Topic général Tsukasa Hojo

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 54)

Posté dans : Manga & BD

  • Bub
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    bub le #287756

    A ma grande surprise il n'y avait encore aucun sujet consacré à ce monsieur.
    Ou alors je suis passé à côté. 😉

    La bonne nouvelle, pour ceux qui ne le savaient pas encore, c'est que Family Compo est enfin réédité !
    La mauvaise c'est que c'est publié chez Panini…

    J'ai rapidement feuilleté, je dirais simplement que la qualité du papier n'est pas au Rendez-Vous. Mais bon, à 10€ le volume grand format, force est de constater que Panini prend le chemin inverse des autres éditeurs : il casse les prix.
    Pas trop fait gaffe à la traduction non plus. ça a l'air d'être écrit en français, c'est déjà pas mal. 😉

    Après, ce titre mérite une présentation digne de ce nom, car il en vaut largement la peine !

    C'est l'histoire d'un garçon, Masahiko, (la vingtaine ou pas loin) qui se retrouve orphelin. Un peu perdu il voit débarquer un beau jour devant sa porte sa tante qu'il n'a pratiquement jamais connue suite à une brouille familiale, dont il ignore la cause. Il se souvient bien que sa mère avait un frère, mais ne se rappelle pas de grand chose de cette partie de la famille.
    Il accepte de venir vivre chez ses proches parents et fait la connaissance de sa cousine top canon : Shion
    Masahiko est aux anges et croit que le vent a enfin tourné pour lui, le boulet poissard ultime.
    Mais au cours d'une soirée mémorable et fort comique le malheureux va rapidement découvrir le terrible secret qui entoure cette famille : sa tante est en fait son oncle et son oncle est en fait sa tante. C'est un couple de travelos ! Et pour couronner le tout, voilà que le héros se pose à présent des questions sur le véritable sexe de Shion !
    Et c'est parti pour 14 volumes complètement délirants !
    Hojo laisse tomber (enfin pas longtemps…) le petit monde des détectives et des yakusas pour le joyeux bordel (sans jeux de mots !) du petit univers des travestis et des mangakas.
    Tout est prétexte à faire du moindre truc le plus banal de la vie quotidienne un festival de n'importe quoi qui finit sous des litres d'alcool ou à poil, c'est selon.
    Rapidement l'histoire s'enrichit de personnages secondaires très intéressants. Hojo en profite pour creuser alors les problèmes familiaux, les relations de couple, de parents et enfants, de tolérance sexuelle avec une subtilité et un tact rare. C'est la grande force de ce manga de vous faire passer du rire aux larmes avec le plus grand naturel du monde.

    Autre gros point positif : Masahiko est étudiant, et ses histoires de coeur pose souvent le problème d'aborder le plus délicatement possible ses problèmes de cul. ça change des amourettes lycéennes innocentes et cela ouvre des perspectives intéressantes : quel avenir se présente à Masahiko, l'éternel indécis ?
    Ce thème vous rappelle quelque chose ?
    Et bien oui, Family Compo est à mes yeux le Maison Ikkoku des années 90. C'est le même délire, la même sensibilité, et à peu de chose près les mêmes personnages.
    Masahiko c'est l'éternel étudiant (Yusaku Godai) qui tombe amoureux d'une fille inaccessible (Kyoko) et dont les atermoiements le conduiront bien malgré lui dans les bras d'une autre, sous les yeux d'une bande de joyeux drilles associaux qui lui pourrissent la vie.
    Bref, si vous avez aimez Maison Ikkoku, vous ne serez pas en terrain inconnu avec Family Compo.

