Ces séries qui ne sont pas animées…sinon de bonnes intentions.

20 sujets de 1,361 à 1,380 (sur un total de 1,387)

Posté dans : Délire & Divers

  • Geoff34
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    geoff34 le #508033

    Amazon Prime Video propose la série Seinfeld, je ne connaissais de nom et j’avais certaines personne fan de la série, à défaut d’avoir connu la série à son époque, je découvre, et surprise, on sent que les comédiens de la VF avait déjà doublé dans des série animé diffusé au Club Dorothée à l’époque, ça sent clairement le doublage SOFI, retrouvé Jean-Claude Montalban, Philippe Ogouz et Jean-François Kopf dans le registre sitcom comique est particulier.

    Akiko_12
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    akiko_12 le #508051

    J’aime beaucoup Legion, mais quand même, des fois tu te dis que les scénaristes fument de la bonne ! 😆
    C’est pas toujours facile de suivre l’histoire, mais étonnamment ça reste toujours prenant. Peut-être parce qu’il n’y a qu’une huitaine d’épisodes par saison, et que la réalisation est très classe. Rien que le fait de jouer sur les valeurs de cadre, c’est superbe !
    Par contre, j’ai pas rêvé, ils ont passé un extrait du premier épisode de The Shield dans l’épisode de la semaine dernière ? Quel rapport avec la série ? Je suis largué là…

    Ah, je saurai pas te dire ! Pour l’instant, je n’ai vu que la saison 1. Je pensais enchaîner sur le reste et rattraper la diff US, mais finalement je pars demain pour quelques jours de vacances… Et puis, c’est une série tellement atypique qu’il serait dommage de l’engloutir trop vite, en fait. On n’en voit pas tous les jours, des OVNI comme ça ! 😀

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #508056

    Heureusement que je n’ai rien révélé sur l’intrigue en cours alors ! 😀
    Mais je devrais relire les résumés des saisons précédentes, parce que je suis un peu largué sur certains perso…

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Xanatos le #508267

    Le légendaire Kevin Conroy, le comédien qui a interprété avec tant de talent Batman depuis Batman the Animated Series et dans de nombreuses oeuvres d’animation ainsi que quelques jeux vidéos cultes ( Batman: Arkham Asylum entre autres !) interprétera un Bruce Wayne/Batman âgé dans le cross over Crisis on Infinite Earths qui touchera toutes les séries live de super héros de DC produites par CW !

    Arrowverse : Kevin Conroy est Batman + Black Lightning au casting de ‘Crisis on Infinite Earths’ !

     

     

    Il serait sympa qu’il soit doublé par Richard Darbois en VF, mais je n’y crois guère.

    Enfin bref, vivement ce cross over ! 😉

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #508269

    Beaucoup d’info sur ce crossover qui promet d’être intéressant, en effet ! On parle aussi de Mark Hamill qui jouerait le rôle du Joker (ça reste une rumeur pour l’instant, mais Mark Hamill ayant participé à deux épisodes de Flash, pourquoi pas ?). En revanche, Burt Ward (Robin dans la série Batman ’66) est annoncé de manière officielle. Brandon Routh jouera un Superman version Kingdom Come (il est en séance de muscu depuis un mois).
    Au passage, le scénario sera co-écrit par Marv Wolfman en personne (l’auteur du comic d’origine Crisis on Infinite Earths).

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Xanatos le #508270

    Excellente nouvelle si Marc Wolfman participe à l’écriture de l’adaptation live de son histoire culte ! 😀

    Crisis on Infinite Earths étant à ce jour le meilleur récit cross over que je n’ai jamais lu dans des comics de super héros à ce jour: pas étonnant que cette histoire de Marc Wolfman et George Pérez soit devenu culte.

