Les manga "tranche de vie"

6 sujets de 41 à 46 (sur un total de 46)

Posté dans : Manga & BD

  • Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #506450

    Tiens chère Veggie, je n’avais pas vu ton post sur “Journal d’une vie tranquille”, qui paraît en effet un travail intéressant ! Le retour des Japonais de Mandchourie a été assez dramatique en 1945 / 1946, mais à moi il évoque de bien plus près celui de nos “Pieds-Noirs” Français d’Algérie en 1962 / 1963. D’ailleurs les relations entre Coréens et Japonais évoquent à s’y méprendre celles entre Algériens et Français, et pour cause ! J’ai étudié de très près pour mon roman “Little Japansky” le Mandchoukouo (chapitres ensuite presque zappés) ; il est intéressant de savoir que le “dernier empereur” Kang Deu (que les Occidentaux appellent de son nom de petit prince “Pou Yi”), étant Mandchou et non pas Chinois, se considéra à partir de 1932 comme restaurateur de son Empire, sous la protection du “Grand Japon”. Mais à partir de 1942 les Japonais lui enlevèrent toute indépendance, et expédièrent à coup de propagande des masses de paysans pauvres japonais en Mandchourie, d’abord avec grand succès ; puis ces paysans constatèrent que certes on leur donnait des terres, mais que le climat interdisait leur denrée alimentaire de base, le riz, au profit de la seule céréale “gaoliang”, mal supportée par leurs estomacs. Evidemment le régime militaire colonisateur leur interdisait le retour, enfin possible en 1945. Bref.

    SHIRLEY, tome 1, de Kaoru Mori, nous est enfin distribué par le judicieux éditeur Ki-oon, 16 ans après sa parution ! C’est la première oeuvre de Kaoru Mori, brillante mangaka depuis, avec Emma et Bride Stories.
    Comme le révèle la très amusante postface de l’auteure (j’adore la coutume japonaise des postfaces personnelles, qui semblent hélas négligées par les auteurs occidentaux de BD / Comics), Kaoru Mori a été inspirée par son adoration envers “les filles aux cheveux noirs coupés à la Jeanne d’Arc”, envers la douce mais battante Madame Hudson du Sherlock Holmes miyazakien, et envers l’animé encore plus miyazakien “Kiki la Petite Sorcière”. De là Shirley, orpheline de 13 ans embauchée comme femme de chambre par la sympathique Bennett, jeune dame à grande demeure mais trop occupée car elle tient un café dans le Londres de l’époque victorienne. La plausibilité de ce pitch est un peu limite, mais ça passe, les dialogues ne manquant ni d’esprit ni de charme ; c’est confirmé par les deux courts récits complémentaires à propos de deux autres bonnes, Nelly, puis Mary. On sent chez l’auteure l’intelligence, la finesse, l’aptitude à donner grâce et vérité à ses personnages, notamment jeunes femmes ou enfants. D’ailleurs en ce volume il n’y a que cela qui l’intéresse, car elle avoue avoir quasi-séché sur les scénarios et “être incapable de dessiner des gens méchants”. Après tout dans la vraie vie il ne se passe que de loin en loin quelque chose d’important, et seuls les imbéciles divisent les gens en bons et en méchants… Bref, Shirley est un petit personnage adorable, un peu timide mais très dévouée, et ce qui pourrait passer pour mièvre ne l’est nullement. Par exemple la fin de l’histoire consacrée à Mary Banks est excellente !
    Cela me donne un peu envie de lire Emma, mais je crains une romance sentimentale, et je ne les supporte plus depuis un fatal événement de ma vie. Je préfère la petite “tranche de vie” insignifiante et innocente de Shirley.

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #506542

    ADIEU MON UTERUS de Yuki Okada.

