Cinema : critiques, coups de coeurs, coups de gueules

20 sujets de 1,601 à 1,620 (sur un total de 1,663)

Posté dans : Délire & Divers

  • Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Xanatos le #507328

    Merci beaucoup pour ta très belle critique de X-Men: Dark Phoenix ma chère Akiko ! 😀

    Tout comme toi, j’aime énormément la saga cinématographique des X-Men.

    Non seulement la plupart de ces long métrages sont des divertissements de haute volée, mais ce sont également des films intelligents qui, au même titre que les comics originaux de Stan Lee, Jack Kirby, Chris Claremont et John Byrne prônent des valeurs telles que la tolérance, le respect à la différence, la lutte contre le racisme ou la xénophobie.

    C’est tout à fait juste ce que tu dis au sujet de certains personnages qui sont davantage acceptés et aimés par leurs ami(e)s que leurs familles: c’était flagrant pour Bobby Drake/Iceberg dans X-Men 2 où ses parents et son frère refusaient d’admettre qu’il est un mutant et ne voulaient pas l’accepter tel qu’il est.

    Au sujet de Jean Grey, je comprends ton désappointement au sujet du personnage dans certains des premiers films, son traitement dans X-Men: the Last Stand ayant été hélas bâclé et traité par dessus la jambe.

    Il faut savoir que dans la BD originale, la saga du Phénix était une épopée résolument sombre et tragique où Jean Grey avait en elle une force destructrice qu’elle n’était pas toujours en mesure de contrôler et constituait une menace non seulement pour ses ennemis, mais aussi pour ses amis et l’univers tout entier.

    Quoi qu’il en soit, ce que tu racontes au sujet du développement psychologique de Jean Grey au coeur de ce film est très rassurant. Il est en effet fondamental pour que l’on puisse éprouver de l’empathie, de la compassion pour le calvaire qu’elle traverse et vit comme une malédiction…

    Je voulais te dire que j’irai voir ce film très bientôt. En effet, j’ai pris 5 jours de vacances qui débuteront dès vendredi, et j’irai le voir ce week end en compagnie de ma petite soeur qui a toujours été une fervente passionnée des films et personnages des X-Men.

    Dès que je l’aurai vu, j’en parlerai avec grand plaisir avec toi ma chère Akiko. 🙂

    Après, je sais que le film essuie actuellement des critiques très mitigées, pour ne pas dire négatives, de la part de la presse.

    Mais je préfère me faire mon avis moi même. X-Men Apocalypse a été descendu en flammes, et, tout reconnaissant qu’il ne s’agit pas de l’un des meilleurs volets de la saga, je l’ai malgré tout beaucoup aimé et trouvé prenant.

    Je reviendrai te parler du film dimanche ou lundi sur le forum Akiko. 😉

    Akiko_12
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    akiko_12 le #507337

    C’est tout à fait juste ce que tu dis au sujet de certains personnages qui sont davantage acceptés et aimés par leurs ami(e)s que leurs familles: c’était flagrant pour Bobby Drake/Iceberg dans X-Men 2 où ses parents et son frère refusaient d’admettre qu’il est un mutant et ne voulaient pas l’accepter tel qu’il est.

    Oui ! D’ailleurs je pensais à ce passage en écrivant mon commentaire !
    C’est terrible tous ces parents qui pensent que leurs enfants sont “malades”, que peut-être ça leur passera ou qu’il leur faut des soins (comme dans The Last Stand), alors que c’est leur nature et qu’ils sont nés ainsi. Le dégoût qu’on sent eux, leur vocabulaire, c’est franchement difficile à supporter. D’autant plus que nous, on sait que les Mutants sont des êtres formidables et exceptionnels !

    Je sais que X-Men parle surtout de racisme à la base, mais en vérité, des tas de gens peuvent s’y reconnaître. Par exemple, cette scène avec Bobby Drake aurait pu être EXACTEMENT la même s’il avait annoncé être gay. Quand on pense à toutes les personnes LGBT+ qui se font rejeter par leur famille du jour au lendemain pour ce qu’ils sont, c’est aussi triste que dégueulasse. Des assos comme Le Refuge révèlent l’ampleur de cette triste réalité…

    Mais je préfère me faire mon avis moi même. X-Men Apocalypse a été descendu en flammes, et, tout reconnaissant qu’il ne s’agit pas de l’un des meilleurs volets de la saga, je l’ai malgré tout beaucoup aimé et trouvé prenant.

    Pareil ! Même si Apocalypse était en-dessous, je ne l’avais pas trouvé si mauvais. Le divertissement était honnête, le mariage SF/Egypte assez sympa ! (les lignes lumineuses dans la pyramide ! *_*)

    Le truc, c’est que quand tu réussis à attacher les gens à tes personnages, on finit par s’en foutre un peu de l’histoire. C’est en tout cas vraiment mon cas pour cette saga. J’ai ADORÉ First Class et Days of Future Past. Partant de là, comme les premiers films de la prélogie ont fait leur taff, tu peux me servir une histoire en-dessous, je ne bouderai pas mon plaisir de retrouver tous les persos que j’aime. C’est un peu ce qui se produit avec Dark Phoenix dont je suis consciente des faiblesses, mais c’est pas grave en fait. 😀

    J’ai lu hier que le film avait sérieusement souffert de la simultanéité avec Captain Marvel, apparemment on a pas toutes les données… Mais pour l’instant je ne dirai rien, il vaut mieux se faire un avis sans savoir – et juger le film pour ce qu’il est.

    Bonne séance Xanatos ! 😉

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Xanatos le #507482

    X-Men: Dark Phoenix

    X-Men: Dark Phoenix

    Réalisation: Simon Kinberg

     

    Très franchement, j’ai réellement adoré le film et mon avis rejoint celui de Akiko dans les grandes lignes.

    Et, non, ce n’est absolument pas le navet décrié avec tant de virulence et d’exagération par plusieurs critiques de la presse.

     

    Tout d’abord, l’un des atouts majeurs du film, c’est son casting.

    Tou(te)s les acteurs/actrices livrent des prestations admirables dans leurs rôles respectifs. Il se sont vraiment impliqués et on su insuffler une âme à chacun des personnages qu’ils ont interprété avec tant de talent. Michael Fassbender est comme toujours grandiose en Magnéto, James McAvoy est excellent comme toujours en professeur Charles Xavier.

    Mais celle qui m’a le plus étonné, c’est Sophie Turner dans le rôle de Jean Grey/Phénix: elle m’a tout simplement époustouflé dans le rôle.

    Elle s’est totalement investie dans le rôle en donnant le meilleur d’elle même et son interprétation m’a véritablement bouleversé et beaucoup ému.

    J’éprouvais de l’empathie, de la compassion envers Jean, complètement désespérée et qui ne savait plus ou en était. Elle avait peur de cette entité qui s’est emparée de son corps, elle était furieuse d’avoir été manipulée par Xavier, elle était ébranlée à l’idée d’être rejetée par ses ami(e)s et elle fut traumatisée 

    Spoiler

    d’avoir tué sous le coup de l’impulsion Raven/Mystique

    [collapse]

    .

