les comics de super héros.

    Quand j'ai découvert les comics de Spider-Man écrits par Stan Lee et illustrés par Steve Ditko, j'ai au contraire était frappé par l'imagination débordante dont faisaient preuve les auteurs.
    Le fait que Spider-Man se serve de ses toiles d'araignée comme catapultes, de parachute, de masque à oxygène, c'était du jamais vu à l'époque, Lee et Ditko ont fréquemment fait preuve d'inventivité pour les combats.

    De plus John Romita Sr a déclaré son admiration envers l'imagination intarissable dont faisait preuve son ami Jack Kirby (un génie du 9e Art, de la même trempe que Hergé et Osamu Tezuka), il disait qu'il n'avait jamais rencontré dans sa vie un homme ayant autant d'idées que Kirby. Il avait même ajouté que dans ses rêves les plus fous, il n'aurait jamais imaginé un personnage de l'envergure de Galactus (crée par Kirby) capable de dévorer des planètes.

    Pour le Comics Code, Stan Lee fut l'un des premiers à le braver. Il voulait traiter du problème de la drogue dans Spider-Man pour faire prendre conscience au lectorat de le menace et du danger que représentent ces produits, mais il était stipulé dans le Comics Code qu'il était strictement interdit d'en parler. Et en ce temps là, publier un comics sans ce sceau, c'était la faillite garantie (les EC comics qui étaient des BDs horrifiques en furent les premières victimes). Stan Lee sortit malgré tout ce numéro de Spidey en 1971, sans l'approbation du Comics Code (et sans avoir mit le sceau) et les responsables de ce dernier voulurent sévir. Néanmoins, le ministère de la santé apporta son soutien à l'auteur et Lee ainsi que Marvel Comics furent tirés d'affaire. A partir de cet événement charnière, les comics reprirent partiellement leur liberté…

    En revanche, là ou je suis davantage d'accord avec toi, c'est qu'on ne peut nier qu'il y a un fort aspect commercial gravitant autour des super héros les plus populaires.

    Citation (Guilhem @ 09/12/2011 15:10)
    Pour cette raison, je ne me suis jamais vraiment penché sur les DA de super-héros : même si beaucoup d'entre eux sont arrivés dans la période post-Watchmen/Dark Knight qui se caractérise par des récits sombres et des héros tourmentés, je regrette qu'ils n'aient retenu que ça de ces deux références quand, pourtant, celles-ci avaient bien plus à proposer…

    Tu aurais du regarder la série animée de Superman de Bruce Timm: elle est loin de se cantonner à cette catégorie et bascule d'un genre à l'autre avec aisance sans que cela ne paraisse incohérent au spectateur.

    On peut en dire de même de “La Ligue des Justiciers” ou de la série animée récente de “Batman l'alliance des héros”.
    C'est vraiment dommage que tu sois passé à côté de ces séries de Bruce Timm, car, avec les meilleures séries animées satiriques qui se réclament du genre (Les Simpson, Daria, South Park, King of the Hill), elles font partie du haut du panier de l'animation américaine télévisée, tant en terme d'écriture que de réalisation technique.
    Et “Batman the Animated Series” a eu une influence considérable sur l'animation mondiale: des séries françaises comme Chris Colorado, Bob Morane, le Magicien… ont un graphisme clairement influencé par le character design “carré” de Bruce Timm.
    Elle a eu aussi un impact sur l'animation japonaise.
    Pour Cowboy Bebop, le personnage de Pierrot le Fou est clairement inspiré de l'ennemi juré de Batman le Joker (sans compter que le titre de l'épisode et le nom de ce psychopathe sont inspirés d'un film du même nom de Godard).
    Enfin, une série comme “The Big Ô” a une mise en scène, un character design et une ambiance sombre fortement influencés par Batman TAS, tout en ayant des qualités remarquables qui lui soient propres.

    Citation (Guilhem @ 09/12/2011 15:10)
    Mais c'est précisément ça le problème, que le temps ne s'écoule pas aussi vite et qu'il n'y a pas d'ellipses : au final, on se retrouve avec des perso éternellement jeunes, ou presque – c'est une manière tout à fait artificielle d'entretenir le succès commercial.

    Je te signale que c'est exactement la même chose pour la plupart des héros de BDs franco belges:
    Spirou et Fantasio, Lucky Luke, Boule et Bill, Buck Danny, Tif et Tondu, Blake et Mortimer, les Schtroumpfs, Cubitus, Achille Talon…
    Cela fait entre 60 et 80 ans que ces personnages existent et que leurs aventures se poursuivent à l'heure actuelle avec différents auteurs qui se sont succédés sur ces titres cultes…
    Et là aussi, les héros ne vieillissent pas ou alors si peu…
    Et là, curieusement, sur les différents sites ou forums francophones ou je suis allé, je n'ai vu personne monter au créneau ou crier au scandale pour le traitement “à rallonge” de ces héros cultes de la BD franco belge.

    Donc, ce qu'on fait en France et en Belgique à ce niveau là c'est bien, mais si les américains font la même chose avec leurs personnages, c'est mal?

    Parmi les rares exceptions de classiques de la BD franco belge, on peut citer Tintin et Gaston Lagaffe étant donné que Franquin et Hergé ont refusé que leurs créations soient reprises par d'autres.

    Aux USA, il y a aussi des exceptions. Ainsi pour le personnage du Fantôme du Bengale (crée par Lee Falk le père de Mandrake le Magicien), les héros ayant revêtu ce costume de justicier vieillissent en temps réel, et plusieurs personnes différentes se sont succédées et ont repris le flambeau. A l'heure actuelle, c'est l'arrière arrière petit fils du Fantôme du Bengale originel qui porte le costume.

    Plus récemment dans Ultimate Spider-Man, ce n'est plus Peter Parker qui est Spider-Man et c'est un autre jeune homme qui lui a succédé.

