Golden Kamui

20 sujets de 61 à 80 (sur un total de 95)

Posté dans : Manga & BD

  • Veggie11
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Veggie11 le #504261

    En effet cher Yupa, je me suis complètement relancée dans Golden Kamui puisqu’à l’heure actuelle j’ai complété les 12 premiers tomes ! Il me tarde de commander en mars prochain les tomes 13 et 14 pour être définitivement à jour, en attendant la suite.

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #504273

    J’espère bien que tu t’es relancée, chère Veggie !

    De mon côté, je viens seulement de lire le volume 13 car un peu débordé par les lectures diverses, cadeaux de Noël oblige…

    Ah là là, c’est toujours aussi gratifiant, avec une narrativité qui commence à jongler habilement avec les décalages temporels (là où elle était plus linéaire).
    Mais en tout cas continue ce superbe mélange d’action épique et de cru réalisme plein d’inattendus, entrecoupé de petits délires bouffons si proches de la vraie vie !
    On en arrive à ce qui promet de représenter l’apogée de l’épopée, le grand clash entre nos héros, bande hétéroclite d’indépendants ou de rebelles (une douzaine à présent !) tous regroupés, et le chef Inudo de la terrible forteresse-prison d’Abashiri d’où tout est parti et où tout revient, avec en troisième larron la 7e division du lieutenant comploteur Tsurumi. Cliffhanger ! Oui, on s’achemine vers le final, sans doute dantesque. Reste le Sans-Visage et toute l’énigme dont il est le centre, et le destin de nos deux héros les plus attachants, la petite Ashirpa, et Sugimoto l’Immortel à la symbolique casquette de soldat vissée sur le crâne
    même quand il se baigne nu…
    Justement, même si une (pudique) histoire d’amour existe entre la belle Inkarmat et le montagnard Tanigaki, il est amusant de voir à quel point l’auteur aime tourner autour du puissant corps velu et nu de ce dernier au cours du bain de minuit de tous ces messieurs (ou plus tard au salon de photo). Ce fameux bain et séquence à poil tient 3 épisodes entiers (!), occasion de belles musculatures et même de zigounettes, tantôt en clair-obscur, tantôt cachées de façon hilarante par des gros plans de champignons : “amanite tue-mouches”, puis “bolet élégant” précise le texte :-).
    Comparativement à ce goût immodéré pour l’anatomie masculine et la gayitude suggérée dans le manga, on n’y voit jamais de femmes dénudées : Inkarmat est toujours vêtue et la jolie Ienaga aussi sauf dans le volume où l’on voit que c’est un trans. Satoru Noda serait-il gay ? Bah, rien pour effaroucher les Japonais, au contraire de la BD et des DA français, pourtant supposés d’une totale “tolérance envers les différences” !!! Ah, nos belles contradictions… ça ferait tout un gros essai !

    Je me permet de me citer moi-même parce que mon post d’hier se retrouvait en bas de page précédente dès ce matin, or je tiens à faire de la pub à ce magnifique manga.
    Pour être juste, il existe en France quelques rares “romans graphiques” mentionnant les LGBT, et encore moins les valorisant au lieu de traiter ces amours de tragiques (ce qui va évidemment à l’encontre d’une normalisation). Il y a par exemple la fin heureuse de “Cadavre Exquis” de Pénélope Bagieu. Mais dans la vaste production grand public, à ma connaissance ne figure aucun exemple, à part “Freaks Squeele Rouge” de Maudoux (et ça finit tragiquement). Une sorte d’effroi d’influencer les plus jeunes vers la “déviance” crève les yeux dans mon pays, je ne milite pour rien, mais j’en suis surpris par rapport au sermon officiel de tolérance ; ainsi on insiste lourdement sur les obsessions hétérosexuelles du Petit Spirou, de Titeuf, des Totally Spies, voire des Schtroumpfs ! Ce qui m’amène à la fameuse blague du nom qu’on donne à la foufoune de la Schtroumpfette : la blue-touffe…
    Bon, je sors >>>

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Xanatos le #504658

    Golden Kamui tome 13

    Golden Kamui tome 13

    Encore un excellent volume ! 😀

    Le début du tome commence sur les chapeaux de roue avec Sugimoto et sa bande qui sont traqués par des tueurs impitoyables. La tension ainsi que le suspense étaient réellement palpables dans la forêt, n’importe quel des assassins pouvant surgir à n’importe quel moment. L’aplomb dont fit preuve Sugimoto pour résister à leurs assauts et contrer leurs attaques forcent l’admiration. Heureusement qu’il fut là pour veiller sur Ashirpa.

