Les mangas comiques

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 58)

Posté dans : Manga & BD

  • Cyril
    Participant
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    Cyril le #289411

    Les mangas comiques ne sont pas les plus connus en France ni ceux qui ont le plus de succès. Pourtant, le choix est assez vaste, entre les classiques (Dr Slump, Uruseï Yatsura), les mangas axés sur la culture otaku (Keroro), les strips (Mes voisins les yamadas, Azumanga Daioh) et certains personnages, comme Lum ou Aralé, ont marqué les esprits. Les mangas récents ne semblent pas trop trouver leur public. Quelles sont les forces et les faiblesses de ce genre ?

    Les débuts des mangas comiques sont souvent très réussis grâce à des gags innovants et à la présentation successive de personnages et de situations tous plus débiles les uns que les autres : on apprécie ainsi, dans Keroro, de découvrir successivement de nouvelles grenandouilles. Ou bien de découvrir quelles inventions farfelues Doraemon va bien pouvoir présenter.

    Pourtant, sur le long terme, les mangas comiques faibliessent souvent. Pour quelles raisons ? La première à mon sens est que les mangas comiques jouent avant tout sur des gags de répétition. Les personnages n'évoluent ainsi guère, non seulement dans leur caractère mais aussi du point de vue de l'âge : on a ainsi l'impression de faire du sur-place et on se lasse, au boiut d'une dizaine ou d'une vingtaine de tomes, devant l'absence d'histoire et d'évolution. Les deux mangas comiques de Rumiko Takahashi en sont à mes yeux les meilleurs exemples alors qu'un Dr Slump, par exemple, parvient à éviter cet écueil – mais il a su s'arrêter au bout de 18 tomes.

    Bref (même si mon introduction ne l'a pas vraiment été), parlez sur ce sujet de vos mangas comiques préférés ou de ceux que vous n'aimez pas et expliquez pourquoi. Je ne parle pas de mangas d'aventure avec des aspects comiques importants, comme One Piece ou Dragon Ball mais de mangas principalement axés sur cet aspect (pour Ranma, par exemple, c'est limite alors qu'Urusei Yatsura rentre nettement dans ce cadre).

    Je commence avec un manga qui vient de commencer à paraître chez Kana. Comme souvent, les deux premiers tomes sont très réussis mais on peut craindre une dégradation vu que la série fait près de 30 tomes. Pourtant, quelques aspects de ces deux premiers tomes laissent penser que l'écueil pourrait être évité :

    Dans le monde, les personnes ayant des pouvoirs extra-sensoriels sont devenues presque monnaie courante. Selon leur puissance, elles sont classées sur une échelle de 1 à 7. Au Japon, seules 3 d'entre elles sont de niveau 7 et sont protégées et formées par Babel, une agence spécialisée dans les Espers (personnes possédant des pouvoirs extra-sensoriels) : Kaoru, dotée de pouvoirs psychokynésiques, Aoi qui possède de pouvoirs de téléportation ; et Shiho, qui détient des pouvoirs de psychométrie. Toutes trois sont supervisées Koïchi Minamoto, un génie de 20 ans qui a cependant bien du mal à les gérer et qui joue un peu le rôle de père et de grand frère. Car toutes trois, en plus d'être dotées de pouvoirs surpuissants, sont aussi de véritables petites pestes qui passent leur temps à le faire tourner en bourrique. Mais qui l'aiment bien aussi, malgré cela.

    Les gags fonctionnent bien grâce aux personnalités délurées des gamines, notammet Kaoru qui n'est pas sans éprouver quelques sentiments pour Koîchi et Shiho qui, sous ses airs de sainte-nitouche, passe son temps à lire dans ses pensées et à lui en prêter de peu avouables. Mais il y a un peu plus que ça dans ces premiers tomes, le manga laissant entrevoir un futur assez sombre si les fillettes se sentent rejetées et faisant apparaître les "gens normaux", une organisation qui cherche à éliminer les Espers. Ces éléments de scénario et la relation Koîchi-Kaoru sont pour l'instant très bien mis en scène et donnent envie de lire la suite.

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #289412

    Oui, je viens de repérer cette série à la Funaku !

    J'ai adoré Azumanga Daioh, Urusei Yatsura et Mes Voisins les Yamada !
    Très bonne idée de topic (les idées les plus simples sont souvent les meilleures)!

