Le topic des manga retro

11 sujets de 61 à 71 (sur un total de 71)

Posté dans : Manga & BD

  • Arachnee
    Participant
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    Arachnée le #288554

    “Ace o Nerae!” ça serait le pied!!! 😍 Dommage que “Glass no Kamen” ne soit pas dans la liste… Mais je ne perds pas l'espoir, on l'aura… un jour! 😛

    Veggie11
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Veggie11 le #288555

    Hélas Black Box a déjà reçu une question similaire concernant Glass no Kamen et ils ont répondu que ce serait beaucoup trop compliqué à mettre en place à cause du grand nombre de tomes… 😢

    Cyril
    Participant
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    Cyril le #288556

    Les titres qui m'intéressent dans cette liste sont les Go Nagaï, Lupin et Mister Ajikko.

    Veggie11
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Veggie11 le #506647

    Voilà bien longtemps que je n’avais plus parlé de mangas rétro ! :O Pourtant depuis 2016 je m’y suis beaucoup intéressée, notamment pour la période 1960-1970. J’ai ainsi pu découvrir ”Ao no Rokugo” (qui donnera en 1998 les OAV ”Blue Submarine n°6) et ”Submarine 707”, 2 titres cultes de Satoru Ozawa, un auteur réputé pour ses récits maritimes durant les années 60, ”Area 88” (connu pour son adaptation TV chez Dybex), la seule BD sur l’aviation qui m’ait touchée, ”Terra e” de Keiko Takemiya, monument de SF totalement inédit en français (même en animation alors qu’il existe 2 adaptations tout de même), ”Haikara-san ga tôru”, version manga du peu connu ”Marc et Marie” (diffusé très confidentiellement vers 1995 et dont un remake est en cours sous forme de films), ”Zero-sen no Hayato”, un titre sur un jeune pilote de zero durant la 2e guerre (son auteur s’est ”spécialisé” dans ce type de récit durant les années 60), ”Kôya no shônen Isamu”, connu chez nous avec son adaptation animée ”Willie Boy” (et autant dire que le western en manga est beaucoup trop rare), le monument ”Kyojin no Hoshi”, scénarisé par le même scénariste que pour ”Ashita no Joe” (Ikki Kajiwara”), ”Les Grandes gueules” de notre Rumiko Takahashi adorée…

     

    Et là je tente enfin l’intégrale de ”Gen d’Hiroshima” (même si j’avais déjà acheté les 2 éditions précédentes et interrompues de 1983 et 1990), un titre que j’ai souvent feuilleté à la sauvette en librairie à la FNUCK, hésitant toujours de l’acheter à cause du prix (comme pour Akira d’ailleurs). Mine de rien, 46 ans après sa première parution, le titre garde toutes ses forces.

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #506695

    ”Terra e” de Keiko Takemiya, monument de SF totalement inédit en français (même en animation alors qu’il existe 2 adaptations tout de même)… ”Zero-sen no Hayato”, un titre sur un jeune pilote de zero durant la 2e guerre (son auteur s’est ”spécialisé” dans ce type de récit durant les années 60).

    Et là je tente enfin l’intégrale de ”Gen d’Hiroshima” (même si j’avais déjà acheté les 2 éditions précédentes et interrompues de 1983 et 1990), un titre que j’ai souvent feuilleté à la sauvette en librairie à la FNUCK, hésitant toujours de l’acheter à cause du prix (comme pour Akira d’ailleurs). Mine de rien, 46 ans après sa première parution, le titre garde toutes ses forces.

    De mon tout premier séjour au Japon j’avais rapporté pas mal de mangas stupéfiants pour l’époque et totalement inconnus en Europe, à peine aux USA. Entre autres Terra e de Keiko Takemiya, un gros album avec bio et photos de l’auteure. L’ami japonais qui m’avait invité à venir découvrir le pays m’avait donné de la même mangaka la série Kaze to Ki no Uta, mais par la suite je m’en suis débarrassée en la refourguant à Stéphane Ferrand pour ses archives. En France, se faire pincer avec ça vous met en taule pour pédophilie même s’il ne vous est jamais venu à l’esprit de tripoter des gamins. Bientôt il suffira d’avoir dans sa bibliothèque “Les Chants de Maldoror”, “Les Fleurs du Mal” ou “Alice in Wonderland” illustré des photos de Lewis Carroll pour se faire coffrer. Régression, quand tu nous tiens !!
    Gen d’Hiroshima ne m’a jamais attiré, car d’une part le dessin me semble très disgracieux, et d’autre part je crains beaucoup le dada japonais sur la Seconde Guerre Mondiale, montrant force souffrances et bombardements sans jamais dire pourquoi, genre Le Tombeau des lucioles. Dans un recoin de ce monde y échappe légèrement, par un court passage où l’on sent que l’héroïne risque très gros par la police militaire du régime, mais ça passe bien vite…