    On remarquera que ce coquin de Satoru Noda contourna intelligemment la censure en montrant les attributs masculins de notre héros… dans l’obscurité et la pénombre ! ^^

    Quant au dénouement, il est tout simplement incroyable de par son déroulement: le traquenard tendu par le rusé Tsurumi pour piéger nos héros fut ingénieux et diabolique:

    Spoiler

    Il a ordonné de faire arracher la peau d’un prisonnier afin qu’il ressemble à l’homme sans visage et celui ci servit d’alarme !!!

    [collapse]

     

    Encore un tome mené de main de maître dont il est impossible de prédire l’issue et le dénouement !

    Vivement la suite ! 😀

     

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #505759

    Le volume 14 ouvre une nouvelle dynamique et un nouvel arc en sus !
    La deuxième saison de l’anime se conclue d’ailleurs dans ce volume, donc je savais déjà ce qui allait arriver, mais ça reste tout de même extrêmement plaisant à lire, comme d’habitude avec Golden Kamui !
    En passant, je regrette que l’anime ait zappé beaucoup de passages du manga, notamment celui où Sugimoto et cie vont dans un village ainou pris en otage.
    Ce qui est fort avec cette série, c’est le nombre d’alliances / trahisons qu’elle arrive à contenir sans que ça ne paraisse jamais forcé. Parce qu’on sait parfaitement que ces alliances sont majoritairement motivées par l’appât du gain et forcément, l’ennemi d’hier devient l’allié d’aujourd’hui, et l’ennemi de demain.
    Et un bon tome de Golden Kamui a toujours des ours et des moments où Sugimoto se bat comme un mort de faim, se faisant trouer de partout (PARTOUT) mais survivant toujours malgré tout. Et c’est le cas ici. 😀
    Mais comment ça se fait qu’il ait toujours toutes ses dents au bout de quatorze tomes, ça reste le plus grand mystère pour moi…
    Humour, aventure et combats très violents, c’est un superbe mélange qui ne choque jamais, ce manga est un must.

    "With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
    Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #506839

    C’est une très bonne analyse, Feanor, en particulier sur le jeu des alliances / trahisons qui connaît dans ce tome un renversement très remarquable ! Tu me permettras de préférer de très loin la puissance des combats sanglants dans la prison d’Abashiri et leur effet de réel aux puérils culturistes qui volent comme des drones et envoient des boules de feu. Comment y mettre un peu de sérieux, sans même parler d’y croire évidemment ?
    La redistribution des cartes dans ce tome 14 nous lance vers une poursuite à Sakhaline, brillante idée, car la découverte de l’île vers 1906, encore aujourd’hui si peu connue, ne peut que séduire les lecteurs. J’ai lu le récit par Tchékov de son voyage en l’île au 19e siècle : ce n’était alors qu’un bagne sibérien de plus. Pour peupler la Sibérie, les dirigeants russes pendant 4 siècles y déportaient de force tout ce qui remuait un sourcil sous le poids de l’autocratie tsariste ou bolchevique, ça faisait une main-d’oeuvre gratuite et bien forcée de défricher et travailler pour survivre. Autant dire que Golden Kamui nous promet encore du haut en couleur !

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #506856

    C’est une très bonne analyse, Feanor, en particulier sur le jeu des alliances / trahisons qui connaît dans ce tome un renversement très remarquable ! Tu me permettras de préférer de très loin la puissance des combats sanglants dans la prison d’Abashiri et leur effet de réel aux puérils culturistes qui volent comme des drones et envoient des boules de feu. Comment y mettre un peu de sérieux, sans même parler d’y croire évidemment ?

    C’est pas compliqué, tant que tu t’attaches aux personnages et à l’univers, et qu’on évite de faire des conneries avec la cohérence de cet univers, tout passe. On pourrait dire la même chose de pléthore d’autres oeuvres ciné ou bédé. ^^
    Mais je te rejoints totalement sur la puissance réaliste des combats de Golden Kamui. L’impact est énorme, aussi parce qu’on ne sait jamais ce qui va arriver, ou si quelqu’un va y passer.
    Y a des avantages et des inconvénients à chaque style après tout.

