Les manga culturels

8 sujets de 221 à 228 (sur un total de 228)

Posté dans : Manga & BD

  • Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #515773

    La Lanterne de Nyx, tome 4, vient de paraître chez Glénat.
    J’en reparlerai dès que lu !

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #515909

    L’ayant lu, ce tome 4 relance parfaitement l’intérêt, et l’on voit bien que Kan Takahama est une vraie narratrice, capable d’éviter habilement quelques clichés qui auraient pu découler du tome 3 et qui m’inquiétaient. De plus, à ma grande satisfaction, nos deux jeunes entrepreneurs Momotoshi et Victor découvrent le potentiel des estampes japonaises, qu’ils n’imaginaient pas ! On découvre Edmond de Goncourt, Daudet, on frôle Zola le Père-la-Vertu des profs du Secondaire qui gomment sa misogynie profonde et ses amusettes ignorées de sa femme, alors que Takahama est au courant, elle, etc. Attention, le grand concurrent, Bing, va être un gros obstacle pour nos héros, plus que la compagnie de Kazuma, personnage par ailleurs intéressant comme plusieurs autres dans le manga. C’est aussi avec plaisir qu’on va retrouver l’aventure pour Miyo l’orpheline, bientôt expat, grâce à la faussement revêche Kei Oura. Elle va acheter un navire de guerre déclassé par le Gouvernement Meiji ! Pour 47 300 yens : j’en ai parlé avant le yen ancien avait une énorme valeur : de nos jours, ça fait dans les 450 euros ! Une semaine en hôtel très convenable à Tokyo !
    Les érudites notes du “Cabinet of Takahama” sont toujours aussi passionnantes, cerise sur le gâteau !

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #516391

    Arte, volume 9, Komikku
    Il s’est bien fait attendre en France, ce volume 9, bien que paru en 2013 au Japon ! Pas étonnant que là-bas 4 autres volumes soient déjà sortis… Serait-ce dû aux difficultés actuelles de ce courageux petit éditeur français ? Soutenez-le, si vous le pouvez !

    Après son long séjour à Venise, Arte la jeune artiste est de retour à Florence chez son maître Léo. Bizarrement, alors qu’elle avait précédemment pris conscience qu’elle était tombée amoureuse de lui, dans ce volume elle ne se préoccupe nullement de cela, bien qu’habitant à nouveau chez lui. Tant mieux en somme, on s’en fout de la voir se marier, commenter ses nuits chaudes ou pouponner au lieu de peindre. Son seul souci reste de devenir une véritable artiste reconnue. Mais en tant que portraitiste même brillante, Léo le lui confirme, elle ne peut accéder au vrai “grand genre”, la peinture d’Histoire ; histoire biblique encore, car nous sommes au 15e siècle, et c’est seulement aux 16e et 17e que la mythologie / histoire gréco-romaine prend autant de poids que la religion. Alors des portraitistes atteindront enfin un très haut statut : Holbein, Frans Hals, Vermeer…
    On suit également la jeune et très attachante Dacia, simple et pauvre couturière, très émotive, ex-analphabète qui s’est efforcée d’apprendre à lire aidée par Arte et par son amie Veronica, courtisane de haute volée.
    Un petit bémol : Kei Ohkubo nous montre un cardinal avec une moustache à la Groucho Marx ! au 15e siècle !!

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Xanatos le #516513

    Ô joie, Ô bonheur ! 😀

    La Fnac m’a prévenu aujourd’hui que mon tome 9 de Arte est arrivé aujourd’hui ! 😀

    J’irai le récupérer demain !

    Je suis extrêmement impatient de le lire, mais aussi d’en parler avec toi mon cher Yupa !

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Xanatos le #516573

    Arte tome 9

    Arte tome 9

    Attention SPOILERS

    ENFIN: après deux ans d’interminable attente, nous retrouvons donc notre chère Arte dans un nouveau volume ! 😀

    Et bien comme d’habitude, c’est excellent et ce nouveau tome ne m’a aucunement déçu !

    Tout comme toi Yupa, cela ne m’intéresse pas spécialement de voir Arte tomber amoureuse et flirter avec Leo, je suis davantage intéressé à l’idée de la voir poursuivre sa carrière d’artiste peintre et de s’épanouir, laisser libre cours à sa créativité artistique.