    Cela me fait penser à Batman the Animated <b>Séries</b>: Denny O’Neil, le créateur de Ra’s Al Ghul a écrit le double épisode La Quête du Démon adaptant l’histoire qu’il avait originellement crée avec Neal Adams. 🙂

     

    Batman Demon's Quest

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #508524

    Le 6 septembre, saison 2 de Titans ! 😀

    Geoff34
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    geoff34 le #508552

    https://media.giphy.com/media/2ALDsRipuShI8A3gXV/giphy.gif

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #508596

    Viens de finir la saison 3 de Stranger Things. Ça va sépaleurer bien sûr !

    C’est chiant d’avoir à attendre la moitié de la saison pour qu’il commence enfin à se passer quelque chose. Attendre les deux derniers épisodes pour que les potes soient réunis est pire encore. Et les frères Duffer ont l’air de s’être mis d’accord pour introduire une chieuse supplémentaire à chaque nouvelle saison. Nancy dans la première, Max dans la deuxième, Erica dans la troisième (elle était déjà dans la deuxième saison mais pas dans le groupe)…
    Pour la menace principale, j’ai beaucoup de mal à avaler qu’en pleine guerre froide des militaires et scientifiques russes puissent parvenir aussi facilement à s’infiltrer en plein territoire américain, se dissimuler sous un centre commercial, le tout avec l’aval d’un maire corrompu. Mais on va dire que c’est volontaire de la part de la production qui souhaite autant instaurer une atmosphère “années 80” en installant le spectateur dans le bain de l’époque (décors, mode, habitudes…) qu’en imitant les thèmes des films qui jouaient sur la propagande anti-russe (l’invasion des profanateurs de sépulture, par exemple) en montrant qu’ils étaient parmi nous !

    Cela dit, la seconde partie de la saison se rattrape et livre de bons moments. Et niveau perso, même s’il faut encore et toujours supporter Nancy, Max et Erica (et c’est parfois insupportable), on prend plaisir à en (re)découvrir d’autres, comme Robin, la vendeuse de glace, ou Billy, très malmené ici, du début à la fin, et vraiment touchant par moments. Aussi insupportable que sa soeur dans la saison précédente, il est bien mieux exploité cette fois.
    J’ai bien aimé la relation entre Hopper et Joyce, là aussi un bon cliché des années 80 dans son déroulement, mais les deux acteurs jouent bien le jeu, ça rend bien. Elfe et les garçons, quand ils sont ensemble (très tard dans la saison, bien trop tard), font tout le sel de la série. C’est eux qu’on aime voir, arrêtez de gonfler le groupe avec des perso chiants et pas aimables pour un sou. Si vous nous casez “Suzie-chou” la saison prochaine, pitié n’en faites pas une Max bis !

    Le point fort de cette série, et qui marche toujours aussi bien, c’est son traitement des enjeux. La série n’a pas peur de faire souffrir ses personnages, les morts s’empilent vite et sans concession. Les coups sont violents, les pouvoirs d’Elfe sont douloureux pour la jeune fille, des gens meurent devant les enfants, et pas forcément des inconnus. Chaque victoire en fin de saison s’accompagne de lourdes pertes. Et c’est sur ce point que le dernier épisode a touché une corde sensible chez moi. Hopper a laissé une lettre à sa fille que celle-ci finit par trouver après sa disparition. Il y parle des sentiments (à la base c’était pour inciter Elfe à y aller plus lentement avec Mike et laisser la porte de sa chambre légèrement ouverte), et du fait que la présence d’Elfe dans sa vie l’a fait sortir de la caverne dans laquelle il s’était enfermé en se coupant de tout sentiment.
    La scène de la lecture de cette lettre m’a servi de petit électrochoc. J’ai perdu ma petite soeur il y a quatre mois, et ceux qui ont connu ce genre de tragédie savent qu’on n’a pas le choix, on doit s’occuper continuellement parce que dès qu’on s’arrête on tombe très vite en dépression et ça ne fait de bien à personne, ni à soi ni à sa famille. Mais ça revient aussi à se fermer, et parfois le deuil n’est pas fait, même en ayant assisté à l’enterrement, même en ayant été à la morgue. Bref, je ne vais pas raconter ma vie non plus, ce genre de chose arrive tous les jours.
    Cette lettre écrite par Hopper est très juste, “quand tu ressens la douleur, c’est quelque chose de positif, ça signifie que tu es sortie de cette caverne”. Il faut parfois se laisser aller, c’est une bonne douleur.