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #506696

    De toute façon chère Veggie, tu as raison de faire ce que je n’ai pas tenté, à savoir lire ce “classique” Gen d’Hiroshima. J’ai entendu parler en bien d’Area 88, sans m’y essayer.
    Pour préciser, c’est en 1980 que je fis ce mémorable premier séjour d’un mois au Japon. Quelle claque ! Le journal que je lisais alors par devoir d’étudiant en fin d’études (“Le Monde” pour ne pas le nommer) m’avait décrit le Japon comme un enfer du travailleur, un plagiat complet des Etats-Unis “capitalistes” en pire encore et où l'”américanisation” atteignait des sommets de vulgarité et de sauvagerie. Or une fois là-bas je ne me suis absolument pas senti aux Etats-Unis, rien de ce pays ne m’ayant été décrit en fait.

    Veggie11
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Veggie11 le #506698

    Hé bien non Yupa, Gen c’est pas ça. C’est un pamphlet violent contre la guerre, contre l’armée, contre les responsables militaires (Japonais et Américains compris), contre les exactions commis par l’armée japonaise, contre la mafia qui prend le pouvoir en profitant de la misère. Mais c’est aussi un grand message d’espoir, un témoignage sur la survie et sur l’entre-aide. C’est drôle, je n’aurais pas pensé que Gen puisse laisser sous-entendre qu’il s’agirait d’un parti-pris; certes, c’est autobiographique (en partie), mais ce manga est justement réputé pour ne pas uniquement s’apitoyer sur les pauvres victimes d’Hiroshima. Ce qui est montré du doigt, c’est bien la guerre qui a conduit à ce crime et à ce désastre atomique. L’empereur lui-même est traité de criminel de guerre. Un manga qui ose traiter ainsi l’empereur Hiro Hito alors qu’il était toujours au pouvoir n’est pas du genre à traiter le sujet de manière superficielle.

     

    Je n’ai pas vu le film ”Dans un recoin de ce monde”, j’ai lu son manga original dessiné par une femme dont la grand-mère vécut à l’époque à Hiroshima. Elle a d’ailleurs dessiné d’autres mangas sur ce thème, peut-être qu’elle ne parle pas forcément de politique dans ses œuvres, pour plus se concentrer sur le quotidien des habitants après la bombe, ça n’empêche pas que ce ne sont pas des mangas qui prennent un parti-pris nauséabond. Peut-être que c’est le cas pour le film, en tout cas pour le manga ce n’est pas le cas.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 an et 8 mois par Veggie11 Veggie11.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 an et 8 mois par Veggie11 Veggie11.
    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #506708

    Ah, tu me rassures sur Gen, Veggie ! En effet, accuser l’empereur aussi durement et directement est assez rare dans les mangas sur la WWII. J’en ai peu lu, mais Leiji Matsumoto est un des auteurs qui n’ont pas un boeuf sur la langue à propos des crimes de guerre nippons. D’autres en revanche dénoncent très volontiers les horreurs subie par le Japon en maniant l’amnésie sur les causes des bombardements, ce qui n’est guère honnête, voire tendancieux. C’est surtout je crois Le Tombeau des Lucioles qui à mon souvenir non seulement écarte tout regard un peu général sur la guerre, mais montre l’armée sous un jour de bienveillance dévouée envers la population. Non que ce soit forcément faux bien sûr, mais son rôle répressif n’était pas niable. Osamu Tezuka fut lui très virulent dans Histoire des trois Adolf.
    Le film Dans un recoin de ce monde comme je l’ai dit malgré sa beauté visuelle et narrative reste très peu critique sur le régime que subissait la population. On a comparé ce régime au franquisme ou au fascisme mussolinien bien davantage qu’au nazisme, mais bon.

    Veggie11
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Veggie11 le #506726

    J’irai même jusqu’à dire que ”Gen” est pour le moment la seule BD (toutes nationalités confondues), avec ”The Cockpit” de Leiji Matsumoto, qui ose dire ce qu’il pense à propos de la 2e guerre et qui ne mâche pas ses mots sur tout le monde, peu importe leur nationalité. Je n’ai pas retrouvé ce parti-pris dans la BD occidentale. Bien sûr il y a l’incontournable ”Maus” (que j’ai lu), mais même ”Maus” garde un parti-pris des Juifs – souris victimes des méchants Nazis – chats. On a envie que l’auteur remette ce schéma en question à certains moments, mais il ne le fait pas. Sans doute le fait que ce soit un fils qui retranscrit le témoignage de son père y est pour quelque chose. La Shoah est mieux présentée dans des récits littéraires ou des films.

