Cinema : critiques, coups de coeurs, coups de gueules

20 sujets de 1,681 à 1,700 (sur un total de 1,737)

Posté dans : Délire & Divers

  • Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #523216

    La Revanche des Sith :
    Vu ce que tu en as dit, Xanatos, je vais sûrement te paraître de goûts décevants, mais j’ai peu accroché à ce film (sauf visuellement car c’est somptueux !).
    J’aime bien Ewan McGregor en Obi-wan, il est parfait bien que peu gâté par les dialogues (il sait être expressif facialement). Toutefois Anakin-le-jaloux-du-Maître m’est si peu sympathique qu’il m’alourdit le film de sa présence. Il semble même un parfait imbécile à ne pas s’apercevoir de sa manipulation par Palpatine, du moins jusqu’au milieu du film, dont le tout début est invraisemblable. Suivre la grossesse de Padmé me gonfle (c’est le mot !) ; habillée en reine de Naboo à l’épisode I, Nathalie Portman était sublime, mais par la suite c’est pas mon genre. Tout ce qui va arriver est téléphoné puisqu’on se rapproche de la très connue trilogie “classique”. J’avoue avoir lâché l’affaire et effacé (2h 05 !) pour faire de la place sur mon disque dur pour Lupin III, peu après qu’Obi-wan ait liquidé le général Grievous (superbe “méchant” et très beau combat !). Comme je n’aime pas le look “belzébuth” des Sith, c’était le moment je crois. Dialogues ternes, et la leçon par Maître Yoda à Anakin de détachement bouddhiste de tout affect (à un fils endeuillé, amoureux et papa !) a quelque chose d’absurde. Je trouve aussi que l’acteur qui joue Palpatine n’a pas le bon look : Christopher Lee – Comte Dooku aurait été bien mieux dans le rôle.
    J’ai l’air dur, mais tout de même, c’est une claque visuelle impressionnante. Vraiment au final, “L’attaque des Clones” est pour moi le meilleur Star Wars !

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Xanatos le #523217

    Ah désolé pour toi mon cher Yupa si tu n’as pas accroché à La revanche des Siths… 🙁

    Personnellement, c’est mon opus favori de cette seconde trilogie qui est selon moi le plus noir et le plus émouvant de celle ci.

    Je te rejoins toutefois sur certains défauts d’écriture de dialogues caractéristiques de celle ci, mais il y en a certains malgré tout qui se démarquent et qui sont brillants.

    Quand l’Empereur Palpatine/Dark Sidious s’empare du pouvoir et endoctrine le sénat, j’ai été marqué par les paroles de Amidala: “Et c’est ainsi que meurt la démocratie… dans un tonnerre d’applaudissements.”

    Quant à Anakin, il avait eu quand même des soupçons (que tu évoques d’ailleurs !) au sujet de la vraie nature et de la duplicité de Palpatine et en fit part à Mace Windu.

    Pour ce qui est du changement de camp de Anakin qui, certes pourra paraître abrupt, il ne me semble pas si incohérent, étant donné que Windu s’apprêtait à exécuter Palpatine alors qu’il lui avait promis un procès en bonne et due forme.

    En ce qui concerne l’interprète de l’Empereur… et bien figure toi que c’est le même acteur qui l’interprète, en l’occurrence, Ian McDiarmid, et ce depuis Le Retour du Jedi !

    Personnellement, il ne m’a jamais déçu dans ce rôle.

    En revanche, pour Christopher Lee, on pourra regretter que le personnage qu’il a si brillamment interprété, le Comte Dooku ait été si rapidement éliminé.

    Le Général Grievous est en effet un ennemi d’envergure et un redoutable combattant.

    Tu as peut être été interloqué par le fait qu’il tousse autant au début du film.

    On apprend l’origine de sa toux dans la série animée Star Wars Clone Wars qui s’intercale chronologiquement entre L’Attaque des Clones et La Revanche des Siths: après que Grievous ait “capturé” Palpatine, Mace Windu s’apprêtait à le secourir: Grievous était sur le point de l’attaquer, mais Windu utiliser la force pour perforer l’un de ses poumons à distance, ce qui affaiblit Grievous… Cependant le vaisseau du général s’échappa et et Windu ne put secourir le chancelier Palpatine.

    Visuellement, nous sommes d’accord le film est splendide, tant pour l’introduction spectaculaire où Obiwan accompagné de Anakin et D2R2 partent à la recherche de Palpatine que de l’attaque des clones sur la planète des Wookies (où nous découvrons avec stupeur que Yoda était ami avec Chewbacca, bien avant que ce dernier ne devienne le compagnon d’armes de Han Solo !).

    J’avais été marqué aussi par le duel fratricide entre Anakin (ayant sombré dans le côté obscur) et Obiwan que j’ai trouvé véritablement déchirant.

    Et enfin, quelle émotion d’avoir assisté à la genèse de Dark Vador !

    En plus pour la VF, ils firent appel au grand Georges Aminel, qui fut la voix française ô combien charismatique et inoubliable du personnage dans L’Empire contre Attaque et Le Retour du Jedi !

    Chacun ses goûts mon cher Yupa, et je comprends que tu préfères L’Attaque des Clones !

    Dans ta critique, tu as dit que tu as effacé La revanche des Siths au profit de Lupin III: par curiosité, s’agirait il des épisodes de Lupin III part V dont les premiers épisodes furent diffusés vendredi dernier sur la chaîne Mangas ?

     

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #523272

    Dans ta critique, tu as dit que tu as effacé La revanche des Siths au profit de Lupin III: par curiosité, s’agirait il des épisodes de Lupin III part V dont les premiers épisodes furent diffusés vendredi dernier sur la chaîne Mangas ?

    Bien entendu, cher Xanatos, je n’allais pas laisser passer cette diffusion ! J’en reparlerai dès que vue, mais je suis sur plusieurs choses à voir en ce moment.

    Pour le grand public, alors que dans le final du II, “l’Attaque des Clones”, Dooku est battu à plates coutures par l’armée du Sénat, on est stupéfait de déboucher dans le début du III, “La revanche des Sith”, sur un Dooku assez puissant militairement pour avoir capturé le Chancelier !! Je n’avais pas connaissance d’un film intercalaire, “Star Wars Clone Wars”, d’ailleurs il n’est pas numéroté. Quand Obi-wan et Anakin parviennent jusqu’à Palpatine, loin d’être claquemuré en cellule il est dans un grand salon, sur un trône !! Et quel peut bien être son plan ? Simplement se débarrasser d’Obi-wan et circonvenir Anakin ? Tout ça pour ça ? Ce dernier est bien trop bête pour comprendre que Palpatine en lui réclamant de tuer Dooku le mène à un forfait contre les lois Jedi (“Ah je ne devrais pas… bon, d’accord”), et du même coup se débarrasse du témoin de son identité maléfique.
    Mais en fait ce qui me rend peu enthousiaste c’est que ce film est très centré sur Anakin, et je déteste ce petit voyou à belle gueule ; non seulement il est jaloux de son mentor, et trahit les idéaux Jedi, mais aussi leur chasteté en se tapant Amidala. Il a des excuses car c’est bien elle qui l’excite de son dos nu et le séduit d’un baiser “romantique” sous la pergola. Mais de toute façon, comme il le révèle dans “L’Attaque des Clones”, il rêve d'”ordre nouveau” sous une règle de fer, on le sait déjà. C’est pourquoi après l’élimination du général Grievous (formidable création), la suite ne m’intéressait guère.