    Une très bonne fin de saison, en définitive. Dommage qu’on doive attendre aussi longtemps pour avoir de quoi se mettre sous la dent et supporter des perso supplémentaires imbuvables (sauf Robin, Robin est bien, dégagez Nancy, Max et Erica et mettez-la à leur place, tout le monde y gagnera) quand dès la première saison on avait le groupe parfait.

    Et je vais bientôt commencer Pennyworth !

    Akiko_12
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    akiko_12 le #508763

    C’est chiant d’avoir à attendre la moitié de la saison pour qu’il commence enfin à se passer quelque chose.

    Zut, navrée que cette saison ne t’ait qu’à moitié plu !

    Je l’ai trouvé excellente pour ma part, et hyper addictive. Sortie le 4 juillet, et le 5, j’avais déjà tout englouti. 😆

    Et les frères Duffer ont l’air de s’être mis d’accord pour introduire une chieuse supplémentaire à chaque nouvelle saison. Nancy dans la première, Max dans la deuxième, Erica dans la troisième (elle était déjà dans la deuxième saison mais pas dans le groupe)…

    Je trouve ça hardcore la façon dont tu casses tous les persos féminins. 🙁

    Nancy n’est pas plus “introduite” que tous les autres persos dans la saison 1. C’est la saison 1, ils sont tous introduits. CQFD.
    Dans cette saison 3, elle entre dans le monde du travail et fait face à une floppée de connards mysogynes. On lui fait servir le café, on la douche de remarques et gestes sexistes, on la méprise alors qu’elle a raison sur toute la ligne. Nancy est courageuse, tenace, intuitive, combative, et elle a un sacré sang-froid. Personnellement j’aurais pété un câble bien avant. Un perso comme Selina Kyle aurait défenestré le boss. 😀
    J’ai beaucoup aimé la conversation entre Nancy et Karen, qui est bien la seule à comprendre ce que traverse sa fille et à reconnaître son courage. Il y a des mères qui montrent bien moins d’empathie. Du genre “Ouais, c’est difficile, j’ai connu ça aussi, mais ça ne m’a pas tuée. Donc tu vas aussi te plier au truc, parce qu’il n’y a pas de raison que j’en ai chié et pas toi.” Hélas c’est un mécanisme trèèèès répandu. En fiction, on peut voir ça par exemple dans Rebelle, où Elinor est la première à mettre un maximum de pression à Merida pour la faire entrer dans les clous.
    Au passage, j’ai trouvé Karen très courageuse aussi. Elle a certainement vécu les mêmes choses que Nancy, et elle s’est résolue à devenir la parfaite moyenne bourgeoise dédiée à foyer. Billy lui donne l’occasion de retrouver une sorte de liberté, de redevenir une femme avant d’être une mère. Mais après une forte tentation, Karen choisit finalement de s’abstenir pour sauvegarder l’équilibre familial. Elle fait (encore) preuve de beaucoup d’abnégation.

    Max : une chieuse ?
    Là aussi, il faudrait expliquer. Max a été catapultée dans le trou du c*l du monde. Elle n’a pas d’amis dans sa nouvelle école. Dans les cambrousses, tout le monde se connaît dès la maternelle, donc s’intégrer n’est pas chose évidente. En plus, elle est rousse. Rien que ça, et le fait d’être nouvelle, ce sont deux perches fabuleuses pour des moqueries. Maintenant, parlons de sa vie hors du cadre scolaire. Famille recomposée. Son père est violent. Son frère (qui n’est pas son frère de sang) a pour loisir n°1 de passer ses nerfs sur elle. Ambiance.
    Je ne sais pas comment c’était dans ton école, mais dans la mienne, comme en général à cet âge, les groupes d’amis étaient non mixtes. Les filles traînaient ensemble, et les garçons ensemble. Et si nous acceptions quelques éléments masculins avec nous, il n’y avait en revanche aucune fille acceptée dans un groupe de garçons. Barrière totale.
    C’est donc un exploit que Max parvienne finalement à s’intégrer à un groupe, des garçons qui plus est, même s’ils ont le réflexe premier de la tenir souvent à l’écart. Max est une super personne et elle mérite d’avoir des amis, ne serait-ce que pour la sortir un moment de sa VDM familiale.