    Et là je fais une annonce : Tadaaah !! le tome 3 des Vacances de Jésus et Bouddha vient de sortir en français !

    Cyril
    Participant
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    Cyril le #289413

    Pour moi, Urusei Yatsura est la série comique qui a typiquement les défauts du genre – c'est vrai aussi pour Ranma, dans une moindre mesure. L'idée de départ est sympathique, les personnages sont amusants et attachants mais il n'y a pas d'histoire, pas ou presque pas d'évolution des personnages ni de résolution des enjeux, sauf dans le dernier volume et encore seulement partiellement et de façon sous-entendue.

    A contrario, j'aime beaucoup Azumanga Daioh : là aussi, il n'y a pas vraiment d'histoire mais il y a une évolution chronologique puisque la série se termine à la fin des années de lycée des héroïnes. Au delà des gags, on n'a donc pas l'impression de faire du surplace. Dans Urusei Yatsura comme dans Ranma, durant la quasi-quarantaine de tomes que comporte ces mangas en format "normal", je crois qu'on ne voit jamais les personnages changer de classe.

    Kuronoe
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Kuronoe le #289414

    Citation (Cyril @ 20/03/2012 05:27)
    Pour moi, Urusei Yatsura est la série comique qui a typiquement les défauts du genre – c'est vrai aussi pour Ranma, dans une moindre mesure. L'idée de départ est sympathique, les personnages sont amusants et attachants mais il n'y a pas d'histoire, pas ou presque pas d'évolution des personnages ni de résolution des enjeux, sauf dans le dernier volume et encore seulement partiellement et de façon sous-entendue.

    Oui et non, je t'accorde que ces deux séries traînent parfois en longueur et que Madame Takahashi a connu de grands passages à vide, toutefois, il y a une trame de fond et une progression dans les deux histoires, celle ci est noyée dans le flot de gags et de dérives … Quant à l'évolution des personnages, ce ne sont pas tant les persos qui évoluent que leurs relations et ces séries sont beaucoup plus riches qu'elles n'y paraissent à première vue ..

    Moi c'est Kimengumi qui m'a lassé à la fin, finalement trop d”humour tue l'humour et l'absurde à haute dose çà devient chiant, idem pour Bo Bobobo bobo bien pénible … Paraît que Gintama c'est bien et que çà tient la route sur le long terme, maintenant c'est une série confidentielle : pas évidente à trouver en boutique…

    Mais je plussoie avec l'idée de départ : l'humour pour raconter une histoire, notamment une romance, c'est génial, l'humour tout court, à très petite dose ok, à la limite le format one shot c'est bien …

    Cyril
    Participant
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    Cyril le #289415

    Citation (kuronoe @ 20/03/2012 18:50)
    Oui et non, je t'accorde que ces deux séries traînent parfois en longueur et que Madame Takahashi a connu de grands passages à vide, toutefois, il y a une trame de fond et une progression dans les deux histoires, celle ci est noyée dans le flot de gags et de dérives … Quant à l'évolution des personnages, ce ne sont pas tant les persos qui évoluent que leurs relations et ces séries sont beaucoup plus riches qu'elles n'y paraissent à première vue ..


    Je trouve que même les relations n'évoluent pas tant que ça : je parle de mémoire parce que ça fait assez longtemps que j'ai lu les tomes mais, par exemple, dans Urusei Yatsura, les relations entre les Mendô et les Mizunookoji n'évoluent pas vraiment et, pour la série, on retrouve globalement les mêmes gags au tome 1 ou au tome 17 sans que les relations n'évoluent.
    Le vrai changement ne se fait qu'au dernier tome et encore pas pour tous les personnages : Shinobu en profite le plus mais même pour Lum et Moroboshi, la fin m'a … laissé sur ma fin puisque celui-ci s'obstine à ne pas lui dire qu'il l'aime, même si on sait que c'est le cas. Takahashi ne concrétise jamais ses relations amoureuses, comme elle l'avait fait dans Maison Ikkoku (qui n'appartient pas au même genre) et comme elle le fera peut-être dans Inu Yasha (on est assez proche de la fin, je crois).
    Pour Ranma, j'ai un peu plus de souvenirs : le couple Akane-Ranma est un peu plus clair car tous deux avouent parfois leurs sentiments. Mais rarement en même temps et à chaque fois, cela ne débouche sur rien de concret. Même dans le dernier tome, leur mariage (qui foire) est organisé par leurs familles sans que ceux-ci (surtout Ranma) n'aient vraiment leur mot à dire : simplement, comme ils sont amoureux, ils acceptent. Je n'ai pas aimé cette fin, d'autant plus qu'elle concerne des lycéens et qu'il aurait été plus intéressant de voir le couple se former vraiment et se reconnaître comme un vrai couple d'amoureux. Un peu moins de non-dits et un peu pàlus d'explicite.
    C'est encore plus vrai pour les couples annexes qui se sont formés dans l'entourage des deux héros mais qui ne sont pas encore clairement concrétisés : c'est assez net pour Ukyô et Ryoga, chacun de leur côté mais, par exemple, on ne voit jamais Shampoo dire qu'elle en a marre des lois idiotes de son village et qu'elle aime Mousse. Je crois que la seule fois où on voit ses vrais sentiments, c'est avec l'histoire de la boucle qui les inverse. C'est léger. Et globalement, les autres relations ne débouchent sur rien non plus.