    "With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
    Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #506871

    Niark niark, Feanor, les allusions que tu sais, c’était juste pour te forcer à répondre très vite, et ça a marché ! Après tout, moi j’adore “My Little Pony” et on pourrait me trouver, à mon âge, englué dans la puérilité.
    Un truc bizarre à la fin du tome 14, c’est que Sugimoto devrait avoir une belle balafre de plus à la joue gauche, qui a été transpercée par une baïonnette, or non, il n’en a pas, on devine seulement un pansement (ou une plaque comme Tsurumi) sous sa casquette. Sa demande de recevoir deux cents yens pour tout dédommagement à la fin de l’aventure peut paraître dérisoire, mais pas du tout : en 1906, le yen valait presque un franc-or de l’époque. Aujourd’hui 200 yens c’est 2 euros 30 environ… Mort de rire quand Sugimoto aborde les gens à trois reprises en leur demandant “Avez-vous vu cette petite fille ?” et se trompe de photos à chaque fois, exhibant celles du puissant et velu Tanigaki presque à poil dans des poses érotiques !!

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #506885

    (Rah, je vois une faute d’orthographe dans mon précédent post et aucun moyen d’éditer mon message… -_- )

    Ce pauvre Tanigaki, constamment réduit à l’état d’objet sexuel ! 😆
    C’est pas la première fois que Sugimoto s’en tire sans cicatrices après des combats violents, alors qu’il devrait avoir le visage en grillage maintenant. Elle est bien efficace la médecine par les plantes d’Ashirpa ! 😆
    Mais c’est bien dérisoire face au plaisir ressenti à chaque sortie de nouveau tome de cette série.

    "With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
    Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #507763

    Le volume 15 est dans nos bacs !!! Joie !

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #507766

    Combats à la russe (le Stenka) et chasse au Glouton (ou alors c’est le glouton qui chasse ?) dans ce volume !
    J’ai bien aimé, comme d’habitude, mais je dois dire que la conclusion du combat contre les russes est un peu over the top. Pour un titre qui a souvent privilégié le réalisme dans les combats entre gabarits différents (non sans une pointe de surréalisme de temps en temps, genre le combat du colosse judoka Ushiyama Tatsuma contre un ours),

    Spoiler

    ici on fait un peu passer des russes bien baraqués pour des faiblards face à leurs adversaires nippons. J’aurais préféré les voir bien galérer tout de même, ou en tout cas ne pas s’en sortir quasi sans blessures. Ils ont beau être des militaires endurcis, ils ne sont pas invincibles. :/
    Reste une scène intéressante au sein de ce combat, avec un Sugimoto en mode berserker qui ne fait plus la différence entre ses alliés et ses adversaires !

    [collapse]

    Et pis ça reste du très bon Golden Kamui, l’introduction du nouveau prisonnier tatoué dans le manga est assez hilarante (en particulier sa pseudo interview télévisée sur ce que représente le Stenka pour lui), et le perso me fait beaucoup penser à Alex Louis Armstrong dans Fullmetal Alchemist ! 😀
    Et la dernière partie s’intéresse au passé de l’ennemi principal de l’oeuvre, le lieutenant Tsurumi, un régal !

    "With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
    Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #508285

    J’avais apporté le volume 15 pour le lire pendant mes vacances japonaises, et c’est chose faite ! Cela reste un régal, comme tu dis Feanor ! Je ne suis pas tout à fait d’accord sur la conclusion du combat avec les Russes : pour moi elle quitte habilement le registre bourrin (qui qui va gagner ?) au profit de l’inattendu et du bouffon, grâce en partie à la crise de Sugimoto et au comportement maso du colosse tatoué. Quel talent narratif !
    Excellent aussi le flash-back sur le lieutenant Tsurumi et son habileté retorse envers Tsukishima : relation entre hommes un peu trouble de sa part, comme souvent chez Noda.
    Ici au Japon on en est au tome 18.