    Erica : Bon, Erica est chiante, c’est vrai. 😆 Mais elle est aussi géniale.
    Elle est hyper intelligente, efficace, elle a de l’énergie et du répondant. Surtout, elle redonne ce brin de folie de l’enfance que notre bande de héros, devenus ados, ont perdu depuis la saison 1. Oui, je n’ai pas peur de le dire, ils m’ont ennuyée avec leurs histoires de coeur, en particulier Mike devenu con comme la lune. Je partageais la détresse de Will devant mon écran.
    L’équipe de Steve, Robin, Dustin et Erica est une bouffée d’air frais. Très bien équilibrée, des aventures rocambolesques, du danger et de la comédie. Erica participe à cette alchimie. Ce que j’ai aimé d’emblée dans Stranger Things, c’est cette dynamique de gosses qui vivent d’incroyables aventures. Malheureusement, on ne peut pas empêcher les enfants de grandir, comme dirait Hopper. On gagne autre chose, mais on perd le sel de base. Heureusement, Erica redonne un peu de jeunesse à l’ensemble. Et elle a tellement de personnalité qu’elle comble l’espace pour trois. Merci Erica. 😆

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #508792

    Je casse tous les perso féminins ? Vraiment ? J’ai pas souvenir d’avoir dit du mal d’Elfe, de Joyce ou de Robin, trois perso (qui se trouvent être féminins) que j’adore. :/

    Nancy envoie balader sa meilleure amie dans la saison 1 pour bien se faire voir auprès du beau gosse du lycée, résultat elle se fait tuer. Elle entraîne Jonathan dans son enquête dans la saison 3, au risque de perdre leur boulot, en sachant très bien qu’il a besoin de cet argent pour sa famille, contrairement à Nancy qui est une gosse de riches.
    Alors oui, être journaliste c’est son rêve, et cette saison elle se comporte bien mieux (les commentaires de ses supérieurs, elle passe au-dessus de ça et trace sa route, elle a un comportement de pro et pas d’enfant gâtée comme avant), mais elle reste désespérément vide, sans personnalité (tout ce qu’elle sait faire c’est prendre un air de chien battu) et s’arrange occasionnellement pour être chiante (la “scène de rupture” dans la voiture avec Jonathan qui n’a aucun sens). Et là, c’est moi qui vais faire mon chieur, mais avec son gabarit elle est vraiment la plus mauvaise candidate pour tenir un flingue de ce calibre à la fin de la saison. En vrai, elle tire une fois et avec le recul le pistolet lui rentre dans la tête. Bon, en fait c’est le cas pour n’importe lequel des perso ado. Ils auraient pu choisir un flingue plus léger. Et je vais pas faire jouer les citations (surtout parce qu’il faudrait que je revoie la saison pour ça), mais les scénaristes essaient de lui faire sortir des répliques chocs, mais c’est souvent ridicule (surtout dans une des scènes avec le flagelleur “en chair et en corps” dans l’hôpital, il me semble).

    Au passage, j’aurais aussi pu évoquer le comportement ultra caricatural des journalistes envers Nancy, mais bon, j’ai l’impression qu’on était là encore dans une parodie des films des années 80. Mais ça manquait tout de même de subtilité. Une des raisons qui font que je me suis bien emmerdé dans la première partie de la saison d’ailleurs.

