What a pity!

10 sujets de 81 à 90 (sur un total de 90)

Posté dans : Manga & BD

  • Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #347094

    Orange est un manga qui me déçoit et que je ne vais pas poursuivre, ayant lu le tome 1.
    D’abord, ça devait montrer Matsumoto, la ville où je projette un séjour l’été prochain ; or on n’en voit à peu près rien dans ce début.
    Puis, le pitch me semblait excellent dans son originalité : Naho, une lycéenne de 16 ans qui reçoit un jour une longue lettre d’elle-même postée dix ans plus tard. Et celle-ci lui recommande d’éviter de faire ou de négliger de faire certaines choses pour prévenir un destin fâcheux.
    Malheureusement, tout tourne autour du futur couple de la fille, comme si rien d’autre ne comptait dans l’avenir, et on apprend dès le premier tome que le beau mec mystérieux qu’elle aime le plus va mourir ; elle va donc épouser un copain très gentil mais un peu moins aimé avec lequel elle a un adorable bébé, oh là là quel drame. Surtout, Naho est dépourvue de tout intérêt pour un lecteur masculin (par contre son néant de personnalité peut servir à des lectrices à s’identifier facilement) et les personnages masculins sont tellement cool, sympas et idéalisés (jusqu’à un look très androgyne) que le même lecteur n’arrive pas à y croire…

    Takeda-Shingen
    Participant
    • Offline
      • Padawan
      • ★★
    Kuronoe le #347661

    Kokkoku : j’étais pourtant super enthousiaste au départ, j’en avais parlé ici je crois (ou à tout le moins j’avais tenté de le vendre à certains ^^), mais la ferveur est retombée. Le postulat de départ avec cette possibilité d’arrêter le temps, les mondes parallèles induits par ces modifications, l’idée d’un gardien qui s’assure qu’on respecte les règles durant ces interruptions, tout çà donnait un concept génial. Mais alors qu’est ce que c’est éprouvant à lire, c’est d’un compliqué avec une touche mystique qui ne vient pas arranger les choses. Au final le récit est tellement brouillon qu’on s’y perd complétement et on perd le plaisir de la lecture à essayer de comprendre ce qu’il se passe. Bref, j’aurai tenu 4 tomes mais j’abandonne …

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #349815

    Cher Takeda-Shingen, des manga ou japanim’ de ce genre, on en déborde, et ça n’en fait qu’un de plus. Dommage seulement que tu aies cru au début que celui-là serait moins absurdement foutoir. Quitter le réel avec efficacité, c’est très difficile, mais au Japon comme ici beaucoup d’auteurs se figurent qu’on n’a qu’à se lâcher !

    Underwater :
    Bof, bof. Ce n’est pas une grosse déception, mais j’attendais infiniment mieux de la brillante auteure de Mushishi, Yuki Urushibara !
    Si la couverture gaufrée du tome 1 est très belle, le récit manque de sel et de rythme à un point considérable. Tout ça est assez confus, contemplatif, à la fois pesant et de peu de poids. Mon Dieu oui, c’est un peu triste de voir un bô village ancien pittoresque en bois et en chaume noyé par un barrage, et ses habitants relogés pas loin des vilains centres commerciaux. Mais les villageois Syriens ou Libyens ou Yéménites (j’arrête la liste qui serait longue) ont des soucis un peu plus sérieux il me semble. Sans compter que les deux gamines Chinami, puis Kazumi, auraient sûrement plutôt envie d’aller en ville que de rester là, près d’un garçon assez con, puis de devenir des bobonnes ménagères / lavandières / cuisinières pour les péquenots masculins qui fument et picolent. Bref, c’est des idées de citadins, tout ce récit !

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #520477

    Bon, on relance ! Ne vous faites pas avoir comme moi par la pub “meilleur manga de SF” à propos de GIRLS LAST TOUR que l’éditeur nouveau Omaké nous propose…