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #509464

    Tome 16 de la série :
    Pour une fois, ce volume donne l’impression que Noda “tire à la ligne” : très peu d’avancée dans l’intrigue centrale, après la fin de l’arc sur l’Exécuteur (celui-ci toujours aussi excellent), on est dans le remplissage, on traîne… Inutile et longue digression, l’arc du cirque est cependant fidèle à l’Histoire : comme Noda le signale, dès l’ouverture du Japon aux Occidentaux en 1854, ceux-ci furent époustouflés par les performances acrobatiques des saltimbanques japonais, qui furent invités en Europe et en Amérique (où le cirque se cantonnait dans la ménagerie, la cavalcade et les clowns) avec un succès colossal. Aujourd’hui au Japon le cirque a périclité : ce sont les troupes d’acrobates chinois qui restituent le mieux le stupéfiant talent des acrobates de cirque d’Extrême-Orient.
    Je trouve bien peu crédible le passé de Kiroranke, et le fait que le lieutenant Tsurumi le connaisse, et puisse le dénoncer aux Russes !!
    En revanche on apprend des éléments ethnographiques très pointus et presque ignorés sur les trois groupes autochtones peuplant Sakhaline (faut voir la richesse de l’apparat critique indiqué à la fin de chaque volume !). Mais sur ce tome 16, que ce soit pour le groupe de Sugimoto ou pour celui de Kiroranke, on a une impression de sur-place narratif.

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #515490

    Tome 17 :
    L’intérêt se tourne peu à peu vers les Russes, occupant la moitié Nord de Sakhaline, recoin du monde caractérisé à juste titre comme un lieu d’exil et de bagne, mis à part les peuples sibériens. On note aussi le rappel de l’assassinat du tsar Alexandre III, pourtant le seul vrai réformateur parmi les tsars ou tsarines (Dostoïevski, ancien rebelle et condamné, a glorifié son règne).
    On rencontre les rennes, la faune et les terribles tempêtes de neige de cette contrée extrême. Mais le meilleur de ce volume est dans le combat palpitant et finement stratégique entre deux snipers, le Russe Vassili et le Japonais Ogata, deux coeurs de glace aussi impitoyables l’un que l’autre…
    L’ancienne beauté devenue une puissante et très laide maritorne nous promet un nouveau personnage décoiffant !!

    Veggie11
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Veggie11 le #515499

    Justement cher Yupa, je voulais profiter de ton avis pour revenir sur ce fameux tome 17 et en particulier sur cette référence historique ! J’avais pensé aussi en parler dans mon groupe FB sur les derniers Romanov, mais je préfère attendre encore avant de développer ce fameux retour sur l’assassinat d’Alexandre II (et pas Alexandre III, qui est l’inverse de son père ^^). Bon après 18 ans d’intérêt, j’ai un bagage Alexandre II très large et plutôt complet, même s’il y a toujours quelque chose à apprendre au fil du temps (ce fameux traité de Sakhaline en étant un, il est tellement peu mentionné dans les biographies qu’à mon sens, pour ses biographes, il doit s’agir d’un élément anecdotique). Surprenant donc de voir Satoru Noda en faire la motivation principale de l’attentat du 1er mars 1881, sans parler des véritables instigateurs qui sont purement écartés (et non mentionnés, sauf via le nom du groupe) pour faire place à deux Aïnous cherchant à se venger du traité… Autant imaginer une autre version de l’assassinat de Jules César, où ce dernier périrait sous les coups de Gaulois vengeant Vercingétorix ! J’aime l’idée d’avoir une référence à ce règne de l’Histoire russe, souvent peu exprimé dans la fiction (hormis Michel Strogoff et quelques bluettes vieillissantes intitulées ”Katia”), mais cette grande liberté prise par l’auteur paraît maladroite. À voir sur la longue s’il s’agira d’une simple construction fictive pour créer un background à ces deux Aïnous ou si Noda compte davantage développer.