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #289416

    C'est très vrai, tout cela, Cyril, mais justement il faut tenir compte du fait que c'est aussi cela qui est comique : le ratage perpétuel de la communication amoureuse. Rien ne serait moins drôle qu'un duo de jeunes amoureux qui vivrait une romance réussie, même “à peu près” réussie.
    Dans Urusei Yatsura, l'évolution est surtout dans l'extension à de nouveaux personnages ou de nouvelles créatures, et dans l'approfondissement de leur psychologie (de dérangés mentaux, la plupart du temps 😛 !!).
    Il est possible que Rumiko Takahashi soit d'ailleurs, au fond, d'un noir pessimisme, ce ne sont pas les indices qui manquent ! et il y a un certain contraste entre ses très jolies héroïnes et son physique personnel… Alors, vague vengeance, dans l'échec perpétuel de l'amour ??

    Cyril
    Participant
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    Cyril le #289417

    Je suis d'accord sur le fait que le comique de répétition est souvent drôle. Mais à un moment, à force d'être répété, il finit par me lasser. Je ne reproche pas à Ranma et à Urusei Yatsura de ne pas créer de couples qui fonctionnent dès le début mais simplement qu'à la fin, dans le dernier volume, un certain nombre d'entre eux ne soient même pas établis et que d'autres enjeux ne soient pas résolus : je pense notamment à Ryonosuke qui veut s'habiller en fille et qui, sauf oubli de ma part, ne parvient jamais à s'habiller en fille à cause de son abruti de père. C'est marrant les premières fois, lourdingue à force d'être répété et non résolu.

    Quant aux nouveaux personnages dérangés, tu as raison de dire que Takahashi crée de nouveaux effets comiques en les introduisant : mais ce qui fonctionne bien au début du manga est moins efficace au fur et à mesure qu'on avance. Par exemple, dans Ranma 1/2, après la vingtaine de volumes, à part la mère de Ranma, je ne retiens plus vraiment de nouveaux personnages intéressants comme pouvaient l'être Happosaï, Shampoo ou Ukyo.

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #289418

    Les vacances de Jésus et Bouddha, vol. 3 :
    Celui-ci est très drôle aussi, voire plus que le vol. 2 !
    Les T-shirts de nos deux héros très cool valent à eux seuls le détour, surtout ceux de Jésus:
    – “Carpenter's Son”
    – “XII Apôtres”
    -“Samson & Dalila”
    -“L'homme qui vaut 30 pièces d'argent” 😃
    – “Poisson x 2 Pain x 5”
    Ceux de Bouddha sont moins parlants, et posent plus de problèmes aux adaptateurs (contexte trop éloigné de nos références). Je connais pourtant bien les thèses philosophiques du bouddhisme, mais ici on joue avec la “légende dorée” hagiographique accumulée sur la figure de l'Illuminé déifié, et sur les anecdotes préférées des Japonais sur lui.
    Mais ça reste très marrant :
    Le procès de Jésus s'est mal passé parce qu'il se retenait d'éclater de rire, à force de se dire “C'est une situation où je ne dois surtout pas rire”! et comme ça se voyait trop sur sa figure, cela a indisposé ses juges !
    Bouddha, par mortification, se laisse presser le bouton du front par une horde d'écoliers qui croient gagner des points à un jeu !
    Jésus, dans un site à sources chaudes, en fait jaillir une de Fanta glacé goût raisin !
    Bouddha, pour entraîner Jésus à un entretien d'embauche, met des lunettes de cadre recruteur et lui pose comme question : “D'après vous, pourquoi l'être humain souffre t-il ?”
    Et ainsi de suite, ce ne sont que quelques-uns des multiples gags et situations rocambolesques du volume !!

