Les manga culturels

20 sujets de 221 à 240 (sur un total de 275)

Posté dans : Manga & BD

  • Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #515773

    La Lanterne de Nyx, tome 4, vient de paraître chez Glénat.
    J’en reparlerai dès que lu !

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #515909

    L’ayant lu, ce tome 4 relance parfaitement l’intérêt, et l’on voit bien que Kan Takahama est une vraie narratrice, capable d’éviter habilement quelques clichés qui auraient pu découler du tome 3 et qui m’inquiétaient. De plus, à ma grande satisfaction, nos deux jeunes entrepreneurs Momotoshi et Victor découvrent le potentiel des estampes japonaises, qu’ils n’imaginaient pas ! On découvre Edmond de Goncourt, Daudet, on frôle Zola le Père-la-Vertu des profs du Secondaire qui gomment sa misogynie profonde et ses amusettes ignorées de sa femme, alors que Takahama est au courant, elle, etc. Attention, le grand concurrent, Bing, va être un gros obstacle pour nos héros, plus que la compagnie de Kazuma, personnage par ailleurs intéressant comme plusieurs autres dans le manga. C’est aussi avec plaisir qu’on va retrouver l’aventure pour Miyo l’orpheline, bientôt expat, grâce à la faussement revêche Kei Oura. Elle va acheter un navire de guerre déclassé par le Gouvernement Meiji ! Pour 47 300 yens : j’en ai parlé avant le yen ancien avait une énorme valeur : de nos jours, ça fait dans les 450 euros ! Une semaine en hôtel très convenable à Tokyo !
    Les érudites notes du “Cabinet of Takahama” sont toujours aussi passionnantes, cerise sur le gâteau !

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #516391

    Arte, volume 9, Komikku
    Il s’est bien fait attendre en France, ce volume 9, bien que paru en 2013 au Japon ! Pas étonnant que là-bas 4 autres volumes soient déjà sortis… Serait-ce dû aux difficultés actuelles de ce courageux petit éditeur français ? Soutenez-le, si vous le pouvez !

    Après son long séjour à Venise, Arte la jeune artiste est de retour à Florence chez son maître Léo. Bizarrement, alors qu’elle avait précédemment pris conscience qu’elle était tombée amoureuse de lui, dans ce volume elle ne se préoccupe nullement de cela, bien qu’habitant à nouveau chez lui. Tant mieux en somme, on s’en fout de la voir se marier, commenter ses nuits chaudes ou pouponner au lieu de peindre. Son seul souci reste de devenir une véritable artiste reconnue. Mais en tant que portraitiste même brillante, Léo le lui confirme, elle ne peut accéder au vrai “grand genre”, la peinture d’Histoire ; histoire biblique encore, car nous sommes au 15e siècle, et c’est seulement aux 16e et 17e que la mythologie / histoire gréco-romaine prend autant de poids que la religion. Alors des portraitistes atteindront enfin un très haut statut : Holbein, Frans Hals, Vermeer…
    On suit également la jeune et très attachante Dacia, simple et pauvre couturière, très émotive, ex-analphabète qui s’est efforcée d’apprendre à lire aidée par Arte et par son amie Veronica, courtisane de haute volée.
    Un petit bémol : Kei Ohkubo nous montre un cardinal avec une moustache à la Groucho Marx ! au 15e siècle !!

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Xanatos le #516513

    Ô joie, Ô bonheur ! 😀

    La Fnac m’a prévenu aujourd’hui que mon tome 9 de Arte est arrivé aujourd’hui ! 😀

    J’irai le récupérer demain !

    Je suis extrêmement impatient de le lire, mais aussi d’en parler avec toi mon cher Yupa !

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Xanatos le #516573

    Arte tome 9

    Arte tome 9

    Attention SPOILERS

    ENFIN: après deux ans d’interminable attente, nous retrouvons donc notre chère Arte dans un nouveau volume ! 😀

    Et bien comme d’habitude, c’est excellent et ce nouveau tome ne m’a aucunement déçu !

    Tout comme toi Yupa, cela ne m’intéresse pas spécialement de voir Arte tomber amoureuse et flirter avec Leo, je suis davantage intéressé à l’idée de la voir poursuivre sa carrière d’artiste peintre et de s’épanouir, laisser libre cours à sa créativité artistique.