    Lundi, diffusion sur TMC de l’épisode IV, “Un Nouvel Espoir”, en fait le premier paru au cinéma en 1977. J’en avais des souvenirs éblouis, et en un sens c’est quand même lui le meilleur, l’originel !! Je ne sais plus si j’avais vu sa première édition ou bien celle, repeignée, de 1981. Que de scènes mémorables : les deux droïdes errant dans le désert m’avaient énormément marqué (l’amitié profonde entre les deux robots est un thème important et très original du film), le bar aux extra-terrestres, nos héros dans le broyeur à ordures, et bien sûr l’attaque de l’Etoile Noire… etc. Je garde une très forte empathie pour Luke, Leia, Han Solo (et aucune pour Anakin et Amidala). Chewbacca est un personnage excellent, et l’humour, les dialogues percutants, sont récurrents dans le film. Enfin le surgissement de Dark Vador impressionne au plus haut point. Quand il capture, interroge et menace Leia, il semble ignorer complètement que c’est sa fille, soeur de Luke. George Lucas avait-il déjà décidé cela ? Il semble que non, d’ailleurs il paraît que les investisseurs, croyant à un bide commercial, n’envisageaient pas une suite. Même dans “L’Empire contre-attaque”, Dark Vador depuis la nouvelle Etoile Noire “sent” la présence de Luke sur la planète des Ewoks, mais ne perçoit jamais Leia. Il est vrai que c’est rien qu’une fille, “un zéro sans couilles” comme dit Sharbett que cela scandalise (elle n’aime pas la saga Star Wars)… On ne peut pourtant pas accuser Lucas de machisme vraiment borné, car il donne à Leia beaucoup de pêche et d’efficacité dans les beaux combats au sein des couloirs de l’Etoile Noire. Dans ce premier volet, il pose une nette rivalité amoureuse entre Luke et Han Solo envers la princesse. L’idée sororale lui est peut-être venue tout simplement pour résoudre le conflit et permettre de faire de Luke un chaste Jedi… Conformément aux très nombreuses “screwball comedies” US dès les années 1930, Leia et Han Solo commencent par se balancer insultes, vannes et mépris avant de tomber amoureux plus tard : en effet cela ne fait que prouver leur intérêt mutuel.
    On jubile à découvrir le répugnant Jabba (Boba Fett est à ses côtés).
    TMC nous passe lundi prochain “L’Empire contre-attaque” et je vais bien sûr m’y replonger un peu.

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Xanatos le #523365

    Aaaaaah La Guerre des Etoiles alias Un Nouvel Espoir

    Ce film culte marqua la naissance d’une saga mythique…

    Même si j’aime la “prélogie” et la trilogie récente de Disney, la première trilogie classique demeure indétrônable à mes yeux.

    Ce premier film demeure véritablement exceptionnel et pose parfaitement bien les bases de la saga.

    Ce qui est frappant surtout dans ce premier film, c’est la narration qui est claire et limpide: le récit prend le temps de présenter ses personnages principaux: Luke, Leia, Han Solo, Obiwan Kenobi, D2 R2 et C3PO et bien sûr le légendaire Dark Vador…

    Ce long métrage ne paraît ni longuet, ni frénétique, tant l’histoire est menée de main de maître.

    La Guerre des Etoiles est traversé par un véritable souffle épique qui nous transporte, nous émerveille et nous fait rêver, sublimé par les musiques grandioses composées par l’immense John Williams.

    Le clou du film étant l’assaut contre l’Etoile Noire qui est un véritable morceau d’anthologie qui me fait frissonner à chaque fois.

    Contrairement à Sharbett (dont je respecte les goûts, cela va de soi), je vénère, j’adule, J’ADORE Star Wars qui fait partie de mes sagas cultes.

    J’ai revu les trois premiers films un nombre incalculable de fois et je ne m’en lasse jamais, la magie opère toujours. 🙂

    Après, je te rejoins Yupa, je ne trouve nullement la saga machiste: Leia n’a rien d’une cruche incompétente, bien au contraire, elle est intelligente (c’est tout de même une bonne tacticienne sachant établir des stratégies bien pensées), forte (elle se bat régulièrement) et au caractère bien trempé (quand elle envoie paître Han Solo).

    J’ai vraiment hâte que tu redécouvres L’Empire contre Attaque qui constitue à mes yeux le pinacle de cette première trilogie, ce film majeur va très loin dans la noirceur mais aussi l’émotion !

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #523413

    L’Empire contre-attaque est une formidable suite à “Un nouvel espoir”, tu as bien raison, Xanatos ! Pourtant elle débute assez maladroitement, puisque détruire la sonde de l’Empire est le meilleur moyen pour la base rebelle de se faire repérer (on peut toujours argumenter que l’engin aurait de toute façon fini par la repérer). Han Solo sauve Luke du froid grâce à un célèbre moyen utilisé par les soldats de Napoléon lors de la retraite de Russie : éventrer un cheval (ici un “tauntaun”) et s’envelopper de ses entrailles. Ensuite superbe, magnifique combat contre les Quadripodes, ces mammouths mécaniques, une des meilleures idées visuelles de toute la saga ! Très bons moments aussi avec la poursuite du Faucon par les chasseurs de l’Empire. Pour obtenir le tête-à-tête Luke-Yoda, les puants marécages de Dagobah constituent un lieu original et frappant. Yoda personnellement m’irrite un peu. Certes le paradoxe du grand maître à penser Jedi sous cette allure assez grotesque est piquant et inattendu, et son salmigondis de taoïsme et de bouddhisme arrive à mettre de la “profondeur” (“philosophie” serait un trop grand mot) dans la licence, mais il apparaît par ses reproches incapable de comprendre que Luke ne peut pas devenir un chevalier parfait en deux jours : c’est clairement lui qui se rend coupable d’impatience, d’ailleurs Obi-wan en fantôme lui rappelle que débutant il n’était pas différent de Luke. Etonnant passage dans le tunnel “utérin” où Luke en tranchant la tête du simulacre de Vador découvre sous le casque le visage d’Amidala sa mère. Une sorte de complexe d’OEdipe, mais je crois que c’est juste pour prouver le côté “obscur” (criminel) de la colère.
    C’est le film où Leia cède à Han Solo le parfait macho car, comme il le lui dit avec sa provoc habituelle, elle “aime les vauriens” tels que lui. Il faut le reconnaître, l’original malfrat, aux actes bien plus nobles que le discours, est haut en couleur et si bien campé par Harrison Ford que toute sa carrière en fut brillamment lancée (à la différence de Dave Prowse sous le costume de Vador, R.I.P.). Trop mou du genou et trop correct, Luke est évincé ; malgré le fort lien que Leia et lui ressentent, la fin rend sensible un “mur de verre” entre eux. C’est au film suivant qu’on les découvrira frère et soeur. Tout cela est très bien mené, nous intrigue et nous émeut. Cependant Dark Vador chez Lando ne sait toujours pas qu’il a capturé sa fille, pour la deuxième fois. Au début du film, il sent parfaitement que Luke est sur Hoth, mais ne perçoit pas sa fille. Il sait très bien aussi que Luke est son fils : “Je suis ton père !” illustre réplique parodiée dans Toy Story :-), mais sa fille, aucun intérêt, il ne cherche ni à la tuer ni à l’amener à l’empereur : elle est pourtant la chef de la Rébellion !! Regrettable incohérence à laquelle nous sommes devenus sensibles, mais à l’époque de la sortie de la trilogie personne n’y faisait attention. Il y a d’autres incohérences dans la saga, mais ce n’est pas si grave : c’est un superbe opéra musical et visuel avant toute chose ! Notamment sur ce film et le précédent.

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #523552

    Le Retour du Jedi, épisode VI donc.