    Ensuite Max.
    A quel moment dans la série Max est-elle emmerdée parce qu’elle est rousse ? Vraie question, parce que c’est jamais le cas dans la saison 3 et j’ai pas souvenir que ça lui arrive dans la saison 2.
    Ensuite, sur le fait qu’elle a une vie de merde. Pour rappel, Dustin et les autres garçons se font eux bien emmerder à l’école par des brutes dans la saison 1, c’est pas pour autant qu’ils se comportent comme des conards entre eux.
    Max aurait des difficultés à se faire des amis parce qu’elle est nouvelle ? J’ai plutôt l’impression que c’est justement parce qu’elle est imbuvable (et de souvenir c’est le cas dès les premières rencontres avec les garçons). Le peu d’amis qu’elle se fait elle les insulte et se moque constamment d’eux quand elle ne leur fait pas la leçon.
    Dans la saison 3 elle monte Elfe contre les garçons et Mike en particulier, et elle la persuade même de les espionner. Rien que le fait que le nez d’Elfe saigne à chaque fois qu’elle utilise ses pouvoirs devrait l’inquiéter, à défaut de la dissuader de les utiliser pour des futilités. C’est son amie, non ? Mais rien de tout ça.
    Quand Mike lui demande de ne pas forcer, c’est lui qui passe pour un salaud, parce qu’il s’inquiète pour sa santé, et Max en fait une cause du MLF.
    Et avoir une vie de merde, ça ne justifie aucunement de se comporter comme un con avec ses amis et d’être insupportable. Des perso de fiction qui ont aussi une vie de merde comme Trunks ou Tara (dans Buffy) sont mille fois plus appréciables que ceux du genre de Sasuke ou Max.
    C’est soit dû à une mauvaise écriture, soit intentionnel de la part des auteurs, et honnêtement je ne sais pas quelle option est préférable (un problème qu’on trouve dans de plus en plus d’oeuvres de fiction américaines ces temps-ci d’ailleurs).

    Bref, je le maintiens, si la saison prochaine Nancy, Max et Erica sont remplacées par Robin et Suzy Chou (au passage, meilleure référence dans une série à l’Histoire sans Fin de tous les temps), je serai pas mécontent. Mais j’y crois pas du tout.

    Et puis bon, j’ai l’air très négatif sur la série, mais la seconde partie de la saison 3, je l’ai grandement appréciée.
    Je regrette juste que comme pour la saison précédente les auteurs aient décidé de séparer le groupe originel alors qu’ils dégagent une vraie alchimie entre eux. Et encore une fois, le final m’a fait beaucoup de bien au niveau personnel, il m’a aidé à me débarrasser d’un poids énorme sur le coeur et rien que pour ça je lui en suis reconnaissant.

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #508799

    Depuis cette semaine (ou la semaine dernière) Cobra Kai saison 1 est visible gratuitement et légalement sur You Tube, et la saison 2 également au rythme d’un nouvel épisode par semaine (seulement pour la s2, ceux de la s1 sont intégralement disponibles dès maintenant).
    Si vous n’avez pas encore découvert ce petit bijou (Karaté Kid trente ans plus tard), laissez-lui sa chance, dès le premier épisode vous serez conquis. Je me suis enfilé les cinq premiers épisodes (sur 10) hier soir et c’est absolument jubilatoire. 😀

