Tintin

5 sujets de 181 à 185 (sur un total de 185)

Posté dans : Manga & BD

  • Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Xanatos le #524111

    Ah oui le fameux chinois qui avait sauvé la vie de Tintin en sautant sur lui en empêchant qu’il soit mitraillé par des gangsters.

    Le passage où il dit “Lao Tseu a dit: il faut trouver la voie. Je vais donc vous couper la tête !” était aussi drôle qu’angoissant. En revanche, comme tu dis, on ne pouvait qu’éprouver de la compassion envers la famille du malheureux, éplorée de voir que celui-ci est devenu complètement fou à cause d’une substance qu’on lui a administré à son insu.

    Et la fin était en effet émouvante où il put être guéri et, ému aux larmes, il remercia Tintin à son tour de l’avoir sauvé et de lui avoir rendu la raison.

    C’était aussi un album clé car Tintin y découvrit la véritable nature de l’infâme Rastatopoulos, qui, contrairement aux apparences, n’avait rien d’un gentleman bienveillant mais est en fait une sinistre crapule sans aucun scrupules.

    Veggie11
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Veggie11 le #524115

    On ne sait pas à quel point Zhang Chongren a influencé Hergé sur le parti-pris politique, le côté pro-chinois est évident (du moins dans la première version). Après, est-ce qu’Hergé avait vraiment conscience des enjeux à l’époque ? Je pense qu’il a surtout écouté son nouvel ami et qu’il trouvait intéressant de revenir sur les clichés sur la Chine, sans forcément nuancer. Les pieds bandés étaient sans doute un sujet tabou dans les années 30, depuis son interdiction après la chute de la monarchie, et au lieu de dire ”C’était surtout valable pour les femmes de la Haute-société”, il a laissé entendre que ce n’était pas vrai. Mais pour moi, j’ai toujours interprété cette case ainsi : ”Ce n’est pas une tradition présente partout dans la société chinoise”.

    Je connais mal l’Histoire de la Chine, donc je ne me prononcerai pas sur les relations Chine/Japon. Je connais mieux les relations Russie/Japon et d’ailleurs pour revenir dessus, j’ai fait beaucoup de recherches sur ce que tu avançais quelques années auparavant, comme quoi c’était la Russie qui avait attaqué le Japon et non l’inverse. Je n’ai rien trouvé du tout, même dans des ouvrages récents. Je vais finir par croire qu’il s’agissait plutôt d’une propagande japonaise d’époque, ne serait-ce pas plus logique ?

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #524137

    Je connais mal l’Histoire de la Chine, donc je ne me prononcerai pas sur les relations Chine/Japon. Je connais mieux les relations Russie/Japon et d’ailleurs pour revenir dessus, j’ai fait beaucoup de recherches sur ce que tu avançais quelques années auparavant, comme quoi c’était la Russie qui avait attaqué le Japon et non l’inverse. Je n’ai rien trouvé du tout, même dans des ouvrages récents. Je vais finir par croire qu’il s’agissait plutôt d’une propagande japonaise d’époque, ne serait-ce pas plus logique ?

    Houlà, chère Veggie, on ne va pas se lancer sur cette polémique, et ce serait HS, mais sois bien sûre que je n’invente rien ; documente-toi sur la compagnie russo-nippone d’exploitation des forêts du Yalou, d’où est parti le conflit. Tu ne peux ignorer que De Witte avait conseillé l’agression, que tout le monde croyait aisément victorieuse, à Nicolas II, qui haïssait les Japonais depuis sa blessure par un samouraï ; avant l’attaque de Port-Arthur, d’abord une armée russe de près de cent mille hommes avait franchi la frontière du Yalou. La Corée étant alors un protectorat du Japon, celui-ci était obligé soit d’entrer en guerre, soit d’abandonner ce pays aux Russes…
    Bref, pour en revenir au “Lotus Bleu” d’Hergé, il se peut en effet que les pieds bandés aient été interdits en Chine dès 1911, je n’ai pas cherché sur ce point. Ce qui justifierait pleinement Hergé ironisant sur un cliché dépassé. En tout cas ils le furent par Mao et le PCC en 1949. En 1911, comme le prouvent les photos d’époque, la République chinoise obligea les hommes à se couper la natte, car elle avait été imposée par la dynastie mandchoue ; je n’ai pas chez moi l’album, mais je me demande s’il ne montre pas les Chinois encore nattés ?
    Tiens, Xanatos, j’avais oublié le seppuku de Mitsuhirato emprisonné. Ce qui le rachète un peu de ses crimes.