    Le début du récit est déjà très intéressant avec le client monsieur Ubertino qui demande à Léo de réaliser une toile sans lui donner le moindre délai à rendre celle ci dans un temps imparti. Pourtant, le maître de Arte ne chôme pas et s’attelle à la création de sa peinture immédiatement.

    Tout comme notre héroïne, on est intrigué par la demande de Ubertino qui, excepté dans le parchemin qu’il a soumit, n’a pas dit en détail quelle était sa demande.

    On finit par découvrir de quoi il s’agissait: une peinture inspiré de l’histoire “Le riche et Lazare” qui nous parle d’un homme démuni du nom de Lazare demandant l’aumône auprès d’une personne richissime qui ne prête aucunement attention aux requêtes du mendiant. Or à la fin de l’histoire, les deux personnages meurent et si le pauvre monte au paradis et connaît la félicité éternelle, le riche finit dans les tréfonds de l’enfer où il sera condamné à la damnation pour toujours.

    Ce récit a touché Ubertino, qui, en dépit du fait qu’il soit très riche, méprise l’idée de se pavaner en montrant sa fortune et est désireux d’aider les plus démunis en leur fournissant un travail leur permettant de subvenir à ses besoins.

    Cette toile est primordiale à ses yeux afin qu’il conserve une certaine humilité et ne prenne jamais de haut les gens les plus pauvres.

    Il y a un élément que j’ai beaucoup aimé dans ce tome, c’est qu’il accorde une place de choix à Angelo et Darcia.

    Angelo reste fidèle à lui même: gentil, bienveillant, âpre à la tâche, et toujours prêt à encourager ses amis et ses proches. En dépit du fait que ses oeuvres ne séduisent pas toujours ses clients, il ne baisse pas les bras et persévère.

    Darcia est en effet toujours aussi sympathique et elle a pu dépanner un groupe en montrant son talent à utiliser un abaque. Malheureusement, elle ne leur a servi que de cinquième roue du carrosse et l’ont aussitôt délaissé après qu’ils aient trouvé quelqu’un de plus “qualifié”.

    J’ai également été ému par la triste histoire de la soeur de Angelo, abandonnée par son mari.

    J’ai fortement apprécié que, non seulement Darcia lui ait flanqué une bonne beigne et dit ouvertement à celui ci qu’il est une ordure, mais qu’en plus, son comportement a également incité la soeur de Angelo à se rebeller contre son époux qui l’a trahi et elle lui a flanqué une bonne raclée !

    On perçoit aussi l’influence positive que Arte a eu sur Angelo et Darcia: son optimisme à tout épreuve mais également sa détermination inébranlable à atteindre ses objectifs.

    Enfin, le dénouement du volume laisse augurer une suite des plus passionnantes: Silvio Passerini un nouveau client a contacté Arte afin qu’elle réalise un portrait d’une jeune femme prénommée Irène. Cependant, il se moque de la qualité de la peinture, tout ce qui lui importe, c’est que Arte devienne la confidente de Irène.

    Et Arte reste fidèle à elle même: elle accepte sobrement la commande de Passerini, cependant, outragée que celui ci n’éprouve que de l’indifférence envers son talent artistique, elle est galvanisée à l’idée de réaliser le plus beau portrait qui soit afin que son client soit ébloui et émerveillé par celle ci, de même que Irène.

    L’une des raisons pour lesquelles j’aime tant Arte, c’est que sa personnalité à la fois forte et nuancée, elle ne s’apitoie jamais sur sont sort et sait aller de l’avant.

    Un cru de grande qualité, nous donnant fortement envie de lire la suite ! 😀

    Quant au cardinal avec une moustache à la Groucho Marx, ça m’a fait plus sourire qu’autre chose, mais pas dérangé spécialement, hi, hi ! ^_^

     

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #516575

    Arte tome 9

    Arte tome 9

    Attention SPOILERS

    …Et Arte reste fidèle à elle même: elle accepte sobrement la commande de Passerini, cependant, outragée que celui ci n’éprouve que de l’indifférence envers son talent artistique, elle est galvanisée à l’idée de réaliser le plus beau portrait qui soit afin que son client soit ébloui et émerveillé par celle ci, de même que Irène.

    L’une des raisons pour lesquelles j’aime tant Arte, c’est que sa personnalité à la fois forte et nuancée, elle ne s’apitoie jamais sur sont sort et sait aller de l’avant.

    Un cru de grande qualité, nous donnant fortement envie de lire la suite ! ?

