Gô Nagai, l'Enfant Maudit du Manga

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 71)

Posté dans : Manga & BD

  • Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #290380

    Avant tout, une petite explication sur le titre !

    Quand on se penche un peu sur la production de Nagai-sensei, on remarque aisément un fil directeur dans la majorité de ses oeuvres : La violence, les démons et l'enfer en règle générale.
    Il n'y a pas que cela, bien évidemment, mais ce triptyque est assez proéminent pour qu'on en vienne à se demander quel parcours a bien pu suivre le Maître pour créer un tel pandémonium dans le paysage du manga alors encore assez sage, en comparaison de ce qu'il apporta alors.
    Dès son plus jeune âge, Gô Nagai rêve de démons “velus et griffus” évoluant à l'époque du Japon médiéval. Mais s'il ne suffisait que de faire des cauchemars de ce genre, Devilman aurait été créé bien plus tôt !
    Le fait est que Gô Nagai n'a pas eu une enfance merveilleuse. Il perdit son père à l'âge de seize ans, ce qui l'affecta au point qu'il sombra dans un mutisme total, se recroquevillant dans son petit monde, duquel son frère réussit tant bien que mal à le tirer. Il n'a alors qu'une seule passion, les manga, et structure sa vie en fonction d'une carrière dans le milieu. Il sera mangaka, ou rien !

    Après avoir échoué à de multiples examens d'entrée en fac, il continue de dessiner, encore et encore. Est-ce à cause de cette détermination sans bornes ? Toujours est-il qu'il tomba malade et perdit alors 15 kilos en un mois. Sa famille crut à un cancer des intestins, et ne lui donna que deux à trois mois à vivre. Il se fit alors la promesse suivante : S'il s'en sort, rien ni personne ne l'empêchera de faire ce qu'il a toujours voulu faire, du dessin.

    Peu de temps après, son travail (Kuro no Shishi, Terminator avant l'heure !) est remarqué. Il devient alors assistant du grand Shotarô Ishinomori. Le rythme fut dur, et beaucoup d'autres assistants n'arrivaient pas à suivre, mais lui persévérait !
    Après plus de deux ans à travailler aux côtés de Maître Ishinomori, il se lança dans ses propres titres. Des manga humoristiques d'abord. Seulement, il se trouva assez vite cloisonné, ne pouvant pas user de sexe et de violence dans ce genre de titres, même s'il réussit à distiller quelques pointes d'humour noir dans ses oeuvres.

    Avec l'apparition du Shônen Jump de la Shûeisha, il profita de la recherche d'auteurs et de liberté de ton du magazine pour se lancer alors dans le genre de titre qu'il avait envie de dessiner : Harenchi Gakuen (inspiré par l'affiche d'un film pornographique de l'époque, Sei no Harenchi). C'est avec ce titre qu'il accède à la popularité !
    Voilà l'apparition du Gô Nagai grivois et hédoniste !
    C'est avec ce succès, et la demande croissante du public, qu'il créé son studio Dynamic Productions, en 1970, à l'âge de 25 ans ! Un succès qui lui apporta l'indépendance et la liberté de décider du ton de ses histoires.
    Il rencontra Ken Ishikawa à cette époque, futur auteur de la trilogie Getter Robot.

    Il faut aussi souligner que Gô Nagai est le premier auteur qui réussit à imposer un personnage féminin comme héros d'un manga shônen, avec Abashiri Ikka (1969 – Weekly Shônen Champion), et son héroïne Kiku no Suke.

    C'est à partir de 1970 que son Pandémonium prend forme. D'abord avec Oni, premier essai dans un univers de démons et de manipulations génétiques. Un démon créé par les hommes, et qui finit par se retourner contre eux.
    Hasard, ou nouvelle malédiction ? Dès qu'il commença à dessiner ses planches, il tomba subitement malade, atteint de fortes fièvres. Il parvint malgré tout à se ressaisir, et le succès fut au rendez-vous.
    Mahô Dante suivit (début 1971 dans le Bokura de la Kôdansha). Un titre jamais terminé, mais qui laissa place à l'une des oeuvres majeures de l'auteur : Devilman (1972 – Shônen Magazine).