    Citation (Guilhem @ 08/12/2011 12:42)
    Ce qui n'empêche pas ces prod de connaître exactement les mêmes défauts : suites de suites de suites, reboots à foison, etc… Tout dépend de leur succès à l'audimat ou au box office, en fait…

    Si la qualité est au rendez vous, je ne vois pas ou est le problème.
    Et je suis d'accord avec Feanor, il n'y à qu'a voir l'univers qu'a bâti Bruce Timm: cela a commencé avec “Batman the Animated Series” (1992) et cela s'est conclu avec Justice League Unlimited (2006): ces séries sont interconnectées, il y a un début, un milieu et une fin avec des personnages qui évoluent ainsi que leurs relations.

    Citation (Guilhem @ 08/12/2011 12:42)
    C'est bien là que je voulais en venir : j'ai pas de fric à mettre dans des trucs sans fin compte tenu de leur intérêt limité… 😉

    Pour toi peut être, pour nous certainement pas. Et puis intérêt limité, cela dépend, certains comics de super héros sont effectivement nuls tandis que d'autres sont passionnants et exceptionnels.
    A titre personnel, j'achète beaucoup plus de comics que de mangas, car, à l'heure actuelle, peu de séries en mangas m'attirent et je me concentre sur celles que je collectionne comme H2, Ashita no Joe ou bien Saint Seiya the Lost Canvas…

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #279824

    Citation (Guilhem @ 09/12/2011 15:10)
    Mais c'est précisément ça le problème, que le temps ne s'écoule pas aussi vite et qu'il n'y a pas d'ellipses : au final, on se retrouve avec des perso éternellement jeunes, ou presque – c'est une manière tout à fait artificielle d'entretenir le succès commercial.


    Mais ce n'est pas du tout un problème! Comme le dit Xanatos, ça n'a jamais gêné qui que ce soit de suivre les histoires de Valerian et Laureline, de Spirou, des schtroumpfs, de Boule et Bill…depuis tant d'années, sans qu'ils ne vieillissent!
    Et de toute façon, il n'y a pas d'oeuvre qui ne soit pas commerciale, ou du moins qui n'en ait la volonté! Les auteurs veulent tous être reconnus, et être reconnu c'est pouvoir vivre de son art!
    Et d'ailleurs, le public américain des comics est essentiellement adulte, et les super-héros aussi, en fait!
    Mais comme je l'ai déjà dit, j'aimerais qu'il y ait plus de nouveaux super-héros, de manière plus régulière!

    Citation (Guilhem @ 09/12/2011 15:10)
    Ben, justement, non : si j'en crois un de mes amis très bon connaisseur à la fois des super-héros en général mais aussi de la SF, les deux sont la même chose, sauf que la première est plus pauvre que la seconde, ou plutôt qu'elle n'exploite pas son potentiel à sa juste valeur – ce qui n'est pas tout à fait la même chose…


    Juger les comics de super-héros en tant qu'oeuvres de SF est, je trouve, une grosse erreur!
    Je pense sincèrement que le genre super-héros est un genre à part, qui a ses propres rêgles, et qui se passe très bien du cloisonnement de la SF!

    Citation (Guilhem @ 09/12/2011 15:10)
    Bien sûr, mais il n'empêche qu'il a conditionné les bases de la plupart des super-héros majeurs, ceux-là même qui ont survécu jusqu'à de nos jours, et les auteurs d'aujourd'hui ne parviennent qu'avec beaucoup de difficultés à se dépêtrer de ces limites imposées jadis par un système devenu obsolète mais qui demeure prépondérant puisqu'il a fondé les bases « classiques » du genre et que le public veut retrouver celles-ci à un degré ou à un autre dans les productions actuelles.


    C'est absolument faux! Le comic code était souvent contourné lorsqu'il existait, et il n'a pas été créé avec les comics de super-héros, il est né pendant le Maccarthysme, en 54! Pendant des décennies, les auteurs ont fait ce qu'ils voulaient! Et d'ailleurs, d'une certaine manière, c'est “grâce” à ce Comic Code que des maisons d'éditions plus adultes sont nées dans les années 80-90 (Dark Horse, Image…), se passant bien de leur autorisation! Et si influence il y a eu, c'est bien du côté des nouvelles maisons d'éditions qu'il fallait la chercher! Marvel et DC ont évolué de peur de se ringardiser! En fait, même DC et Marvel n'en avaient cure du Comic Code, au bout d'un moment! Son influence est donc très relative, bien plus que tu ne le penses, surtout aujourd'hui.

    Citation (Guilhem @ 09/12/2011 15:10)
    Je n'ai jamais dit le contraire, mais je ne vois pas en quoi ça devrait m'empêcher de souligner le mauvais quand il y en a : je ne fais que donner mon avis à la suite d'akiko_12, ce n'est pas une tentative d'agression !


    Et moi, je ne vois pas à quel moment j'ai pu donner l'impression d'avoir été agressé!
    C'est étonnant comme une opinion contradictoire peut vite être prise comme une agression!
    Nous n'avons pas du tout le même point de vue sur le sujet, et tu penses tout de suite que je réagis comme si j'avais été agressé?!
    Je t'assure que ce n'est absolument pas le cas, Guilhem! Il s'agit d'un petit débat, rien de plus, Keep cool! 😁

    Citation (Guilhem @ 09/12/2011 15:10)
    Ensuite, je te trouve quand même un peu gonflé de comparer les comics de super-héros aux mangas et aux animes en général : ces derniers, tout comme les comics d'ailleurs, ne se cantonnent pas qu'aux super-héros – essayons de comparer ce qui est comparable, et pour autant qu'une comparaison soit vraiment la bienvenue pour commencer. D'ailleurs, je ne connais aucun titre de manga, de super-héros ou pas, qui dure depuis un demi-siècle : même Dragon Ball a connu une fin, et à part Guyver – dont la publication dure maintenant depuis 1985 – je ne vois aucun titre à la longévité aussi exceptionnelle que celle d'un comics de super-héros – par contre, il y a bien des séquelles et des reboots pour les séries et les films, oui : le schéma semble assez clairement copié sur celui des comics de super-héros…


    Pourquoi gonflé? 😉 Les comics de super-héros sont la première forme de bande-dessinée lue aux états-unis que je sache, tout comme les manga au Japon. La comparaison me semble tout-à-fait justifiée!
    Ensuite, comme le dit Veggie, Kochi Kame, Sazae san sont des exemples parlants de longévité, mais il y a aussi Golgo 13, qui a été créé en 69! Il y a aussi Ippo, qui continue depuis vingt ans, comme Crayon Shin-Chan, dont la mort récente de l'auteur a arrêté la publication, mais qui va reprendre avec un autre auteur! Il y a aussi Glass no Kamen, commencé en 76!