    Sous-titres français disponibles ! ^^

    Vu également, la semaine dernière, le premier épisode de Pennyworth et ça s’annonce plutôt bien, très bien même !
    L’ambiance Londres années 50-60 est bien fichue, on est dans un style proche des premiers James Bond (très bonne OST aussi), c’est posé mais les scènes d’action pimentent le tout. Les personnages récurrents sont intéressants à suivre. J’ai déjà une préférence pour Dave boy, d’ailleurs. Et l’acteur qui interprète Alfred, s’il paraît au premier abord juvénile, dégage un certain charme (avec un petit côté David Tennant je trouve), tout comme Thomas Wayne.
    L’aspect rétro participe beaucoup au plaisir de ce premier épisode, c’est captivant (une organisation secrète qui a Thomas Wayne dans le collimateur, et ce dernier ainsi qu’Alfred ont des liens avec leurs gouvernements respectifs), l’écriture de Bruno Heller fait de l’excellent taf, les dialogues sont réussis, c’est drôle de temps en temps (très british comme humour, la dernière scène avec les parents d’Alfred est tordante), et l’atmosphère de série d’espionnage est parfaitement rendue. Et comme pour Gotham, le travail artistique (costumes, décors, ambiance) ainsi que la mise en scène et la photographie sont admirables.
    Un gros OUI pour moi, j’espère que la suite sera du même niveau. 😀

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #508965

    J’en suis à cinq épisodes de Pennyworth et je confirme, très très bonne came ! J’avais de bons a priori, mais honnêtement je ne pensais pas que ce serait aussi bon.
    Chacun de ces épisodes a été écrit par Bruno Heller lui-même et c’est une écriture terriblement efficace. Tous les personnages, même les salauds, et bon sang y en a un paquet, sont diablement attachants, à l’image de Bet Sykes (interprétée par Paloma Faith, si Jack Bannon a des airs de David Tennant elle ressemble beaucoup à Billie Piper), qui s’impose lentement mais sûrement dans la série comme un perso incontournable.

    Durant les années 60, sous fond de lutte entre deux factions extrêmistes (droite et gauche), la société de la corneille et la ligue des sans-nom, qui embrasent l’Angleterre dans une guerre civile au sein de laquelle s’immisce le gouvernement américain avec la CIA, on suit l’histoire du jeune Alfred Pennyworth, ancien combattant des SAS qui créé sa propre compagnie de sécurité avec ses deux frères d’arme Bazza et Daveboy. Il fera la rencontre de Thomas Wayne puis de Martha Kane, tous deux au service de la CIA en mission secrète à Londres, qui monnaiyeront ses services, en tant que garde du corps, et plus si affinité.
    Chaque épisode dépasse les cinquante minutes, mais elles passent aussi vite qu’un épisode de Cobra Kai. Il est très difficile de ne pas s’attacher à ce grand éventail de personnalités hautes en couleurs et jamais prévisibles (Daveboy, Bet, Alfie aussi, ses parents, Martha, et la liste s’allonge à chaque épisode).

    Esthétiquement aussi, c’est superbe. La société londonienne des années 60 est aussi réaliste que fictive : les rues londoniennes sont pleines de carcans remplissant leur office, tandis que les cabarets sont pleins de danseuses affriolantes en “tenue légère” qui se trémoussent sur des chansons modernes (remaniées), le contraste est aussi saisissant que captivant ! Le tout fait irrémédiablement penser à la Gotham de la série éponyme du même Bruno Heller, tout aussi intemporelle.
    Attention toutefois, les esprits sensibles sont prévenus, beaucoup de sévices corporels, de torture, de têtes plombées de grosses cartouches à courte portée, de mutilation, etc… Si les personnages ont tendance à s’exprimer dans un langage soutenu très british (hormis deux-trois exceptions, hein Daveboy ! 😆 ), le décalage avec leurs actes est d’autant plus saisissant !

    Un très bon cru, les réticents au “name dropping” de Gotham n’auront pas beaucoup d’occasion de se plaindre, Pennyworth repose essentiellement sur son héros proto-majordome. Certes on y rencontre les deux parents de Bruce, mais rien d’illogique. C’est une série qui se suffit à elle-même, qui se construit son propre univers et qui le fait foutrement bien. Encore une fois l’écriture de Bruno Heller fait des merveilles.