    Malheureusement, TMC ne poursuivra pas sa diffusion hebdomadaire de tous les épisodes de “Star Wars”, alors que j’aurais aimé voir le IX, que je n’ai jamais vu, pour pouvoir enfin en juger.
    En tout cas ce célèbre opus rejoint l’excellent niveau visuel (et musical, ne l’oublions pas !) des deux précédents, bouclant la première trilogie devenue un grand classique du cinéma.
    On remarque davantage ici la tenue des troupes de l’Empire : casquettes des miliciens fascistes italiens, casques noirs enveloppants proches de ceux des SS allemands. Leurs armures de combat blanches sont une bonne trouvaille plus originale (et adorées des cosplayeurs) quoique peu protectrices envers les tirs de nos héros, qui bénéficient aussi de la grande maladresse des tirs adverses (ils rateraient un éléphant dans un couloir 🙂 ), mais bon, les troupes impériales ne sont pas là pour gagner. Bien que nous ne sachions rien du régime politique sous l’Empire, Vador est là et montre tout de suite qu’il fait peser la terreur la plus directe, comme précédemment. Nos deux droïdes sont ici un élément d’humour : ils ne savent même pas qu’ils sont un cadeau de Luke à Jabba :-)… La salle de tortures pour robots est hilarante, ainsi que l’orchestre et les écoeurantes danseuses (sauf une) devant Jabba ! Quant à Leia en petite tenue, elle est fort sexy, elle, et Mark Hamill qui a beaucoup d’humour a entretenu pour les geeks de la série une légende de scènes nues de Carrie Fisher coupées au montage final, ce qui les plongeait dans des recherches frénétiques ! On est ravi de voir notre héroïne étrangler Jabba, et dans ce film aussi elle ne manque ni de force, ni de décision ni de courage. Formidables scènes d’action pour son sauvetage !
    Je l’ai déjà dit, je n’aime pas trop le look de l’Empereur, espèce de vieille sorcière caricaturale et ricanante. On comprend mal la soumission totale d’un être puissant et charismatique comme Dark Vador, toutefois cela prépare assez habilement si l’on veut sa révolte finale contre cette serpillière ambulante, outre le fait qu’il est en train de tuer son fils. D’ailleurs même par intérêt, Vador n’a rien de mieux à faire puisque l’Empereur l’a traité en inutile et révélé son plan de le remplacer par Luke…
    J’aime bien Yoda évidemment, là aussi une des belles trouvailles de Star Wars dans l’épisode V, mais elle me fait rigoler sa “philosophie” contradictoire de baba-cool anti-agressivité mêlée de dogme héroïco-épique : “c’est ton destin d’aller affronter l’Empire et ton père”… Les sabres-laser c’est quand même pas pour se curer le nez !
    Les Ewok-Bisounours m’avaient parus juste ridicules à ma première vision autrefois, mais là je les ai mieux acceptés. La maîtrise des scènes d’action fait passer la pilule de leur victoire à coups de bouts de bois sur “les meilleures troupes de l’Empire” et leurs machines. Il y avait déjà là une critique de la toute-puissance technologique et du mépris envers les “primitifs” : très prémonitoire vers 1980 ! Superbes, les poursuites en scooters volants dans la forêt, scènes d’anthologie dans ce film, qui en pullule, malgré les incohérences autour du manque de “feeling” de Vador envers Leia sa fille, tout comme dans l’épisode V. Il ne faut pas être trop strict sur la logique dans tout ce merveilleux opéra galactique, cette grande aventure géniale !

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Xanatos le #523582

    L’Empire contre-attaque est une formidable suite à “Un nouvel espoir”, tu as bien raison, Xanatos ! Pourtant elle débute assez maladroitement, puisque détruire la sonde de l’Empire est le meilleur moyen pour la base rebelle de se faire repérer (on peut toujours argumenter que l’engin aurait de toute façon fini par la repérer). Han Solo sauve Luke du froid grâce à un célèbre moyen utilisé par les soldats de Napoléon lors de la retraite de Russie : éventrer un cheval (ici un “tauntaun”) et s’envelopper de ses entrailles. Ensuite superbe, magnifique combat contre les Quadripodes, ces mammouths mécaniques, une des meilleures idées visuelles de toute la saga ! Très bons moments aussi avec la poursuite du Faucon par les chasseurs de l’Empire. Pour obtenir le tête-à-tête Luke-Yoda, les puants marécages de Dagobah constituent un lieu original et frappant. Yoda personnellement m’irrite un peu. Certes le paradoxe du grand maître à penser Jedi sous cette allure assez grotesque est piquant et inattendu, et son salmigondis de taoïsme et de bouddhisme arrive à mettre de la “profondeur” (“philosophie” serait un trop grand mot) dans la licence, mais il apparaît par ses reproches incapable de comprendre que Luke ne peut pas devenir un chevalier parfait en deux jours : c’est clairement lui qui se rend coupable d’impatience, d’ailleurs Obi-wan en fantôme lui rappelle que débutant il n’était pas différent de Luke. Etonnant passage dans le tunnel “utérin” où Luke en tranchant la tête du simulacre de Vador découvre sous le casque le visage d’Amidala sa mère. Une sorte de complexe d’OEdipe, mais je crois que c’est juste pour prouver le côté “obscur” (criminel) de la colère. C’est le film où Leia cède à Han Solo le parfait macho car, comme il le lui dit avec sa provoc habituelle, elle “aime les vauriens” tels que lui. Il faut le reconnaître, l’original malfrat, aux actes bien plus nobles que le discours, est haut en couleur et si bien campé par Harrison Ford que toute sa carrière en fut brillamment lancée (à la différence de Dave Prowse sous le costume de Vador, R.I.P.). Trop mou du genou et trop correct, Luke est évincé ; malgré le fort lien que Leia et lui ressentent, la fin rend sensible un “mur de verre” entre eux. C’est au film suivant qu’on les découvrira frère et soeur. Tout cela est très bien mené, nous intrigue et nous émeut. Cependant Dark Vador chez Lando ne sait toujours pas qu’il a capturé sa fille, pour la deuxième fois. Au début du film, il sent parfaitement que Luke est sur Hoth, mais ne perçoit pas sa fille. Il sait très bien aussi que Luke est son fils : “Je suis ton père !” illustre réplique parodiée dans Toy Story :-), mais sa fille, aucun intérêt, il ne cherche ni à la tuer ni à l’amener à l’empereur : elle est pourtant la chef de la Rébellion !! Regrettable incohérence à laquelle nous sommes devenus sensibles, mais à l’époque de la sortie de la trilogie personne n’y faisait attention. Il y a d’autres incohérences dans la saga, mais ce n’est pas si grave : c’est un superbe opéra musical et visuel avant toute chose ! Notamment sur ce film et le précédent.

    Content que tu aies éprouvé autant de plaisir à redécouvrir L’Empir contre Attaque mon cher Yupa ! 😀

    La mise en scène de Irvin Kershner (qui réalise là son meilleur film) est ambitieuse et enlevée, sa réalisation étant véritablement marquante.

    Ce que tu dis au sujet de la sonde est tout à fait pertinent Yupa, en la détruisant, ils n’ont fait qu’éveiller la méfiance de l’Empire qui prirent par conséquent conscience que la base des rebelles se trouvait bel et bien là ! Mais si ils l’avaient laissé agir ainsi à sa guise, ils auraient été repérés de toute manière. La seule solution envisageable pour les rebelles aurait été de s’emparer de la sonde, la pirater et faire croire par conséquent à l’Empire que les rebelles ne se trouvaient pas là !

    Tiens j’ignorais que le fait que Han Solo ait éventré la bête afin de s’envelopper dans ses entrailles et échapper ainsi au froid (en sauvant par conséquent la vie de Luke) était inspiré d’une technique réelle de l’armée Napoléonienne ! Mais ce que tu dis est tout à fait juste, l’hiver de Russie avait décimé l’armée de Napoléon Bonaparte et cette technique a certainement permis à certains soldats d’échapper aux griffes de la mort.

    Oui l’assaut des quadripodes constitue selon moi le clou du film, c’est un véritable morceau d’anthologie qui nous en met plein les yeux !

    Cette scène d’action est véritablement spectaculaire, dantesque et époustouflante !

    J’ai été notamment marqué par ce passage clé où Luke à l’aide de son vaisseau tourne autour de l’un d’entre eux en employant un câble pour bloquer ses pattes et mieux l’abattre ensuite ! Brillante trouvaille !

    J’ai entendu dire que pour cette scène d’action, George Lucas se serait également inspiré d’un fait historique authentique: celui de l’armée de Hannibal et de ses éléphants qui ont combattu l’armée romaine.

    Au sujet du personnage de Yoda, personnellement je l’apprécie beaucoup. Il cachait en tout cas bien son jeu: il faisait penser de prime abord à un être espiègle et facétieux aimant jouer des tours pendables à Luke (comme quand il farfouille dans son sac) et riant de bon coeur… avant de dévoiler sa véritable identité et qu’il est beaucoup plus sérieux et sage qu’il n’y paraît.

    Yoda ne m’a personnellement jamais énervé. Quand il demande à Luke d’employer la force afin de soulever son vaisseau spatial qui s’est enfoncé dans les marécages, Luke lui répond “très bien je vais essayer” et il lui dit “Non. Fais le ou ne le fais pas. il n’y a pas d’essai”. Et après qu’il se soit planté, Yoda se chargea de soulever le vaisseau et y parvint en un clin d’oeil. Et quand Luke déclara “Je ne pensais pas y arriver”. Yoda lui répondit du tac au tac ‘Voilà pourquoi tu échoues…”.

    En fait Yoda veut faire comprendre au jeune Luke qu’il est primordial et fondamental qu’il ait davantage confiance en lui, le fait qu’il soit en proie aux doutes limite ses capacités.