    Citation (Guilhem @ 09/12/2011 15:10)
    Évidemment que certains auteurs sont meilleurs que d'autres, mais ça n'empêche pas que la plupart des productions de super-héros, et surtout les titres emblématiques, sont des copies quasi carbone des autres : elles ne sont pas identiques mais restent superposables, et notamment en raison de contraintes mercantiles spécifiques à ce genre, celles déjà évoquées plusieurs fois ici.


    C'est ton avis! Pour ma part, je ne suis absolument pas d'accord, il y a une grande quantité de thèmes développés dans les comics et par extension, dans les animés de super-héros! Et comme pour les manga, la profusion de titres amène inévitablement des doublons, mais ça ne les rend pas moins “nobles” que le reste de la production mondiale!
    Après, chacun voyage! Je n'ai pas l'intention de te forcer à voir un dessin animé de super-héros ou à lire un comic, tu as fait ton choix, ce que je respecte, j'ai fait le mien…chacun voyage!

    "With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
    Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

    Guilhem
    Membre
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    Guilhem le #279825

    Citation (veggie11 @ 09/12/2011 15:46)
    Juste une petite rectification : le manga toujours en cours en publication après des décennies n'est pas Guyver mais bien Kochira Katsushika-ku Kameari Kōen-mae Hashutsujo (souvent raccourci en Kochikame), connu pour être l'un des titres phares du magazine Shônen Jump depuis 1976 avec 170 volumes et toujours en cours. Il est également connu pour êre le manga au titre le plus long.

    L'anime le plus long toujours en cours de diffusion est Sazae-san qui depuis 1969 est toujours premier en terme d'audience.


    ???

    Pour ce que j'en vois sur ANN, le Guyver de Yoshiki Takaya est bien toujours en cours de publication depuis 1985…

    Et pour ce que je lis du titre que tu évoques, je n'y vois rien qui ressemble de près ou de loin à des super-héros :je donnais l'exemple de Guyver car celui-ci présente un personnage qui utilise une armure biomécanique lui conférant des capacités surhumaines, comme un super-héros donc…

    Mais je n'ai peut-être pas bien compris où tu voulais en venir ceci dit…

    Guilhem
    Membre
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    Guilhem le #279826

    Citation (Xanatos @ 09/12/2011 16:38)
    Je ne vois pas en quoi le fait de s'identifier à un super héros signifie qu'on est prétendument atteint du syndrome de Peter Pan.

    Les fans de comics que je connais bien dans ma ville ont entre 25 et 50 ans et ce sont des personnes charmantes et parfaitement saines de corps et d'esprit: ce sont pour la plupart des gens mariés, qui ont un travail et des enfants et cela ne les empêche pas pour autant d'éprouver un plaisir immense à lire de bons comics de super héros.
    Et aucun d'entre eux ne m'a donné l'impression d'être immature ou irresponsable.
    Ils sont même bien plus mûrs et équilibrés mentalement que certains supporters abrutis d'équipes de football qui tabassent dans le stade les supporters de l'équipe adverse! (dieu merci, tous les fans de foot sont loin d'être tous comme eux!)

    Selon moi, une personne atteinte du fameux “syndrome de Peter Pan” c'est quelqu'un d'irresponsable, qui se laisse vivre et qui ne se prend jamais en main. Or parmi les fans de comics de super héros que je connais, ce n'est le cas d'aucun d'entre eux.

    […]


    Et bien, ce n'est pas si simple en fait : on peut très bien être atteint d'une certaine forme de refus de grandir sans pour autant être socialement inapte, il ne faut pas croire tout ce qu'on lit dans les journaux. D'autre part, la notion d'« adulescent » existe depuis longtemps et concerne des tas de gens dans la tranche d'âge que tu donnes, et il n'y a rien de répréhensible là-dedans ; d'ailleurs, ce ne sont pas les comics de super-héros (ni même les mangas ou encore les BD en général) qui en sont la cause, ils n'en sont que le symptôme, et encore une fois il n'y a aucune honte à avoir sur ce point : ça n'empêche aucunement d'être quelqu'un de très bien – cette remarque ne se voulait pas une agression ni une insulte, juste une tentative d'étayer mon propos sur la longévité remarquable des super-héros comme élément de la fascination qu'ils exercent sur leur public…

    Citation (Xanatos @ 09/12/2011 16:38)
    […]

    Si Spider-Man a eu un succès aussi foudroyant c'est pour plusieurs raisons. D'une part, parce qu'il a des super pouvoirs qui lui sont spécifiques (comme son 6e sens d'araignée) et d'autre part parce qu'il avait des problèmes crédibles: il est criblée de dettes, a toujours des problèmes d'argent, il a un mal fou à emballer les filles…
    Le génie de Stan Lee c'est d'avoir fait un héros aux victoires à la Pyrrhus, et il avait des soucis proches des lecteurs adolescents qui faisaient qu'ils s'identifiaient bien plus facilement à lui qu'à d'autres super héros.
    Stan Lee a su innover dans le genre et voulait que la vie privée de ses héros soit aussi passionnante que leurs aventures.