    Niveau dessin, c'est là aussi du très grand Hojo. Les mecs, vous fondrez TOUS devant la jeune soeur de l'oncle de Masahiko. TOUUUUUUS.
    Blague à part, Hojo a un souci du détail avec ce titre plutôt poussé. Certaines pages se déroulant à la campagne sont tout bonnement magnifiques dans leur qualité, leur mise en scène, du grand boulot.
    Hojo se permet même à certains moments d'explorer des pistes narratives inédites, difficiles, expérimentales (poussant le jeu du travestissement et du changement de rôle très loin). Certains chapitres valent leur pesant de cacahuètes scénaristiques : à quelques moments, il y a au moins 3 niveaux de lectures différents pour le même passage.
    La densité de ce titre est d'ailleurs très largement sous estimée chez les critiques. J'y reviendrai croyez-moi ! Mais pour l'instant, je ne veux pas gâcher le plaisir de ceux qui découvrirait ce titre enfin disponible à un prix raisonnable.
    Foncez, vraiment, c'est un condensé de ce que Hojo sait faire de meilleur, c'est même encore mieux que ça : c'est Hojo qui se parodie et se sublime lui-même.

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #287757

    Et un grand bravo à Bub pour cette excellente analyse d'un excellent manga !
    Il faut que je m'y remette, tiens, j'avais arrêté au volume 8 parce que je trouvais que Hojô forçait vraiment la note avec la fille-mec Kaoru, mais il y a comme tu le dis des subtilités psychologiques et des rebondissements remarquables !

    EDIT : Tant que j'y suis (et pour lancer le débat ^^), je dirais qu' Angel Heart ne m'inspire pas autant à l'achat. Cette histoire de coeur / âme de Kaori transplanté me semble trop capillotractée, de même aussi qu'une toute jeune fille tueuse implacable et super-efficace, telle qu'apparaît l'héroïne au début !

    Bub
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    bub le #287758

    Perle parmi les perles de l'immense univers du manga, parlons un peu aujourd'hui de Sous un rayon de soleil.

    Cette très courte série en 3 volumes raconte le quotidien tranquille d'un marchand de fleur ambulant (Clone de Mammouth) et de sa fille Sarah (autre clone de la petite Sarah dans City Hunter qui pouvait lire les pensées des gens).
    Ils feront la connaissance du jeune Tatsuya, qui voulait couper un arbre qu'il accusait d'avoir brisé la vie de sa petite soeur, avant de se faire rudoyer par une Sarah en fureur.

    Ici, pas de mafia, pas de courses poursuites, rien de tout ça. Sarah est douée d'une faculté extraordinaire, celle de pouvoir lire les pensées des plantes, et en particulier des plus nobles d'entre elles : les arbres. Elle peut aussi séparé son esprit et son corps, et errer tel un fantôme parmi la nature.

    Ce sera donc le prétexte tout trouvé pour Sarah et Tatsuya de résoudre les problèmes existentiels des personnages qu'ils croiseront dans les différents chapitres, via les arbres et les fleurs, qui renferment les plus lourds secrets des humains en souffrance.
    Mais de tous, celle qui souffre le plus se trouve être Sarah, qui cache un terrible secret, qui la contraint hélas à devoir quitter prématurément ce pauvre Tatsuya qui était tombé amoureux d'elle.
    Comment cela finira-t-il ? ^^

    Cette série est en fait le développement d'un one shot intitulé Le temps des cerisiers, où Sarah et son père faisaient la connaissance du jeune Masaki.

    Tout dans cette série annonce Family Compo. Amour impossible entre deux êtres que tout sépare (Tatsuya et Sarah), personnages qui vivent en marge de la société et souffrent de profonds problèmes existentiels, humour omniprésent, dessin délicat et raffiné.

    Hélas, aucune nouvelle réédition n'est annoncée à ce jour. Pourtant ce titre le mérite amplement et mille fois ! C'est typiquement le genre d'oeuvre que vous pouvez offrir à ceux que vous aimez sans craindre une seconde de décevoir.

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Xanatos le #287759

    Sous un Rayon de Soleil est une série magnifique.

    Je la considère par ailleurs comme l'oeuvre la plus personnelle de Tsukasa Hôjô avec le bouleversant recueil d'histoires courtes "La Mélodie de Jenny", on sent que la protection de la nature et des arbres est un sujet qui tient l'auteur particulièrement à coeur.

    C'est une série très poétique, certains passages oniriques sont d'une beauté sidérante et envoûtante…

    Et puis on se rend compte aussi à quel point Tatsuya a su évoluer positivement au cours de l'oeuvre, avant il considérait les arbres comme des "tas de bois", et, au fil de l'histoire, il a appris à les connaître, les aimer, les respecter…

    Car oui, certaines personnes ont tendance à l'oublier, mais les arbres, comme les fleurs et les plantes sont bel et bien des êtres vivants.