    Cyril
    Participant
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    Cyril le #289419

    Citation
    Le monde connaît une explosion de super-héros sans précédent. Shûto Katsuragi rêve d'en devenir un, même si tous ses camarades se moquent de sa petite taille. Sa vie bascule le jour où il est enlevé par une mystérieuse organisation criminelle. Trompé par ces malfaiteurs, Shûto se voit contraint de rejoindre leurs rangs. Caché sous le masque de Ratman, il va devoir accomplir les pires forfaits en leur nom ! Un nouveau genre de manga d'action et de super-héros est né !

    C'est encore un excellent manga que nous propose Kana. Si quelques thèmes un peu sérieux sont abordés, on est clairement dans un manga comique avec une parodie des comics de super héros et plus encore des sentaïs, avec Jackal, son organisation de super vilains, et ses sbires, les géniaux Jackys (j'y reviendrais). Les personnages rivalisent de looks et de réactions débiles comme le héros qui tombe régulièrement de Charybde en Scylla et finit dans un rôle exactement contraire à celui dont il rêvait. Les quiproquos sont légion grâce à la bêtise et aux réactions premier degré des personnages, comme lors de la rencontre entre notre héros et Rio, fille du dirigeant d'une entreprise de super héros. D'autres personnages, comme la sadique patronne de Jackal, sont également très drôles et quelques mystères sont évoqués, donnant envie de lire la suite.

    Le gros point fort de la série, pour moi, ce sont cependant des personnages secondaires, les sbires appelés Jackys et inspirés des sbires des méchants de sentaïs : comme eux, ils n'ont apparemment pas de personnalités, se retrouvent partout et nulle part à faire des gestes mécaniques sans jamais parler, ne se différencient pas entre eux, obéissent aux ordres. Mais l'auteur produit d'excellents passages comiques en les mettant à tout propos dans des situations incongrues et décalées :


    Le tome 2 est un cran en dessous du 1, peut-être à cause de la disparition de l'effet de surprise. Mais le tout reste malgré tout très fun et provoque de nombreux fous rires.

    Kuronoe
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Kuronoe le #289420

    ah, çà a l'air bon çà !!! merci du tuyau Cyril je vais essayer de me prendre le premier tome ce soir en rentrant, les parodies de toku, hormis Wingman, sont rarissimes en France, autant en profiter

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #289421

    Dans les bacs :
    Nekomura-san, volume 5 !
    Me suis jeté dessus, car c'est trop drôle, et fin, et sympa ! la petite chatte-femme de ménage soigne avec dévouement les maisons des humains, lesquels ne sont absolument pas surpris qu'elle parle, marche sur deux pattes, porte un tablier, fasse la cuisine et le thé, etc. 😂
    Dommage, 12,70 euros, c'est pas donné… [MadeIn].

    Cyril
    Participant
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    Cyril le #289422

    Un tome qui transforme avec brio l'essai des deux premiers. On retrouve toujours beaucoup d'humour grâce aux relations orageuses entre les espers et leurs mentors (Kôichi n'est pas le seul à en voir de toutes les couleurs ; mais il faut dire que l'autre l'a bien cherché), de nouveaux espers très intéressants et un bad guy mi-inquiétant, mi-manipulateur, mi-comique (oui, ça fait 3 moitiés), un peu à la Zeloss dans Slayers, qui va certainement jouer un grand rôle par la suite. Tous ces ingrédients sont habilement mélangés sans qu'aucun ne prenne trop le pas sur l'autre et la lecture du volume constitue une excellente détente.