    […]


    Il a d'ailleurs suivi une méthode semblable avec les X-Men, avec autant de succès d'ailleurs, et pour de bonnes raisons.

    Tout le problème étant que la méthode n'a pas changé depuis un demi-siècle.

    Je ne remets pas en question l'inventivité des auteurs de la première époque, je déplore que les auteurs actuels suivent les rails de leurs aînés sans réelles tentatives d'innovation et au lieu de ça se conforment à un modèle établi dans un autre temps…

    Citation (Xanatos @ 09/12/2011 16:38)
    […]

    Pour information, William Moulton Marston le créateur de Wonder Woman fut également le créateur du détecteur de mensonges qui a pendant des années fort utile à la police. L'une des aptitudes de Wonder Woman était de détenir un lasso de vérité qui faisait dire la vérité aux gens qu'elle ligotait, et Marston s'en est inspiré plus tard pour créer le détecteur de mensonges.

    De même, si le Lave Vaisselle a été crée au début du XXe siècle, dans les années 60, les entreprises s'étaient inspirés d'un numéro des 4 Fantastiques ou Red Richards avait crée un lave vaisselle ayant les futures caractéristiques définitives de cet appareil. Les Lave Vaisselles commercialisés au début des années 80 avaient des spécificités techniques identiques à celles de cette BD des 4 Fantastiques des années 60.

    […]


    Ce n'est pas de l'influence des œuvres de (science-)fiction sur la réalité que je parlais, mais de l'absence d'influence des inventions fictives sur le monde fictif où elles apparaissent : quelles que soient les créations fantastiques de Red Richards, par exemple, celles-ci n'ont aucune influence sur le monde où elles apparaissent qui continue à ressembler trait pour trait à la réalité telle que nous la connaissons – c'est l'archétype du savant fou qui produit des inventions géniales dans son labo ultra-secret comme on le voit dans les récits de proto-SF de la seconde moitié du XXe siècle. C'est un propos simple et sans aucune ambition spéculative, c'est tout ce que je voulais dire.

    Citation (Xanatos @ 09/12/2011 16:38)
    […]

    Manque d'imagination… Voilà une description excessivement généraliste pour décrire les comics de super héros.

    Quand j'ai découvert les comics de Spider-Man écrits par Stan Lee et illustrés par Steve Ditko, j'ai au contraire était frappé par l'imagination débordante dont faisaient preuve les auteurs.
    Le fait que Spider-Man se serve de ses toiles d'araignée comme catapultes, de parachute, de masque à oxygène, c'était du jamais vu à l'époque, Lee et Ditko ont fréquemment fait preuve d'inventivité pour les combats.

    De plus John Romita Sr a déclaré son admiration envers l'imagination intarissable dont faisait preuve son ami Jack Kirby (un génie du 9e Art, de la même trempe que Hergé et Osamu Tezuka), il disait qu'il n'avait jamais rencontré dans sa vie un homme ayant autant d'idées que Kirby. Il avait même ajouté que dans ses rêves les plus fous, il n'aurait jamais imaginé un personnage de l'envergure de Galactus (crée par Kirby) capable de dévorer des planètes.

    […]


    Comme je l'expliquais plus haut, ce ne sont pas les créations de la première heure que je critique, mais le fait que celles-ci se voient sans cesse copiées puis recopiées, sans aucune réelle tentative d'innovation de la part des auteurs contemporains qui se conforment à un moule établi par d'autres…

    Pour cette raison, le genre super-héros est passé d'immensément créatif à celui de tout à fait sclérosé.

    Citation (Xanatos @ 09/12/2011 16:38)
    […]

    Pour le Comics Code, Stan Lee fut l'un des premiers à le braver. Il voulait traiter du problème de la drogue dans Spider-Man pour faire prendre conscience au lectorat de le menace et du danger que représentent ces produits, mais il était stipulé dans le Comics Code qu'il était strictement interdit d'en parler. Et en ce temps là, publier un comics sans ce sceau, c'était la faillite garantie (les EC comics qui étaient des BDs horrifiques en furent les premières victimes). Stan Lee sortit malgré tout ce numéro de Spidey en 1971, sans l'approbation du Comics Code (et sans avoir mit le sceau) et les responsables de ce dernier voulurent sévir. Néanmoins, le ministère de la santé apporta son soutien à l'auteur et Lee ainsi que Marvel Comics furent tirés d'affaire. A partir de cet événement charnière, les comics reprirent partiellement leur liberté…

    […]


    Cet exemple fait un peu exception à la règle : pour une tentative couronnée de succès de Stan Lee, combien d'échecs ? Pour un auteur qui a osé braver la loi, combien ont préféré se planquer ? On ne le saura jamais, mais il y a fort à parier qu'ils constituent l'écrasante majorité…

    Citation (Xanatos @ 09/12/2011 16:38)
    […]

    Tu aurais du regarder la série animée de Superman de Bruce Timm: elle est loin de se cantonner à cette catégorie et bascule d'un genre à l'autre avec aisance sans que cela ne paraisse incohérent au spectateur.

    On peut en dire de même de “La Ligue des Justiciers” ou de la série animée récente de “Batman l'alliance des héros”.
    C'est vraiment dommage que tu sois passé à côté de ces séries de Bruce Timm, car, avec les meilleures séries animées satiriques qui se réclament du genre (Les Simpson, Daria, South Park, King of the Hill), elles font partie du haut du panier de l'animation américaine télévisée, tant en terme d'écriture que de réalisation technique.
    Et “Batman the Animated Series” a eu une influence considérable sur l'animation mondiale: des séries françaises comme Chris Colorado, Bob Morane, le Magicien… ont un graphisme clairement influencé par le character design “carré” de Bruce Timm.
    Elle a eu aussi un impact sur l'animation japonaise.
    Pour Cowboy Bebop, le personnage de Pierrot le Fou est clairement inspiré de l'ennemi juré de Batman le Joker (sans compter que le titre de l'épisode et le nom de ce psychopathe sont inspirés d'un film du même nom de Godard).
    Enfin, une série comme “The Big Ô” a une mise en scène, un character design et une ambiance sombre fortement influencés par Batman TAS, tout en ayant des qualités remarquables qui lui soient propres.