    Il se trouve confronté à un nouvel environnement, et je crois me souvenir que Yoda lui recommande d’oublier ce qu’il a appris par le passé pour apprendre de nouvelles choses: Luke ne doit pas être engoncé dans ses certitudes d’antan, et croire que tout est possible afin de pouvoir déployer pleinement son potentiel.

    Sinon pour ce qui est du combat de Luke contre Vador sur la planète Dagoba, quand il décapite son ennemi, j’avais plutôt le souvenir qu’il voyait son propre visage qui lui glaça le sang… La dernière édition en date aurait-elle changé cela et mit le visage de Amidala à la place ? Mais cela n’aurait pas de sens étant donné qu’elle mourut peu après qu’elle l’ait mit au monde ! Et comme il n’a jamais eu de photo de celle ci comment aurait il pu la reconnaitre ?

    Pour ce qui est de l’impatience de Luke, je ne lui jette pas la pierre: ses aptitudes lui permirent de se rendre compte que Han et Leia sont en danger de mort, il a interrompu son entraînement et du quitter précipitamment son nouveau maître. Yoda l’avait prévenu qu’il n’était pas prêt et qu’il perdrait face à Vador: les paroles prophétiques de celui ci se sont hélas avérées vraies… Mais Luke ne pouvait pas rester non plus indéfiniment sur Dagoba sachant que ses amis étaient en péril, cela aurait été égoïste de sa part.

    Pour les reproches que tu fais à Yoda, plus que de l’impatience, je pense que l’on pourrait lui reprocher d’être trop froid à ce stade du récit, l’empathie et l’abnégation de Luke n’étant nullement des défauts mais Yoda confonde l’attitude du jeune Skywalker avec de l’impulsivité irraisonnée…

    L’histoire d’amour de Solo et Leia est bien menée: au début la princesse Organa considère le contrebandier comme un rustre et un goujat mal élevé, néanmoins, au fil du récit, elle découvrira des facettes plus sympathiques de la personnalité du “gentil vaurien”.

    Cette idylle échappe aux écueils de la guimauve et de la mièvrerie.

    Et la scène où Leia avoue ses sentiments à Solo en déclarant “Je t’aime !” et que ce dernier lui répond “Je sais” est très marquante. Il faut savoir qu’à la base, Solo devait avoir une réplique beaucoup plus conventionnelle et niaise (écrite par Lucas), mais ne l’ayant pas aimé, c’est Harrison Ford qui improvisa et déclara “Je sais”. Kershner l’a tellement adoré qu’il conserva cette réplique.

    Enfin pour ce qui est de Dark Vador, c’est cet opus qui selon moi le consacra comme LE méchant emblématique de la saga. Dans le premier volet, il était déjà un excellent antagoniste, toutefois L’Empire contre Attaque le sublima, le transcenda en en faisant un méchant hors pair, intelligent, tenace, obstiné, redoutable et impitoyable.

    Il fait penser à un ennemi invincible, inarrêtable, ne lâchant jamais sa proie et véritablement terrifiant, une menace inexorable que l’on peut neutraliser.

    Lors de son duel contre Luke, il domina complètement celui ci (ce dernier parvenant rarement à frapper son ennemi) avant de trancher violemment la main de celui ci.

    L’Empire contre Attaque baigne dans une noirceur inouïe et les scènes dramatiques et tragique atteignent des sommets dans l’émotion (le hurlement de désespoir de Chewbacca quand Han Solo se fait cryogéniser) mais il est également drôle, épique et passionnant.

    C’est un film en tout point magistral ! 😀

     

     

     

    Mauser91
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Mauser91 le #523588

    L’Empire contre Attaque est sans doute l’opus que j’ai le plus vu, et paradoxalement celui qui m’effrayant le plus. J’avais été très marqué, étant enfant, par l’ambiance du film très noire, on sent qu’il peut tout arriver aux protagonistes (C-3PO ce fait momentanément désintégré quoi !), qu’il ne sont jamais à l’abri, du coup je préférais les scènes avec l’Empire, vu que ce sont les méchants xd

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #523589

    L’ambiance est en effet assez sombre dans L’Empire contre-attaque, Mauser91, les effets de suspense sont réussis, notamment quand nos héros ne parviennent pas à ouvrir la porte du générateur.
    Ah Xanatos, tu as sans doute raison pour le visage sous le casque du simulacre de Vador décapité, ce serait logique : la colère serait suicidaire pour Luke ; l’image est très fugitive, mais j’ai bien cru y voir un visage féminin, et comme ce n’est pas celui de Leia… Et puis l’entrée du tunnel a vraiment un look vaginal… N’ayant pas les DVD je ne peux pas faire un arrêt sur image.
    C’est en effet une bonne idée de montrer Yoda faire le lutin espiègle, test pour Luke qui se représente puérilement un Superman comme mentor. Et il a ensuite quelques bonnes répliques.
    A ma première vision je trouvais assez incompréhensible que Leia n’envoie qu’un très petit nombre de ses fidèles pour détruire l’antenne dont dépend l’énergie de l’Etoile Noire, mais l’explication est qu’elle ne dispose que d’une navette impériale volée pour obtenir l’autorisation d’atterrissage sur Endor. Qu’elle vienne en personne s’explique évidemment par son amour pour Solo. Intéressante anecdote, le “Je sais” que H. Ford a souhaité, réplique forte en effet !
    Une des images récurrentes des films, c’est celle, magnifique, du casque noir et lustré comme un scarabée de Dark Vador vu de dos sur un arrière-plan à milliers d’étoiles : somptueux !

    Mauser91
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Mauser91 le #523646

    Bon, j’avais mis un message mais un bug fait qu’on ne le voit pas. Je le reposte ici du coup :

    Le super éditeur Rimini Productions à ressortie le film Le Lion et le Vent (1975), du réalisateur aussi fou que génial John Milius, dans une magnifique édition DVD-BR avec livret.

    Le film est librement inspiré de l’affaire du kidnapping, au Maroc du début du 20ème siècle, de l’homme d’affaire américain Ion Perdicaris (devenu une femme dans cette version et renommée Eden), par le chef berbère Mohamed ben Abdallah el-Raisuni (joué par le regretté Sean Connery, éclatant de classe), et sa libération par le président Teddy Roosevelt.
    Y’a pas mal de différences avec la réalité historique, notamment les actions de l’armée US qui ont étés bien moins offensives.

    Le film a déjà été analysé en long et en large, mais voici mon analyse tout à fait personnelle.
    Etant très moyennement passionné par la politique, mon avis en sera extérieur pour se consacrer qu’aux personnages en eux-mêmes. En redécouvrant ce merveilleux film, j’ai constaté à quelle point le thème de l’enfance est très présent sans être cité ouvertement.
    Les personnages politiquement importants sont pratiquement tous décrits comme des grands enfants essayant de jouer aux adultes. Roosevelt semble ainsi esquiver les conversations sérieuses pour se concentrer sur des futilités (“Je veux mes fusils !”, “Je veux voir mon ours !”…). Les militaires US basés au Maroc décident d’eux-mêmes de prendre les armes pour faire une démonstration de force, paradant devant les consuls européens médusés, pour “montrer qu’on est les plus fort, qu’on a des pleins de pistolets !” (regardez bien comment Milius prend son temps sur ce passage en particulier). Le sultan Abdelaziz à un comportement infantile. Les deux personnages principaux ne sont également pas exempts d’immaturités, leur relation c’est tout simplement le garçon tirant les tresses d’une fille à la récrée. Il y’a également la séquence ou le Raisuni conte ses aventures à ses hommes, comme un parent racontant des histoires entourés d’enfants attentifs devant une cheminée. Enfin, le secrétaire d’état John Hay (joué tout en finesse par le grand John Huston) est un adulte essayant de tempéré les excès de personnalité de son président.
    Finalement, les véritables enfants de l’histoire, William et Jennifer, les enfants d’Eden, sont assez en retrait, observant ces grands enfants sans vraiment agir (bien que William prenne les armes pour défendre les siens).