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #289423

    A nous deux Paris, par J. P. Nishi.
    Certains manga font juste sourire, glousser, pouffer, mais celui-ci ! j'ai été lancé dans des rires francs et continus !
    C'est un mangaka qui débarque à Paris, et qui nous narre ses authentiques tribulations et ses cent étonnements. On ne sait pas exactement combien de temps il y vit, au moins une année entière, plus peut-être.
    Le problème des bisous, le cosmopolitisme, les petits pépins dans le métro, les décolletés féminins… des riens, mais extrêmement variés et drôles ! Nishi va de stupéfactions consternées en petits délires enthousiastes, de larmes d'échecs en "grandes" joies : "Je vais prendre un café avec une Française ! je n'ai plus rien à demander à la vie !"
    Le dessin, schématique mais efficace et vraiment amusant dans l'autodérision, contribue largement aux esclaffades.
    En fin de séjour, Nishi conclut que Paris est très beau et très sale, et que ce qu'il aime c'est précisément ce décalage.
    Juste au moment du départ, son ami Thomas lui demande : "Nishi ! t'aimes la France ? tu t'es mis à aimer Paris ?"
    Et lui de lancer avec la force d'un converti : "Oui ! je les aime !" Puis ajoute : "Non, attends un peu." Réfléchit. Puis, très calme, dit : "Je les aime bien."

    Les gens connaissant les Japonais de moins près que moi ne riront peut-être pas aussi fort. Mais ils en apprendront beaucoup sur eux ! et aussi sur nous.

    A noter les pages et l'interview de Nishi dans le dernier Animeland !

    Cyril
    Participant
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    Cyril le #289424

    C'est sorti chez quel éditeur ? Je jetterai un coup d'oeil, ton résumé étant assez intéressant.

    Tiens, dans la catégorie 'Japonais découvrant Paris et la France", j'avais beaucoup aimé It's your world chez Kana ; dommage qu'il n'y ait jamais eu de tome 2.

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #289425

    Citation (Cyril @ 18/05/2012 03:42)
    C'est sorti chez quel éditeur ? Je jetterai un coup d'oeil, ton résumé étant assez intéressant.

    Tiens, dans la catégorie 'Japonais découvrant Paris et la France”, j'avais beaucoup aimé It's your world chez Kana ; dommage qu'il n'y ait jamais eu de tome 2.

    C'est chez Philippe Picquier, un peu cher (14,90 euros) mais on ne regrette pas !

    Oui, Cyril, moi aussi j'ai bien aimé “It's your world”, cette famille japonaise qui vient vivre à Paris (en général 3 ans, à la suite d'une mutation provisoire à l'étranger du père, cadre de telle ou telle firme ; du moins pour les familles d'expats c'est le cas le plus fréquent).

    Jujusakura
    Membre
    • Offline
      • Padawan
      • ★★
    jujusakura le #289426

    ou alors…. school rumble!!! je ne sais pas si c'est un manga comique, mais très drole^^

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #289427

    Wah, la signature, Jujusakura !
    "School Rumble" a bonne réputation en effet, mais je ne suis pas trop les histoires du genre.

    Nekomura-san : Le tome 5 de la petite chatte de ménage est paru, et c'est souvent désopilant. A l'origine, l'auteure ne faisait qu'illustrer avec son personnage des pages d'un site internet, puis elle a été remarquée par un éditeur japonais, et une série manga en est issue.
    Le plus marrant, je trouve, c'est que Nekomura, qui marche sur deux pattes, parle, porte un tablier, et appartient à un groupe de travailleuses à domicile (toutes humaines) est perçue comme une chatte, certes, mais que cela ne semble guère qu'un peu original aux humains, et nullement extraordinaire.
    Ses gaffes viennent de sa méconnaissance de certaines moeurs humaines, et aussi de sa propension à vouloir rendre service à tout le monde.
    Employée d'une famille riche qui n'est pas plus heureuse pour autant, et plutôt moins (comme souvent), son influence à long terme semble pourtant bénéfique, c'est là toute l'adresse de la mangaka.
    Le dessin très simplifié est expressif et assez drôle dans le genre.
    Sympatoche, mais gros volumes un peu chers.

    Cyril
    Participant
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    Cyril le #289428

    Keima Katsuragi est un amateur de jeu de drague mais un amateur tellement doué qu'il est surnommé "le dieu tombeur" sur la toile et que ses avis sont considérés comme des oracles. Il vit dans son monde virtuel et ne s'intéresse absolument pas au monde réel, considéré comme imparfait. Un jour, cependant, Elsy, une démonne, lui tombe dessus : attirée par sa réputation, elle lui demande de l'aider à capturer des âmes en fuite cachées dans les failles des coeurs des jeunes filles. Seul problème : la maladroite Elsy n'a pas compris que Keima n'était un dieu tombeur que dans le monde réel. Et la mauvaise volonté de Keima ne va pas l'aider.