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #509036

    Purée *______*

    Spoiler

    Badger, Skinny Pete ! 😀

    [collapse]
    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #509101

    La chaîne Syfy va diffuser à partir du 15 octobre et en VF la série Doom Patrol !
    Si vous ne l’avez pas encore vue, ne passez pas à côté de cette occasion de voir la meilleure série de super-héros de tous les temps, une pépite ! 😀

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #509148

    Brandon Routh en Superman version Kingdom Come dans le crossover Crisis on Infinite Earths de la DCCW :

    Je suis complètement ébaubi. Le costume est beau et l’acteur rentre parfaitement dans le personnage ! 😀

    En passant, Erica Durance et Tom Welling seront de la partie, c’est officiel. Bien que je ne sois pas le plus grand fan de Smallville, j’avoue que ça me fait tout de même plaisir de les revoir ! En revanche, Michael Rosenbaum a décliné l’offre, parce que personne n’a voulu lui dire ce qu’il ferait dans le crossover. Je comprends tout-à-fait son point de vue.

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #509275

    Arrivé au dixième et dernier épisode de ce que j’espère n’être que la première saison d’une série qui continuera encore quelques années !
    Pennyworth m’aura impressionné jusqu’au-bout, par son écriture, sa mise en scène et surtout par TOUS ses personnages, jusqu’à la reine !
    Je ne vais pas plus en rajouter, en terme de séries tv, 2019 écrase complètement 2018 à mes yeux. Doom Patrol, Cobra Kai, Swamp Thing, the Orville, et maintenant Pennyworth

    Et ce générique ! *____*

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #509501

    Vu El Camino.

    Suite directe du dernier épisode de Breaking Bad, le film met au premier plan le voyage final de Jesse Pinkman, échappant aux forces de l’ordre et renouant avec ses anciennes connaissances, les bonnes comme les mauvaises, l’occasion aussi pour lui de se souvenir. Mais avant tout, il met tout en oeuvre pour se rapprocher de son sanctuaire, et ça ne se fera pas sans difficultés.

    Loin de faire du fan-service, Vince Gilligan reste fidèle à son style et son leitmotiv, la cohérence et le sujet avant tout. Les “caméos” et les flashback servent toujours l’histoire, ils ont tous une fonction, ils servent l’avancée du scénario et le but de Jesse. Donc, ne vous attendez pas à revoir tous les perso mémorables des 5 saisons de la série, ceux qui apparaissent ici sont justifiés par le récit.
    Cela étant dit, ça reste malgré tout un film pour les fans de l’univers développé par Gilligan depuis 2008, un énorme “Merci” qui ne parlera pas à ceux qui n’ont jamais vu la série. Pas de résumé, pas de remise en contexte, à peine 5 secondes d’images du dernier épisode, et uniquement consacrées à Jesse. Bref, un film pour les fans de Breaking Bad, oui, mais surtout un film qui se respecte et respecte ses fans.

    C’est un immense plaisir de retrouver Jesse et tout le cast réuni ici ainsi que de découvrir de nouveaux personnages, des perso qui ne détonnent pas une seule seconde avec les habituels. On se dit même que si Gilligan voulait faire une véritable suite à BB, il aurait déjà de quoi faire. Ce type a un vrai don pour créer à chaque fois des personnages mémorables, à un point tel qu’à les voir prendre vie dans ses oeuvres on se dit que ça doit être facile pour lui. Par exemple, rien que le concierge de l’immeuble où vivait Todd, en l’espace de quelques séquences, de quelques répliques, on a l’impression qu’il était là depuis le début de la série !
    Jesse retrouve également des gens qui ne sont jamais apparus dans la série, mais qu’il a pourtant connus au cours de celle-ci, et c’est pareil, on n’a aucun mal à le croire, on en vient même à se demander s’ils n’y étaient pas effectivement présents.