    Sous ses abords sérieux, l’humour est donc très présent, et les personnages fabuleusement écrits. La mise en scène de Milius et la musique de Jerry Goldsmith sont fantastiques, ont est totalement plongés dans cette ambiance orientale, dans ses fabuleux déserts à n’en plus finir. Et puis ses dialogues incroyables, tout en justesse et finement ciselés, j’était en admiration devant la façon dont les personnages conversent et devant les monologues de Roosevelt !
    Les acteurs sont excellents, on a aucun mal à croire que des européens comme Connery ou Vladek Sheybal (qui ont tout deux joués dans Bons Baisers de Russie, ce qui est sympa en tant que fan de 007) campent des personnages arabes. Connery a parfaitement retranscris la nature paisible, impitoyable mais aussi animale du Raisuni, tout autant que sa complexité (est-il un barbare, un homme instruit, un homme simple se battant pour son pays ?), tandis que Candice Bergen interprète Eden tout en justesse, on sent bien la femme embourgeoisée et maniérée qui se retrouve dans le désert avec des rustres.

    On a également une superbe version française avec l’incomparable Jean-Claude Michel sur l’acteur écossais et Jeanine Freson excellente sur Bergen, ainsi que des grands secons rôles (Jean Davy, Claude Joseph…). Etrangement, Eden Perdicaris est renommée Hélène Carter en VF.

    Des trois films que j’ai vu du réalisateur, Le Lion et le Vent est sans conteste mon favori (oui, au dessus du tout aussi magnifique Conan le Barbare selon moi), c’est un film d’aventure épique mené tambours battants, servi par une distribution appropriée. Le long-métrage gagnera même l’admiration du réalisateur Akira Kurosawa, pour qui Milius éprouvait une grande vénération, en particulier pour Les Sept Samouraïs.

    Une pépite que je recommande chaudement en ces temps glaciales ^^

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Xanatos le #523813

    Le Retour du Jedi

    Le Retour du Jedi

    Réalisation: Richard Marquand

     

    Le Retour du Jedi, épisode VI donc. Malheureusement, TMC ne poursuivra pas sa diffusion hebdomadaire de tous les épisodes de “Star Wars”, alors que j’aurais aimé voir le IX, que je n’ai jamais vu, pour pouvoir enfin en juger. En tout cas ce célèbre opus rejoint l’excellent niveau visuel (et musical, ne l’oublions pas !) des deux précédents, bouclant la première trilogie devenue un grand classique du cinéma. On remarque davantage ici la tenue des troupes de l’Empire : casquettes des miliciens fascistes italiens, casques noirs enveloppants proches de ceux des SS allemands. Leurs armures de combat blanches sont une bonne trouvaille plus originale (et adorées des cosplayeurs) quoique peu protectrices envers les tirs de nos héros, qui bénéficient aussi de la grande maladresse des tirs adverses (ils rateraient un éléphant dans un couloir ? ), mais bon, les troupes impériales ne sont pas là pour gagner. Bien que nous ne sachions rien du régime politique sous l’Empire, Vador est là et montre tout de suite qu’il fait peser la terreur la plus directe, comme précédemment. Nos deux droïdes sont ici un élément d’humour : ils ne savent même pas qu’ils sont un cadeau de Luke à Jabba :-)… La salle de tortures pour robots est hilarante, ainsi que l’orchestre et les écoeurantes danseuses (sauf une) devant Jabba ! Quant à Leia en petite tenue, elle est fort sexy, elle, et Mark Hamill qui a beaucoup d’humour a entretenu pour les geeks de la série une légende de scènes nues de Carrie Fisher coupées au montage final, ce qui les plongeait dans des recherches frénétiques ! On est ravi de voir notre héroïne étrangler Jabba, et dans ce film aussi elle ne manque ni de force, ni de décision ni de courage. Formidables scènes d’action pour son sauvetage ! Je l’ai déjà dit, je n’aime pas trop le look de l’Empereur, espèce de vieille sorcière caricaturale et ricanante. On comprend mal la soumission totale d’un être puissant et charismatique comme Dark Vador, toutefois cela prépare assez habilement si l’on veut sa révolte finale contre cette serpillière ambulante, outre le fait qu’il est en train de tuer son fils. D’ailleurs même par intérêt, Vador n’a rien de mieux à faire puisque l’Empereur l’a traité en inutile et révélé son plan de le remplacer par Luke… J’aime bien Yoda évidemment, là aussi une des belles trouvailles de Star Wars dans l’épisode V, mais elle me fait rigoler sa “philosophie” contradictoire de baba-cool anti-agressivité mêlée de dogme héroïco-épique : “c’est ton destin d’aller affronter l’Empire et ton père”… Les sabres-laser c’est quand même pas pour se curer le nez ! Les Ewok-Bisounours m’avaient parus juste ridicules à ma première vision autrefois, mais là je les ai mieux acceptés. La maîtrise des scènes d’action fait passer la pilule de leur victoire à coups de bouts de bois sur “les meilleures troupes de l’Empire” et leurs machines. Il y avait déjà là une critique de la toute-puissance technologique et du mépris envers les “primitifs” : très prémonitoire vers 1980 ! Superbes, les poursuites en scooters volants dans la forêt, scènes d’anthologie dans ce film, qui en pullule, malgré les incohérences autour du manque de “feeling” de Vador envers Leia sa fille, tout comme dans l’épisode V. Il ne faut pas être trop strict sur la logique dans tout ce merveilleux opéra galactique, cette grande aventure géniale !

    Aaaah Le Retour du Jedi

    Je me demande si ce n’est pas mon opus favori de la trilogie originale de La Guerre des Etoiles.

    Ce long métrage a une valeur affective et sentimentale pour moi étant donné qu’il fut le tout premier film de Star Wars que j’ai vu et j’ai eu la chance extraordinaire de l’avoir découvert au cinéma lors de sa sortie nationale en France en 1983 ! 😀

    En effet, mes parents et moi nous avions déménagé provisoirement en France métropolitaine de 1983 à 1985 à Aix-en- Provence où ils suivirent des études afin de devenir psychologue scolaire.

    Nous étions allé le voir tous les trois au cinéma, et, pour le petit garçon de 4 ans que j’étais, ce long métrage fut une véritable CLAQUE ! 😀

    J’ai été totalement conquis et enthousiasmé par l’univers, le film s’est avéré être visuellement somptueux, les scènes d’action dantesques et les musiques de John Williams y sont absolument GRANDIOSES !

    Dire que j’ai été au 7e ciel la première fois où je l’ai vu est un immense euphémisme !

    Tu évoques dans ta critique qu’il y a une seule jolie danseuse devant Jabba the Hutt…

    Et bien j’ai une anecdote interessante à te raconter au sujet de l’actrice interprétant cette Twi’lek: comme tu le sais, la trilogie classique a été remaniée en 1997, George Lucas en fit une édition spéciale dans laquelle il ajouta des effets spéciaux supplémentaires et des scènes inédites (la conversation entre Han Solo et Jabba dans Un Nouvel Espoir par exemple)…

    Et bien George Lucas est parvenu a réengager l’actrice jouant le rôle de la danseuse Twi’lek et celle ci n’avait physiquement pas du tout changé en l’espace de 17 ans ! Et elle tourna donc des scènes supplémentaires inédites pour cette édition spéciale, et ce, sans que l’on ait recours à des effets numériques pour la faire rajeunir artificiellement !

    Tiens j’ignorais totalement que Mark Hamill avait lancé une rumeur sur des scènes de nue que Carrie Fisher aurait tourné dans Le Retour du Jedi !

    Connaissant tout comme toi très bien le sens de l’humour décapant de Mark Hamill, cela ne m’étonnerait pas en effet qu’il s’agisse d’une farce de ce bon vieux Mark 😉 …

    J’adore passionnément ce volet de la saga car les scènes d’action y sont époustouflantes et véritablement incroyables: à ce titre, le climax du long métrage où Lando Carlissian à bord du Faucon Millenium anéantit la nouvelle Etoile Noire est un véritable morceau d’anthologie ! 😀

    J’aime également beaucoup l’évolution psychologique de Dark Vador qui s’humanise petit à petit au fil du récit: lorsque Luke tente de le convaincre de redevenir l’homme bon qu’il était jadis, le seigneur Sith lui répond d’un air mélancolique “Il est déjà trop tard pour moi…” il change ensuite de sujet de conversation, mais on percevait dans l’intonation de sa voix et le choix de ses mots des remords, de l’amertume ainsi que des regrets…

    Et quand Luke est amené dans sa geôle, on découvre un Vador plongé dans ses pensées.