    […]


    J'ai dit que je ne m'étais jamais vraiment penché dessus, pas que je ne m'étais pas du tout penché dessus, et ce que j'en ai vu ne m'a pas convaincu assez pour que j'ai envie de continuer à regarder – j'aurais peut-être dû, ceci dit, mais j'avais peut-être des choses plus urgentes à faire aussi…

    Par contre, je ne nie absolument pas l'influence que ces œuvres ont pu avoir sur d'autres : c'est un mécanisme bien connu dans la création artistique, ça, de se laisser influencer par le travail des autres, c'est même typique.

    Mais ce n'est pas parce-que des œuvres s'inspirent d'autres que les sources d'inspiration sont forcément géniales, tout au plus peut-on dire qu'elles ont fait une impression…

    Citation (Xanatos @ 09/12/2011 16:38)
    […]

    Je te signale que c'est exactement la même chose pour la plupart des héros de BDs franco belges:
    Spirou et Fantasio, Lucky Luke, Boule et Bill, Buck Danny, Tif et Tondu, Blake et Mortimer, les Schtroumpfs, Cubitus, Achille Talon…
    Cela fait entre 60 et 80 ans que ces personnages existent et que leurs aventures se poursuivent à l'heure actuelle avec différents auteurs qui se sont succédés sur ces titres cultes…
    Et là aussi, les héros ne vieillissent pas ou alors si peu…
    Et là, curieusement, sur les différents sites ou forums francophones ou je suis allé, je n'ai vu personne monter au créneau ou crier au scandale pour le traitement “à rallonge” de ces héros cultes de la BD franco belge.

    Donc, ce qu'on fait en France et en Belgique à ce niveau là c'est bien, mais si les américains font la même chose avec leurs personnages, c'est mal?

    Parmi les rares exceptions de classiques de la BD franco belge, on peut citer Tintin et Gaston Lagaffe étant donné que Franquin et Hergé ont refusé que leurs créations soient reprises par d'autres.

    Aux USA, il y a aussi des exceptions. Ainsi pour le personnage du Fantôme du Bengale (crée par Lee Falk le père de Mandrake le Magicien), les héros ayant revêtu ce costume de justicier vieillissent en temps réel, et plusieurs personnes différentes se sont succédées et ont repris le flambeau. A l'heure actuelle, c'est l'arrière arrière petit fils du Fantôme du Bengale originel qui porte le costume.

    Plus récemment dans Ultimate Spider-Man, ce n'est plus Peter Parker qui est Spider-Man et c'est un autre jeune homme qui lui a succédé.

    […]


    Tu fais bien d'aborder le sujet de la BD franco-belge car c'est quelque chose que je déplore profondément, j'en parlais d'ailleurs dans un sujet sur Yoko TsunoLord Yupa m'avait encouragé à donner mon avis sur le dernier tome de la série paru il y a peu : j'y disais en substance à peu près la même chose que ce que j'ai pu dire ici sur les super-héros, bien qu'en beaucoup plus sommaire, et je pourrais dire pareil pour la plupart des exemples que tu évoques…

    Quant aux exceptions, il y en a toujours, bien évidemment, mais par définition on ne peut en tirer une généralité, or si on ne fait pas de généralités on ne parle jamais de rien, précisément parce qu'il y a toujours des exceptions…

    Citation (Xanatos @ 09/12/2011 16:38)
    […]

    Si la qualité est au rendez vous, je ne vois pas ou est le problème.
    Et je suis d'accord avec Feanor, il n'y à qu'a voir l'univers qu'a bâti Bruce Timm: cela a commencé avec “Batman the Animated Series” (1992) et cela s'est conclu avec Justice League Unlimited (2006): ces séries sont interconnectées, il y a un début, un milieu et une fin avec des personnages qui évoluent ainsi que leurs relations.

    […]


    Ma fois, tout dépend de ce qu'on appelle « qualité » on dirait…

    Citation (Xanatos @ 09/12/2011 16:38)
    […]

    Pour toi peut être, pour nous certainement pas. Et puis intérêt limité, cela dépend, certains comics de super héros sont effectivement nuls tandis que d'autres sont passionnants et exceptionnels.
    A titre personnel, j'achète beaucoup plus de comics que de mangas, car, à l'heure actuelle, peu de séries en mangas m'attirent et je me concentre sur celles que je collectionne comme H2, Ashita no Joe ou bien Saint Seiya the Lost Canvas…


    🙄

    Bub
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    bub le #279827

    Je trouve tout ce débat un peu biaisé.