    Ce one-shot s’impose en catégorie “tranche de vie” car pour ce qui est de trancher ça (re)tranche !
    Yuki Okada, mangaka mariée à un autre mangaka, mère d’une petite fille, a été à 34 ans frappée d’un cancer du col de l’utérus, un des plus fréquents chez les femmes mais plutôt plus âgées. L’opération chirurgicale s’impose, et notre auteure a décidé de tout en raconter en manga.
    La très bonne idée qu’elle a eu est de se dessiner elle-même (et les autres) en style kawaii, stylisé et mignard, ce qui rend bien plus supportable le récit évidemment assez cru. De plus l’humour, autodérision ou caricatures de médecins, fait passer la pilule, et c’est le mot qui convient !
    Trois autres coups de génie :
    1) Montrer la grande ignorance de tout le monde, femmes ou hommes hors du milieu hospitalier, des réalités anatomiques et cliniques, concernant l’appareil génital féminin ; et donc le degré de confiance aveugle envers la science médicale que nous sommes bien forcés d’avoir.
    2) Montrer le rôle de l’entourage, ses dilemmes, ses difficultés à intégrer un tel choc ; mais aussi le soutien immense qu’il représente.
    3) Montrer les choix que le malade est amené à assumer, du moins dans une société libre telle le Japon ou la France, où le corps médical par principe soumet au patient plusieurs options puisqu’il s’agit d’un individu responsable.
    Par chance, tout finit bien pour l’auteure. L'”aventure” a largement de quoi justifier un manga one-shot qui ne cache rien de l’épreuve, mais rassure aussi. On y apprend bien des choses.

    Veggie11
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Veggie11 le #506699

    Cela me donne un peu envie de lire Emma, mais je crains une romance sentimentale, et je ne les supporte plus depuis un fatal événement de ma vie. Je préfère la petite “tranche de vie” insignifiante et innocente de Shirley.

     

    J’ai déjà parlé d’Emma il y a plusieurs mois sur le forum, c’était en juillet dernier. C’est justement parce que j’ai beaucoup aimé Emma qu’il m’est venu à l’idée d’en parler sur Animeland, car j’estime ce manga complètement passé à la trappe par le magazine (ils en avaient quasiment pas parlé à l’époque et encore moins avec la réédition Ki-Oon). Alors oui c’est une histoire d’amour, mais traitée avec intelligence et avec toute une société autour qui gravite avec les dernières modes, l’étiquette ou les rivalités entre gentry et noblesse anglaise.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois par Veggie11 Veggie11.
    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #508830

    La Cantine de Minuit, t. 5 est sorti avant l’été, mais je ne l’ai lu que ces temps-ci.
    Il reste égal au principe de la série, et à sa qualité : dans ce petit restau nocturne débarquent des gens, qui se rencontrent. Tantôt ils travaillent à n’importe quelle heure : livreurs, strip-teaseuses, restaurateurs à spécialité, hôtesses, yakuzas… Tantôt ce sont des habitués du petit creux hors dîner, insomniaques, désoeuvrés, retraités ou solitaires. Et chacun(e) a son histoire, volontiers précisée ou commentée par les autres, jamais avec méchanceté. Parfois une intrigue sentimentale se noue, ou se dénoue.
    Il faut dire qu’au Japon (et dans tout l’Extrême-Orient ainsi qu’il faut souvent le rappeler aux connards nippophobes), le lunch à la pause de midi est rapide, vite expédié, en quasi-silence même avec des collègues : on a la tête dans le guidon, ou pas le temps, on mange pour manger. Le soir en revanche ou la nuit venue, on prend son temps, on aime bavarder, on prend du saké (jamais le midi). La “Cantine de Minuit” y est parfaitement adaptée.
    On est ravi ici de retrouver les habitués, la grosse Mayumi trop gourmande pour maigrir, les yakuzas, les petits employés ou cadres, le vieux patron de bar gay, le retraité ouvrier à l’éternelle casquette, les trois plus ou moins jeunes femmes malchanceuses avaec les hommes, etc.
    N’oublions pas que chaque court chapitre sert aussi à illustrer un mets populaire, udon sauté, chou mariné, edamame, wonton, poivrons farcis, etc., avec discussions sur la meilleure garniture et l’accompagnement idéal. La cuisine du patron semble succulente en tout cas ; il suit les saisons, et sait donc d’avance ce qu’on lui demandera.
    Lecture très agréable, vivante, éclairante sur la “vraie vie” au Japon !