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #515503

    Justement cher Yupa, je voulais profiter de ton avis pour revenir sur ce fameux tome 17 et en particulier sur cette référence historique ! J’avais pensé aussi en parler dans mon groupe FB sur les derniers Romanov, mais je préfère attendre encore avant de développer ce fameux retour sur l’assassinat d’Alexandre II (et pas Alexandre III, qui est l’inverse de son père ^^). Bon après 18 ans d’intérêt, j’ai un bagage Alexandre II très large et plutôt complet, même s’il y a toujours quelque chose à apprendre au fil du temps (ce fameux traité de Sakhaline en étant un, il est tellement peu mentionné dans les biographies qu’à mon sens, pour ses biographes, il doit s’agir d’un élément anecdotique). Surprenant donc de voir Satoru Noda en faire la motivation principale de l’attentat du 1er mars 1881, sans parler des véritables instigateurs qui sont purement écartés (et non mentionnés, sauf via le nom du groupe) pour faire place à deux Aïnous cherchant à se venger du traité… Autant imaginer une autre version de l’assassinat de Jules César, où ce dernier périrait sous les coups de Gaulois vengeant Vercingétorix ! J’aime l’idée d’avoir une référence à ce règne de l’Histoire russe, souvent peu exprimé dans la fiction (hormis Michel Strogoff et quelques bluettes vieillissantes intitulées ”Katia”), mais cette grande liberté prise par l’auteur paraît maladroite. À voir sur la longue s’il s’agira d’une simple construction fictive pour créer un background à ces deux Aïnous ou si Noda compte davantage développer.

    Ah ! Au temps pour moi, chère Veggie ! Oui, c’était Alexandre II et non Alexandre III, et je suis d’autant moins excusable que le lieutenant Tsurumi au tome précédent, le 16, mentionne clairement Alexandre II. Il abolit le servage et libéra les prisonniers décembristes (dont Dostoïevski) soit exécutés soit envoyés en Sibérie par le très réactionnaire Nicolas 1er. Je sais aussi qu’il fut assassiné par un groupe nihiliste et nullement par des Aînous, sans doute assez peu lecteurs de Bakounine, ainsi que tu le pointes du doigt. Malheureusement les deux derniers tsars conclurent de son assassinat qu’il était parfaitement dangereux de se montrer d’esprit libéral en Russie… Leur politique oppressive se montra plus dangereuse encore ! Enfin tu connais tout cela bien mieux que moi.
    Noda joue à mon avis sur la grande méconnaissance de l’histoire de Sakhaline (et je plaide coupable aussi, n’ayant pas encore fait un peu de recherche là-dessus), simplement au bénéfice de sa fiction, je ne pense pas qu’il ira bien loin dans ce biaisement historique.
    Golden Kamui en tout cas reste fascinant !

    Veggie11
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Veggie11 le #515507

    Je le pense aussi, il a tenu à parler de ce méconnu traité de Sakhaline qui semble avoir été en défaveur des populations locales (c’est du moins ce qu’il semble suggérer). Après, était-ce si défavorable au point que des Aïnous auraient pu véridiquement s’en prendre à l’empereur ? Cela me semble étrange. Les membres de ”La Volonté du peuple” étaient en majorité russes, seul Ignacy Hryniewiecki, celui qui tuera l’empereur, était d’origine lituanienne (et polonaise), ainsi qu’une jeune femme issue de la communauté juive. Ce qui est certain, c’est qu’à l’époque d’Alexandre II et de son fils, il n’y a pas eu de soulèvement ou d’attentats revendiqués suite au traité (peut-être au Japon ?).

     

    Malheureusement les deux derniers tsars conclurent de son assassinat qu’il était parfaitement dangereux de se montrer d’esprit libéral en Russie… Leur politique oppressive se montra plus dangereuse encore ! Enfin tu connais tout cela bien mieux que moi.

     

    En effet, j’estime qu’en annulant le dernier projet de son père peu avant l’attentat fatal, Alexandre III a fait une sorte de sale coup à ce dernier. Après son règne est assez intéressant d’un point de vue politique extérieure, c’est lui qui lança un rapprochement avec la France (Alexandre II avait essayé, mais avec l’arrivée de la République et surtout les événements de juin 1867, le projet est tombé à l’eau). Pour Nicolas II, c’était un gamin de 12 ans en 1881, la mort de son grand-père fut un véritable traumatisme pour ce garçon (au point qu’il le mentionnera quasiment toujours dans son journal, à chaque date anniversaire). Son caractère et la politique de son père, dans laquelle il avait été élevée, ont fait le reste. Bref ça c’est pour la partie Histoire ^^

     