    Les aventures des super héros ne sont pas des publications sous forme de feuilleton, elles ont vocation à être renouvelées à chaque épisode, c'est le genre qui veut ça, et ça remonte à Popeye, Mandrake, Tarzan, Buck Rogers, etc. Les super pouvoirs sont juste le prétexte de l'action dans ce type de récit. Un pouvoir particulier permettant de résoudre le problème du moment (les épinards), un point faible qui met le héros en péril (olive), un méchant récurrent toujours prompt à pourrir la vie du héros et un univers immuable dans la grande tradition des cartoons américains.
    C'est un style, qui à mes yeux doit bien moins à la SF qu'à la tradition cartoonist américaine (sauf dans les cartoons, c'est comique, mais les personnages aussi sont immortels, font des trucs qui défient la physique, devraient mourir à chaque gag, etc.).
    Les super héros visent simplement un public ado. Lui reprocher son manque de maturité, c'est hors sujet.
    Que les histoires ne finissent jamais, c'est faux. Les histoires sont simplement limitées à un numéro ou rarement plus.
    C'est le principe même du héros récurrent. James Bond c'est pas autre chose. Projeté dans un univers futuriste ça donne Cobra, autre héros immuable aux aventures qui ne finissent jamais et pourtant sans cesse renouvelées depuis 1978.
    Après que l'on regrette que les héros n'évoluent pas, c'est un autre débat. Mais quand on développe un certain type de récit (sur le mode du "cartoon" pour bien illustrer l'idée : les Simpson, Gaston Lagaffe, Popeye, Superman, James Bond, Indiana Jones, Colombo, Hercule Poirot, Picsou, Donald, Cobra, Lucky Luke, etc.), il n'y a rien d'étonnant à ce que le héros reste éternel, c'est même ce qui le définit précisément. Et en aucun cas c'est un signe d'immaturité ou de pauvreté du récit. D'ailleurs, les plus anciens héros de BD toujours en service sont Pim, Pam et Poum depuis plus de 110 ans !!!!
    Sinon cela devient du feuilleton, et cela met en scène des personnages qui évoluent en même temps que le lecteur (Son Goku et tous les héros de shonen en général, Harry Potter, Luke Skywalker, Wakfu, la BD franco belge dite "adulte" – ah ah !). Et les contraintes scénaristiques deviennent tout autres.

    Pour le "cartoon", il s'agit pour l'auteur d'être suffisamment créatif pour être capable de renouveler les aventures de ses personnages dans un univers figé. C'est pourquoi certains héros passent de mains en mains, et poursuivent leurs aventures encore aujourd'hui. Si l'auteur a été capable de créer un univers suffisamment ouvert dès le départ, le potentiel scénaristique est alors infini (Cobra).
    Pour le "feuilleton", l'auteur se doit de respecter l'évolution temporelle de son univers. Au fur et à mesure que son récit se développe, il verrouille petit à petit toutes les possibilités de pouvoir renouveler son récit. Cela donne donc forcément un caractère réaliste à ce type de récit puisque le déroulement doit paraitre crédible en fonction de l'univers mis en place par l'auteur. Ainsi, pour Dragon Ball, Toriyama n'a eu d'autre choix que de développer son univers de la Terre vers l'univers puis les voyages dans le temps et l'autre monde pour poursuivre son histoire, jusqu'à jeter l'éponge. Idem pour Kenshin, quand l'auteur a fait le tour du passé du héros, ce fut terminé. Un récit de type feuilleton est comme un entonnoir qui mène vers une seule issue possible. A charge pour l'auteur de poser les bases d'un univers suffisamment ouvert pour aller loin (One Piece, où chaque île est potentiellement un départ à zéro en soi), sinon la fin apparaitra bien souvent précipitée et bâclée par un auteur qui ne sait plus comment s'en sortir (20th century boys, Ranma 1/2, Dragon Ball, etc.), ce qui est encore pire quand l'auteur est sousla pression de l'éditeur de prolonger artificiellement son récit).

    Donc les super héros appartiennent à ce genre que j'appelle "cartoon". C'est un choix éditorial, qu'on peut ne pas apprécier, mais en ce cas, il faudrait aussi le reprocher à Dr Slump, Cobra, Doraemon, Golgo 13, Mes voisins les Yamada, Détective Conan, etc.

    Edit : en fait, pour les écrivains en herbe, il y a un choix à faire avant de commencer à écrire.
    J'ai un projet d'histoire de pirate de l'espace, mais comment je vais le raconter ?
    1/ vais-je créer un univers figé intemporel qui me permettra toutes les fantaisies et le renouvellement aisé de mes , voire de les croiser avec d'autres personnages que j'ai créé dans le même univers ?
    ou 2/ vais-je créer un univers évolutif, en sachant pertinemment que j'aurais alors de grosses difficultés à développer mon histoire et ses incohérences qui se présenteront au fur et à mesure que j'avancerai ? et que je devrais expliquer longuement les motivations et les choix de mes héros ?
    C'est ce choix au départ qui va déterminer le genre du récit.
    1/ sera favorisé pour les séries comiques, policières, aventures, contes, super héros.
    2/ sera utilisé pour les récits intimistes, dramatiques, romans d'apprentissages.
    On peut essayer de franchir les normes, de dépasser ces contraintes, mais là il faut un réel talent et sens aigu de la narration rare.

    Guilhem
    Membre
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    Guilhem le #279828

    Citation (feanor curufinwe @ 09/12/2011 19:04)
    Mais ce n'est pas du tout un problème! Comme le dit Xanatos, ça n'a jamais gêné qui que ce soit de suivre les histoires de Valerian et Laureline, de Spirou, des schtroumpfs, de Boule et Bill…depuis tant d'années, sans qu'ils ne vieillissent!

    […]


    Là, tu as parlé trop vite : cf. ce que je répondais à Xanathos sur ce point…

    Par contre, Valérian et Laureline s'est arrêtée il y a peu ; d'autre part, que leurs aventures aient duré aussi longtemps peut très bien s'expliquer par le fait qu'ils viennent du futur : au contraire des super-héros, ils ne partagent pas le présent avec nous et on ne peut mesurer l'étendue de leurs vies avec autant d'exactitude que celle des super-héros…

    Citation (feanor curufinwe @ 09/12/2011 19:04)
    […]
    Et de toute façon, il n'y a pas d'oeuvre qui ne soit pas commerciale, ou du moins qui n'en ait la volonté! Les auteurs veulent tous être reconnus, et être reconnu c'est pouvoir vivre de son art!
    […]


    Euh… Attention à ce que tu dis quand même : on justifie tout comme ça, y compris les pires daubes…

    Citation (feanor curufinwe @ 09/12/2011 19:04)
    […]
    Et d'ailleurs, le public américain des comics est essentiellement adulte, et les super-héros aussi, en fait!
    […]


    Ben évidemment, sinon je ne parlerais pas de refus de grandir…

    Citation (feanor curufinwe @ 09/12/2011 19:04)
    […]
    Juger les comics de super-héros en tant qu'oeuvres de SF est, je trouve, une grosse erreur!
    Je pense sincèrement que le genre super-héros est un genre à part, qui a ses propres rêgles, et qui se passe très bien du cloisonnement de la SF!
    […]


    D'abord,la SF n'est pas forcément aussi cloisonnée que tu sembles le croire…

    Ensuite, j'aimerais bien lire autre chose que « je pense que… », « je crois que… », etc : c'est un peu facile !