    Un des éléments récurrents de Hôjô sur l'ensemble de ses oeuvres a toujours été l'évolution psychologique de ses personnages. Tatsuya a appris à aimer la nature et l'environnement, Ryô s'est davantage humanisé au contact de Kaori, Masahiko est devenu plus ouvert et tolérant en vivant auprès de ses cousins les Wakanae…

    Bien que la série soit très courte (3 volumes) je considère "Sous un Rayon de Soleil" comme l'une des oeuvres majeures de Tsukasa Hôjô. C'est une série formidable et émouvante qui se lit surtout avec le coeur.
    De plus sa fin est vraiment sublime…

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #287760

    Par le Grand Bouddha, je m'aperçois que je n'ai jamais lu "Sous un Rayon de Soleil" ! en plus je crois l'avoir aperçu dans une boutique d'occases… faut que j'y retourne !
    (En voilà une intervention utile…)

    Hectopussy
    Membre
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    hectopussy le #287761

    Remontage de sujet pour une info originale : à l'invitation de Tetsuya "TM Network" Komuro, Tsukasa Hojo a dessinée une "idole virtuelle" prénommée Mana.

    Celle-ci s'est déjà exercée en reprenant le mythique "Get Wild" composé et interprêté par les mêmes TM Network pour la série City Hunter : "Get Wild" par Mana.

    En attendant de la voir animée, un premier rendu "CG" a été dévoilée :


    Certains diront que TK tenterait peut-être un come-back en vampirisant City Hunter…

    Autres sources : ANNCrunchyroll

    Sharbett
    Participant
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    Sharbett le #287762

    Je poursuis avec grand plaisir la découverte de Family Compo. Après un tome que je trouvais quelque peu répétitif, l'histoire reprend du souffle avec l'entrée de Kaoru la détestable et les histoires des personnages qui ne sont désormais plus si secondaires que ça, bref, les tomes 6-8 environ.

    En lisant ces tomes, je n'ai pas pu m'empêcher de penser à Molière. Et là, on me pose la question: « Que fiche le théâtre classique dans du manga, je te le demande? »

    Les comédies de Molière ont toutes un fond noir, triste et inquiétant. Les Précieuses sabotent leur vie et fuient dans la pseudo-érudition, dans laquelle elles trouvent de quoi satisfaire leurs désirs sans risques. Sganarelle du Mariage forcé est un vieillard ignoble, prétentieux et lubrique, qui veut épouser de force une jeune fille (et cette dernière pense tellement à son proche veuvage qu'on se demande si elle ne va pas l'aider un peu à trépasser). Je pourrais trouver d'autres exemples, mais ce sont les seuls qui me viennent maintenant.

    Dans le film Molière que je ne saurais trop recommander aux amateurs de sa littérature, J.-B. Poquelin vit le dialoque suivant avec Mme Jourdain :

    « Madame, seule la tragédie explore l'infinie complexité de l'âme humaine !
    -Ecrivez donc des comédies qui explorent l'infinie complexité de l'âme humaine.
    -Mais, madame, ce genre de comédie n'existe pas…
    -Hé bien, inventez-le! »

    Family Compo est un manga très fort, car il fait rire de ce qui fait pleurer, sans négliger cependant la tendresse pour les personnages.

    Une nuance de tristesse et de méchanceté, déjà présente dans les premiers tomes, s'accentue cette fois très nettement dans la comédie et lui donne une teinte plus sombre. Le rejet quasi inhumain de Sora est très cruel. Kazuko, au début réduite à son rôle de femme ratée et moche, devient une héroïne courageuse, prête à sacrifier ce qu'elle est vraiment pour assumer sa famille. Et les cris de dégoût d’Akane sont presque douloureux tellement son rejet des hommes est violent.

    Le manga va plus loin dans la perversion avec Kaoru, mes dieux, je la déteste, celle-là. Le club de ciné comptait déjà bien des bassesses (ou plutôt, des tentatives de bassesses, parce que Shion est trop forte pour eux, disons-le), mais Kaoru, elle, elle n’hésite pas à agresser physiquement et à exploiter les gens pour son bon plaisir.