    Voilà un titre qui coûta beaucoup de forces à Gô Nagai. Il le dit lui-même :
    Dessiner des petites histoires humoristiques était très relaxant, mais dès lors que j'ai dessiné des histoires plus sombres, ou alors avec des démons, cela a changé du tout au tout : Dessiner des histoires sombres me demandait énormément d'énergie et d'efforts. J'avais l'impression à chaque fois de pousser une porte donnant sur une autre dimension. J'étais littéralement crevé, vidé de toute mon énergie.

    C'est pour cette raison qu'il laissa de coté un temps ses démons, et qu'il s’attela à ce qui a fait son autre succès, les robots géants. Mazinger Z vit le jour !
    Il soumit alors son projet à Tôei Animation, qui n'attendit même pas la sortie du manga pour mettre le projet en chantier.

    Arrivé à la fin de Devilman, il s'inspira des héros de l'un de ses auteurs phares de son enfance, Shirato Sampei, pour créer une oeuvre post-apocalyptique d'envergure, Violence Jack !

    Le titre fut si violent que les éditeurs, craignant de nouvelles plaintes des ligues de vertu japonaises (qui ne portent pas Gô Nagai dans leur coeur), lui demandèrent d'arrêter cette série. Rien à faire, Gô Nagai continua, arguant que le monde décrit est sans foi ni loi, et qu'il ne peut passer outre la démonstration de violence.
    Pour beaucoup de lecteurs du maître, Violence Jack est encore aujourd'hui le pinacle de son édifice infernal.
    Sa série la plus violente, mais aussi la plus volumineuse (dix volumes de 900 pages chacun, dessinés entre 1973 et 1992), et la plus référencée à l'univers de Gô Nagai !

    Cutey Honey fit ensuite son apparition ! Mais juste le temps de deux petits volumes… Qu'importe, la série a généré de nombreuses adaptations, plus ou moins réussies, mais également un film en prise de vue réelles absolument réussi, assumant sans aucune honte ni retenue ses origines coquines et grandiloquentes !

    C'est ensuite le retour aux oeuvres démoniaques, et encore une fois, étonnant hasard, aux souffrances physiques les accompagnant. Ainsi, en créant Shuten Doji, Gô Nagai est à nouveau atteint de crises de malaise et de fortes fièvres. Des photo prises montreraient mêmes d'étranges brumes en forme de têtes de mort autour de sa personne ! Et sa mère aperçut des “feux follets” flottant au-dessus du lit parental ! Un comble pour l'auteur qui affirme ne pas croire un instant aux fantômes !
    Ces accumulations d'évènements l'amènent ainsi à croire qu'il est, d'une façon ou d'une autre, lié au monde occulte, et que ces “démons” ont à plusieurs reprises dirigé sa vie.

    Susano-Ô, sa série suivante, elle aussi pleine de démons, remporta un grand succès, et fut même récompensée par un grand prix décerné par les lecteurs, devant des concurrents de renommée tels que Ishinomori, Itsuki Kajiwara et Fujio Akatsuka.
    C'est la reconnaissance, et les adaptations télévisées se multiplient, avec de nombreux succès (Mazinger Z et Devilman en tête) !