    Ce que j’ai aimé aussi dans le récit, c’est que celui ci n’était jamais parasité par des blagues balourdes et pas drôles qui entachent plusieurs films de Marvel Studios.

    Il n’en est rien ici: le sujet est traité et pris au sérieux et on frémit pour les personnages, on espère qu’ils vont s’en sortir et ne pas voir d’humour lourd casser ce type de tension dramatique, ça fait du bien.

    Pour ce qui est de l’histoire, je l’ai trouvé passionnante et imprévisible: Xavier, Cyclope et Tornade pourront ils sauver Jean, ou celle ci est elle condamnée à connaître une destinée tragique ?

    D’ailleurs cette adaptation cinématographique souligne bien l’ambivalence de Xavier, qui est fidèle aux comics originaux.

    Xavier est certes un homme qui a toujours aspiré à un avenir meilleur afin que humains et mutant co-existent en parfaite harmonie…

    Néanmoins, il n’a pas toujours été franc envers ses élèves et leur a menti plusieurs fois pour parvenir à ses fins.

    Et là, il en est de même dans ce film. Même si ce qu’il a fait à Jean partait d’une bonne intention (l’élever afin qu’elle soit heureuse, s’épanouisse et ne souffre pas), les techniques auxquelles il a recours pour le faire telles que ses manipulations et ses mensonges sont moralement très discutables. Ne perdons pas de vue qu’il a fait prendre des risques inconsidérés à l’équipe et qu’il a sciemment reconnu qu’il était prêt à les sacrifier pour sa cause et redorer le blason de l’image des mutants…  Pourtant, on ne peut nier que, par la suite, il a tout tenté pour éviter le pire et a vraiment voulu renouer avec le dialogue et essayé de raisonner Jean.

    Mais c’est ce que j’aime aussi dans les X-Men: l’absence de manichéisme.

    Même un personnage comme Magnéto est complexe et très ambigu. On comprend parfaitement ce qui l’a poussé à agir comme il l’a fait au cours de sa vie, même si on ne cautionne pas pour autant certains de ses actes criminels.

    Je te rejoins aussi Akiko sur le fait que les méchants soient hélas très fades, et je n’ai pas été très convaincu par leur chef:

    Spoiler

    leur peuple a été anéantie par le phénix et ils veulent le “contrôler” ? J’aurai cru plus logique qu’ils voulaient venger leurs compatriotes et anéantir cette créature qui ont décimé leurs frères et soeurs.

    [collapse]

    Le club des Damnés dirigé par Emma Frost étaient des ennemis autrement mieux caractérisés et plus charismatiques dans les comics de Chris Claremont et John Byrne.

    Et comme tu le soulignes, les effets spéciaux sont aussi très soignés.

    Je ne considère pas cet opus comme l’un des meilleurs volets cinématographiques de la saga: d’après moi les films majeurs de celle ci sont X-Men, X-Men 2, X-Men First Class, X-Men Days of the Future Past et Logan.

    Néanmoins, X-Men Dark Phoenix n’en demeure pas moins un très bon film qui mérite d’être vu au cinéma et qui offre une conclusion satisfaisante à cette belle saga. 🙂

     

     

     

    Akiko_12
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    akiko_12 le #507536

    Aaaaaah, ça fait plaisir de lire un retour positif !! 😀

    Je suis retournée voir Dark Phoenix mardi, et je l’ai encore plus aimé la 2e fois. Il faut dire que j’ai réussi à choper une séance en VO (chose fort rare ici hélas), et même si je ne nie pas le talent des comédiens de doublage français, c’est autre chose d’entendre le vrai jeu de Sophie Turner et de ses comparses !

    D’autre part, j’y suis retournée en ayant lu entre temps ces déclarations de Tye Sheridan. Tout à coup, ma lecture du film s’est nettement enrichie, voire éclairée.

    Je te rejoins aussi Akiko sur le fait que les méchants soient hélas très fades, et je n’ai pas été très convaincu par leur chef

    Spoiler
    Ainsi donc, les ennemis prévus à la base étaient… des Skrulls !!! Ceci explique bien des choses. D’abord, la date (les années 90) identique avec Captain Marvel. La volonté d’invasion de ces êtres métamorphes apparaît bien plus claire, contrairement aux Skrulls de Cap Marvel qui s’avèraient être de gentils réfugiés. Vuk/Jessica Chastain a vu le potentiel destructeur de l’énergie brute que le Phénix aspire. Pas étonnant qu’elle veuille se l’approprier, maintenant qu’elle sait que l’énergie en question a été “scellée” dans une personne de chair et d’os manipulable !

    L’infiltration des Skrulls dans les plus hautes sphères de l’humanité (l’ONU) explique aussi cette scène étrange où Charles Xavier, obligé de couper court à un gala, se retrouve raccompagné par des types en costard dont on sait que l’un d’eux est clairement un métamorphe. Dans le montage tel qu’il est à l’heure actuelle, on flippe un peu de le voir ainsi entouré, mais cette scène est classée “sans suite”. Quand on sait que l’ONU est infiltré, elle prend un tout autre sens : les Skrulls sont partout, même parfois au plus proche de Charlie X, et il ne s’est même pas aperçu de la menace. La scène où il appelle le président en vain prend une dimension supplémentaire : le président a-t-il réellement coupé les ponts avec les X-Men du jour au lendemain ? (ce qui démontrerait la fragilité/l’hypocrisie du rapport humains/mutants ?) Ou subit-il l’influence néfaste de conseillers Skrulls qui chercheraient à isoler et affaiblir les X-Men ? Pire : ne serait-il pas arrivé une bricole au président ? Ce qui force par la suite les X-Men à se rendre à l’ONU ?

    Cela explique enfin la scène finale où, malgré tout le raffut créé par Jean, le gouvernement ne ferme pas l’école de Westchester. Peut-être que la “retraite” de Charles a aidé à rétablir de bons rapports. Mais surtout, si le gouvernement sait que Jean et les X-Men ont sauvé l’humanité d’une invasion extraterrestre, on comprend beaucoup mieux qu’ils décident de leur ficher la paix sur ce coup là.

    Je note au passage qu’avec ce scénario, on se retrouve en effet avec de grosses similitudes entre les personnages de Carol Danvers et de Jean Grey :
    – Elles ramassent une explosion d’énergie dans la gueule et l’absorbent, d’où un pouvoir quasi illimité
    – Les souvenirs des deux sont manipulés
    – On cherche à s’approprier leur pouvoir : Vers pour Carol, les Skrulls pour Jean. Et un peu Charles Xavier.
    – On les saoule avec leurs émotions (mais ça, c’est un truc avec lequel on saoule toutes les femmes de manière générale). Jude Law gave Carol jusqu’à ce qu’elle lui dise “merde” et lui envoie un taquet dans la gueule. Jessica Chastain fait la morale jusqu’à la fin à Jean, laquelle la pulvérise en répliquant que ses émotions la rendent plus forte (et bim lâche-moi les baskets).
    – Elles finissent toutes deux plus ou moins dans l’espace, comme des gardiennes supérieures. Parce qu’elles sont surpuissantes, et pas (tout à fait) de ce monde !