    Le début du récit est déjà très intéressant avec le client monsieur Ubertino qui demande à Léo de réaliser une toile sans lui donner le moindre délai à rendre celle ci dans un temps imparti. Pourtant, le maître de Arte ne chôme pas et s’attelle à la création de sa peinture immédiatement.

    Tout comme notre héroïne, on est intrigué par la demande de Ubertino qui, excepté dans le parchemin qu’il a soumit, n’a pas dit en détail quelle était sa demande.

    On finit par découvrir de quoi il s’agissait: une peinture inspiré de l’histoire “Le riche et Lazare” qui nous parle d’un homme démuni du nom de Lazare demandant l’aumône auprès d’une personne richissime qui ne prête aucunement attention aux requêtes du mendiant. Or à la fin de l’histoire, les deux personnages meurent et si le pauvre monte au paradis et connaît la félicité éternelle, le riche finit dans les tréfonds de l’enfer où il sera condamné à la damnation pour toujours.

    Ce récit a touché Ubertino, qui, en dépit du fait qu’il soit très riche, méprise l’idée de se pavaner en montrant sa fortune et est désireux d’aider les plus démunis en leur fournissant un travail leur permettant de subvenir à ses besoins.

    Cette toile est primordiale à ses yeux afin qu’il conserve une certaine humilité et ne prenne jamais de haut les gens les plus pauvres.

    Il y a un élément que j’ai beaucoup aimé dans ce tome, c’est qu’il accorde une place de choix à Angelo et Darcia.

    Angelo reste fidèle à lui même: gentil, bienveillant, âpre à la tâche, et toujours prêt à encourager ses amis et ses proches. En dépit du fait que ses oeuvres ne séduisent pas toujours ses clients, il ne baisse pas les bras et persévère.

    Darcia est en effet toujours aussi sympathique et elle a pu dépanner un groupe en montrant son talent à utiliser un abaque. Malheureusement, elle ne leur a servi que de cinquième roue du carrosse et l’ont aussitôt délaissé après qu’ils aient trouvé quelqu’un de plus “qualifié”.

    J’ai également été ému par la triste histoire de la soeur de Angelo, abandonnée par son mari.

    J’ai fortement apprécié que, non seulement Darcia lui ait flanqué une bonne beigne et dit ouvertement à celui ci qu’il est une ordure, mais qu’en plus, son comportement a également incité la soeur de Angelo à se rebeller contre son époux qui l’a trahi et elle lui a flanqué une bonne raclée !

    On perçoit aussi l’influence positive que Arte a eu sur Angelo et Darcia: son optimisme à tout épreuve mais également sa détermination inébranlable à atteindre ses objectifs.

    Enfin, le dénouement du volume laisse augurer une suite des plus passionnantes: Silvio Passerini un nouveau client a contacté Arte afin qu’elle réalise un portrait d’une jeune femme prénommée Irène. Cependant, il se moque de la qualité de la peinture, tout ce qui lui importe, c’est que Arte devienne la confidente de Irène.

    Et Arte reste fidèle à elle même: elle accepte sobrement la commande de Passerini, cependant, outragée que celui ci n’éprouve que de l’indifférence envers son talent artistique, elle est galvanisée à l’idée de réaliser le plus beau portrait qui soit afin que son client soit ébloui et émerveillé par celle ci, de même que Irène.

    L’une des raisons pour lesquelles j’aime tant Arte, c’est que sa personnalité à la fois forte et nuancée, elle ne s’apitoie jamais sur sont sort et sait aller de l’avant.

    Un cru de grande qualité, nous donnant fortement envie de lire la suite ! 😀

    Quant au cardinal avec une moustache à la Groucho Marx, ça m’a fait plus sourire qu’autre chose, mais pas dérangé spécialement, hi, hi ! ^_^

     

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #516575

    Arte tome 9

    Arte tome 9

    Attention SPOILERS

    …Et Arte reste fidèle à elle même: elle accepte sobrement la commande de Passerini, cependant, outragée que celui ci n’éprouve que de l’indifférence envers son talent artistique, elle est galvanisée à l’idée de réaliser le plus beau portrait qui soit afin que son client soit ébloui et émerveillé par celle ci, de même que Irène.