    Source : Pierre Giner – Animeland Hors-série N°1 Spécial Gô Nagai

    Passé ce court résumé d'une vie bien remplie, il est enfin temps de célébrer le retour sur nos étals des oeuvres de l'auteur !
    A commencer par Devilman !
    Le revoilà parmi nous, le mythique Devilman de Gô Nagai, sorti chez Black Box ! 😀

    J'avais acheté la première édition chez Dynamic Vision à l'époque de ma première (et dernière) année de Fac, au début des années 2000, mais à l'époque, côté finances, j'étais juste… trop juste, et du coup je n'avais pas pu acheter le dernier tome, et vu que la série est vite devenue introuvable, je ne l'ai jamais retrouvé.
    De plus, l'édition Dynamic ne comportait pas l'intégrale de la série, bizarrement, et se retrouvait amputée de plusieurs chapitres (notamment dans le volume 3), malgré des couvertures divines !
    Là, c'est bon, on a droit à l'intégrale, et comme tout ce qui vient de Gô Nagai est indispensable (et trop rare en France), en particulier Devilman (et Violence Jack, mais là je rêve ! ^^), c'est un achat que je recommande à tous ceux qui veulent en apprendre un peu plus sur les manga !
    On sort des sentiers battus avec le père Nagai, qui exorcise ses démons personnels en dessinant ses histoires. Résultat, chacune de ses oeuvres donne réellement l'impression d'être hantée par un de ces esprits malveillants auxquels Gô Nagai semble toujours se confronter au cours de sa vie. Il faut lire du Gô Nagai pour le croire ! C'est un style inimitable et qui a emballé de nombreuses générations de lecteurs !

    Autrement, je recommande aussi le one-shot Goldorak (à ne pas confondre avec la série en cinq tomes, sortie également chez Dynamic il y a une dizaine d'années, avec de bien plus belles couvertures, mais qui ne représentaient pas le contenu), autre oeuvre connue de l'auteur, qui malgré son statut d'oeuvre de commande, est quand même très marquée par le côté sombre et presque nihiliste de l'auteur (bien plus sombre que le dessin animé, mais vraiment vraiment bien plus sombre et glauque) ! A lire absolument, pour avoir un autre regard sur les forces de Vega !

    Enfin, si tout va bien, et si je ne me trompe pas, Isan Manga sort cette semaine un volume unique rassemblant toute la (courte) série Cutey Honey, pour une trentaine d'euros ! 😃
    Voilà une autre facette de Gô Nagai, plus coquine et grivoise que glauque, bien qu'il y ait toujours de la bonne baston qui tache !

    Autre bonne nouvelle, encore du côté de Black Box, l'arrivée en novembre des six volumes de Amon – The dark side of Devilman !

    J'avais carrément oublié la liste donnée par l'éditeur sur Manga News en décembre dernier, et c'est en arrivant à la fin du premier volume de Devilman que je vois toutes les couvertures de ce titre ! Je saute de joie ! 😃
    Et il faudra aussi compter sur La Divine Comédie d'ici à septembre ! 😃

    Les oeuvres de Gô Nagai sont trop rares par chez nous pour que vous passiez à côté de tels titres ! Je le répète, indispensables !

    "With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
    Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

    Natth
    Participant
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    Natth le #290381

    Voilà une excellente présentation qui m'aura appris beaucoup de choses ! C'est une bonne idée de créer un sujet sur cet auteur, car il y aura certainement de nouvelles sorties bientôt. Sur FB, Black Box a dit être intéressé par Violence Jack, mais ils doivent débloquer un budget de 90 000€ pour publier cette série. J'espère qu'ils trouveront une solution.

    J'ai découvert les mangas de cet auteur lors de la sortie de Devilman en 1999-2001. Avant, je ne connaissais de lui que Grendizer. Je ne m'attendais pas à autant de violence et de personnages (ou de dessins) torturés, mais j'ai tout de suite accroché à ce style. Par la suite, j'ai retrouvé un peu le même esprit dans les animes Shin Getter Robo ou Shin Getter Robo – Sekai Saigo no Hi. Je n'ai pas regardé la série Violence Jack, mais je pense que je vais plutôt attendre le manga si Black Box parvient à le sortir.