    [collapse]

    Avec l’explication de Tye Sheridan, le scénario retrouve son unité. Pour autant, est-ce que je regrette la direction finalement prise par Simon Kinberg ?
    Oui et non. Oui, parce que les méchants auraient eu un autre panache, l’action des X-Men une autre échelle, le récit aurait été beaucoup mieux ficelé et le film probablement grandiose.
    Non, parce que sacrifier la moitié spectaculaire de l’histoire l’a obligé à se recentrer sur les personnages, en particulier sur la psychologie de Jean et sur la thématique de la famille. Or, c’est cet esprit de famille qu’on aime chez les X-Men, leur solidarité, la profondeur qui les rend si attachants et mémorables.

    J’espère que nous aurons la chance de voir quelques scènes de “l’autre film” dans les bonus du BR. Le top du top, ce serait un film de 4h, avec à la fois la partie psychologique et la partie spectaculaire ! 😆

    Xavier est certes un homme qui a toujours aspiré à un avenir meilleur afin que humains et mutant co-existent en parfaite harmonie…

    Néanmoins, il n’a pas toujours été franc envers ses élèves et leur a menti plusieurs fois pour parvenir à ses fins.

    Et là, il en est de même dans ce film. Même si ce qu’il a fait à Jean partait d’une bonne intention (l’élever afin qu’elle soit heureuse, s’épanouisse et ne souffre pas), les techniques auxquelles il a recours pour le faire telles que ses manipulations et ses mensonges sont moralement très discutables. Ne perdons pas de vue qu’il a fait prendre des risques inconsidérés à l’équipe et qu’il a sciemment reconnu qu’il était prêt à les sacrifier pour sa cause et redorer le blason de l’image des mutants… Pourtant, on ne peut nier que, par la suite, il a tout tenté pour éviter le pire et a vraiment voulu renouer avec le dialogue et essayé de raisonner Jean.

    McAvoy parlait dans une interview de son personnage et de son “complexe de Dieu”. J’avoue que j’aime beaucoup Charles Xavier, aussi j’ai trouvé sa lecture un peu dure, tout comme Dark Phoenix en général avec lui… Dans le sens où il a toujours essayé de faire au mieux, et qu’il a finalement offert à Jean une enfance “normale” et équilibrée.

    Spoiler
    Et quand l’édifice s’est écroulé, Jean a tué des gens et a fini sacrifiée. Ça lui a pas hyper réussi. 😆

    [collapse]

    Cependant, ses propos m’ont fait réfléchir.
    Ce que je trouve fort intéressant avec ce perso, c’est que son pouvoir est très lié à sa personnalité. Ce n’est pas comme Raven/Mystique, par exemple : elle est métamorphe certes, mais psychologiquement parlant, elle n’est pas changeante. Elle suit ses convictions et elle est loyale. Idem pour Tornade, qui n’a pas une personnalité emportée qui balaierait tout sur son passage. Leur caractère n’a rien à voir avec leurs capacités.

    Pour Charlie X, c’est tout à fait différent. Comme il l’avoue dans Days of Future Past, il a tenté de contrôler Raven dès l’enfance. On peut difficilement lui en vouloir : quel gosse ne tenterait pas de contrôler ses camarades ou ses frères et sœurs pour qu’ils jouent avec lui, par exemple ? Il s’est construit avec ça. Ça fait partie de lui. Ce pouvoir de lire les esprits, de les manipuler, l’a placé dans une posture supérieure au commun. Par chance, c’est un homme bon, pacifiste, sincère dans sa démarche d’aider les autres… Mais c’est vrai : il organise son petit monde, il est roi en sa demeure et se pose en référent moral. D’un côté, toutes ces mains tendues vers des personnes qui en ont besoin, qui lui seront redevables par la suite, on peut le lire comme un complexe de Dieu.

    Mais jusqu’où peut-on lui reprocher cet ascendant, vu à quel point il fait partie de son ADN ?

    Je pense ici à Days of Future Past. Quand il vit reclus, paumé, qu’il n’a plus foi en rien et que tout lui file entre les doigts (il est quasi toxico, perte de contrôle ultime), il a par la même perdu tout son pouvoir de télépathe.
    Quand il retrouve l’espoir, un idéal à servir, il reprend sa vie en main et ses capacités lui reviennent. Il commence à se réentourer et finira par former l’école dont il deviendra directeur. C’est dire si son pouvoir, sa personnalité et sa nature forment un tout. Tu ne peux pas rejeter l’un sans rejeter l’autre. Mais c’est vrai que dans ce film, justement, on sent que cela peut être dur à vivre pour ses proches. Avec Raven, il est sans cesse dans le registre du “tu dois”, “il faut que tu”, ce qui a le don d’énerver cette dernière. Il n’y a que lorsqu’il cesse enfin ce champ lexical pour adopter celui du “je crois en toi” qu’elle accepte de revenir vers lui…

    Dans Dark Phoenix, Raven est encore sur le point de mettre les voiles ; c’est un bon indicateur. Charles sert ses idéaux de toute son énergie… Or, quand on sert un idéal, les dommages collatéraux sont regrettables, mais acceptables. Lui-même l’a intégré en sacrifiant ses jambes à sa cause.

    Spoiler
    J’ai trouvé Hank très injuste lors de la scène dans la cuisine. Cependant avec le recul, je pense qu’il cherchait un mot d’excuse, de réconfort. Pas forcément que Charles change du tout au tout, mais juste qu’il accepte de reconnaître son erreur avec Jean, qu’il se place à une échelle humaine. Or, pendant l’enterrement de Raven, Charles n’a guère parlé de la personne ni de ses propres sentiments. Il a plutôt évoqué son sens du devoir, les X-Men, un discours qui visiblement a laissé Hank très amer… Alors qu’on se doute bien qu’au fond, Charles est très affecté par la mort de sa sœur. Il domine ses propres émotions et préfère voir plus haut. Il est bien différent d’un Magnéto qui pleure immédiatement et surréagit en mode “je vais la tuer” alors que dix minutes avant, il déclarait que tuer ne calmait pas sa douleur, donc qu’il ne tuait plus ! 😆

    Charles prend une claque dans Dark Phoenix, mais la fin me paraît très intéressante. Il a reconnu avoir merdé, Jean a pu le comprendre et l’excuser. Même si ces événements l’ont poussé vers la retraite, son apport à la cause mutante est indéniable et son héritage toujours vivant à Westchester. Pour la première fois, c’est lui qui se retrouve face à une main tendue. La proposition d’Erik rééquilibre leur rapport. Il n’y a plus d’ascendant moral, d’aide non remboursée. Peut-être que Charles comprend qu’il s’est fourvoyé des années durant avec sa position supérieure. Il est descendu du trône de Dieu, mais il est désormais plus libre. Peut-être qu’être juste un homme est appréciable. Parce que pouvoir lire à travers les autres, tout en restant hors de leur portée, c’est une position très solitaire.