    Avec un tel sujet, Que sa volonté soit faite pourrait sombrer dans les écueils du fanservice ou du comique de répétition devenant assez rapidement lourdingue. Ce n'est pourtant pas le cas : si la plus grande partie des volumes est basée sur le même schéma (une jeune fille de laquelle il faut chasser l'âme en fuite), le manga développe aussi par intermittences une intrigue autour du monde des démons, des amitiés et rivalités qui s'y nouent et introduit progressivement des personnages récurrents.

    Les personnages utilisés sont aussi souvent variés et intéressants, bien que classiques : dans le tome 1, on trouve ainsi une sportive timide et une riche prétentieuse. Pas mal de clichés à la base mais avec une petite touche qui les rend amusants (les strips de fin de volume sont très réussis) et qui fait qu'on s'attache aux personnages.

    Mais le gros point positif, c'est le personnage principal : Keima, obligé bien malgré lui de participer à la quête des âmes en fuite, adapte ses stratégies de jeu de drague à la réalité, à la grande stupeur d'Elsy. Le voir progresser de façon si rationnelle dans la conquête des différents coeurs est souvent hilarant, d'autant plus qu'il multiplie les attitudes hautaines typiques d'un dieu, comme celles-ci dans la couverture du tome 8 :

    Keima garde un sale caractère, n'hésitant pas à envoyer paître les autres personnages, et notamment Elsy qui, par sa maladresse, est aussi très rigolote. J'aime aussi beaucoup la mère de Keima, ancienne loubarde et dotée d'un fort caractère – il faut dire que son fils n'est pas un cadeau. Les dessins assez simples et caricaturaux sont néanmoins jolis et mettent bien en valeur les caractéristiques des personnages. On tient donc un bon manga comique dont la qualité semble bien partie pour se maintenir dans la durée (18 tomes, série en cours au Japon.

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #289429

    Nous venons d'avoir en français le tome 4 des Vacances de Jésus et Bouddha !
    Je l'ai de suite acheté, car c'est vraiment très drôle à mon avis. Comme nous l'avions déjà remarqué ailleurs, un grand absent : Mahomet. Pas assez cool sans doute, ce Mecque…
    Au fait, absent, peut-être pas complètement : je me demande s'il n'y pas une allusion au Plus-que-Prophète dans les 3 premier tomes, faudrait que je les relise.

    Edit : après survol de mes volumes, non, je n'ai pas retrouvé l'unique case où il me semblait qu'on apercevait (vue d'ensemble des Grands Dieux du Ciel) Mahomet ou Allah auprès de Yahvé, de Confucius et de Jupiter… je confonds peut-être avec un autre manga.

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #289430

    Comme je suis un grand admirateur d'Azumanga Daioh, je viens de me procurer les 3 premiers tomes de Yotsuba, du même auteur.
    Assez décevant à mon avis ; un certain nombre de gags ne reposent que sur la "grande gueule" de la minuscule Yotsuba et sur sa naïveté, deux traits que l'auteur exagère, au point qu'on se demande parfois si elle n'est pas un peu tarée (ce qui coupe légèrement l'envie de rire…). Elle semble pouvoir faire tout ce qu'elle veut sans la moindre punition, d'ailleurs Ach Sen Lapin ferait bien de lire ce manga pour constater preuves à l'appui le laxisme très grand des parents japonais envers les enfants.
    Au bout de 3 tomes, elle finit par être un peu casse-pieds pour le lecteur, ses petites aventures très "tranches de vie" ne débouchant pas toujours sur une vraie chute amusante. Elle a pourtant un entourage assez drôle : le jeune père, traducteur à domicile (il a adopté Yotsuba, en fait) ; son meilleur ami Jumbo, immense gaillard amoureux d'Asagi et incapable de se déclarer ; la famille voisine, une mère et ses trois filles, Asagi, Fuka et Ena, constamment envahies par Yotsuba.
    Le tome 2 est le meilleur des trois. Toutefois si le 4 n'est à nouveau pas terrible, je vais sans doute laisser tomber.

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 58)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Members Currently Active: 1
Xanatos
Membres en ligne pendant les dernières 24 heures : 9
Xanatos, Cami-sama, geoff34, Lord-Yupa, veggie11, Cyril, dekamaster2, feanor-curufinwe, Sotelo
Keymaster | Moderator | Participant | Spectator | Blocked
Additional Forum Statistics
Threads: 10, Posts: 165, Members: 47
Welcome to our newest member, benjma
Most users ever online was 8 on 6 June 2016 17 h 13 min