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #509630

    Le tome 6 de La Cantine de Minuit est dans nos bacs !
    On dirait que ce titre se vend bien, vu le rythme assez soutenu…

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #510657

    SHIRLEY, tome 1, de Kaoru Mori, nous est enfin distribué par le judicieux éditeur Ki-oon, 16 ans après sa parution ! C’est la première oeuvre de Kaoru Mori, brillante mangaka depuis, avec Emma et Bride Stories.
    Comme le révèle la très amusante postface de l’auteure (j’adore la coutume japonaise des postfaces personnelles, qui semblent hélas négligées par les auteurs occidentaux de BD / Comics), Kaoru Mori a été inspirée par son adoration envers “les filles aux cheveux noirs coupés à la Jeanne d’Arc”, envers la douce mais battante Madame Hudson du Sherlock Holmes miyazakien, et envers l’animé encore plus miyazakien “Kiki la Petite Sorcière”. De là Shirley, orpheline de 13 ans embauchée comme femme de chambre par la sympathique Bennett, jeune dame à grande demeure mais trop occupée car elle tient un café dans le Londres de l’époque victorienne. La plausibilité de ce pitch est un peu limite, mais ça passe, les dialogues ne manquant ni d’esprit ni de charme ; c’est confirmé par les deux courts récits complémentaires à propos de deux autres bonnes, Nelly, puis Mary. On sent chez l’auteure l’intelligence, la finesse, l’aptitude à donner grâce et vérité à ses personnages, notamment jeunes femmes ou enfants. D’ailleurs en ce volume il n’y a que cela qui l’intéresse, car elle avoue avoir quasi-séché sur les scénarios et “être incapable de dessiner des gens méchants”. Après tout dans la vraie vie il ne se passe que de loin en loin quelque chose d’important, et seuls les imbéciles divisent les gens en bons et en méchants… Bref, Shirley est un petit personnage adorable, un peu timide mais très dévouée, et ce qui pourrait passer pour mièvre ne l’est nullement. Par exemple la fin de l’histoire consacrée à Mary Banks est excellente !
    Cela me donne un peu envie de lire Emma, mais je crains une romance sentimentale, et je ne les supporte plus depuis un fatal événement de ma vie. Je préfère la petite “tranche de vie” insignifiante et innocente de Shirley.

    Shirley 2 vient de paraître chez Ki-oon. Au Japon, Kaoru Mori y est revenue tout récemment, 10 ans après le premier volume, et c’est avec plaisir qu’on retrouve la petite bonne Shirley, qui a toujours 13 ans et sa patronne Miss Bennett Cranly, 28 ans et pas mariée, autant dire “vieille fille” selon les moeurs de l’époque.
    Si Kaoru Mori avait grand-honte de ses dessins dans le volume 1, ils sont ici de très bonne qualité.
    Shirley se montre très efficace la plupart du temps, mais quelques maladresses ou gamineries de sa part (mettre les chaussures à hauts talons de sa maîtresse, puis se casser la figure) amènent des touches d’humour bienvenues ; Bennett n’en prend jamais ombrage et développe même une grande affection pour sa domestique, si calme et si modeste par ailleurs. Shirley maîtrise très bien la cuisine et la préparation du thé, offrant un havre de repos à sa patronne quand elle revient du café qu’elle gère. C’est un innocent et heureux couple féminin (fantasme de l’auteure, qui le montre par un rêve que fait Bennett). La jeune femme repousse même la demande en mariage de son cousin, calmant ainsi l’angoisse de Shirley d’être congédiée si sa maîtresse se mariait, crainte bien moins sociale qu’affective, de perdre celle à qui elle est dévouée totalement : Bennett la rassure entre autres avec cet aveu : “Je suis satisfaite de la vie que je mène actuellement… et c’est grâce à toi !”, suivi de “J’aimerais que tu restes à mes côtés le plus longtemps possible, et ce quoi qu’il arrive !”, ce qui fait pleurer de joie Shirley, qui tombe dans ses bras.
    Pourvu que ça dure… mais il y aura une suite, et hélas, les mâles rôdent.
    La finesse de l’analyse non seulement des sentiments mais aussi de la société victorienne fait tout le sel de cette oeuvre. Certainement, l’auteure est une grande fan des “cafés à soubrettes” tant elle aime à montrer l'”uniforme” de femme de chambre de sa petite héroïne !

6 sujets de 41 à 46 (sur un total de 46)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Members Currently Active: 0
No users are currently active
Membres en ligne pendant les dernières 24 heures : 7
Cami-sama, Bruno, feanor-curufinwe, cfourteau, Xanatos, geoff34, dekamaster2
Keymaster | Moderator | Participant | Spectator | Blocked
Additional Forum Statistics
Threads: 10, Posts: 164, Members: 47
Welcome to our newest member, aurelie22
Most users ever online was 8 on 6 June 2016 17 h 13 min