    Citation (feanor curufinwe @ 09/12/2011 19:04)
    […]

    C'est absolument faux! Le comic code était souvent contourné lorsqu'il existait, et il n'a pas été créé avec les comics de super-héros, il est né pendant le Maccarthysme, en 54! Pendant des décennies, les auteurs ont fait ce qu'ils voulaient! Et d'ailleurs, d'une certaine manière, c'est “grâce” à ce Comic Code que des maisons d'éditions plus adultes sont nées dans les années 80-90 (Dark Horse, Image…), se passant bien de leur autorisation! Et si influence il y a eu, c'est bien du côté des nouvelles maisons d'éditions qu'il fallait la chercher! Marvel et DC ont évolué de peur de se ringardiser! En fait, même DC et Marvel n'en avaient cure du Comic Code, au bout d'un moment! Son influence est donc très relative, bien plus que tu ne le penses, surtout aujourd'hui.

    […]


    Houla… Procédons par ordre…

    Pendant des décennies, les auteurs ont fait ce qu'ils voulaient et ils ont pour l'essentiel fait de la merde. À moins que tu considères les super-héros des années trente et quarante comme des chefs-d'œuvres du genre – oui, je sais, il y a des exceptions, bla-bla-bla… Mais là tu confonds peut-être classique, ou œuvre fondatrice, et chef-d'œuvre. Ou alors, pire, que tu crois que les créations de l'époque proposaient des scénarios aboutis, des personnages complexes, des illustrations de qualité, etc.

    Ensuite, les maisons d'édition nées dans les années 80-90 : tiens, c'est l'époque de Miracleman et de Watchmen, que je citais comme les premiers véritables exemples de science-fiction dans les super-héros, quel curieux hasard… Donc, tu admets que le comics code a eu une influence prépondérante sur les super-héros pendant près de quarante ans sur à peine un peu plus d'un demi-siècle d'existence du genre : c'est à peu près ce que je voulais dire

    Citation (feanor curufinwe @ 09/12/2011 19:04)
    […]

    Et moi, je ne vois pas à quel moment j'ai pu donner l'impression d'avoir été agressé!
    C'est étonnant comme une opinion contradictoire peut vite être prise comme une agression!
    Nous n'avons pas du tout le même point de vue sur le sujet, et tu penses tout de suite que je réagis comme si j'avais été agressé?!
    Je t'assure que ce n'est absolument pas le cas, Guilhem! Il s'agit d'un petit débat, rien de plus, Keep cool! 😁

    […]


    Mais je suis cool…

    Par contre, quand je vois vos réponses à rallonge quant à mes deux petites remarques postées dans la foulée de celle d'akiko_12, je me dis que j'ai heurté la corde sensible…

    Citation (feanor curufinwe @ 09/12/2011 19:04)
    […]

    Pourquoi gonflé? 😉 Les comics de super-héros sont la première forme de bande-dessinée lue aux états-unis que je sache, tout comme les manga au Japon. La comparaison me semble tout-à-fait justifiée!
    […]


    Les mangas en général et non les mangas de super-héros en particulier.

    Les comics de super-héros sont une facette des comics en général, tout comme les mangas de super-héros sont une facette des mangas en général : merci donc de comparer une facette d'une culture à son équivalent dans une autre culture, donc de comparer les comics de super-héros aux mangas de super-héros et non aux mangas en général.

    Maintenant que ceci est éclairci, j'aimerais connaître des titres de mangas de super-héros qui se perpétuent depuis cinquante ans ou à peu près – s'il en existe…

    Citation (feanor curufinwe @ 09/12/2011 19:04)
    […]
    Ensuite, comme le dit Veggie, Kochi Kame, Sazae san sont des exemples parlants de longévité, mais il y a aussi Golgo 13, qui a été créé en 69! Il y a aussi Ippo, qui continue depuis vingt ans, comme Crayon Shin-Chan, dont la mort récente de l'auteur a arrêté la publication, mais qui va reprendre avec un autre auteur! Il y a aussi Glass no Kamen, commencé en 76!

    […]


    Oui, oui… La règle, les exceptions, etc… Et les BD franco-belges qui souffrent du même syndrome que les comics de super-héros à deux balles…

    Citation (feanor curufinwe @ 09/12/2011 19:04)
    […]

    C'est ton avis! Pour ma part, je ne suis absolument pas d'accord, il y a une grande quantité de thèmes développés dans les comics et par extension, dans les animés de super-héros! Et comme pour les manga, la profusion de titres amène inévitablement des doublons, mais ça ne les rend pas moins “nobles” que le reste de la production mondiale!
    Après, chacun voyage! Je n'ai pas l'intention de te forcer à voir un dessin animé de super-héros ou à lire un comic, tu as fait ton choix, ce que je respecte, j'ai fait le mien…chacun voyage!


    Mais ce n'est pas parce-qu'il y a une grande quantité de thèmes développés que ces thèmes sont forcément intéressants ou même innovants, c'est tout ce que je voulais dire… Ça n'empêche pas de les trouver distrayants, bien sûr…

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Xanatos le #279829

    Citation (Guilhem @ 10/12/2011 13:31)
    Il a d'ailleurs suivi une méthode semblable avec les X-Men, avec autant de succès d'ailleurs, et pour de bonnes raisons.

    Tout le problème étant que la méthode n'a pas changé depuis un demi-siècle.