    Quant au cardinal avec une moustache à la Groucho Marx, ça m’a fait plus sourire qu’autre chose, mais pas dérangé spécialement, hi, hi ! ^_^

    Evidemment, Xan’, je suis moi aussi un grand fan du beau, noble et sensible caractère de la jeune Arte !
    Au temps pour moi, il me revient que l’histoire se situe au début du 16e siècle, car il y a dans un des premiers volumes une allusion à Michel-Ange parti à Rome pour la Chapelle Sixtine, donc vers 1512. Peu de gens le savent, mais Michel-Ange ne se lavait JAMAIS et portait ses vêtements jusqu’à ce qu’ils tombent en lambeaux (plus ou moins puants). Son père lui avait affirmé que c’était le secret d’une longue vie. De fait le maître de la Sixtine a vécu jusqu’à 89 ans, une performance pour l’époque ! Il est vrai que ne pas se laver avec l’eau de l’époque, celle des rivières pleines de chats crevés et autres germes, jamais bouillie,
    n’était pas si bête… D’un autre côté on n’est pas étonné de savoir que Michel-Ange fut toujours un solitaire :-).
    Notre déterminée peintre Arte semble donc grâce au cardinal trouver une porte vers la “Grande Peinture” ! Les choses vont doucement, mais s’orientent bien pour elle.
    Comme toi Xan’ j’aime beaucoup l’intrigue parallèle autour de Dacia et Angelo, d’ailleurs sans le “modèle” que leur fournit Arte, ils seraient moins courageux, le volume le montre joliment.

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Xanatos le #516699

    Alors là tu m’as appris quelque chose mon cher Yupa !

    Si je connais bien sûr le grand artiste peintre Michel-Ange, j’ignorais totalement que celui ci ne se lavait jamais !

    On aurait pu lui reprocher son absence complète d’hygiène (comme tu le soulignes, pas étonnant qu’il fut un solitaire et qu’il n’ait pas eu de compagne) et ses collaborateurs ainsi que ses proches ont du souffrir de son odeur corporelle certainement pestilentielle…

    Mais paradoxalement, comme tu le soulignes, le fait de ne pas se laver lui a sauvé la mise, l’état de l’eau dans bon nombre de lieux de l’époque étant déplorable.

    Il aura connu en effet une longévité exceptionnelle, surtout pour l’époque, l’espérance de vie au XVIe siècle étant plus proche de 45, 50 ans…

    J’avais lu aussi certaines biographies selon lesquelles il entretenait des relations conflictuelles avec Léonard de Vinci…

    Comme tu le soulignes, le Cardinal en vexant Arte a aussi motivé celle ci à se surpasser !

    Et en effet, on peut dire qu’elle a eu une influence positive sur ses ami(e)s et son entourage.

    Je me suis renseigné sur les différents sites de VPC, nous n’aurons plus à attendre longtemps pour le tome 10, celui ci étant prévu pour mai de cette année ! 🙂

    Enfin, si il n’y a pas de retard !

    Veggie11
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Veggie11 le #516704

    À noter ce mois le retour du manga ”Natsuko no Saké” aux éditions Vega avec leur tome 2 ! L’occasion de découvrir une jeune héroïne aussi douée et ambitieuse qu’Arte, mais cette fois dans un art totalement différent : celui du saké !

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #516746

    À noter ce mois le retour du manga ”Natsuko no Saké” aux éditions Vega avec leur tome 2 ! L’occasion de découvrir une jeune héroïne aussi douée et ambitieuse qu’Arte, mais cette fois dans un art totalement différent : celui du saké !