    Au passage, un extrait me plonge dans une profonde perplexité.

    Kaoru essaie de violer Shion pour « lui montrer quels plaisirs on peut avoir avec une femme ». Hélas pour elle, Shion retourne la situation (dans tous les sens possibles, et uniquement à son propre avantage). Et Shion, en la bisouillant dans le cou, commente « ta sensibilité féminine est bien là ».

    J’ai du mal à saisir comment elle peut parler de « sensibilité féminine » : un homme n’aurait donc pas pu se sentir émoustillé par une caresse semblable ? Voilà qui met en question beaucoup de choses ! Dois-je comprendre que, dans ce manga, la sensualité est l’apanage des femmes ? Je sais pas. J’ai essayé d’y réfléchir seulette, j’ai relu le passage plusieurs fois (« Tiens, c’est marrant, cette position est utilisée dans Lady Snowblood et dans Lone Wolf and Cub, est-ce culturel ? et surtout… est-ce normal que je me pose ce genre de questions et que je fasse des rapprochements pareils ? »), rien à faire : mon neurone ne trouve pas d’explications, peut-être n’y en a-t-il pas, et peut-être que ça fait partie des faiblesses de ce manga, peut-être que ce n’est qu’une fantaisie de l’auteur sans aucun fondement.

    J’ai l’impression que Shion dit « tu éprouves du plaisir, tu es donc une femme malgré tes efforts pour être un homme », mais ça me semble absurde. Si quelqu’un a mieux compris ce passage-là, je suis preneuse de sa théorie.

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Xanatos le #287763

    Ah cool, le topic Tsukasa Hôjô remonte, ça fait plaisir! 😃
    D'ailleurs à ce sujet, je relis Cat's Eye actuellement, dès que j'aurai terminé ma relecture, je tâcherai de faire une critique développée sur le manga car celui ci est très différent de la série animée!

    Citation (Sharbett @ 04/08/2012 23:28)
    Le manga va plus loin dans la perversion avec Kaoru, mes dieux, je la déteste, celle-là. Le club de ciné comptait déjà bien des bassesses (ou plutôt, des tentatives de bassesses, parce que Shion est trop forte pour eux, disons-le), mais Kaoru, elle, elle n’hésite pas à agresser physiquement et à exploiter les gens pour son bon plaisir.


    La première fois que j'ai lu le tome qui introduit Kaoru dans l'histoire, j'ai cru que c'était un mec!
    Effectivement, dans les premières histoires du manga Kaoru ne se montre guère sympathique: elle est manipulatrice, brutale, violente, grossière et n'a aucun self control.
    Elle a surtout été très mal élevée, sa mère la délaissait complètement quand elle était môme et ne lui consacrait jamais suffisamment de temps ce qui laissa une blessure affective dans son coeur.
    Son comportement outrancier envers son prochain est un peu une vengeance du manque d'amour qu'on lui a porté quand elle était plus jeune.
    Ce qui est cependant jouissif, c'est que lorsque Kaoru sera hébergée par la famille Wakanae et qu'elle tentera de les faire chanter afin qu'ils obéissent à tous ses caprices, elle déchantera vite en se rendant compte qu'ils ne sont pas ce qu'ils paraissent et que tous les membres de la famille ont une forte personnalité et ne s'en laissent pas compter.
    J'adore quand elle tente vainement de mener en bateau Sora et que celui ci ne se laisse absolument pas marcher sur les pieds.

    Heureusement, Kaoru évoluera beaucoup au cours de l'histoire en particulier au moment clé ou elle trouvera sa voie et sa vocation et embrassera la carrière de chanteuse.
    Et puis la famille Wakanae l'acceptera rapidement parmi eux, même si quelques frictions subsisteront entre elle et eux dans leurs relations.
    Sinon, le passage ou Kaoru annonce fièrement à Sora qu'elle veut devenir un “homme” aussi courageux que lui est un moment clé de l'histoire ou on voit qu'elle commence à avoir de l'estime et de l'admiration envers “lui”.