    [collapse]

    .

    J’éprouvais de l’empathie, de la compassion envers Jean, complètement désespérée et qui ne savait plus ou en était.

    Comme j’en suis déjà à un post de 600 km, je vais aussi rebondir sur cette phrase, tant qu’à faire. 😆

    Je trouve le parcours de Jean très intéressant :

    Spoiler
    1) Elle perd ses parents. Sa mère est morte. Pas son père, mais elle l’ignore.
    2) Elle se construit avec un père adoptif. (Xavier)
    3) Déçue par son père adoptif, elle court retrouver son père biologique. Lequel l’a rejetée depuis 20 ans, en fait. Jean confirme sa vision d’élément destructeur : elle tue sa sœur adoptive.
    4) Traumatisée, dégoutée par ses pères x2, elle court en dernier recours voir Magnéto. C’est là que tu vois la différence de “paternité” entre Charles et Erik. Le premier a accepté Jean de façon fort optimiste, mais quand il a mesuré son potentiel de dangerosité pour elle-même et pour ses autres élèves, il a trafiqué son esprit à son insu.
    Erik met fort peu de temps à comprendre de quoi elle est faite. Il la rejette cash pour protéger les mutants de l’île et les droits qu’ils ont acquis.
    5) Après avoir tenté toutes les figures paternelles disponibles, Jean seule tombe sur Jessica Chastain. Qui se comporte comme une mère, faut bien l’avouer. Prête à montrer la voie, à soulager sa fille de sa souffrance… Mais la vraie mère de Jean est morte et Jessica Chastain n’est qu’un leurre.
    6) Après avoir rejeté ses deux padre adoptifs successivement (et leur avoir mis la misère), Jean finit par entendre les excuses de Charles et comprend où est sa vraie famille.
    7) Elle s’affranchit de tous, décide de sauver les X-Men et l’humanité par la même, détruit la fausse figure maternelle qui tentait encore de la maintenir sous sa coupe. En paix avec elle-même, elle s’envole.

    La phrase “Mes émotions me rendent plus forte” peut paraître téléphonée, mais elle ne l’est pas : Jessica Chastain pense réellement que pour épargner sa famille d’une explosion d’énergie, Jean ne va pas oser la détruire. Mais parce qu’elle a effectué tout ce parcours, exploré les possibilités, cerné, pardonné, Jean est au contraire prête à aller bien plus loin que la métamorphe ne l’imagine. Elle l’embarque ailleurs, dans l’espace, et la prend de cours en se sacrifiant.

    [collapse]

    C’est beau ! 😀

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #507873

    Je n’avais pas vu Alibi.com, mais la téloche a eu l’idée de le diffuser et ma frangine de l’enregistrer sur mon conseil. Grâce à quoi, allé la voir, j’ai pu en sa compagnie voir l’excellent film de Philippe Lacheau. Elle ne s’attendait pas du tout à ce type d’humour déjanté, à fort abattage, références impayables et rythme soutenu, et s’est tordue de rire. Moi aussi évidemment !
    Déjà Lacheau avait presque tout le sel (et le poivre) de son Nicky Larson ! De plus le film a ses moments d’émotion. J’ai aussi adoré la façon, si vraie et si moderne, dont il traite l’amour entre le héros et sa belle. Les acteurs brillent tous, à commencer par Lacheau lui-même et bien sûr Didier Bourdon et Nathalie Baye. Un must !!

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Xanatos le #507884

    Merci pour ta critique très positive et enthousiaste de Alibi.com ! 🙂

    De Philippe Lacheau, outre son fabuleux Nicky Larson le seul autre film que j’ai vu de lui est son très bon Babysitting qui, si il bénéficiait d’une histoire classique, mais efficace, se démarquait par sa mise en scène singulièrement originale et particulièrement inventive ainsi que par sa fantaisie et son humour déjanté. 🙂

    Je tâcherai de voir Alibi.com très rapidement, d’autant plus que quelques gags de la bande annonce m’ont fait rire (le personnage interprété par Tarik Boudali, pris de crises de sommeil soudaines ! 😆 ).

     

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Xanatos le #508558

    Bande annonce de El Camino le film faisant suite à la série Breaking Bad.

    Je trouvais que la fin de la série concluait parfaitement bien l’histoire mais je dois avouer que ce trailer est intriguant et titille ma curiosité.

    Il reste à savoir comment sera le scénario, surtout 

    Spoiler

    qu’ils devront se passer de Walter White, le “héros” de la série qui est mort à la fin du dernier épisode

    [collapse]

    .

    Wait and see…

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #508575

    C’est pour cette raison qu’il n’y a malheureusement pas de saison 5 de Better Call Saul avant 2020, mais si ça permet d’avoir un film qui fait suite à Breaking Bad, je ne vais certainement pas m’en plaindre ! 😀
    Dans un commentaire audio de la dernière saison de BB, Vince Gilligan expliquait dans les grandes lignes le destin de Jesse, et c’était pas rose (j’ai même pas fait exprès 😆 ). Je me demande s’il va aller dans ce sens ou s’il a eu de nouvelles idées depuis. Très hâte de voir ça ! ^^

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #508582

    Captain Marvel :
    Vu dans l’avion qui me ramenait de Tokyo (12h de vol).
    Eh bien j’ai aimé le film, avec son retournement dans l’intrigue, son bon rythme (exceptée la fin, que j’ai trouvée lourde, interminable), ses personnages secondaires assez attachants, et surtout son actrice principale, tout à fait à l’aise dans le rôle, convaincante, d’une beauté non apprêtée ; de plus ses “pouvoirs” ne sont pas ridiculement excessifs comme il arrive dans ce genre de films où vous devez vous livrer à un acte de foi dans le miraculeux qui m’énerve. Globalement j’applaudis, malgré quelques critiques : le chat-monstre est une idée grotesque ; le Noir bon gars, bon flic devient un cliché américain appuyé. Enfin le maître d’armes idolâtré de la guerrière qui se révèle un traître me rappelle tout à fait un film (bien plus mauvais), à savoir Aeon Flux. Beaucoup de bonnes choses dans ce Captain Marvel !
    Pour meubler mon temps ensuite j’ai regardé le show intégral à New-York de Lady Gaga, “Monster Ball”. Quelle déchéance. J’ai adoré les meilleurs clips de la dame, Poker Face, Paparazzi, et surtout Bad Romance, mais là ses costumes étaient des grosses merdes parfaitement ridicules. A part quelques belles chorégraphies, tout tourne autour des allusions presque directes à la baise, masturbatoire ou en duo (ou plus). D’ailleurs, après ses ultimes clips virant au porno, il ne lui restait plus qu’à se montrer à poil en plein acte explicite, et elle se tourne vers la cinéma désormais avec “A star is born”, que j’ai vu sans être ému un instant.