    L’une des raisons pour lesquelles j’aime tant Arte, c’est que sa personnalité à la fois forte et nuancée, elle ne s’apitoie jamais sur sont sort et sait aller de l’avant.

    Un cru de grande qualité, nous donnant fortement envie de lire la suite ! 😀

    Quant au cardinal avec une moustache à la Groucho Marx, ça m’a fait plus sourire qu’autre chose, mais pas dérangé spécialement, hi, hi ! ^_^

    Evidemment, Xan’, je suis moi aussi un grand fan du beau, noble et sensible caractère de la jeune Arte !
    Au temps pour moi, il me revient que l’histoire se situe au début du 16e siècle, car il y a dans un des premiers volumes une allusion à Michel-Ange parti à Rome pour la Chapelle Sixtine, donc vers 1512. Peu de gens le savent, mais Michel-Ange ne se lavait JAMAIS et portait ses vêtements jusqu’à ce qu’ils tombent en lambeaux (plus ou moins puants). Son père lui avait affirmé que c’était le secret d’une longue vie. De fait le maître de la Sixtine a vécu jusqu’à 89 ans, une performance pour l’époque ! Il est vrai que ne pas se laver avec l’eau de l’époque, celle des rivières pleines de chats crevés et autres germes, jamais bouillie,
    n’était pas si bête… D’un autre côté on n’est pas étonné de savoir que Michel-Ange fut toujours un solitaire :-).
    Notre déterminée peintre Arte semble donc grâce au cardinal trouver une porte vers la “Grande Peinture” ! Les choses vont doucement, mais s’orientent bien pour elle.
    Comme toi Xan’ j’aime beaucoup l’intrigue parallèle autour de Dacia et Angelo, d’ailleurs sans le “modèle” que leur fournit Arte, ils seraient moins courageux, le volume le montre joliment.

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Xanatos le #516699

    Alors là tu m’as appris quelque chose mon cher Yupa !

    Si je connais bien sûr le grand artiste peintre Michel-Ange, j’ignorais totalement que celui ci ne se lavait jamais !

    On aurait pu lui reprocher son absence complète d’hygiène (comme tu le soulignes, pas étonnant qu’il fut un solitaire et qu’il n’ait pas eu de compagne) et ses collaborateurs ainsi que ses proches ont du souffrir de son odeur corporelle certainement pestilentielle…

    Mais paradoxalement, comme tu le soulignes, le fait de ne pas se laver lui a sauvé la mise, l’état de l’eau dans bon nombre de lieux de l’époque étant déplorable.

    Il aura connu en effet une longévité exceptionnelle, surtout pour l’époque, l’espérance de vie au XVIe siècle étant plus proche de 45, 50 ans…

    J’avais lu aussi certaines biographies selon lesquelles il entretenait des relations conflictuelles avec Léonard de Vinci…

    Comme tu le soulignes, le Cardinal en vexant Arte a aussi motivé celle ci à se surpasser !

    Et en effet, on peut dire qu’elle a eu une influence positive sur ses ami(e)s et son entourage.

    Je me suis renseigné sur les différents sites de VPC, nous n’aurons plus à attendre longtemps pour le tome 10, celui ci étant prévu pour mai de cette année ! 🙂

    Enfin, si il n’y a pas de retard !

    Veggie11
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Veggie11 le #516704

    À noter ce mois le retour du manga ”Natsuko no Saké” aux éditions Vega avec leur tome 2 ! L’occasion de découvrir une jeune héroïne aussi douée et ambitieuse qu’Arte, mais cette fois dans un art totalement différent : celui du saké !

8 sujets de 221 à 228 (sur un total de 228)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Members Currently Active: 0
No users are currently active
Membres en ligne pendant les dernières 24 heures : 7
feanor-curufinwe, geoff34, Bruno, DD69, Xanatos, veggie11, Tom-le-chat
Keymaster | Moderator | Participant | Spectator | Blocked
Additional Forum Statistics
Threads: 10, Posts: 164, Members: 47
Welcome to our newest member, Ely06
Most users ever online was 8 on 6 June 2016 17 h 13 min