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #290382

    Merci Natth ! ^^
    Je suis heureux de savoir qu'il y a un léger espoir de voir enfin sortir dans nos contrées Violence Jack ! 😃
    J'espère qu'ils vont réussir à réunir les fonds nécessaires à son édition !
    Sinon, j'adore Shin Getter Robo – Sekai Saigo no Hi, et surtout son Opening de très grande classe, nerveux et surpuissant ! Bien comme y faut ! 😂

    "With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
    Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

    Akiko_12
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    akiko_12 le #290383

    Superbe topic, Feanor !!
    Je connais mal Gô Nagai et n'ai jamais été très attirée par ses œuvres, mais grâce à ton post, je l'ai redécouvert.
    Je ne savais pas que l'homme avait eu une telle vie, ni que ses mangas étaient somme toute aussi sombres. Qui sait, peut-être qu'un jour, je lirai Devilman ?
    Bravo pour cette très belle présentation ! 😁

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #290384

    C'est un résumé de la biographie condensée qui ouvre l'excellent premier hors-série d'AL, écrite par Pierre Giner (qui pour ce faire a traduit une partie d'un ouvrage japonais consacré à Gô Nagai), donc je n'y suis pas pour grand-chose, mais n'empêche, je suis ravi que ça t'ait plu, Akiko ! ^^
    Devilman est une de ces oeuvres qui méritent largement leur statut culte, et une fois qu'on entre dans sa lecture, on est vite happé par cette noirceur et l'ambiance très particulière dégagée par les planches de l'auteur. C'est une expérience unique, en tout cas, personnellement, c'était le cas pour moi !

    "With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
    Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

    Veggie11
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Veggie11 le #290385

    Citation (feanor curufinwe @ 25/06/2015 00:57)
    J'avais acheté la première édition chez Dynamic Vision à l'époque de ma première (et dernière) année de Fac, au début des années 2000, mais à l'époque, côté finances, j'étais juste… trop juste, et du coup je n'avais pas pu acheter le dernier tome, et vu que la série est vite devenue introuvable, je ne l'ai jamais retrouvé.
    De plus, l'édition Dynamic ne comportait pas l'intégrale de la série, bizarrement, et se retrouvait amputée de plusieurs chapitres (notamment dans le volume 3), malgré des couvertures divines !
    Là, c'est bon, on a droit à l'intégrale, et comme tout ce qui vient de Gô Nagai est indispensable (et trop rare en France), en particulier Devilman (et Violence Jack, mais là je rêve ! ^^), c'est un achat que je recommande à tous ceux qui veulent en apprendre un peu plus sur les manga !

    Malheureusement, on est encore loin d'avoir l'intégrale, car si l'édition de Black Box rajoute des passages manquants dans la version de Dynamic Vision, elle en retire aussi. Par exemple, le passage des araignées manipulatrices avec une nouvelle fin par rapport à l'ancienne. Mais bon, on ne peut pas y faire grand-chose : Nagai aime semble-t-il se jouer de ses lecteurs et revoit régulièrement le contenu de tous ses mangas lors des rééditions.

    Ceci dit, malgré ce problème, je ne pense pas renoncer à Nagai. J'aime cet auteur pour plusieurs raisons, notamment celles que tu avancent dans ta présentation (très bonne par ailleurs et complète), et notamment ses histoires plus sombres comme Devilman justement. Pour ma part, j'aimerai beaucoup découvrir Kekko Kamen ou Violence Jack; si Black Box est toujours prêt pour du Nagai, je le suis également !