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Xanatos le #508586

    C’est pour cette raison qu’il n’y a malheureusement pas de saison 5 de Better Call Saul avant 2020, mais si ça permet d’avoir un film qui fait suite à Breaking Bad, je ne vais certainement pas m’en plaindre ! 😀 Dans un commentaire audio de la dernière saison de BB, Vince Gilligan expliquait dans les grandes lignes le destin de Jesse, et c’était pas rose (j’ai même pas fait exprès 😆 ). Je me demande s’il va aller dans ce sens ou s’il a eu de nouvelles idées depuis. Très hâte de voir ça ! ^^

    Ah d’accord, je comprends mieux, je commençais à m’inquiéter du retard de la saison 5 de Better Call Saul c’était donc à cause du tournage et de l’écriture du film Al Camino !

     

    J’avais bien aimé la fin de Breaking Bad car 

    Spoiler

    après avoir tellement souffert et avoir été martyrisé, torturé et humilié, cela faisait plaisir de voir Jesse Pinkman enfin libre (sauvé par Walter) et la scène où il hurlait de joie et riait faisait chaud au coeur. J’avais apprécié le dénouement car il laissait libre cours à notre imagination sur la destinée de Jesse. Je serai toutefois curieux de voir en effet son futur dans le long métrage qui en effet ne s’annonce pas rose.

    [collapse]

    Le film devrait arriver le mois prochain sur Netflix aux alentours du 11 octobre.

     

    Welcome back mon cher Yupa, j’espère que le voyage s’est bien passé pour toi ! 😀

    Captain Marvel est en effet un film Marvel correct et sympathique, mais je crois que le moment que j’ai le plus aimé, c’est le générique de début, composé exclusivement d’illustrations du grand Stan Lee: on ne pouvait rêver meilleur hommage à l’un des pères fondateurs de Marvel Comics.

    Le film était agréable mais certaines scènes m’avaient agacé telles que le fait que ce soit 

    Spoiler

    le chat extraterrestre qui a originellement éborgné Nick Fury ! Cela fait tomber à plat cette scène culte de Captain America le soldat de l’hiver où il déclarait qu’un ami cher à son coeur l’avait trahi

    [collapse]

    .

     

    Sinon, oui, j’aimais bien Carol Danvers alias Captain Marvel et j’ai apprécié les scènes intimistes où elle parlait avec une amie de longue date. 🙂

     

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #508833

    Oublié de parler d’un autre film vu dans l’avion : Dumbo, version Tim Burton. Je l’ai trouvé nul. Rien pour faire oublier le superbe animé Disney ! On attend une plombe quelques effets spéciaux autour de l’éléphanteau volant, et on se fait ch…er sur une histoire d’arnaque au contrat mille fois vue dans les séries de polar. Nul, nul.

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Xanatos le #508871

    Oh mince, j’en suis désolé pour toi mon cher Yupa ! 🙁

    Dumbo était le seul remake live d’un classique Disney qui aurait pu éventuellement m’intéresser car ce n’était pas une copie carbone du dessin animé original, contrairement aux remakes de Aladdin et du Roi Lion mais d’après ce que tu dis, le dernier bébé de Tim Burton est un ratage, quel dommage… 🙁

    Dommage surtout que son casting était alléchant: Michael Keaton, Dany de Vito (bien connus pour avoir joué dans ses deux magnifiques Batman ).

    Donc, d’après toi, c’est l’un des plus mauvais films de Burton ?

    Après, il est vrai que ce grand cinéaste s’est un peu essoufflé et a hélas un peu perdu de son imagination fertile qui avait donné lieu à plusieurs oeuvres majeures de sa filmographie dans les années 80 et 90: Beetlejuice, Batman, Edward aux Mains d’Argent, L’Etrange Noël de Monsieur Jack, Batman le Défi, Ed Wood, Mars Attacks!!, Sleepy Hollow

    Je crois que le dernier film de Burton qui m’a beaucoup plu fut le très chouette film d’animation Frankenweenie remake animé de son très beau court métrage live éponyme…

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #508933

    Dumbo était le seul remake live d’un classique Disney qui aurait pu éventuellement m’intéresser car ce n’était pas une copie carbone du dessin animé original, contrairement aux remakes de Aladdin et du Roi Lion mais d’après ce que tu dis, le dernier bébé de Tim Burton est un ratage, quel dommage… 🙁

    Dommage surtout que son casting était alléchant: Michael Keaton, Dany de Vito (bien connus pour avoir joué dans ses deux magnifiques Batman ).

    Donc, d’après toi, c’est l’un des plus mauvais films de Burton ?

    Après, il est vrai que ce grand cinéaste s’est un peu essoufflé et a hélas un peu perdu de son imagination fertile qui avait donné lieu à plusieurs oeuvres majeures de sa filmographie dans les années 80 et 90: Beetlejuice, Batman, Edward aux Mains d’Argent, L’Etrange Noël de Monsieur Jack, Batman le Défi, Ed Wood, Mars Attacks!!, Sleepy Hollow

    Je crois que le dernier film de Burton qui m’a beaucoup plu fut le très chouette film d’animation Frankenweenie remake animé de son très beau court métrage live éponyme…

    On est bien d’accord ! Que d’excellents films, et le dernier fut sans doute le très bon Frankenweenie. Mais hélas, le talent n’est pas toujours inaltérable… Son Alice ne rivalisait pas non plus avec le Disney, pour plusieurs raisons.
    Je n’ai pas vu ce que ce Dumbo -là apportait de neuf, et c’était très verbeux, infiniment moins visuel que le Disney. Danny de Vito était marrant, certes, mais on remarquait à peine Michael Keaton… D’ailleurs je crois n’avoir pas été le seul dans la déception.

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #509438

    Vu Joker et adoré Joker.

    Ce qui est chouette avec cette nouvelle interprétation, c’est qu’on a peut-être eu droit, en l’espace de trente ans, non, en l’espace de quarante-trois ans et des poussières de films plus ou moins dédiés au Joker, à autant de versions différentes du Clown Prince du Crime. Du bouffon joyeux moustachu et criminel tout de même de Romero à l’anarchiste nihiliste de Ledger, du gangster tueur à l’ancienne de Nicholson au gangsta rappeur dingue de Leto (même si pour ce dernier on aurait voulu en voir plus pour mieux le cerner), on a voyagé ! Et cette version de Phoenix apporte également sa pierre à l’édifice.

    Dans Joker, Joaquin Phoenix campe un Arthur Fleck

    Spoiler

    pas très gâté par la vie, depuis tout petit déjà. Ce Joker est un personnage foncièrement malade, dans le sens clinique du terme.