    Chère Veggie, tu as bien raison de le recommander : c’est un manga au dessin de bonne qualité et bien intéressant ! Certes, l’intrigue est celle de bien des mangas classiques : une courageuse petite jeune fille se retrouve par obligation familiale (décès de son frère aîné) hériter d’une brasserie de saké, et l’assume. La gérer avec succès ne sera pas de tout repos, on s’en doute, mais elle finira par y arriver, on s’en doute aussi. Au passage on apprendra mille et un petits secrets de la fabrication du “o-sake” (au Japon “sake” tout court, c’est le saumon). En simplifiant, ce n’est guère différent du vin : on a des pressoirs à riz, puis on fait fermenter le jus obtenu dans des contenants en bois bien choisis, le degré de maturation donnant tel ou tel goût particulier.
    Anecdotes : j’ai visité le quartier des brasseries de saké les plus réputées, en périphérie Est de Kôbe ; elles sont visitables librement, mais je n’en ai fait que 2 sur les 6 ou 7 de ce district afin de “consommer avec modération” les dégustations. Au comptoir de la première où une gentille employée m’a servi, j’ai eu la surprise de voir en face de moi (en photo)… Bernadette Chirac sirotant comme moi son petit verre. On sait que la famille Chirac affectionnait le Japon. Et dans la salle d’attente de la deuxième brasserie, autre surprise : un beau fauteuil imitation Louis XV, isolé loin des autres par des cordons de velours rouge. Un panneau explicatif en kanji trop compliqués pour moi ne laissait nul doute grâce à son chrysanthème doré et un petit portrait en photo : l'(ex-)empereur Akihito avait posé dessus son auguste séant, et donc les infâmes culs des manants ne pouvaient s’y poser :-).
    Le o-sake est délicieux, notamment le plus fruité, et ne titre que 13° / 14°, mais les Chinois des restaurants ici ont réussi à persuader les Franchouillards, ces incultes, que leur tord-boyaux à 55° est du “saké”. Du coup quand j’en offre en apéro à mes invités (sauf mes amis, habitués) ils refusent avec effroi ! 🙁 …

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #516933

    Komikku (dont la sympathique et très complète boutique parisienne vient de fermer, hélas !!) vient de publier le tome 1 d’un manga également sympathique et instructif qui n’est pas sans rappeler de près Arte chez le même éditeur.
    Les Fleurs de la mer Egée, par Akame Hinoshita met en effet en vedette une jeune fille de 16 ans pétulante et aventureuse qui appartient à une famille de notables de Ferrare au milieu du 15e siècle. Elle ne rêve que de courir le monde, et même de devenir marchande d’objets rares venus de l’étranger. Sa rencontre fortuite avec une autre fille de son âge originaire d’une lointaine colonie génoise de Crimée va lui fournir une belle occasion. Cette Olha veut retrouver sa soeur cadette, après un mariage imposé mais raté à Gênes, aussi repart-elle vers l’Est en passant par Ferrare. Lisa enflammée par sa cause et par son amitié décide de partir avec elle vers la Crète !
    Le dessin est assez plaisant par les jolis minois des deux filles et leurs mimiques, parfois en SD. Le dessin est moins précis dans le détail que dans Arte. Les difficultés du voyage à travers l’Adriatique ne sont pas cachées, mais un peu minimisées pour deux jolies filles de 16 ans en plein 15e siècle. Le mangaka met moins de finesse que Kei Ohkubo à intégrer son intrigue au discours historique / géographique parfois un peu lourd, trop didactique. Mais bon, les élèves de lycée y apprendront beaucoup quand même, et le contraste de caractère entre la vive Lisa de Ferrare et la calme Ohla de Crimée n’est pas déplaisant.
    Anecdote : j’ai visité Ferrare vers 1995, ville magnifique préservée depuis la Renaissance, encore totalement encerclée de sa muraille intacte. Aucun véhicule autre que des vélos urbains n’était autorisé à la franchir, comme en de nombreuses ville italiennes bien avant que l’idée de vélos urbains n’apparaisse en France.

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #516968

    L’idée de la Crimée semble bizarre, mais en fait dans le manga Constantinople vient d’être prise par le Turcs Ottomans (1453) et quelques anciens comptoirs gréco-romano-byzantins subsistaient encore (Trébizonde par exemple). Ohla est assez hellénisée et parle 5 langues ; les Turcs vont s’emparer de tous les ports de la Mer Noire un peu plus tard, et les Mongols-Tatars de Crimée avec leur appui fonder un puissant Khanat vassal d’Istanbul. Les Soviétiques (et pas seulement Staline !) ont finalement liquidé ou déporté les Tatars. Il paraît qu’il n’en reste qu’une poignée.

    Veggie11
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Veggie11 le #517046

    Je n’avais pas vu ta réponse concernant Natsuko no Saké, cher Yupa ! En fait, le concept était plutôt original à l’époque de sa parution (même dans ”Oishinbo”, où on a un binôme homme-femme, l’avantage est quand même donné à l’homme (c’est lui qui s’y connaît le mieux, c’est lui qui participe le plus souvent aux duels), du moins pour les chapitres que j’ai lus. Peut-être qu’avec le temps ç’a un peu changé). Je trouve courageux que l’auteur ait mis en avant une jeune femme charmante mais également douée et motivée à la fin des années 80 dans un domaine très masculin; c’est surtout qu’on a enfin le manga en français 30 ans plus tard.