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #290386

    Très bon topic, oui, Feanor !
    Ah, Go Nagai ! un dessin et un ton reconnaissables au premier coup d'oeil !
    En des temps lointains, j'avais été surpris par le côté totalement déjanté (surtout pour l'époque !) des épisodes de Cherry Miel (Cutie Honey) que la téloche nous passait, grâce à l'indifférence totale des adultes d'autrefois envers les programmes "pour les mioches". Ce n'était pas par tolérance en effet : c'était parce que cela "n'existait pas" pour eux. De nos jours, on veille au grain, et personne n'oserait passer cette série sans censure aujourd'hui dans les programmes jeunesse. Vive l'ordre moral.
    Plus tard au Japon j'ai découvert et rapporté les deux épais volumes d'Abashiri ikka. C'est frappadingue au possible, mais justement Go Nagai en ne se laissant arrêter par presque aucune frontière de mauvais goût stupéfie, fait glousser de rire, laisse pantois le public. Je résumerai plus tard cette série constamment rééditée depuis 1969.
    Beaucoup plus récemment, en 2002, j'ai acheté à Osaka un one-shot de notre auteur, Sharaku. On y retrouve un sosie de Kikunosuke, son héroïne favorite, sous la forme d'une jeune noble qui en secret fait la reporter-journaliste en casquette et costume masculin de golf ; elle enquête pour un de ces grands journaux qui furent créés au Japon vers 1890 à l'ère Meiji. Chaque affaire criminelle fait de gros titres, erronés, car après son enquête (parfois très risquée) Sharaku impose au directeur un changement complet de première page !
    Le dessin de Go Nagai est curieusement "naïf" et ne changea jamais beaucoup. On dirait celui de quelqu'un qui à aucun moment ne voulut se laisser influencer par les modes graphiques apparues vers 1975 / 80. Comme le signale Feanor, quant au contenu, il est souvent sombre, voire nihiliste, même si ses héroïnes en particulier s'en tirent toujours.

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #290387

    Je te l'ai déjà dit à quelques reprises, Yupa, mais j'ai adoré ce que tu as écrit sur Sharaku il y a quelques années !
    ça m'a permis de découvrir une autre facette de Gô Nagai que je ne connaissais pas ! ^^
    Sinon, concernant l'édition Black Box de Devilman, j'ai fait la comparaison avec l'édition Dynamic Vision, et c'est vrai qu'il manque des deux côtés des chapitres, ce qui rend les deux éditions complémentaires. Et certains chapitres ont été déplacés à d'autres endroits.
    Mais globalement, l'édition Black Box est plus complète. Il manque quelques passages, notamment celui où Ryô joue les Charles Bronson façon Un Justicier dans la ville, à la recherche des démons camouflés en humains, ou encore le rêve de Akira, qui voit le diable coincé dans la glace.
    Et pour les chapitres qui sont toujours présents, on peut noter parfois des dénouements différents, comme par exemple avec le chapitre des araignées démoniaques.

    Edith : Petite précision concernant Cutey Honey chez Isan, l'éditeur a décalé la sortie du titre au 9 juillet.

    "With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
    Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

    Cyril
    Participant
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    Cyril le #290388

    Ha, merci pour l'info. Ca m'évitera d'aller le chercher en magasin. Avec un peu de chance, il sera disponible en avant-ptremière à la Japan Expo.

    Geoff34
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    geoff34 le #290389

    Excellent, ce premier tome de Devilman, pour une œuvre datant de plus de 40 ans, c'est resté tellement peu conventionnel, maintenant il me restenplus qu'à lire la suite.

    Geoff34
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    geoff34 le #290390

    Devilman Tome 3, mais que se passe t'il ? 😉 Voilà que Ryo et Akira se retrouvent à voyager dans le temps, et ils se mettent à rencontrer Marie-Antoinette, Jeanne d'Arc ou Adolf Hitler, tout en combattant des démons, même le dessin de Go Nagai parait différent (surement à cause de la présence de ses assistants), bon, le manga reprends son cours normal au dernier chapitre, mais cette nouvelle direction était déroutante, voir un peu kitsch.

    Veggie11
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Veggie11 le #290391

    Mais tout est déroutant dans cette nouvelle édition par la faute de M. Nagai ! Au moins la précédente était peut-être moins fournie en pages, mais elle gardait une certaine cohérence. Là certains rajouts bouleversent complètement l'intrigue, rajouts imposés par l'auteur lui-même. Et il reste encore des pages interdites de traduction, toujours dessinées par Nagai. Je ne prends pas en compte les chapitres supplémentaires qui expliquent certains points restés en suspend à la fin du dernier tome, car dessinés par ses assistants.