    [collapse]

    Ce Joker, plus que n’importe laquelle des autres interprétations, est le produit de Gotham et de sa noirceur. Comme Arthur le dit à plusieurs reprises, ses habitants sont méchants, le système écrase les plus faibles, chaque jour que vit Arthur est pénible pour lui, à l’image de ces escaliers sans fin qu’il n’arrête pas de gravir quotidiennement.

    Spoiler

    Et puis le déclic, la mauvaise journée, le coup de marteau en trop, et voilà le Joker qui descend ces escaliers en dansant, le Joker qui assiste au chaos, celui qu’il a inspiré.

    [collapse]

    Loin de l’avis optimiste de Nolan dans the Dark Knight, Todd Philips épouse l’idée évoquée par Ledger dans son monologue final, “la folie, c’est comme la gravité, il suffit d’une petite poussée pour tomber”, plutôt que l’espoir de BatBale que la majorité des gens de Gotham aspirent au bien. La différence se situe évidemment dans la présence du Batman.
    Pas étonnant que Joker Phoenix dans son dernier costume soit presque un cliché négatif de Joker Ledger. Les deux sont terriblement complémentaires.

    Et quel beau film ! De beaux plans, une musique inspirée, des acteurs au top, un sous-texte qui vise juste et tape là où ça fait mal, sur la culture de l’outrage amplifiée par les médias (De Niro est parfait). Pas étonnant que les critiques américains se soient acharnés contre le film, inventant des faux scandales et souhaitant à demi-mots qu’un taré fasse un massacre dans une salle de cinéma, histoire de dire qu’ils avaient raison (à savoir que le film “glorifierait et encouragerait les “incels blancs” à tuer”), ce qui rend ce film encore plus nécessaire, supplantant ainsi son statut de “simple” adaptation de comic de super-héros.
    Et pourtant il rend bel et bien hommage au média dont le personnage du Joker est tiré, ce film. Pour les titres les plus évidents, on peut citer Killing Joke et the Dark Knight Returns, mais on m’a aussi parlé de Going Sane de J M DeMatteis, que je n’ai malheureusement pas encore lu.
    Le film se savoure tout seul, sans avoir à connaître ces oeuvres essentielles sur le personnage. Mais découvrir ces titres après avoir vu le film leur donnera certainement une saveur particulière !

    Je suis époustouflé par Joaquin Phoenix, et par ce film qui sans payer de mine au premier abord, monte au fur et à mesure en intensité, violent, cru, parfois drôle et surtout tragique. J’ai adoré.

    Akiko_12
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    akiko_12 le #509665

    Vu aussi Joker et je ne peux qu’abonder dans le même sens, j’ai surkiffé.

    J’ai trouvé la performance de Joaquin Phoenix tout bonnement incroyable. Rien que son corps, sa maigreur extrême sont impressionnants. Il a dû suivre un régime terrible pour en arriver là, il a joué avec sa santé !
    Autre chose, les séquences de rire compulsif, où l’on navigue parfois entre l’envie de rire aussi, la désolation pour la douleur que semble éprouver le personnage et un certain effroi.
    Enfin, les séquences où il danse m’ont parues magnifiques. Peu importe la laideur ou la beauté du décor. Il est seul, il flotte.

    A mes yeux, Joker est bien plus qu’un film dérivé de comics, c’est avant tout un film d’auteur et un magnifique exercice de style. L’histoire d’un homme isolé, instable, qui tout à coup entre en résonnance avec la société qui l’a créé. De cette rencontre nait le chaos, ainsi qu’un symbole puissant, universel.
    Evidemment, Joker amène à s’interroger sur notre société, inégalitaire et égoiste, où l’avenir parait bien sombre et où les contestations sont de plus en plus violentes.
    Un film magistral à méditer !

    Sotelo
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Sotelo le #510144

    Nouvel avis sur le Joker, les amis !

    J’ai adoré aussi.

    Je considérais déjà Joaquin Phoenix comme l’un des plus grands acteurs au monde, et Joker n’a fait que me conforter dans cette idée. Il est ahurissant dans toutes les facettes du personnage, que ce soit physiquement (maigreur effrayante, gestuelle vraiment particulière) que psychologiquement (les crises de fous rires complètement dingues, le côté paumé et dépressif du début et la folie pure de la fin). Il habite littéralement le Joker et fonce littéralement vers l’Oscar. Si ça arrivait, il serait le deuxième acteur, après Heath Ledger, à être récompensé pour avoir incarné ce personnage. J’ai vu un dossier dans le magazine Première du mois dernier, qui dressait un classement des meilleurs méchants vus dans des films de super-héros. Et aux trois premières places, on trouve… les 3 Joker. Nicholson 3ème, Phoenix 2ème et Ledger 1er. Je trouve que ça en dit long sur la richesse immense du personnage et son côté iconique unique, qui à mon sens n’a aucun équivalent dans d’autres comics.

    Le côté auteurisant du film, j’ai adoré. J’aime qu’on n’ai pas l’impression de voir un film de super-héros, j’aime que DC se démarque de Marvel de cette façon et j’espère sincèrement qu’ils continueront dans cette voie (je suis vraiment curieux de voir le futur Batman avec Robert Pattinson).

    Pour ce qui est de la violence, les médias en ont évidemment fait des caisses. Vu tout ce qui se disait sur le film, je pensais vraiment qu’il serait beaucoup plus violent qu’il ne l’est réellement. Il y a assez peu de séquences violentes finalement, mais elles frappent fort, elles sont froides, sèches, rageuses. La séquence finale avec De Niro est ahurissante de violence à tous les niveaux, qu’elle soit physique, verbale ou purement viscérale grâce à l’interprétation parfaite des acteurs.

    Le seul défaut que je trouve au film, mais c’est pas grand chose, c’est tout le côté Wayne/Batman. Je ne sais pas si c’était vraiment nécessaire. Certes ça a son importance dans le scénario et dans le cheminement d’Arthur Fleck, mais je sais pas, j’aurai trouvé intéressant et assez osé de ne faire aucune référence à Batman dans le film.

    Enfin, je finirai en évoquant le succès incroyable du film (il marche comme un Avengers !). Non seulement je le trouve très surprenant mais aussi incroyablement jouissif. Il y a quand même encore un peu de goût à Hollywood et ça fait du bien de voir ça. Un très grand film, l’un des tout meilleurs de 2019 sans aucun doute.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 10 mois et 2 semaines par Sotelo Sotelo.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 10 mois et 2 semaines par Sotelo Sotelo.
    Akiko_12
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    akiko_12 le #510179

    Je suis 100% d’accord avec toi Sotelo !!

    Clairement, le Joker a une dimension iconique, universelle et intemporelle. C’est un personnage d’une puissance sans pareille ! Ce film nous rappelle vraiment sa portée, son aura, d’une façon magistrale. Je considère cela comme de la mythologie moderne, mais vraiment au sens premier du terme.