    Quant à son père Tatsumi, je n'ai pas d'avis fixe: autant certaines fois je le trouve détestable et odieux (c'est tout de même un Yakuza qui n'est pas un enfant de choeur), d'autres fois je le trouve extraordinairement drôle et déjanté.
    Mais pour ce qui est de sa relation avec sa fille, il m'inspire surtout de la pitié: je pense notamment au moment ou il s'effondre en larmes devant “Masami”, tout honteux de ne pas savoir comment élever sa fille…

    Citation (Sharbett @ 04/08/2012 23:28)
    Au passage, un extrait me plonge dans une profonde perplexité.

    Kaoru essaie de violer Shion pour « lui montrer quels plaisirs on peut avoir avec une femme ». Hélas pour elle, Shion retourne la situation (dans tous les sens possibles, et uniquement à son propre avantage). Et Shion, en la bisouillant dans le cou, commente « ta sensibilité féminine est bien là ».

    J’ai du mal à saisir comment elle peut parler de « sensibilité féminine » : un homme n’aurait donc pas pu se sentir émoustillé par une caresse semblable ? Voilà qui met en question beaucoup de choses ! Dois-je comprendre que, dans ce manga, la sensualité est l’apanage des femmes ? Je sais pas. J’ai essayé d’y réfléchir seulette, j’ai relu le passage plusieurs fois (« Tiens, c’est marrant, cette position est utilisée dans Lady Snowblood et dans Lone Wolf and Cub, est-ce culturel ? et surtout… est-ce normal que je me pose ce genre de questions et que je fasse des rapprochements pareils ? »), rien à faire : mon neurone ne trouve pas d’explications, peut-être n’y en a-t-il pas, et peut-être que ça fait partie des faiblesses de ce manga, peut-être que ce n’est qu’une fantaisie de l’auteur sans aucun fondement.

    J’ai l’impression que Shion dit « tu éprouves du plaisir, tu es donc une femme malgré tes efforts pour être un homme », mais ça me semble absurde. Si quelqu’un a mieux compris ce passage-là, je suis preneuse de sa théorie.

    Personnellement je trouve ce passage peu crédible et convaincant. Certes beaucoup de filles et de garçons ont déjà eu des relations sexuelles à l'âge de Shion, mais elle ça m'étonnerait qu'elle ait perdu sa virginité. Déjà il y a sa manie de “changer de sexe” comme de chemise qui renforce la difficulté qu'elle ait pu véritablement avoir des relations sexuelles, et, de plus, elle n'a eu que deux grands amours au cours de sa vie. Certes, elle a peut être eu des flirts, mais cela m'étonnerait que cela soit allé jusqu'au passage à l'acte.

    Peut être que dans ce passage, Shion tente (de manière bizzaroïde) de convaincre Kaoru qu'elle ne doit pas renier sa nature féminine…

    Mais elle est tout de même mal placée pour la critiquer, vu qu'elle jongle d'un sexe à l'autre! Il se peut comme tu dis que cette scène “hot” de Shion et Kaoru ne soit qu'une fantaisie de Hôjô…

    Sharbett
    Participant
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    Sharbett le #287764

    Citation (Xanatos @ 07/08/2012 16:37)
    Quant à son père Tatsumi, je n'ai pas d'avis fixe: autant certaines fois je le trouve détestable et odieux (c'est tout de même un Yakuza qui n'est pas un enfant de choeur), d'autres fois je le trouve extraordinairement drôle et déjanté.
    Mais pour ce qui est de sa relation avec sa fille, il m'inspire surtout de la pitié: je pense notamment au moment ou il s'effondre en larmes devant “Masami”, tout honteux de ne pas savoir comment élever sa fille…

    Pour ma part, la part “yakuza” est trop caricaturale pour que j'y croie sérieusement. Ce n'est rien d'autre qu'un cliché comique, comme celui de la caillera dans GTO: les mecs tabassent tout ce qu'ils peuvent, et on ne pense pourtant pas à les détester, si?