    Veggie11
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Veggie11 le #524139

    Je suis tout à fait consciente que ça n’a pas grand-chose à voir avec ”Le Lotus Bleu”, je faisais surtout lien avec la remise en question de l’Histoire officielle. J’ai commencé à lire sur cette histoire de ”Forêt de Yalou / Fleuve de Yalou”, pour ce que je comprends il y eut déjà des tensions Japon / Russie bien avant, que je connaissais déjà pour certaines. Par contre, officiellement, le début de la guerre reste l’attaque de la flotte le 8 février 1904, et là il est noté partout que ce sont bien les Japonais qui ont attaqué en premier. Dois-on changer maintenant le début officiel parce que des tensions ont existé avant ? Ca me paraît étrange.

     

    Pour revenir au sujet, non les Chinois n’ont absolument pas la natte. Là à nouveau Hergé s’en moque en ridiculisant les Dupond/t habillés à ”l’ancienne” avec des tenues de théâtre, une fausse natte et tenant toujours un éventail. Concernant les pieds bandés, on peut lire ici qu’en 1912, la République populaire de Chine interdit la pratique, même si elle a persisté de manière clandestine. https://transformationsphysiques.wordpress.com/raisons-culturelles/pieds-bande-en-chine/presentation/

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #525968

    Vol 714 pour Sydney fut l’avant-dernier album publié de la saga “Tintin”, en 1968. Je l’ai trouvé gratos dans un Cabane à Livres, et j’ai donc eu une petite envie de le relire.
    Le titre est assez étrange, car c’est là le nom du vol que nos héros… ne prendront pas, sauf à la dernière case ! Par un concours de circonstances en effet, Carreidas va les embarquer dans son jet privé, qui va être détourné sur la petite île ignorée des cartes de Pulau-Pulau Bompa dans la Mer des Célèbes. Auparavant, le capitaine, toujours émotif, s’apitoie sur un type prostré aux allures de pauvre hère déprimé et enrhumé (le dictatorial et insupportable milliardaire  Carreidas) et lui glisse en cachette un billet de 5 dollars. Hergé en profite pour épingler la bonté rousseauiste, si pleine de vanité secrète en réalité (monologue intérieur de Haddock qui fantasme les remerciements extasiés du déshérité et son “modeste” refus des compliments !). Evidemment désarroi du capitaine mis en présence de Carreidas ! Tournesol est moins drôle avec les éternels gags sur sa surdité, que l’on croyait pourtant appareillée depuis le voyage dans la Lune.

    Hilarant concours de salopards-nés entre Rastapopoulos et Carreidas, tous deux drogués par un sérum de vérité dont le seul résultat est de leur faire confesser toutes leurs turpitudes depuis l’enfance ! Carreidas révèle que son grand-père n’était qu’un “humble sucreur de rahat-loukoum à Erzeroum” ; donc ce très antipathique bonhomme serait arménien ; et comme Rastapopoulos commença par être dans les années 40 un juif typique des caricatures pro-nazies, c’est un duo un peu gênant (“rastaquouère” est une vieille injure raciste ciblant les émigrés “levantins” supposés sournois, cupides et implacables en affaires ; le terme “rasta” a complètement changé de sens depuis Bo Marley). Heureusement dans les années 50 et 60 Hergé a fourni bon nombre de preuves d’antiracisme…

    C’est adroitement qu’il introduit le message télépathique qui va permettre aux héros d’échapper à la traque des malfrats. Cependant, qu’Ezdanitoff ait compris le traquenard sur l’île et surtout dans quel camp se ranger reste un peu gros. Hergé règle ici un compte définitif à Rastapopoulos, Allan et aux trois autres crapules sans les tuer : embarqués “pour l’infini et au-delà”!

    L’album est de 1968, sans doute écrit en 1967 et marqué par la fascination pour le cosmos de ces années 60 ; il nous paraît bien daté en tant que récit “réaliste” car nous prenons conscience des incommensurables distances hors de notre système désert, et de la survie quasi-impossible de voyageurs interstellaires.

    Le dernier “Tintin”, sur les Picaros reflète lui la mode “Che Guevara” des années 70. Mais avec un final très désabusé : les révolutionnaires victorieux se promènent armés, indifférents aux miséreux qui les regardent…

5 sujets de 181 à 185 (sur un total de 185)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Members Currently Active: 0
No users are currently active
Membres en ligne pendant les dernières 24 heures : 5
Xanatos, feanor-curufinwe, geoff34, Lord-Yupa, veggie11
Keymaster | Moderator | Participant | Spectator | Blocked
Additional Forum Statistics
Threads: 10, Posts: 166, Members: 47
Welcome to our newest member, Kabuto
Most users ever online was 8 on 6 June 2016 17 h 13 min