    De plus, lors du climax du récit, Luke cède temporairement du côté obscur, terrasse son père, mais découvre horrifié qu’il a amputé la main de ce dernier, revient du côté de la lumière et s’oppose à l’Empereur en lui annonçant que jamais il ne céderait au côté Obscur de la Force… Ulcéré par le refus du jeune et intrépide Jedi qu’il espérait endoctriner, il décide alors de le foudroyer de ses éclairs. Bouleversé de voir son fils aux portes de la mort face à un ennemi trop puissant pour lui, Vador retrouve la parcelle d’humanité qui sommeillait tapie au fond de son coeur, s’empare de son maître et jette ce dernier dans le vide pour s’en débarrasser une fois pour toutes.

    Et l’une des scènes les plus émouvantes du film est ce passage, où, au seuil de la mort, Vador demande à son fils de lui ôter son masque afin qu’il le voit de ses vrais yeux.

    Luke, ému de voir le vrai visage de son père lui dit “J’aurai tellement aimé pouvoir vous sauver père”… Et Anakin Skywalker, touché par les paroles de ce dernier lui répond “Tu l’as déjà fait mon fils…” avant de rendre son dernier soupir… Par ailleurs, ce moment où Vador succombe à ses blessures est accompagné de son inoubliable thème musical mais cette fois empreint d’une superbe mélodie mélancolique.

    Parmi les moments marquants, je me souviens de la course poursuite haletante entre les stormtroopers, Luke et Leia dans la forêt des Ewoks qui est palpitante et menée de main de maître tant elle est à couper le souffle !

    Quant aux fameux Ewoks… Je sais qu’à l’époque de la sortie du film, les personnages étaient très décriés par certains fans, à cause de leur aspect de peluche, impossible de ne pas voir le fait que Lucas voyait en ces personnages un moyen lucratif d’en faire des produits dérivés, en l’occurrence des jouets qui s’écouleraient à prix d’or…

    Mais pour ma part, ces personnages ne m’ont jamais incommodé.

    C’était amusant et attendrissant de voir ces petits êtres vivant comme des hommes de la préhistoire confrontés à d’autres peuples ayant une technologie futuriste.

    Le passage où C3PO parle leur langage en narrant ses exploits passés aux côtés de Luke, Solo, Leia et D2R2 est cocasse, d’autant plus qu’il mime les bruits de sabre laser !

    J’avais aussi été touché par ce moment où un Ewok a été tué par des stormtroopers et que son compagnon tente de ranimer en vain son ami avant de se rendre à l’évidence que ce dernier ne pourra plus jamais se réveiller.

    Et la scène où les Ewoks abattent un robot géant à l’aide d’un tronc d’arbre est tout bonnement fantastique !

    C’est également dans ce volet de la saga que nous apprenons que Leia Organa est la soeur de Luke Skywalker… Mais à partir de quand cela a-t-il été décidé par les scénaristes ?

    Est ce que cela fut décidé au cours de la production de L’Empire contre Attaque où Leia a décelé le message de détresse de Luke et qu’on se rendit compte qu’elle est elle aussi dotée de la Force ? Mais alors comme tu l’as dit Yupa, comment Vador a pu percevoir la présence de son fils mais pas de sa fille ?

    En revanche on sera surpris que Boba Fett, le redoutable chasseur de primes ait connu une “fin” involontairement comique: Han Solo temporairement aveugle, l’a vaincu sans s’en rendre compte, il l’a envoyé valdinguer dans le décor, celui ci s’est écrasé sur le bateau aérien de Jabba avant de tomber dans le sable et se faire avaler par un monstre !

    Etonnant qu’un personnage si iconique ait connu une sortie si peu glorieuse…

    Mais tout ceci n’entache nullement mon engouement, mon amour, ma passion pour la trilogie originale constituée de trois films exceptionnels qui sont demeurés aussi magiques qu’au premier jour et dont l’aura prestigieuse ne s’étiolera jamais… 😀

    Que la Force soit avec nous ! 😀

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #523816

    Passionnant survol du Retour du Jedi, cher Xanatos ! Moi aussi, je me demande si ce n’est pas mon épisode préféré de la saga. De plus elle y connaît son dénouement, très réussi.
    Je reviens sur la fin de Boba Fett, qui te surprend, “sortie peu glorieuse” en effet d’être avalé par le monstre des sables ! Si ce chasseur de primes est devenu iconique, c’est à mon avis surtout parce que son visage reste inconnu à jamais sous un casque de très beau design ; ce n’est que bien plus tard, dans la “prélogie” qu’on s’apercevra qu’il fut ce jeune fils d’un précédent Fett décapité par Obi-wan. On l’ignorait en 1983. Ce n’est qu’une glose tardive donc. Un humain avec un masque-casque inamovible, visage de l’Inconnu, c’est quoi ? un démon ? un dieu ? pourquoi pas, puisqu’on n’en sait rien ? D’ailleurs, le casque de Boba Fett est presque identique à celui du Mandalorian (je n’ai pas pu voir ce film, mais je crois que son visage est censé rester totalement inconnu). Je comprends que le public réclamait de voir enfin celui de Dark Vador, mais d’un certain point de vue j’aurais aimé qu’il reste invisible et mystérieux à jamais. A la place, on a le haut de la tête de Sebastian Shaw, censé ravagé par les effets du Côté Obscur (comme le portrait de Dorian Gray par le vice) puisqu’Anakin n’a guère qu’une quarantaine d’années et pourrait encore porter beau, en théorie. De même dans le volet IV Kylo Ren impressionne beaucoup par sa carapace faciale vaguement cauchemardesque… et déçoit beaucoup quand dessous on découvre un membre de Boy’s Band à longs cheveux gras qui drague Rei : déception. QUI derrière le masque ? Je veux le savoir, mais ne me le montrez pas ! Naoki Urasawa l’a très bien compris avec Ami, c’est au fond le seul contenu de 20th Century Boys, et on ne saura pas !
    C’est dans une interview de Mark Hamill et que j’ai lue qu’il racontait lui-même la blague des scènes nues de Carrie Fisher.
    Comme je le disais, après un rejet à première vision jadis au cinéma, les Ewoks trouvent grâce à mes yeux, et c’est bien vu que de les mettre en contraste total et en fascination envers C-3PO, cet être de métal doré. Ils représentent aussi la part de bouffonnerie que G. Lucas n’oubliait jamais d’inclure dans sa saga dramatique.
    En revanche c’est dès les premiers visionnages de la saga que j’ai trouvé peu réussie l’allure de l’Empereur, bien que je ne saurais dire ce que j’aurais préféré.

    Mauser91
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Mauser91 le #524099

    Bonjour à tous ! Ca fait longtemps que je n’ai plus fait de marathon de films ou de sagas, j’en ai donc fait un il n’y a pas longtemps sur une saga bien connue : Les adaptations des jeux-vidéos Resident Evil, avec Milla Jovovich.

    Cette saga d’action-horrifique, sortie entres 2002 et 2016, est une coproduction franco-germano-américano-britannique (ça c’est du travail d’équipe 😉 ) initiée par Paul W.S. Anderson, réalisateur plutôt mal-aimé de par ses adaptations de licences souvent contestées par les fans.
    Pour ma part, je pense que c’est un réalisateur “montagne-russe” niveau qualité, capable du meilleur (Event Horizon, Soldier), comme du divertissement sympa (Alien VS Predator, Les Trois Mousquetaires), comme du très mauvais (RE 6). C’est quelqu’un qui, je pense, a une passion sincère pour ce qu’il fait, et aussi de très bonnes idées, mais hélas pas toujours la compétence pour bien les mettre en scène.
    Pour son adaptation des célèbre jeux de Capcom, il a décidé de reprendre à sa sauce le scénario des jeux, afin de s’appriprié son univers, ce qui est tout à son honneur.

    Je précise que je n’ai jamais joué aux jeux, je traiterais donc cette saga (dans sa globalité et non film-par-film) en parfait néophytes de la licence.

    L’histoire : Alice se réveille amnésique dans le laboratoire d’Umbrella Corporation, une société qui a lâché dans le monde un virus transformant les gens en zombies. Elle va donc passer six films à combattre des monstres en tout genres, à voir mourir facilement des PNJ et à être l’objet d’infects expériences par Umbrella.