    D’autre part, je trouve ça merveilleux que des films comme Joker puissent sortir du côté DC. C’est une formidable alternative aux productions Marvel – et là, je ne leur jetterai pas la pierre : j’aime ce qu’ils font. Simplement, ils ont “standardisé” les films à une sauce qui leur est propre. Le public a des attentes précises envers eux. Pendant ce temps, DC semble se chercher, voire patauger par moments, mais ils ont une certaine liberté de faire tout et n’importe quoi. Ils disposent aussi d’une base de personnages singuliers, mémorables, d’une richesse folle. Quand je vois un film comme Joker, je me dis que c’est une bonne chose qu’ils ne se soient pas forgé un moule !

    Enfin, je suis tout à fait d’accord sur la présence de Batman : j’ai trouvé le raccord des wagons sympathique, mais pas nécessaire. En particulier certaines images à la fin, un peu trop vues. Je me suis dit : “bon, ça c’est pour faire plaisir aux fans”. Mais je pense que s’ils avaient coupé avant, en suggérant juste la suite plutôt qu’en la montrant, le film y aurait gagné. Ça c’était mon instant pinaillage à la sortie parce que vraiment, j’ai adoré de bout en bout ! 😀

    > Au fait, sur la violence, je sais pas si c’est moi ou bien, mais je l’ai pas trouvé spécialement violent, ce film. Le contexte est violent (et réaliste). Mais sur les effusions de sang ou autre, je n’ai pas trouvé qu’ils en montraient plus que nécessaire. Une personne qui prend une balle, par exemple, il y en a des milliers par jour à la télévision… J’ignore si la presse US a taxé Joker d’ultraviolent, mais c’est du foutage de gueule, un peu. Un épisode d’Esprits Criminels peut être tout aussi violent. Ou alors, je me suis habituée, et dans ce cas, il faut se demander pourquoi cette sensibilité émoussée, car je ne suis qu’une spectatrice parmi tant d’autres.

    Sotelo
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Sotelo le #510260

    Comme je le disais, j’espère sincèrement que DC va continuer dans cette voie pour la suite. Parce que Man Of Steel, Justice League, Wonder Woman et compagnie, c’est sympa mais on voit tellement qu’ils voulaient imiter Marvel, que j’en étais presque gêné pour eux. On voyait clairement que c’était pas maîtrisé, que les fondations étaient loin d’être aussi solides, et du coup ça donnait des films décevants. C’était assez frustrant parce que comme tu le dis Akiko, je trouve que DC possède un catalogue beaucoup plus intéressant que celui de Marvel. Ils ont quand même Superman, Batman, Flash, Wonder Woman ! Chez Marvel, je n’aime personnellement que Spiderman et les X-Men, tout le reste j’accroche beaucoup moins. Il y a vraiment de quoi bâtir un DC Universe bien plus dark, violent et épique que le MCU ! Joker et son succès énorme me donne l’espoir de voir DC se démarquer complètement de Marvel à l’avenir, en trouvant leur propre personnalité plus sombre et moins grand public.

    Pour ce qui est de la violence, non ce n’est pas toi, comme je l’ai dit la presse US en a fait des caisses pas possibles. Ils présentaient la violence du film d’une façon si exagérée que je m’imaginais des morts en pagaille, des séquences trop choquantes… Mais en fait pas du tout, et comme tu le dis on peut voir bien pire à la télévision. Faut croire que les critiques sont plus sensibles aujourd’hui.

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #510274

    Autant je suis d’accord sur le fait que Warner ne doit pas faire du Marvel Studio bis (d’autant que personnellement je ne peux plus voir un seul film du MCU, parce que je les trouve horriblement fades et sans personnalité), autant je ne suis pas sûr que le salut de DC / Warner se trouve forcément dans le dark pour faire dark, mon cher Sotelo. ^^
    La seule façon de se démarquer du MCU c’est simplement de laisser les réalisateurs faire les films qu’ils ont envie de faire et ne pas se conformer à une vision globale édulcorée et générique tenue en laisse par un seul architecte (en l’occurrence Kevin Feige dans le MCU) qui supervise le travail des auteurs.

    Joker en est le parfait exemple, en effet. Mais bien avant, tu avais le Man of Steel et Batman V Superman qui transpiraient du style et du ton voulus par Zack Snyder. Et je rappelle qu’à l’époque bon nombre de fans de films de super-héros et de comics se sont jetés à la gorge de Snyder et de la Warner parce que justement c’était trop sombre pour eux et on leur reprochait de ne pas faire comme Marvel Studio.

    Maintenant je suis aussi d’accord pour dire qu’à cause de ces polémiques débiles la Warner a merdé en force, en commençant à s’ingérer dans les productions et les montages des films, à commencer par Suicide Squad, dont le résultat final (qui ne me déplaît pas non plus) est très loin de ce que David Ayer avait en tête (beaucoup plus sombre et sérieux que ce que le film est devenu). Wonder Woman s’en est mieux sorti, heureusement, mais en revanche, Justice League est horriblement charcuté de ce que devait être le film à la base.
    A la sortie du film je me suis efforcé de voir les côtés positifs, mais même si j’ai acheté le BR à sa sortie, je n’ai réussi à le revoir qu’un an après !
    Pour rappel, Zack Snyder avait terminé de filmer, mais lors de la post-production (montage, etc), sa fille s’est suicidée. Il a tenté de continuer, avec sa femme (co-productrice), mais évidemment le coeur n’y était plus, et la Warner a engagé Joss Whedon pour finir le montage, et en passant faire quelques reshoots. Résultat, le film n’a plus aucune personnalité. Censé faire suite à BvS, censé être en deux parties (voire même trois à l’origine), il n’en reste plus qu’un seul film de deux heures, charcuté horriblement. Henry Cavill, en plein tournage de Mission Impossible était contractuellement dans l’impossibilité de raser sa moustache, résultat les nouvelles scènes filmées avec l’acteur par Whedon le montrent avec une gueule pas possible (les effets pour lui effacer sa moustache numériquement sont dégueulasses). Ben Affleck, alors en pleine phase de dépression alcoolisée, a pris quelques kilos en plus. Bref, ce ne serait pas un si gros problème si le ton n’avait pas été aussi complètement changé. On ressent l’écriture de Whedon, ultra fatigué et pas du tout investi, simple Yes Man de la Warner. Des vannes qui tombent à plat, on perd toute la puissance épique des deux précédents films de Zack au profit d’une gaudriole difficile à soutenir objectivement, qui elle essaie effectivement de lorgner du côté du MCU (et qui à mon sens y parvient, malheureusement).
    Le pire, c’est que de leur côté, Marvel Studio ne se sont pas gênés pour repomper des idées des films de Snyder (Civil War, de l’aveux même des frères Russo, n’existerait pas sans le projet BvS que Marvel voulait absolument contrecarrer, et nombre d’intrigues des deux derniers Avengers ressemblent étrangement à l’intrigue originale de Justice League, sans compter les autres repompes sur BvS d’Endgame).