    Le tome reste excellent sinon. Moi qui trouvais un léger ralentissement vers les tomes 11-12, le tome 13 (mon préféré pour l’instant) a redonné un vrai boost au manga et ce tome 17 s’inscrit dans cette continuité avec des révélations et la découverte d’un autre peuple sibérien, les Ulta (ou Ouïlta), aussi appelés Oroks. Dès qu’il s’agit de mettre en valeur un peuple colonisé (à la manière des Aïnous au Japon, les Ulta seront russifiés au fil du temps, au point que de nos jours, la plupart des jeunes ne parlent que le russe), Noda assure et ses références sont sérieuses. Je regrette que cette bibliographie présentée à la fin de chaque tome n’ait visiblement pas d’équivalent en français. À voir s’il existe des ouvrages  français parlant de ces peuples ?

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #520305

    Golden Kamui 18 ! on l’aura attendu 1 an puisque l’été 2019 je l’avais vu au Japon en librairie.
    C’est toujours aussi superbe, impressionnant, follement instructif, toutefois l’empoisonneur Sekiya occupe une large place en ce volume, digression (encore une ! ) un peu excessive, en dépit de tout ce qu’on apprend sur les poisons. En revanche l’ambiance autour du lac gelé a quelque chose de fascinant sous ces hautes latitudes. Magnifique prestation du colosse Ushiyama encore une fois !!
    Le châtiment des assassins par les Aïnous est des plus atroces, comme très souvent dans les cultures sans Etat ni justice légale : on tient les gens par la terreur, au contraire de ce que croient nos néo-adeptes modernes du mythe 18e siècle du Bon Sauvage. Satoru Noda, lui, étayé par les ethnographes sérieux, ne nous embellit rien.
    Sofia est ici bien présente, et l’on apprend avec surprise la première vie du lieutenant Tsurumi !
    Je trouve, tout comme Veggie 11, que l’essai de relier la lutte des minorités ethniques de Sibérie au nihilisme russe anti-tsariste et, cerise sur le peu digeste gâteau, à la Guerre de Boshin (!!) est franchement capillotracté, d’autant que les trois chefs nommés ainsi que Hijikata, un de nos héros de Golden Kamui, ne représentaient nullement une tentative du “Japon d’entrer dans la modernité grâce à leur action”, mais exactement le contraire : voyant l’empereur Meiji abolir tout l’ancien système féodal, ils se sont rebellés après avoir avec joie liquidé le shôgounat ! Il faut faire la part d’une réhabilitation de ces “héros malheureux” très à la mode dans le Japon actuel…
    Le lecteur, lui, trouve que Sugimoto ici ne réussit toujours pas à rejoindre Ashirpa, ni même à lui faire savoir qu’il n’est pas mort, encore moins à se venger du glacial sniper Ogata…
    On patine un peu.

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Xanatos le #520315

    Ta critique passionnée du tome 18 de Golden Kamui donne envie de plonger dans la lecture de ce volume mon cher Yupa !

    Hélas pour moi, il faudra attendre. J’avais commandé fin 2019 le tome 17 du manga, mais ces ahuris de livreurs de Amazon au lieu de le livrer dans mon appartement… l’ont livré dans l’appartement de mes parents à Ajaccio. J’aurai normalement du retourner là bas pour 4 jours fin mars et donc ENFIN pouvoir lire ce nouveau volume des aventures de Sugimoto, hélas à cause de la pandémie et du “gel des vols aériens”, je n’ai pas pu m’y rendre… Heureusement que j’ai pu me faire rembourser mon billet d’avion.

    Je suis en vacances dès le 10 août et j’irai normalement en Corse au cours de mes congés payés et j’ai déjà acheté mes billets. Espérons que cette fois sera la bonne, d’une part, cela me fera du bien de me changer les idées, d’autre part, je pourrai lire ce tome 17 de Golden Kamui qui attend depuis 8 mois sagement dans la boite aux lettres…

    Cela me frustre, j’ai tellement envie de parler avec toi des derniers volumes du manga, mais il faut que je ronge mon frein… sic !