     

    Pour ”Le Tombeau des lucioles”, ce film est montré du point de vue d’un gamin de 14 ans (je ne parle même pas de Setsuko qui en a 4), il voit les événements avec son regard de jeune adolescent baigné dans la propagande et qui constate que la guerre n’est pas belle, qu’elle amène la famine et donc la mort de sa sœur. Ce n’est qu’une partie de la guerre, c’est pour ça qu’à mon avis pour un même sujet, il vaut mieux lire ou regarder différentes œuvres et voir ce que chacune amène ou comment chacune présente le sujet. Je fais exactement la même chose pour les biographies et études historiques, tant un auteur peut avoir un avis totalement différent sur un sujet et donc une analyse différente.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 an et 8 mois par Veggie11 Veggie11.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 an et 8 mois par Veggie11 Veggie11.
    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #508135

    Candy, ça vous dit quelque chose ?
    Bon, quand on le voyait dans le Club Dorothée, j’étais déjà bien trop peu ambigu et trop dépourvu d’esprit trans pour être fasciné par la série, mais elle eut le mérite d’apporter aux filles ce que l’animé d’Occident ne leur apportait en rien en son ambiance profondément macho : le souci d’elles-mêmes.
    A Kurashiki, pas loin d’Okayama où je séjourne, il existe un Musée Yumiko Igarashi, entièrement consacré à la créatrice de “Candy”. Il est possible de s’y costumer en “princesse” selon les critères plutôt sucrés de la thématique. C’est sans doute pourquoi en y arrivant (attention, pas très facile à trouver) j’ai constaté avec surprise qu’il s’agissait d’un café, rose bonbon et décoré de plein de petits coeurs, et qu’en y entrant, au fond on découvrait un ou deux clients, dont un travelo un peu gras-double et mûr à ample perruque blonde frisottée. Je n’ai absolument rien contre, mais à un certain âge, les gens devraient avoir développé un sens de ce qui est gracieux et de ce qui ne l’est plus. C’est assez cher (600 yen) quand on ne vient comme moi que pour l’art de la mangaka et un étage consacré à plusieurs autres… Certes on a des dessins originaux remarquables de noms réputés, surtout Osamu Tezuka, mais à part cela peu de noms que je connaissais, à ma grande honte pour certains.
    Des photos nous montraient la mangaka elle-même, laquelle a consacré plusieurs belles illustrations à la ville de Kurashiki lui ayant offert ce lieu. En fait le café n’est que l’antichambre du musée, sur la droite.
    Les yeux immenses des héroïnes de Igarashi restent frappants, et son art mièvre à un point qui atteint une sorte de sublime dans l’excès même. Je n’en fais pas mes choux gras, mais je tire mon chapeau, vers 1970, fallait l’oser ! C’était top !

    Veggie11
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Veggie11 le #524031

    Le jeune éditeur naBan a annoncé la sortie prochaine de ”Destination Terra”, la traduction française du ”Terra e” de Keiko Takemiya. Il s’agira du premier manga édité en français de cette mangaka renommée au Japon pour ses titres de SF et shônen-aï. La fan de Takemiya que je suis se réjouit déjà de soutenir ce petit chef-d’œuvre, même si le titre en VO figure déjà dans ma bibliothèque. J’ai également vu en 2016 le film de 1981 et la série de 2007, avec une large préférence pour la série animée. Le film est plutôt une petite curiosité d’époque pour les fans de rétro.

    L’histoire de ”Terra e” se passe dans un futur lointain où les enfants ne sont plus conçus naturellement, mais dans des centres de recherche, à la manière du terrifiant ”Le meilleur des mondes” d’Aldous Huxley. Une fois l’âge de 14 ans atteint, ils doivent quitter l’école et se préparer à une formation étatique censée les rendre dociles et travailleurs.

11 sujets de 61 à 71 (sur un total de 71)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Members Currently Active: 1
veggie11
Membres en ligne pendant les dernières 24 heures : 7
veggie11, feanor-curufinwe, Xanatos, geoff34, Cami-sama, Mauser91, dekamaster2
Keymaster | Moderator | Participant | Spectator | Blocked
Additional Forum Statistics
Threads: 10, Posts: 165, Members: 47
Welcome to our newest member, valeriadelacabada5
Most users ever online was 8 on 6 June 2016 17 h 13 min