    C’est une saga moyenne à mon sens, elle a des hauts mais aussi beaucoup de bats. En terme de qualités des effets spéciaux et des décors, c’est superbe, un gros travail a été entrepris pour que tu en prennes pleins la vue et pour que les monstres aient l’air effrayants ! Les chiens zombis, en particuliers, sont hyper réussis, au point que dans le premier film j’ai eu du mal à faire la distinction entres de vrais chiens et de la 3D. Les scènes d’actions sont en général bien maitrisés, on sent le Anderson qui veut expérimenter des idées et des délires de mises-en-scènes.

    Sinon…Je trouve le scénario des films assez brouillons, ont a constamment l’impression que les auteurs ne savent pas ou ils vont avec cette histoire.
    De plus, la réal n’est pas toujours à la hauteur. Dans tout les films il y’a des séquences silencieuses pour faire style “Booooouh il n’y a pas un bruit, il va y avoir un monstre attentiooooooon”, mais ça a uniquement pour effet de plomber le rythme et de t’ennuyer profondémment.

    Quand je disait que les auteurs ne savent pas ou ils vont, c’est pas pour rire : Exemple, à la fin de Retribution (l’avant dernier film),

    Spoiler

    Alice, aux cotés de Jill Valentine et des autres, se retrouve face à Wesker, son pire ennemi, qui lui dit qu’ils ont un ennemi en commun et qu’ils vont devoircombattre côte-à-côte. Le film suivant, Chapitre Final, Wesker est à nouveau dans le camp des méchants, sans qu’on nous explique vraiment pourquoi, Jill et les autres ont ne sais pas ce qu’ils sont devenu, et cet ennemi commun on en parle plus. Il manque un épisode non ? A quoi bon faire une fin pareille si c’est pour la contredire totalement le film suivant et larguer le spectateur ?

    [collapse]

    Les personnages sont creux en général, sauf quelques exceptions. Le pire étant Alice. Ce personnage n’existe pas dans les jeux, c’est une pure invention d’Anderson qui voulait rendre hommage à son roman préféré, Alice au Pays des Merveilles. Le problème de ce personnage, c’est qu’elle est vide. C’est juste une flingueuse avec autant d’âme que ces adversaires zombifiés, à aucun moment on a de compassion pour elle. Elle avait un minimum de profondeur dans le premier film du fait de son amnésie et des révélations qui y sont faite au fur-et-à-mesure, mais c’est tout.
    Révélations qui, d’ailleurs, se contredisent à chaque film quasiment, ce qui est dommage car j’aimais bien celle, toute simple du premier opus. On sent bien qu’ils ont cherchés à faire compliqué par la suite, quitte à se perdre totalement. Milla Jovovich, à cause du vide de son personnage, ne nous livre pas une performance toujours convaincante, elle a toujours les mêmes mimiques que Leeloo dans le Cinquième Elément. Ceci étant dit, c’est une actrice badass qui envoi du lourd pendant les scènes d’actions.
    Finalement, certains persos secondaires comme Jill Valentine, Claire et Chris Redfield (qui sont de vrais persos issus du jeu), campés par de supers acteurs, sont bien plus attrayants qu’Alice, mais ils n’ont, hélas, pas le traitement qu’ils méritent.

    La qualité des films varient : Premier film franchement sympa et que j’aurais plaisir à revoir, deuxième qui commence à sentir le pâté et qui est ennuyeux, troisième qui rattrape le précédent grâce à son ambiance post-apocalyptique et des scènes fantastiques, quatrième qui a de bonnes idées et qui reste dans la lignée du trois, un cinquième juste sympa, et un dernier film mauvais et qui accumule tout les défauts de la saga (

    Spoiler

    le coup du méchant qui n’était pas mort car c’était un clone, sérieux

    [collapse]

    ).

    Finalement, Resident Evil est une saga tout juste sympathique, j’ai du plaisir à regarder ça, mais je n’en mangerais pas tout les quatre matins.
    Après, ce n’est que mon opinion personnelle, si vous avez vu ces films je serais enchantés de connaitre vos avis 😉

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Xanatos le #524100

    Hello mon cher Mauser91 ! 🙂

    Alors pour répondre à ta question, oui, j’ai joué à certains des jeux vidéos originaux de Resident Evil: les deux premiers volets sur Playstation 1 et l’épisode Code Veronica sur Dreamcast.

    Resident Evil

    Pour être franc avec toi, le premier Resident Evil est l’un des jeux vidéos qui m’ont le plus marqué au cours de ma vie: il se caractérisait par son atmosphère sombre, glauque, oppressante et extrêmement angoissante. C’était la première fois de ma vie qu’un jeu vidéo me faisait peur, à tel point que j’ai poussé un hurlement de terreur quand un chien a cassé une vitre pour m’attaquer ! (véridique !).

    Chien Resident Evil

    JAMAIS auparavant je n’avais éprouvé une telle sensation face à un jeu. Il m’était certes arrivé de stresser et d’angoisser face à certains boss coriaces dans des jeux de plateforme mais cela n’avait rien de comparable avec Resident Evil où je faisais avancer le personnage que je contrôlais la peur au ventre…

    Jill et Barry

    Dans le premier jeu, on apprend que des créatures mystérieuses issues d’un étrange manoir attaquaient des gens qui avaient l’audace de s’approcher de ce lieu (on découvrira plus tard que c’était des zombies et des chiens zombies). L’équipe Bravo (une équipe de secours) avait été envoyée, mais elle fut portée disparue et c’est l’équipe Alpha qui part à leur recherche (celle où on se trouve). On avait le choix entre incarner Jill Valentine la femme ou Chris Redfield l’homme.

    Le jeu avait beau m’avoir effrayé, il m’avait également fasciné et subjugué et distillait des révélations petit à petit, nous donnant toujours plus envie d’en savoir plus sur la vérité.

    Et il était visuellement magnifique et révolutionnaire à l’époque.

    Pour Resident Evil 2 les zombies du manoir ont attaqué la ville de Raccoon City et on pouvait incarner soit Léon Kennedy (un policier qui est une nouvelle recrue) ou Claire Redfield (la soeur de Chris Redfield). Le jeu est plus axé sur l’action et moins sur la terreur mais il est néanmoins passionnant et bien mené.

    Et pour Code Veronica on incarnait soit Chris soit Claire Redfield et ils vont tous deux enquêter sur l’organisation Umbrella (celle qui tirait les ficelles et a crée ces fameux zombies) en Europe.

    Alors les films, je peux te dire que j’ai vu les deux premiers, dont celui donc réalisé par Paul Anderson.

    En gros le premier adapte le premier jeu de la saga de Capcom.

    Beaucoup de fans du jeu l’avaient détesté… Moi je l’ai trouvé sympa.

    Alors oui, OK, il est beaucoup moins violent et sanglant que le jeu (il ne faut pas s’attendre à retrouver l’aspect gore du jeu original !), mais globalement je l’ai trouvé agréable.

    J’étais content de retrouver certains lieux familiers du manoir qui étaient assez bien reconstitués et je rejoins tes propos au sujet des chiens zombies qui étaient très bien faits.

    Alice comme tu dis est un perso assez peu intéressant, mais là, dans le film original, elle avait un côté intriguant sur son amnésie et qu’elle souhaitait en apprendre plus sur son passé.

    J’ai passé un bon moment devant ce long métrage. Alors certes, j’aurai aimé retrouver l’atmosphère si particulière du jeu qui m’avait tant glacé le sang et captivé, mais j’ai trouvé le film sympathique et sans prétentions 🙂 .

    Le deuxième film adapte Resident evil 2 et Resident Evil 3 correspondant à l’invasion des zombies à Raccoon City et l’arrivée du colossal et monstrueux Nemesis, une créature inébranlable qui pourchassera Jill sans relâche dans le 3e volet.

    Là, je trouvais que cela se rapprochait un peu d’une série Z. Certes, j’étais heureux de retrouver Jill (mon héroïne favorite de la saga) et Raccoon City était bien fichue.

    Mais j’ai trouvé les effets spéciaux assez grossiers et ridicules et le Nemesis était plus grotesque que véritablement effrayant.

    Je n’ai pas trouvé le film détestable, il se laissait regarder, néanmoins, pas de quoi casser trois pattes à un canard.

    Je ne suis pas allé au delà du second opus, ayant entendu dire que les films suivants devenaient de pire en pire.

    Ma plus grande frustration, c’est qu’à l’origine, ce n’était pas Paul Anderson mais nul autre que le légendaire George Romero qui devait réaliser le premier Resident Evil !