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #290392

    Citation (geoff34 @ 04/07/2015 02:29)
    Devilman Tome 3, mais que se passe t'il ? 😉 Voilà que Ryo et Akira se retrouvent à voyager dans le temps, et ils se mettent à rencontrer Marie-Antoinette, Jeanne d'Arc ou Adolf Hitler, tout en combattant des démons, même le dessin de Go Nagai parait différent (surement à cause de la présence de ses assistants), bon, le manga reprends son cours normal au dernier chapitre, mais cette nouvelle direction était déroutante, voir un peu kitsch.


    Personnellement, j'aime beaucoup ce passage !
    Il y a des éléments que l'on retrouve dans Violence Jack, comme Jeanne D'Arc par exemple. Et ce côté kitsch participe beaucoup au charme intemporel de cette histoire. Je suis très heureux de pouvoir enfin découvrir ces passages du manga, d'autant plus que c'est à partir de cette période que l'on voit que Ryô ressent autre chose que de l'amitié pour Akira !
    Et puis, même si cet arc tombe comme un cheveu sur la soupe, après les évènements des chapitres précédents, on reste dans l'ambiance dérangeante que la série a instauré dès ses premiers chapitres.
    Cette publication est certes incomplète, mais c'est un excellent Director's Cut, bien plus complet que la précédente édition, et surtout plus représentatif (on remarque que beaucoup de passages supprimés sont plus conventionnels dans leur déroulement). Comme le dit le Greg Masqué (Grégoire Hellot) dans le hors-série sur Gô Nagai, chaque tome de Devilman a un ton différent, et on n'en apprécie que mieux leur particularité en espaçant leur lecture !
    Mon tome préféré est définitivement le dernier ! Très nihiliste et pessimiste, il dresse un portrait terrible de l'Humanité !

    "With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
    Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #290393

    Citation (veggie11 @ 04/07/2015 09:03)
    Mais tout est déroutant dans cette nouvelle édition par la faute de M. Nagai ! Au moins la précédente était peut-être moins fournie en pages, mais elle gardait une certaine cohérence. Là certains rajouts bouleversent complètement l'intrigue, rajouts imposés par l'auteur lui-même. Et il reste encore des pages interdites de traduction, toujours dessinées par Nagai. Je ne prends pas en compte les chapitres supplémentaires qui expliquent certains points restés en suspend à la fin du dernier tome, car dessinés par ses assistants.

    Toujours très bien renseignée, cette chère Veggie ! On le remarque aisément, Go Nagai aime surprendre, digresser pendant une plombe, et peu lui importe que son public voudrait qu'il ne perde pas le fil de la cohérence. C'est ce qui fait son charme “déjantesque” si j'ose ce néologisme.
    Rah, il me le faut ce Devilman !
    Et je reparlerai d' Abashiri Ikka, promis !

    Geoff34
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    geoff34 le #290394

    J'ai pris les 2 dernier tomes de Devilman, c'est plus dense que le précédent volume, avec l'invasion de la terre par les démons et surtout l'apparition de Satan, il y a également un petit côté kitsch avec la légion des Devilmen (une sorte de Ligue des Justicier avec des homme démons).

    Veggie11
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Veggie11 le #290395

    Citation (Lord Yupa @ 06/07/2015 18:38)
    Toujours très bien renseignée, cette chère Veggie ! On le remarque aisément, Go Nagai aime surprendre, digresser pendant une plombe, et peu lui importe que son public voudrait qu'il ne perde pas le fil de la cohérence. C'est ce qui fait son charme “déjantesque” si j'ose ce néologisme.
    Rah, il me le faut ce Devilman !
    Et je reparlerai d' Abashiri Ikka, promis !