    Je ne remets pas en question l'inventivité des auteurs de la première époque, je déplore que les auteurs actuels suivent les rails de leurs aînés sans réelles tentatives d'innovation et au lieu de ça se conforment à un modèle établi dans un autre temps…

    Non, je ne suis pas vraiment d'accord. Certains auteurs ont su apporter quelques innovations aux personnages classiques.
    Frank Miller a révolutionné et dynamité le personnage de Daredevil au début des années 80 en lui insufflant une noirceur digne des plus grands polars. Avant cela, le personnage avait une notoriété moyenne, aucunement comparable avec celle de Spider-Man, des Fantastic Four ou des X-Men.
    De même Brian Michael Bendis et Alex Maleev ont accompli un travail remarquable sur Daredevil au début des années 2000, et dans leur run, on se concentrait davantage sur la vie privée de Matt Murdock et sa carrière d'avocat que sur son travail super héroïque (sans que ses exploits soient jetés à la trappe pour autant).

    De même, Joe Michael Strazcynski a apporté quelques innovations au personnage de Spider-Man en lui incluant des origines totémiques sans renier pour autant celles initiées par Stan Lee et Steve Ditko.

    Garth Ennis a aprofondi le personnage de Frank Castle en développant davantage son passé, et selon lui, il avait déjà des prédispositions particulières pour devenir un vigilante, et il était le Punisher bien avant le massacre de sa famille bien aimée.

    Peter David a exploré la psyché de Bruce Banner a révélé qu'il n'était pas devenu Hulk au moment de l'explosion de la bombe Gamma, mais que celui ci existait déjà depuis son plus jeune âge, Hulk est avant tout la matérialisation de toute la rage, toutes les frustrations et la tristesse que le scientifique avait enfoui au fond de lui…

    Il s'agit de scénaristes et dessinateurs brillants et talentueux qui ont su apposer leur touche sur ces séries et personnages cultes sans en trahir leur essence.

    Citation (Guilhem @ 10/12/2011 13:31)
    Cet exemple fait un peu exception à la règle : pour une tentative couronnée de succès de Stan Lee, combien d'échecs ? Pour un auteur qui a osé braver la loi, combien ont préféré se planquer ? On ne le saura jamais, mais il y a fort à parier qu'ils constituent l'écrasante majorité…

    Mais justement Stan Lee a ouvert la voie! Il est indubitable que le Comics Code a fait de nombreux dégâts, bon nombre de maisons d'éditions ont du mettre la clé sous la porte et beaucoup de scénaristes et dessinateurs brillants se sont retrouvés au chômage…
    Mais Stan Lee a initié un changement, et de plus en plus de comics se sont affranchis des contraintes du Comics Code.
    Quant on regarde les comics DC et Marvel actuels peu d'entre eux auraient pu être publiés dans les années 60.

    Et comme l'a souligné Feanor, des maisons d'éditions américaines récentes publient des comics sans avoir le sceau du Comics Code Authority.

    Citation (Guilhem @ 10/12/2011 13:31)
    J'ai dit que je ne m'étais jamais vraiment penché dessus, pas que je ne m'étais pas du tout penché dessus, et ce que j'en ai vu ne m'a pas convaincu assez pour que j'ai envie de continuer à regarder – j'aurais peut-être dû, ceci dit, mais j'avais peut-être des choses plus urgentes à faire aussi…

    Par contre, je ne nie absolument pas l'influence que ces œuvres ont pu avoir sur d'autres : c'est un mécanisme bien connu dans la création artistique, ça, de se laisser influencer par le travail des autres, c'est même typique.

    Mais ce n'est pas parce-que des œuvres s'inspirent d'autres que les sources d'inspiration sont forcément géniales, tout au plus peut-on dire qu'elles ont fait une impression…

    Certes, mais dans le cas de Batman the Animated Series, la source d'inspiration est véritablement géniale.
    Si je devais citer deux séries majeures ayant apporté un souffle nouveau à l'animation américaine télévisée ces 25 dernières années, ce sont les Simpson qui a été l'initiatrice de séries iconoclastes et satiriques et Batman the Animated Series qui est une série sombre, intelligente, mature et poignante, infiniment meilleure à tous les niveaux des séries animées américaines d'action qui l'ont précédé et qui a donné lieu à des descendants prestigieux (Superman, Gargoyles, Spawn…).

    Citation (Guilhem @ 10/12/2011 13:31)
    🙄

    Je ne vois pas ce qu'il y a de ridicule ou de grotesque dans ma remarque. Il y a une dizaine d'années, j'achetais une douzaine, voire une quinzaine de séries en mangas, maintenant, je n'en collectionne plus que quatre.
    D'une part, parce que peu de séries actuelles en mangas m'attirent, et d'autre part parce qu'il y a bien davantage de comics que j'achète et qui me captive.

    Et puis, je n'ai pas un budget extensible, j'achète beaucoup de DVDs et de comics et peu de mangas, c'est comme ça, voilà tout. Et pour les jeux vidéos j'en achète un ou deux par an, pas plus alors que j'en achetais bien davantage il y a dix ans.

    Mais je dis pas que toutes les séries récentes en mangas m'indiffère. Je compte prochainement m'acheter “Pluto” de Naoki Urusawa, j'ai adoré “Monster” et j'ai envie de découvrir d'autres oeuvres de ce grand mangaka.

20 sujets de 21 à 40 (sur un total de 1,148)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Members Currently Active: 0
No users are currently active
Membres en ligne pendant les dernières 24 heures : 10
veggie11, Cyril, feanor-curufinwe, bub, Josephine Lemercier, dekamaster2, Xanatos, Lord-Yupa, Renjihiro, geoff34
Keymaster | Moderator | Participant | Spectator | Blocked
Additional Forum Statistics
Threads: 10, Posts: 168, Members: 48
Welcome to our newest member, Camyrose
Most users ever online was 8 on 6 June 2016 17 h 13 min