    Oui, c’était le père du mythique La Nuit des Morts Vivants et qui a véritablement inauguré le genre des zombies au cinéma qui devait initialement réaliser la première adaptation cinématographique du jeu vidéo de Capcom !

    Hélas, suite à des dissensions entre l’éditeur et le réalisateur, ce dernier quitta le projet.

    Le plus frustrant, c’est qu’il a réalisé la superbe publicité japonaise du jeu vidéo Resident Evil 2 et que les zombies y sont bien plus flippants que le premier film !

    Toujours à propos des films Resident Evil, je te conseille la vidéo du fossoyeur de films qui les considère comme des plaisirs coupables ! Tu vas te régaler tant sa vidéo est hilarante ! 😆

    Mauser91
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Mauser91 le #524107

    Merci pour ton témoignage Xan’. C’est vrai qu’avec la sortie de la PS1 à l’époque ça devait être très impréssionant comme expérience de jeu (déjà que Doom sur SNES me flanquait les chocottes quand j’était môme).

    Je pense que l’éviction de Romero à dû provoquer l’ire des fans, ce qui a sans doute contribué à leurs détestations d’Anderson.

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Xanatos le #524782

    Wonder Woman 1984

    Wonder Woman 1984 ne sortira finalement pas au cinéma en France, il sortira directement en DVD et en Blu-Ray en France le 21 avril 2021 🙁 .

    http://www.comicsblog.fr/40062-Wonder_Woman_1984__pas_de_sortie_cineema_en_France_le_film_deebarque_en_DVDBR_le_7_avril_2021?fbclid=IwAR1QpnLQXeyB31O5CITrUm_kFbeMHg_iRU3tvFW7vW5-XXobS7HdZrGsw-E

    La faute à la pandémie de coronavirus qui s’éternise en France et surtout à cause de ce satané gouvernement qui semble se moquer complètement du sort des salles de cinéma françaises en annonçant aucune date de réouverture. J’ai l’impression que si elles crevaient la gueule ouverte avec des tas d’employés se retrouvant au chômage, cela ne leur ferait ni chaud ni froid ! Je t’en ficherai moi des lieux “non essentiels” !!!

    Je me faisais une joie de voir ce second opus cinématographique de la belle Amazone au cinéma, d’autant plus qu’au même titre que Yupa et Feanor, j’ai adoré le film original de Patty Jenkins…

    Je suis déçu, triste et agacé…

    Oui, je sais que plein de critiques you tubers français ont descendu en flammes ce deuxième film… Mais je voulais quand même le voir pour me faire ma propre idée, c’est toujours important de le faire. Surtout qu’il m’est arrivé d’adorer ou de beaucoup aimer des films descendus par la presse et le public ( X-Men Dark Phoenix, The Amazing Spider-Man 2 ) et à contrario de haïr des films encensés par les journalistes et le public (Le Patient Anglais et plus récemment El Reino !).

    GROUMPPF !

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #524793

    Pareil pour moi, je n’ai toujours pas vu le film et j’attendai une sortie officielle, mais ça… bref tu as bien résumé le truc, et ça me gonfle tout autant.

    Sinon la nouvelle bande-annonce du Zack Snyder’s Justice League est sortie ce week-end, et boudiou ce que j’ai hâte de le voir !

    Malheureusement on ne sait pas comment il sera distribué en France, s’il sera directement disponible dans un service à la demande ou en BR (ce qui est de toute façon prévu). La seule chose que l’on sait, c’est qu’il sera disponible sur HBO Max UNIQUEMENT aux États-Unis le 18 mars (et peut-être dans d’autres pays où la plate-forme est installée, ce qui n’est pas le cas en France) et que par chez nous il faudra attendre le 22 avril, mais sous quelle forme ? Et je sais que perso je ne pourrai pas attendre un mois pour voir un film que j’attends depuis presque trois ans. Et bien entendu, il est impossible de s’abonner à HBO Max en dehors du territoire américain, même avec un VPN semble-t-il.
    Le film fera quatre heures bien remplies et n’aura plus rien à voir avec la version de Warner / Joss Whedon, et ça, la BA le montre clairement

    Spoiler

    (Desaad, Mamie Bonheur, Darkseid et le Joker le confirment ! 😀 )

    [collapse]

    Et la BO commence à se dévoiler officiellement, et là encore on a du neuf ! Finies, les partitions mal inspirées de Danny Elfman (qui reprenait les thèmes des films de Burton et de Donner pour Batman et Superman par exemple).

    "With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
    Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Xanatos le #524804

    Bonne question pour la version Snyder Cut de Justice League: pourra-t-il sortir au cinéma en France ? Mais bon comme le gouvernement n’a indiqué aucune date de réouverture des salles, rien n’est moins sûr.

    Il se peut aussi que le film sera disponible le 22 avril sur OCS qui a conclu un contrat avec HBO toujours valable cette année. Ou bien il sortira directement en DVD et Blu-Ray et on pourra aussi le louer ou l’acheter sur des sites de téléchargement comme Itunes.

    Je dois bien avouer que 

    Spoiler

    l’apparition du Joker dans le trailer a titillé ma curiosité et donné envie de voir cette Snyder Cut. Est ce que cette version originelle du film réhabilitera Jared Leto en tant que Joker auprès du public ? Là est la question. Bon comme toi, je ne l’ai trouvé pas si mal dans Suicide Squad mais sa présence dans le film ayant été honteusement écourté (90% des scènes dans lesquelles il a joué furent coupées au montage !) ne permettait pas d’avoir un avis réellement objectif sur sa prestation. Peut être qu’il aura un rôle plus conséquent dans le film de Snyder.

    [collapse]
    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #524966

    Wonder Woman 1984  : l’actrice manque de “gueule” par rapport à Gal Gadot, mais ça ne veut rien dire évidemment.

    Vu hier à la TV Pan de Joe Wright, que j’avais raté au cinéma car je voulais me faire une idée. Je suis déçu, ayant assisté à une longue et vague mixture entre “Oliver Twist” et “Pirates des Caraïbes”. J’en avais tellement marre d’attendre en vain que Peter s’envole ou qu’arrive Clochette que j’ai arrêté largement avant la fin. Bon les effets spéciaux, OK, Hugh Jackman pas mal, et le gamin jouait assez bien mais les espèces de sous-Han Solo / Leia (Crochet et la Princesse indienne) m’ont cassé les c… pieds. Le mythe est totalement inversé puisque le vrai Peter Pan a largué ses parents afin de ne jamais grandir et qu’ici il recherche désespérément sa mère ! Un ratage à mon avis. Déjà Disney n’était pas fameux, et Spielberg non plus avec “Hook”… J. M. Barrie, on s’y casse les dents. Du moins c’est mon avis, trop exigeant peut-être.

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #524967

    Wonder Woman 1984  : l’actrice manque de “gueule” par rapport à Gal Gadot, mais ça ne veut rien dire évidemment.

    Vu hier à la TV Pan de Joe Wright, que j’avais raté au cinéma car je voulais me faire une idée. Je suis déçu, ayant assisté à une longue et vague mixture entre “Oliver Twist” et “Pirates des Caraïbes”. J’en avais tellement marre d’attendre en vain que Peter s’envole ou qu’arrive Clochette que j’ai arrêté largement avant la fin. Bon les effets spéciaux, OK, Hugh Jackman pas mal, et le gamin jouait assez bien mais les espèces de sous-Han Solo / Leia (Crochet et la Princesse indienne) m’ont cassé les c… pieds. Le mythe est totalement inversé puisque le vrai Peter Pan a largué ses parents afin de ne jamais grandir et qu’ici il recherche désespérément sa mère ! Un ratage à mon avis. Déjà Disney n’était pas fameux, et Spielberg non plus avec “Hook”… J. M. Barrie, on s’y casse les dents. Du moins c’est mon avis, trop exigeant peut-être.

20 sujets de 1,681 à 1,700 (sur un total de 1,737)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Members Currently Active: 0
No users are currently active
Membres en ligne pendant les dernières 24 heures : 7
veggie11, feanor-curufinwe, Lord-Yupa, geoff34, Xanatos, Cyril, Cami-sama
Keymaster | Moderator | Participant | Spectator | Blocked
Additional Forum Statistics
Threads: 10, Posts: 166, Members: 47
Welcome to our newest member, Kabuto
Most users ever online was 8 on 6 June 2016 17 h 13 min