    Bien sûr, on est projeté “in medias res” comme on dit en littérature dans le mystère épais d’une énorme ville détruite, post-apocalyptique et désertée, ce qui est cool mais pas du tout inédit avouons-le. Deux mignonnes gamines casquées y errent à bord de leur autochenille, une “Kettenkrad” des divisions blindées nazies (l’auteur est également le scénariste de la série Girls und Panzer, et ça se voit aussi au casque allemand de Yûri).
    Les deux fillettes aux tempéraments opposés se chamaillent un peu parfois mais s’entraident, tout en sillonnant les ruines sans but. Elles font deux épisodiques rencontres d’adultes (sans danger), un cartographe, puis une technicienne. Le ton général est semi-poétique avec quelques questions sur la vie et son sens, mais bon, on n’est pas dans Spinoza non plus. En fait on a surtout le sentiment que l’auteur tire à la ligne sans trop savoir à l’avance où il va. Nous n’apprenons rien du passé de Yûri et Chito ; cette dernière est la seule des deux à montrer quelques connaissances fragmentaires car elle a lu des livres et aime cela.
    C’est vraiment trop facile et artificiel de créer une “mystérieuse histoire” quand on n’explique rien !!

    Geoff34
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    geoff34 le #520478

    J’avoue que je porte peu d’intérêt à ce genre d’oeuvre qui mélange “jeune fille” et univers un peu militaire, pas que ce soit un sujet inintéressant, mais l’aspect trop réaliste du dessin est trop froid pour moi, on pourrait rendre les engins militaire plus imaginatif, à l’instar de ce que fait par exemple Hayao Miyazaki ou Masumune Shirow sur leur dessins de tank ou encore le jeu vidéo Metal Slug et leur mini-tank ayant un côté “cartoon”.
    Concernant Omaké Book, j’ai déjà rencontré son patron Florent Gorges lors d’un voyage au Japon, si le titre édité ne t’as pas plus, il ne faut pas non plus condamné la maison d’édition, Florent Gorges est un passionné de la culture japonaise et il édite des choses qui le tienne à cœur, comme par exemple, le roman Bokko-Chan de Shinichi Hoshi, un auteur de SF célèbre au Japon mais inconnu chez nous.

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #520719

    Oui geoff34, j’aurais préféré moi aussi un tank imaginatif et drôle comme le Bonaparte de Leona dans Dominion, ou comme certaines superbes créations de Miyazaki… Et tu as raison, c’est déjà bien qu’un nouvel éditeur patronné par un passionné se lance, en particulier dans le domaine S.-F. Souhaitons bonne chance à Omaké Book !

    Pour rester dans le sujet, je ne peux pas recommander le déplorable Murciélago (= la chauve-souris en espagnol), déception que j’ai larguée au tome 4. Certes la perversité de l'”héroïne” Kuro, une fieffée lesbienne et tueuse impitoyable au service de la police afin d’éliminer de bien pires assassins qu’elle mettait du sel et même du poivre un peu plus réaliste au sein de l’avalanche mystique de Goblins / Démons / Zombies/ Monsters / SLAYERS, en général des gamin(e)s asexué(e)s dépourvu(e)s de toute originalité. Hélas, et malgré la force du dessin, la complaisance dans le sanglant ainsi qu’envers une petite fille à masque de lapin et à grand couteau maniaque de zigouillage m’a indisposé, en plus des invraisemblances qui en découlaient. Où est l’intérêt de ce contraste ? Fuyez ce manga !

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #520815

    Ce topic est forcément un peu subjectif, mais il peut ouvrir à d’intéressants débats.
    Comme je viens de lire le journal de voyage du célèbre écrivain Natsume Sôseki (en Angleterre en 1900, puis en Mandchourie en 1909), je repense à un manga en deux tomes que j’ai lâché dès le tome 1, Au temps de Botchan qui mettait en scène cet auteur et son époque. J’ai été content d’y croiser un de mes écrivains-cultes, Lafcadio Hearn, mais je ne recommande pas du tout ce manga ; Natsume Sôseki y apparaît en maître à penser de jeunes étudiants japonais aux opinions, tout comme lui, terriblement contradictoires, à la fois “rebelles” aux normes et déplorablement réactionnaires. Ils semblent en fait écoeurés par la modernisation mentale rapide du Japon “Meiji”, et sont particulièrement révulsés par une jeune femme libérée très occidentalisée. On sent en ces jeunes très virils le terreau du futur militaro-fascisme nippon des années 1930 / 1940, qui détruisait les disques de Joséphine Baker et tous les films américains.
    J’ai lu “Botchan”, roman devenu un grand classique et énorme succès de 1906, et là encore les opinions du jeune prof héros du récit nous paraissent aujourd’hui d’une grande ambiguïté. On m’a dit que le célèbre “Je suis un chat” est très décevant. Quant au journal de voyage, la partie londonienne ne manque pas d’intérêt, même poétique, mais la vivacité du complexe d’infériorité que ressent Natsume Sôseki face aux Anglais mêle de rejet son admiration. Très petit et d’épaules étroites, il est visiblement terrifié par les grandes Anglaises, et par leurs audaces avec les hommes. En Mandchourie 9 ans plus tard, il ne s’intéresse en rien cette fois au pays, et montre un dégoût profond envers les Chinois, race invariablement “sale” pour lui, bien qu’il en distingue soigneusement les Mandchous, qu’il respecte beaucoup.
    Bref, le manga Au temps de Botchan n’a de mérite que descriptif d’un (déplaisant) climat intellectuel.