    J'ai beaucoup aimé le moment où il se prend à apprécier la douceur chez Yukari. Il débarque en maugréant que le thé, c'est une boisson radine et peu virile, puis il se prend à apprécier le calme et la douceur de l'endroit. En apparence, ce qui est servi n'est ni bon ni séduisant, et pourtant, lorsqu'on y goûte, il devient difficile de s'en passer. Cet instant de calme au milieu de sa vie faite de hurlements est très émouvant ^^

    Je crois que j'aime bien Tatsumi pour ça. Il est ignoble, mais il a une forme de droiture et de désir de tranquillité (tranquillité très très caricaturale, mais tout de même, il veut qu'on l'aime (et il pleure parce qu'on ne l'aime pas et qu'il ne sait pas s'y prendre). Il pourrait tomber sur Sora sans discuter comme ses gars, mais il n'en fait rien: il prend le temps de jauger la personne et la situation, il n'est pas qu'une brute infâme. Je trouve justement le décalage entre le barbare, le pervers et le coeur tendre très réussi ^^

    Citation (Xanatos @ 07/08/2012 16:37)
    Personnellement je trouve ce passage peu crédible et convaincant. Certes beaucoup de filles et de garçons ont déjà eu des relations sexuelles à l'âge de Shion, mais elle ça m'étonnerait qu'elle ait perdu sa virginité. Déjà il y a sa manie de “changer de sexe” comme de chemise qui renforce la difficulté qu'elle ait pu véritablement avoir des relations sexuelles, et, de plus, elle n'a eu que deux grands amours au cours de sa vie. Certes, elle a peut être eu des flirts, mais cela m'étonnerait que cela soit allé jusqu'au passage à l'acte.

    Sans passer à l'acte proprement dit ni perdre sa virginité, il y a tout un tas de trucs qu'on peut faire sans trop impliquer sa personne 😛 Je trouve au contraire que ça colle bien avec son personnage de femme son caractère de personne très sûre d'elle et lucide sur les choses de la vie. Après tout, Shion parle souvent comme si elle avait de l'expérience à revendre.

    Quant au nombre de vrais amours… c'est pas non plus une preuve en soi, tant il est vrai qu'il n'y a nul besoin d'être amoureux pour faire ce dont on a envie.

    Citation (Xanatos @ 07/08/2012 16:37)
    Peut être que dans ce passage, Shion tente (de manière bizzaroïde) de convaincre Kaoru qu'elle ne doit pas renier sa nature féminine…

    Mais elle est tout de même mal placée pour la critiquer, vu qu'elle jongle d'un sexe à l'autre! Il se peut comme tu dis que cette scène “hot” de Shion et Kaoru ne soit qu'une fantaisie de Hôjô…

    Moué. Non, je trouve pas ça cohérent non plus. Je penche donc plutôt pour le comique gratuit et pervers sur ce coup-là.

    Hectopussy
    Membre
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    hectopussy le #287765

    Je profite du remontage du sujet pour indiquer qu'un extrait du premier clip de Mana a été dévoilé il y a quelques semaines :

    “Supernatural” by Mana – avec Ryo, Kaori & Umi-chan 😒

    Je vous laisse juges… 😒

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #287766

    Très intéressants échanges entre Xanatos et Sharbett, sur Family Compo… Hélas, je n'ai pas d'opinion bien nette car je me suis arrêté vers le tome 6 (je crois), un peu irrité par Kaoru moi aussi, et trouvant que les travestis devenaient légèrement trop nombreux ! certes, au Japon il y en a beaucoup plus qu'en France, et surtout cela ne constitue pas spécialement un milieu de prostitution, c'est juste un choix, voilà tout, bien qu'un peu sulfureux du point de vue des masses. Il se trouve que les jeunes hommes japonais peuvent être très androgynes d'aspect, et le fait que cela leur plaise arrive donc, sans que leurs moeurs en évoluent nécessairement pour autant. Quant aux jeunes filles ou jeunes femmes, c'est la réciproque : leurs "appas" sont souvent des moins développés possible, et si elles s'en satisfont pour diverses raisons, l'androgyne est de ce côté aussi. Souvent dans la rue, ce n'est même pas aux vêtements qu'on peut deviner le sexe, vu l'usage dans les deux du jean, de la salopette et du long T-shirt !
    C'est sans doute une des causes de l'énorme quantité de manga basés sur le "switch of genre".
    Faut que je reprenne la lecture du manga, Xanatos m'en donne envie. Il y a de beaux moments d'émotion aussi, comme le dit Sharbett.