    A titre de comparaison, en BD franco-belge, il a fallu attendre 2011 pour avoir un titre (Château Bordeaux) équivalent.

    Takeda-Shingen
    Participant
    • Offline
      • Padawan
      • ★★
    Kuronoe le #517508

    alors quelques mots sur un titre que j’ai dévoré : Zenkamono, dont le premier tome est paru chez Lézard Noir (qui mine de rien, avec le temps, nous propose un Line up d’une qualitay rare):

    C’est l’histoire de Kayo AGAWA qui, à côté de petits jobs est également agent de probation. On y apprend que la fonction est bénévole au Japon et que c’est un complément d’activité. On suit donc le quotidien de Kayo qui s’investit énormément dans sa mission, quitte à se mettre elle-même en danger. Autant le personnage principal peut apparaître un peu creux (elle est gentille, elle est dévouée, elle aide les gens (bon on sent que cette fonction lui sert surtout à exister sinon elle serait parfaitement insignifiante), autant le fond de l’histoire met bien en exergue les difficultés de réintégration au Japon pour les repris de justice (on a un peu le même discours dans Noise de Tetsuya TSUITSUI). En tout cas le titre est très intéressant et sort un peu des sentiers battus. Alors en revanche le dessin est assez spécial et risque malheureusement d’en rebuter plus d’un (ainsi que le tarif, parce que le Lézard Noir, c’est quand même pas donné). Mais si vous avez l’occasion, je vous le conseille. 3 tomes actuellement au Japon, en cours

     

     

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #517544

    Zenkamono = Repris de justice, cher Kuro j’en ai parlé aussi, sur le topic des “Mangas Tranche de vie”. On peut si l’on veut l’appeler “manga culturel”, pourquoi pas, mais en tout cas je ne trouve pas qu’il mette l’accent sur une spécificité de la culture nippone. Comme je l’ai dit dans mon commentaire, le supérieur de Kayo Agawa est un équivalent de nos Juges d’Application des Peines, qui se consacrent à la réinsertion des ex-prisonniers, et Agawa plus directement sur le terrain a le rôle d’une de nos assistantes sociales, à part le statut non rémunéré. La réinsertion de l’ex-pêcheur n’est pas spécialement difficile, il est recruté comme guide commentateur en bateau pour touristes par un patron très compréhensif, qui de plus le complimente, mais un prétendu “ami” ne cesse de lui retourner le couteau dans la plaie (beau portrait de crapule !) et le retour de sa très équivoque ex-fiancée n’arrange rien. Un manga riche en psychologie où, tu as raison, la jeune Agawa semble bien immature, et s’en rend compte avec désespoir…
    J’étais content que cela ne finisse pas de façon déprimante.
    Il y aura donc d’autres volumes, bon à savoir, merci !

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #519385

    La diffusion ici des mangas culturels en cette reprise m’apparaissant comme un navrant désert, si l’on excepte la sortie du tome 18 de Golden Kamui, je suis allé me renseigner dans une excellente librairie de Paris, La Planète Dessin, 17 rue Littré. En effet, Komikku rue des Petits-Champs a dû fermer, hélas.
    On m’a très gentiment informé qu’Arte 10 est pour le 9 juillet, ainsi que le tome 2 Les Fleurs de la Mer Egée ; La Lanterne de Nyx tome 5 est pour le 19 août ; Le Tigre des Neiges tome 6 pour le 3 septembre ; et Isabella Bird tome 6 pour le 17 septembre.

    Akiko_12
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    akiko_12 le #519399

    <p>

    En effet, Komikku rue des Petits-Champs a dû fermer, hélas.