    Plus exactement, j'ai eu la chance de croiser un fan de Go Nagai qui s'est beaucoup intéressé aux différentes versions de ses oeuvres. Mazinger Z en particulier, il semble que la version la plus intéressante reste quand même celle réalisée par son assistant Gosaku Ôta et non celle de Nagai elle-même, car celle d'Ôta comporte au moins une fin. Mais il n'est pas le seul à avoir travaillé sur Mazinger.

    Je suis mitigée sur ce procédé chaotique. D'un côté comme tu dis ça apporte quelque chose de particulier à son oeuvre, une direction un peu anarchiste et frustrante qui colle bien au ton de ses histoires, et d'un autre côté on finit par ne plus s'en sortir avec les versions multiples, les éditions qui puisent d'une part et oublie le reste, les chapitres qui changent en fonction des rééditions… peut-être parce qu'il ne faut pas chercher une ligne directrice chez Nagai. Je le ressens un peu comme ça. Par contre ce que je trouve moins sympathique de sa part, c'est de s'approprier des chapitres pourtant dessinés par ses assistants (c'était indiqué dans la version prépubliée, mais dans la réédition c'est juste le nom de Nagai qui apparaît). Certes un nombre incalculable de mangaka travaillent ou ont travaillé avec des assistants, mais là c'est bien un assistant qui est l'auteur de l'histoire et du scénario.

    Kuronoe
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Kuronoe le #290396

    Vas y raconte, j suis pas au courant moi. Faut dire que je suis pas un grand Nagai-maniaque.

    C'est quoi cette histoire ? Les éditions reliées ne contiennent pas les mêmes chapitres ni ne suivent d'ordre ? C'est le bordel çà 😉

    Mais les séries de Nagai n'était-elle pas prépubliée dans le TV Magazine de la Kodansha ? Dans ce cas là il doit être possible de retrouver une certaine chronologie non ?

    Veggie11
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Veggie11 le #290397

    En fait, au fil des années, Go Nagai a imposé sa version à chaque nouvelle réédition : il supprime des chapitres précédemment parus, en rajoute d'autres qui jusque là étaient parus dans des magazines de prépublication sans connaître d'édition reliée (et parfois il va même jusqu'à s'autoproclamer auteur du chapitre alors que dans la version prépubliée c'était l'un de ses assistants qui en était l'auteur), il redessine des pages… pour Mazinger Z par exemple, il a rajouté à la dernière édition une petite histoire qu'il avait dessinée sur 20 pages et a dessiné exprès 120 pages supplémentaires pour l'édition reliée. Le problème, c'est que la cohérence n'est pas toujours là en fonction des pages puisque l'histoire en question a été dessinée il y a un bout de temps. Le coup de ''Shin Devilman'' placé en plein milieu du volume 3 est un exemple parmi d'autres.

    Kuronoe
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Kuronoe le #290398

    ah oki, merci pour les infos. Le bonhomme est visiblement plein de surprises.

    Mais perso je n'ai jamais trop accroché à ses séries. Le trait me rebute, et si je n'accroche pas au dessin c'est rédhibitoire pour moi (raison pour laquelle je ne suis pas un grand fan de Tezuka non plus).

    Mais bon, c'est pas cool pour les fans s'ils doivent se faire toutes les rééditions pour compléter le puzzle

    Geoff34
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    geoff34 le #290399

    Oui, c'était les années 60-70, le dessin a assez vieilli, dans le même genre que Tezuka ou Ishinomori, mais perso j'aime bien ce côté très rudimentaire, on sent encore l'influence des BD américaine, avec des personnage assez cartoons et des cases très carré.

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 71)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Members Currently Active: 0
No users are currently active
Membres en ligne pendant les dernières 24 heures : 8
Sharbettt, dekamaster2, feanor-curufinwe, Cyril, Lord-Yupa, Xanatos, geoff34, SOUTHER
Keymaster | Moderator | Participant | Spectator | Blocked
Additional Forum Statistics
Threads: 10, Posts: 166, Members: 48
Welcome to our newest member, Queen
Most users ever online was 8 on 6 June 2016 17 h 13 min