    Veggie11
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Veggie11 le #520325

    Je me joins à l’avis de Yupa, Golden Kamui est toujours très bon mais côté Histoire, Noda est en train de faire un peu n’importe quoi. Qu’il ait envie de mettre les minorité de Sibérie en avant, c’est génial, mais là on frise du Alexandre Dumas par moments (et encore, Dumas avait l’excuse que la recherche historique n’était, à l’époque, qu’à ses balbutiements). De plus, quand il avance un élément d’information sur les événements du passé, c’est assez lacunaire et le lecteur ne comprendra pas forcément ce que Noda entend par-là (à propos des réformes d’Alexandre II par exemple). Ces allusions à des faits réels manquent de développement à mon goût.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 an et 1 mois par Veggie11 Veggie11.
    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #520341

    Le tome reste excellent sinon. Moi qui trouvais un léger ralentissement vers les tomes 11-12, le tome 13 (mon préféré pour l’instant) a redonné un vrai boost au manga et ce tome 17 s’inscrit dans cette continuité avec des révélations et la découverte d’un autre peuple sibérien, les Ulta (ou Ouïlta), aussi appelés Oroks. Dès qu’il s’agit de mettre en valeur un peuple colonisé (à la manière des Aïnous au Japon, les Ulta seront russifiés au fil du temps, au point que de nos jours, la plupart des jeunes ne parlent que le russe), Noda assure et ses références sont sérieuses. Je regrette que cette bibliographie présentée à la fin de chaque tome n’ait visiblement pas d’équivalent en français. À voir s’il existe des ouvrages français parlant de ces peuples ?

    Chère Veggie, je n’avais pas répondu à cette partie de ton post : sur les AÏnous, André Leroi-Gourhan après leur étude ethnographique sur place a publié un ouvrage en 1937, réédité en Poche où j’ai pu le lire. On a édité aussi en français le passionnant (notamment pour toi) Journal de voyage à Sakhaline, de Tchékov, que j’ai lu aussi : en 1890, il traverse toute la Sibérie et s’enthousiasme pour les Ghiliak, autre nom des Nivke(? me souviens plus exactement du nom utilisé par Oda). Le romancier actuel Haruki Murakami le cite et commente assez longuement dans son 1Q84.
    L’histoire de Sakhaline est assez complexe : peuplée diversement de Paléo-sibériens, il y eut des comptoirs chinois au Nord qui envoyaient de très recherchées fourrures à la cour impériale, et des pêcheries japonaises au Sud. En 1854/58, les grandes puissances imposent toutes en même temps à la Chine et au Japon les fameux “traités inégaux” et la Russie annexe la vaste zone chinoise de l’Amour et le Nord Sakhaline. Alexandre II en 1876 conclut le traité dit de Saint-Pétersbourg avec le Japon : celui-ci cède le Sud en échange de tout l’archipel des Kouriles. En 1905, dans sa défaite la Russie doit restituer le Sud Sakhaline au Japon, jusqu’en 1945 où l’île + les Kouriles sont occupées par la Russie, sans qu’aucun traité de paix n’ait été signé encore aujourd’hui avec le Japon, seulement un armistice. Un temps Krouchtchev a promis cette signature (1956) et la restitution de 2 minuscules îles Kouriles tout près d’Hokkaido, mais il a reculé par crainte de voir les USA alliés du Japon y installer une base militaire. Toute une valse-hésitation entre les deux pays continue et Shinzo Abe a déjà maintes fois rencontré Poutine, d’accord pour dire tous deux que la situation doit se régler enfin, mais pas du tout d’accord sur le “comment”. Si vous consultez des Japonais là-dessus, ils y sont très sensibles. Dernière rencontre entre les deux dirigeants en janvier 2019, avec promesse de tout régler, traité de paix et les petites îles Kouriles, en juin 2020, ce qui n’a pas eu lieu, pandémie, toussa, toussa… On voit mal Poutine céder quelque chose, pas son genre, et il est soutenu à fond par 75% de son opinion, très nippophobe et nationaliste.

20 sujets de 61 à 80 (sur un total de 95)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Members Currently Active: 2
Tom-le-chat, Mauser91
Membres en ligne pendant les dernières 24 heures : 9
Tom-le-chat, Mauser91, Sharbettt, geoff34, Cyril, feanor-curufinwe, Xanatos, veggie11, akiko_12
Keymaster | Moderator | Participant | Spectator | Blocked
Additional Forum Statistics
Threads: 10, Posts: 166, Members: 48
Welcome to our newest member, Ermi7
Most users ever online was 8 on 6 June 2016 17 h 13 min