    Quoi ??! Noooooon ?! Ils se sont déplacés, ou fermeture définitive ? Je tombe des nues, j’y étais tout le temps fourrée !! o_O Sans compter qu’ils étaient libraires avant de se lancer dans l’édition (l’édition va-t-elle péricliter ?).</p>

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #519458

    Hé bien chère vamp(ire) Akiko, c’est en effet une désolation personnelle aussi. Dommage qu’on ne s’y soit pas croisés, je ne savais pas que tu y allais souvent, comme moi ! Je bavardais beaucoup sur les titres et sur la vie au Japon avec So-chan, dont le frère dirige les éditions Komikku ; la boutique a bien voulu mettre en rayon 3 exemplaires de mon roman à sa sortie en automne 2017. J’avoue avoir un peu forcé la main à un pote pour qu’il l’achète quand je l’ai amené à la boutique, finalement la vente des 3 a eu lieu. Tu n’as pas eu le temps de leur suggérer la même chose pour le tien, je le crains. So-chan m’a expliqué en février qu’ils fermaient définitivement boutique, coulés par l’énorme grève des transports et les samedis d’émeutes Gilets Jaunes. Leur chiffre d’affaire des fêtes équivalait au creux de vague de mi-août… Komikku veut désormais se recentrer sur la maison d’édition, pas non plus très en forme. So-chan se désolait de la déroute des derniers volumes du Chef de Nobunaga et de l’échec de Divçi Valka. A demi-mot je lui ai laissé entendre que ce dernier manga partait bien mais abusait largement ensuite du tringlage de gamines de 12 ans. On admet qu’en pleine guerre hussite l’héroïne se fasse violer dès le début, ça arrivait à coup sûr, mais après le volume 2 ou 3 j’ai lâché l’affaire vu la grande complaisance pédophile (et sadique) de l’auteur ! Plus directement j’ai plaidé coupable d’abandon de la fin du Chef de Nobunaga, car ses prouesses diplomatico-culinaires devenaient très répétitives et la narration incohérente (ses anciens amis des années 2000 aspirés comme lui en 1570, mais eux ont gardé leurs souvenirs et pas lui).
    C’étaient pourtant deux mangas culturels… pas très bien choisis.
    On en parle peu mais la grande débâcle économique qui va forcément nous frapper est due non seulement au blocage total du pays par la pandémie, mais aussi à la longue paralysie générale de TOUT à la fin de 2019 et au début 2020 et qui a coulé bien des commerces comme Komikku. Les autres nations n’ont pas été plombées par cela, elles.
    Désolé de cette allusion politique HS, mais je n’ai plus aucun espoir pour ce pays de cinglés.

    Akiko_12
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    akiko_12 le #519460

    <p>

    Hé bien chère vamp(ire) Akiko, c’est en effet une désolation personnelle aussi. Dommage qu’on ne s’y soit pas croisés, je ne savais pas que tu y allais souvent, comme moi ! Je bavardais beaucoup sur les titres et sur la vie au Japon avec So-chan, dont le frère dirige les éditions Komikku ; la boutique a bien voulu mettre en rayon 3 exemplaires de mon roman à sa sortie en automne 2017. J’avoue avoir un peu forcé la main à un pote pour qu’il l’achète quand je l’ai amené à la boutique, finalement la vente des 3 a eu lieu. Tu n’as pas eu le temps de leur suggérer la même chose pour le tien, je le crains. So-chan m’a expliqué en février qu’ils fermaient définitivement boutique, coulés par l’énorme grève des transports et les samedis d’émeutes Gilets Jaunes.