    Shinji-Kun
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Shinji-kun le #287767

    Ça ne concerne pas vraiment le manga mais Cat's Eye va être adapté en pièce de théâtre. Le casting est composé d'Idols du H!P (°C-ute et Berryz Kôbô). De plus une reprise du générique a été réalisée pour l'occasion.

    Le clip

    Hectopussy
    Membre
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    hectopussy le #287768

    Je vous laisse à votre opinion sur cet "hommage" d'un goût particulier : Daffysam "City Hunter Tokyo"

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Xanatos le #287769

    Euuuh…

    Ce "machin" est censé rendre hommage à City Hunter???

    Ce clip est tout bonnement médiocre.

    Une des plus célèbres musiques de la série animée est remixée n'importe comment, les paroles sont très mal écrites et tombent à plat, il n'y a aucun dynamisme…
    Franchement à part le quartier de Shinjuku, je vois mal le rapport avec City Hunter.

    Si encore il y avait un type en arrière plan déguisé en Ryô Saeba qui faisait un simulacre de gunfight ou qui poursuivait des jolies filles tout en étant pourchassé par une nana déguisé en Kaori et brandissant un marteau, cela aurait pu être marrant et l'hommage à l'oeuvre aurait davantage été perceptible et sincère et surtout bien plus marrant…

    Mais là… bof. C'est plat, mou, pas du tout entraînant, pas rythmé le moins du monde et on voit mal la filiation avec City Hunter.

    A la rigueur, le fait qu'il parle de la Neo Geo de SNK peut parler aux fans trentenaires puisque la "Rolls" des consoles est sortie en 1990 soit la même année ou fut diffusé pour la première fois la série animée de City Hunter en France sous le sobriquet de "Nicky Larson" mais bon, le rapport entre les deux est bien maigre…

    Je préfère encore me relire le manga ou revoir certains des meilleurs épisodes de la série animée plutôt que de me retaper ce rap de bas étage.

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #287770

    Le titre City Hunter est juste un clin d'oeil! Si on veut parler d'hommage, il vaut mieux chercher du côté d'IAM, qui a rendu hommage à Star Wars avec cet excellent titre, L'Empire du côté Obscur (j'adore la version épique! 😃 )! Là on peut parler d'hommage!
    La chanson ne parle pas du tout du manga de Tsukasa Hojo.
    Daffysam est un bon gars, qui a décidé de ne pas faire ce que font 90% des rappeurs français depuis 15 ans, c'est-à-dire du rap cliché, avec filles en bikini et biffetons.
    En ce qui me concerne, j'ai beaucoup aimé le style très marqué good old 90's! 😃
    Le son est agréable et les textes ne sonnent pas faux.
    Autrement, j'aime beaucoup ce titre (truffé de références, Streets of Rage, Death Note…) qui passe très souvent sur Nolife! (“T'as dit quoi?” C'est con mais ça me fait rire! 😂 😂 😂 )
    Il ne se prend pas au sérieux, il a de bons textes et il m'a l'air tout-à-fait sympathique!

    "With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
    Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

    Hectopussy
    Membre
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    hectopussy le #287771

    Citation (feanor curufinwe @ 05/10/2012 23:00)
    Le titre City Hunter est juste un clin d'oeil!

    La chanson ne parle pas du tout du manga de Tsukasa Hojo.

    As-tu vraiment ECOUTER le titre ? Techniquement, oui, il ne parle pas du manga, mais l'animé est son inspiration direct : http://www.youtube.com/watch?v=KY3S4S0bNlU
    Mais bon, j'aime pas le rap, qu'il soit craché par un dentier en acier ou un survet' rose…

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #287772

    Citation (hectopussy @ 06/10/2012 05:28)
    As-tu vraiment ECOUTER le titre ? Techniquement, oui, il ne parle pas du manga, mais l'animé est son inspiration direct : http://www.youtube.com/watch?v=KY3S4S0bNlU
    Mais bon, j'aime pas le rap, qu'il soit craché par un dentier en acier ou un survet' rose…


    Oui, je l'ai “vraiment” écouté! Tout ce que je vois, moi, c'est la chanson d'un gars qui est au moins aussi fan que vous de City Hunter, et qui utilise un sample de la série pour illustrer ses textes. Pourquoi le lui reprocher?
    Ça prouve simplement qu'il aime la culture nipponne comme tous ceux qui viennent ici. Qu'on aime ou pas son titre, c'est une autre histoire, mais qu'on le dénigre pour l'avoir appelé City Hunter, ça me paraît injuste et excessif.
    Evitons de nous comporter de la même manière que ceux qui hurlent leur haine envers tout ce qui concerne la japanimation.