    Depuis deux ans maintenant, les fans de Snyder réclament à cor et à cri une sortie du film tel qu’il devait être à l’origine. La plupart des acteurs et des gars de l’équipe (à commencer par Zack lui-même) affirment sans équivoque que la “Snyder Cut” existe bel et bien, et qu’il ne tient qu’à la Warner de faire en sorte de la sortir (en laissant Snyder finaliser le travail). Pour rappel, on n’a eu le vrai Superman 2 de Richard Donner qu’une vingtaine d’années après sa sortie au cinéma. Personnellement j’espère qu’on n’aura pas à attendre aussi longtemps, mais j’attendrai le temps qu’il faudra. 😀
    D’ailleurs, Snyder n’hésite pas à dévoiler sur son compte Twitter de nombreuses images et photo du film qu’il avait l’intention de faire, et c’est autrement plus épique que ce qui nous a été livré. Darkseid y est présent, l’intrigue du voyage dans le temps de Flash aussi, les Green Lantern, etc…
    Les fans sont très présents et actifs, et il y a quelques jours, à l’occasion des deux ans de la sortie de JL au cinéma, sur Twitter, nombre d’acteurs qui ne s’étaient pas encore exprimés sur le sujet ont lâché un #ReleaseTheSnyderCut général qui a enflammé le net. On a eu en l’espace de quelques heures un déferlement d’images du film et de messages des différents intervenants (même l’équipe des cascadeurs a sorti une courte vidéo des scènes de combats tournées et jamais dans le film, dont un combat général contre Steppenwolf au moins aussi épique que celui de Batman dans l’entrepôt à la fin de BvS).

    Bref, tout ça pour dire quoi ? Je m’emporte, je m’emporte, mais ce qu’il faut retenir c’est que la seule solution pour proposer quelque chose de différent, d’original, c’est de laisser les auteurs s’exprimer, et aussi en passant, de laisser tomber cette idée d’univers partagé ou étendu. Sur quelques années, pourquoi pas, mais sur le long terme c’est la mort de la créativité. Je suis entièrement d’accord avec Scorsese lorsqu’il dit que c’est pas du cinéma, juste des parcs à thèmes.
    James Wan fait du bon boulot avec Aquaman, on ressent sa patte (même si le film n’est pas exempt de défauts), et le gars semble vouloir construire un univers autour (un film d’horreur consacré aux monstres de la Fosse est prévu). Shazam! est un bon petit film de super-héros à la sauce Goonies, pas sombre, drôle, mais avec de vrais enjeux et un univers riche jamais exploité (j’attends avec impatience Black Adam).

    On verra ce qu’il en sera des autres films prévus, mais oui, le succès de Joker remet les choses sur les bons rails ! Dommage que Zack Snyder ait eu à payer les pots cassés d’une politique complètement erratique de la Warner. A mes yeux, MoS et BvS font partie des meilleurs films de super-héros. Et JL aurait dû en être la conclusion épique en deux parties. Un véritable gâchis.

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Xanatos le #510291

    Joker

     

    Alors moi aussi j’ai vu Joker de Todd Philipps il y a quelques semaines, et, personnellement, je ne serai pas enthousiaste que Feanor, Akiko et Sotelo, même si j’ai bien aimé le film.

    Je l’ai apprécié, mais le film m’a tout de même déçu et laissé perplexe sur certains éléments.

    Le principal point fort, l’atout maître est effectivement Joaquin Phoenix. Il semble véritablement être habité par le personnage qu’il incarne, Arthur Peck et le rend tour à tour pathétique, touchant, désespérée, enragé, complètement fou et effrayant.

    On sent qu’il est s’est totalement investi dans le rôle et j’ai pu ressentir de l’empathie envers lui lors de certains moments clés, tout en étant horrifié par certains de ses actes monstrueux.

    Malheureusement, là où le bât blesse, c’est au niveau des thématiques traitées par l’intrigue. Le récit est censé nous narrer la déliquescence d’une société en perdition, hélas, je trouve que l’ensemble manque cruellement de nuance et de subtilité. Pratiquement TOUS les personnages du film que Peck rencontre sont détestables, odieux, méprisants, hypocrites… et ce aussi bien les plus démunis, et surtout les plus riches, tous dépeints comme des êtres insensibles et égoïstes, murés dans leur monde. Tout cela manque de finesse.

    Je veux dire dans les comics ou dans les diverses adaptations live comme animées, certes Gotham City est dépeinte comme une ville dangereuse ou le taux de délinquance est très important (et qui serait bien pire sans Batman)… Mais il y avait TOUJOURS des personnages positifs pour contrebalancer cela et qui démontraient que NON, l’ensemble des habitants ne sont pas tous des monstres. Je pense bien sûr à l’incorruptible commissaire Gordon, l’adorable et généreuse Leslie Thompkins, le bienveillant Alfred Pennyworth… Et des oeuvres comme Batman the Animated Series nous montraient une organisation humanitaire comparable aux restaurants du coeur en France avec des bénévoles aidant les gens les plus pauvres. Et Bruce Wayne est même parvenu à remettre sur le droit chemin d’anciens criminels ayant pu se réinsérer par la suite (Arnold Stromwell le ventriloque par exemple dans The New Batman Adventures). C’est triste à dire mais je trouve le propos de Joker trop simpliste et même trop manichéen à mon goût. D’après moi, ce film n’est nullement un navet, mais certainement pas un chef d’oeuvre.

    Dans le registre des films parlant de sociétés rendant fous des individus lambda, Taxi Driver de Martin Scorcese est autrement plus convaincant.

    Joker est un film intéressant mais qui ne tient hélas pas toutes ses promesses. Je lui reconnais, tout comme vous, le mérite de tenter de sortir des sentiers battus, mais l’ensemble m’a paru trop inégal.

    Ceci dit, dans l’ensemble, ça reste un bon film et, rien que pour la prestation éblouissante de Joaquin Phoenix, je suis content de l’avoir vu. 🙂

    Après, à titre personnel, mes acteurs favoris à avoir interprété en chair et en os le Joker demeurent Jack Nicholson et Heath Ledger.

     

    <span class=”text_exposed_show” style=”display: inline; font-family: system-ui, -apple-system, BlinkMacSystemFont, ‘.SFNSText-Regular’, sans-serif; caret-color: #1c1e21; color: #1c1e21; font-size: 14px;”> </span>

20 sujets de 1,601 à 1,620 (sur un total de 1,663)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Members Currently Active: 1
Mauser91
Membres en ligne pendant les dernières 24 heures : 6
Mauser91, veggie11, Xanatos, Lord-Yupa, dekamaster2, Cami-sama
Keymaster | Moderator | Participant | Spectator | Blocked
Additional Forum Statistics
Threads: 10, Posts: 165, Members: 47
Welcome to our newest member, Anne
Most users ever online was 8 on 6 June 2016 17 h 13 min