    Veggie11
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Veggie11 le #520816

    Encore un de mes mangas préférés traîné dans la boue… Enfin ce n’est pas grave, j’ai pris l’habitude.

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #520837

    Chère Veggie, je me suis sans doute assez mal exprimé ; je me souviens en effet que tu avais naguère complimenté Au temps de Botchan, et à juste titre puisque le manga a justement le mérite de la sincérité sur le “cas” Natsume Sôseki. Tu n’as pas du tout tort, la qualité de l’ouvrage n’est pas en cause : c’est un reflet solidement documenté, au dessin puissant et réaliste, un tableau bien mis en perspective de la vie littéraire à la fin de l’ère Meiji. Ce que je voulais dénoncer, c’est le point de vue farouchement réactionnaire, misogyne, xénophobe, de Natsume Sôseki, et qui ne fait aucun doute quand on en a lu pas mal. Ce n’est pas si grave pour un grand artiste du style et bon romancier comme lui, on peut penser à l’excellent dramaturge et auteur Jean Giraudoux, qui devint un propagandiste dévoué du maréchal Pétain, à L.-F. Céline, collabo encore plus notoire, à Yukio Mishima dont mes amis japonais me disent que ses idées étaient catastrophiques mais son écriture en kanji japonais magnifique. De plus, Sôseki n’était pas du tout conscient que son action contre l’effort Meiji (Lumières et libéralisme occidental) revenait à pousser son pays vers un féroce militaro-nationalisme et une dictature 20 ans plus tard.
    Botchan dans le roman oppose sans cesse ses collègues professeurs “branchés” (et ses élèves, qui ne voient en lui qu’un flic teigneux) à la morale fort peu occidentale de sa vieille nourrice, servante dévouée d’une famille noble ruinée par le “monde moderne”. Il déteste et méprise (par frustration jalouse) la belle maîtresse d’un collègue aux moeurs libérées. Cela se passe à Matsuyama, où j’ai séjourné 10 jours. Or la ville a sponsorisé une série live TV vers 1960 pour rectifier le tir : Botchan bien plus sympa à nos yeux modernes tombe amoureux de la jolie jeune femme et ils filent une histoire d’amour en Roméo et Juliette de Matsuyama, pour le plus grand bénéfice des produits dérivés touristiques de la cité.
    En 1980, une adaptation animée qui inverse aussi totalement le contenu réactionnaire du roman a été réalisée par Osamu Dezaki, Akio Sugino, Monkey Punch et Yoshio Takeuchi (Cat’s Eye, Cobra). D’après l’illustration de la fiche Animeland, tout ce qui reste du climat de l’oeuvre originale est le costume archi-passéiste de Botchan : un hakama (jupe-culotte masculine sur kimono, et geta aux pieds)…

    Veggie11
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Veggie11 le #520838

    Je ne me souviens pas avoir écrit sur le forum au sujet de ”Au Temps de Botchan”. J’ai lu ”Botchan” et ”Je Suis un Chat” il y a 12 ou 13 ans, je savais aussi qu’il existait un manga dessiné par Taniguchi et lorsque Casterman a réédité le titre, j’ai sauté dessus direct. Je ne crois pas en avoir parlé vu que le manga est difficile d’accès.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 an par Veggie11 Veggie11.
10 sujets de 81 à 90 (sur un total de 90)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Members Currently Active: 1
feanor-curufinwe
Membres en ligne pendant les dernières 24 heures : 9
feanor-curufinwe, Tom-le-chat, Xanatos, Lord-Yupa, Cyril, Mauser91, Sharbettt, geoff34, veggie11
Keymaster | Moderator | Participant | Spectator | Blocked
Additional Forum Statistics
Threads: 10, Posts: 166, Members: 48
Welcome to our newest member, Ermi7
Most users ever online was 8 on 6 June 2016 17 h 13 min