    "With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
    Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

    Hectopussy
    Membre
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    hectopussy le #287773

    A partir du moment où il reprend la majeure partie du thème musical, ce n'est plus du sample mais une reprise.
    Le titre précédent "City Hunter New-York" pouvait faire figure de coïncidence car là en effet seule une partie de l'intitulé était commun avec le manga d'Hojo et il faut connaître le passif de l'artiste pour y voir un clin d'oeil volontaire.
    Maintenant, personnellement, si je n'aime pas ce deuxième opus de ce qui semble être une trilogie, c'est tout d'abord car je suis hermétique au genre, et aussi parce que selon moi il dénature affreusement l'oeuvre d'origine. "City Hunter Tokyo" reprend 3 éléments indéniables de l'animé (titre + musique + lieu) pour en faire une chanson qui n'a au final aucun rapport, alors que les nombreux thèmes de celui-ci s'y prête volontiers : lutte de la violence par la violence, un héros issu des bas-fond et au passé trouble, la sexualité débridée et assumée, l'amitié au milieu des combats contre la rivalité perpétuelle… Là, D'sam nous fait du "wesh-wesh-gros-geek-like-vénerd".
    Ces 3 références à l'animé sont trop voyantes pour n'être qu'un clin d'oeil, c'est pour ça que je le classerais dans la catégorie "hommage". Toutefois, si c'est de l'humour (possible quand il clame "j'en ai marre du rap"), c'est pas fin et musicalement ce n'est franchement pas à l'honneur de la musique originale.
    Par curiosité, j'ai écouté la troisième partie "City Hunter Paris"; dommage que sur ce coup-là il ne reprenne pas des extraits d'un des génériques français, là ça aurait été marrant…

    En comparaison, les références à Cobra dans le dernier clip de Justice (dont je suis là-aussi hermétique eu genre musical) sont tout aussi assumées mais sont surtout nettement plus à l'honneur de l'animé…

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #287774

    C'est tellement disproportionné que ça en devient grotesque.
    Je ne compte plus les nombreux titres de rappeurs qui citent textuellement les dessins animés jap de leur enfance, le plus souvent dans des comparaisons douteuses censées les mettre en valeur. Là, le gars ne fait référence à CH que dans le titre et le sample (le clip n'est finalement qu'une balade dans Tokyo, avec encore une référence avec Shinjuku), et on s'attaque à cet "hommage"?!
    C'est disproportionné. Ses paroles ne font jamais référence à CH. Et c'est justement ainsi qu'il montre tout son respect envers une oeuvre qui a certainement bercé son enfance. Rien de bien méchant, et on est vraiment loin des poncifs actuels du rap français (j'ai pas ressenti de "Wesh wesh gros bidule" comme tu dis! ^^).
    Je comprendrais si Daffysam se la jouait Ryô Saeba dans les gros traits (gonzesses et côté invincible de CH), mais on en est vachement loin, quand même.

    "With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
    Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

    Sotelo
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Sotelo le #287775

    Perso j'ai pas réussi à regarder jusqu'à la fin…

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 54)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Members Currently Active: 0
No users are currently active
Membres en ligne pendant les dernières 24 heures : 8
Cami-sama, Xanatos, geoff34, nael_hitengo, Sharbettt, dekamaster2, Lord-Yupa, Cyril
Keymaster | Moderator | Participant | Spectator | Blocked
Additional Forum Statistics
Threads: 10, Posts: 166, Members: 48
Welcome to our newest member, Sharbettt
Most users ever online was 8 on 6 June 2016 17 h 13 min