    Merci pour tous ces renseignements, Yupa ! Je suis en effet bien désolée d’apprendre tout ça. C’est vrai que le quartier est très passant pour les manifs, et n’était sûrement guère engageant le samedi vu les images d’émeutes… J’espère que Kioko, les restos japonais etc autour n’ont pas subis de dégradations. Sans compter que le loyer à Opéra/Pyramides doit être hyper élevé !!                                                                                                                                                                                                         Je n’y étais plus tant présente ces dernières années forcément, vu que je suis retournée dans ma région, mais j’aimais beaucoup cette librairie et j’ai en plus travaillé dans le quartier pendant deux ans. Autant dire que j’y achetais tous mes manga sur les pauses midi, alors ça fait un petit pincement au coeur ! Je comptais leur proposer mon livre en effet pour le baroud d’honneur, même si ça n’aurait pas pu forcément se faire : il aurait fallu qu’ils soient d’accord bien sûr, et que je sois moi-même OK avec leurs conditions. Disons en quelques mots que mes fantaisies éditoriales (le meilleur papier intérieur, le pelliculage spécial sur la couv et surtout les illustrations intérieures ^^) font que le livre coûte un certain prix en fabrication, sans compter que je me suis mise indépendante pour vivre de mes écrits – pour la rémunération déplorable des auteurs dans la chaîne classique, je renvoie à la Ligue des auteurs pro ou aux strips de Maliki. Bref quand on compte le coût de la Poste pour acheminer les ouvrages sur Paris, la commission libraire acceptable à mon niveau est de 20% max. Or, le librairies prennent en moyenne 35% sur le prix du livre… A négocier donc, et à voir si la personne aime suffisamment l’ouvrage pour le conseiller – si c’est pour le remiser dans un coin, c’est pas la peine. C’est pour ça que je privilégie largement ma boutique en ligne, ceci dit pour le côté sentimental, j’aurais apprécié avoir un “pied à terre” chez Komikku. Je suis bien triste d’apprendre leurs difficultés. 🙁                                                                                                                                                                                                        Quant à l’édition, je connais aussi les problématiques, et ça me paraît encore plus risqué que la librairie physique… A mon avis c’est un marché assez traître car ça engage sur des séries, qui doivent : 1) Trouver leur public avec le T1 en mode flash parmi TOUTE la masse de nouveautés, sans quoi ils n’ont plus la visibilité des présentoirs et sont remisés dans les rayonnages (autant dire que c’est mort, personne ne tombera plus dessus par hasard) – 2) Quand tu édites le T1 avec une vue réduite sur la suite de la série, tu ne sais pas si l’histoire sera aussi qualitative (comme tu le dis sur Divçi Valka), mais tu t’engages quand même à sortir toooooous les volumes (combien ?) par respect pour les quelques lecteurs. J’imagine même pas l’état d’esprit chaque fois que tu signes une facture pour la traduction, la correction, l’impression de Bide tome 14, Bide tome 15 etc, même si c’est pour un tirage ridicule à 500 ex, sachant que tu ne rentreras pas dans tes frais et que tes bouquins te resteront sur les bras…                                                                                                                                                                                                        J’espère pour eux qu’ils sauront rebondir avec des titres forts, pas facile quand tu as du Viz Media, du Ki-oon etc en  face ! Arte a bénéficié d’une adaptation animée, peut-être que ça boostera les ventes et que rattrapera les autres.                                                                                                                                                                                                       (Et sinon oui je suis une vampire mwahaha. Lisez OwaSera :D)</p>

    Cyril
    Participant
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    Cyril le #520027

    Plus directement j’ai plaidé coupable d’abandon de la fin du Chef de Nobunaga, car ses prouesses diplomatico-culinaires devenaient très répétitives et la narration incohérente (ses anciens amis des années 2000 aspirés comme lui en 1570, mais eux ont gardé leurs souvenirs et pas lui).

    Il y aura peut-être une explication à un moment ou à un autre, ça sera nécessaire en tout cas. Outre ce problème, on peut aussi se demander pourquoi il se souvient de certaines choses et pas d’autres. Ca peut encore passer pour la cuisine, qu’on peut considérer comme en partie instinctive ; mais pourquoi les connaissances historiques et pas sa vie passée.

    Ceci dit, je trouve que le manga reste intéressant, malgré certains aspects répétitifs. Le fait que Ken ait pu, à un moment, changer les événements historiques fait qu’on s’interroge sur la suite, d’autant plus qu’on n’est plus qu’à 4 ans de la mort attendue de Nobunaga ; les personnages historiques représentés, qu’en tant qu’occidental je connais assez peu, sont également intéressants et charismatiques, qu’ils soient détestables ou sympathiques. Cela maintient mon intérêt.

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Xanatos le #520060

    Désolé pour le hors sujet, mais j’écrit ce message pour te dire WELCOME BACK CYRIL !  😀

    Tu nous avais beaucoup manqué ! Je me souviens qu’après que l’équipe de Animeland ait renforcé la sécurité du forum (après l’invasion de ces abrutis de bots Chinois) tu n’arrivais plus à te reconnecter à cause de bugs techniques.

    Je suis content que tu sois parvenu à solutionner ce problème et je suis heureux de te revoir parmi nous ! 😀

     

20 sujets de 221 à 240 (sur un total de 275)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Members Currently Active: 0
No users are currently active
Membres en ligne pendant les dernières 24 heures : 9
veggie11, Mauser91, feanor-curufinwe, dekamaster2, geoff34, Lord-Yupa, Xanatos, Cami-sama, Cyril
Keymaster | Moderator | Participant | Spectator | Blocked
Additional Forum Statistics
Threads: 10, Posts: 165, Members: 47
Welcome to our newest member, benjma
Most users ever online was 8 on 6 June 2016 17 h 13 min