    Une écriture soignée, des acteurs convaincants, tout va bien. Ou presque. Je suis sûr que Gilligan a grincé des dents quand il a vu que Jesse Plemons, l’acteur qui interprète Todd, avait pris un sacré embonpoint depuis la fin de BB, et malheureusement ce sont les risques du métier quand on tourne une suite directe quelques années après. La cohérence en prend un coup, mais bon, dans Better Call Saul ce bon vieux Mike fait plus vieux que dans BB…
    La réalisation est impeccable, la photo est superbe, quelques cadrages sortent du lot (notamment la scène de fouille dans l’appart de Todd), mais j’ai tout de même trouvé le réalisateur un peu trop sage sur l’ensemble des deux heures. Je reverrai le film de toute façon, j’aurai peut-être un avis différent alors. Mais connaissant les capacités du bonhomme, j’en attendais plus. Cela dit ça reste du très bon niveau, on garde tout de même de superbes panoramas et niveau FX, même si le film n’en fait pas des caisses (et n’en a de toute façon pas grande utilité), il nous livre une excellente scène de gunfight et une pratain d’explosion spectaculaire dans son troisième acte.

    Et puis des scènes de dialogue absolument merveilleuses, des moments émouvants, d’autres déchirants, une conclusion magnifique qui transpire tout l’amour que porte Gilligan envers ses personnages et les acteurs qui les ont fait vivre, une conclusion méritée à l’arc de Jesse, un épilogue qui ne détruit en rien la mythologie d’une série déjà mythique. J’ai pas vu passer les deux heures, c’était une leçon de narration grisante et exemplaire. J’adore, je suis définitivement un fan inconditionnel de Vince Gilligan.

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #510123

    Fin de la saison 2 de Cobra Kai et je reste fan de cette série. 😀
    Il y a eu beaucoup de bonnes choses, notamment le retour de John Kreese, l’ancien sensei de Cobra Kai et l’introduction de Tory, nouvelle élève parmi d’autres du dojo de Johnny Lawrence. Cependant j’ai eu une petite frayeur en cours de saison.

    La série a commencé à tourner à la comédie romantique, autant avec les adolescents qu’avec les adultes, et j’avais peur qu’elle perde son identité pour aller vers la facilité. Pareil pour l’utilisation de John Kreese. On devine facilement que sa présence incarne les craintes de Johnny de voir ses élèves adopter le point de vue de Kreese et l’extrémisme de son slogan (“No Mercy”), tout en continuant d’aborder le thème de la rédemption cher à la série en acceptant de l’accueillir dans son dojo, pensant qu’il avait changé avec le poids des années. Tout cela était vachement bien ficelé, mais avec seulement dix épisodes d’une demi-heure par saison il fallait inévitablement accélérer les choses, et je trouve que cette intrigue et sa résolution sont allées trop vite, au point de me dire que l’apparition de Kreese n’était finalement pas très justifiée et légitime. Mais c’était avant de voir le dernier épisode !

    Bref, comédie romantique et fan service pas forcément nécessaire. Mais en fait j’aurais tout aussi bien pu me dire à moi-même

    Spoiler
    [collapse]

    Parce que l’aspect comédie romantique apporte l’évolution des personnages principaux et les amène au final de saison (j’y reviens dans un instant), ce qui justifie pleinement tout ce qui s’est passé précédemment. Et c’est pareil pour Kreese et tout le fan service de la saison, en particulier l’épisode 6 (Take a Right), dans lequel Johnny retrouve ses potes d’enfance et passe une journée intense avec eux, jusqu’aux derniers moments avec l’un d’entre eux, Tommy, atteint par une maladie en phase terminale (et depuis, l’acteur qui l’interprétait, Rob Garrison est mort d’une maladie des reins et du foie).

    L’épisode final vient consolider tout ce qu’on pouvait considérer comme les errances d’une saison qui semblait tourner en roue libre une fois la confrontation morale et physique entre Johnny et Daniel digérée (mais pas totalement disparue) au cours de celle-ci. Le combat général dans le lycée catalyse les rancœurs des anciens camarades, et son final tragique réveille les frayeurs des adultes, jusqu’au retour de Kreese, qui ressort de ce chaos renforcé et vainqueur alors qu’on ne l’attendait plus. Johnny est dévasté et bon sang de bonsoir, c’est à ce moment qu’on se rend compte que tout cela était finalement rudement bien maîtrisé.
    Je maintiens ce que je disais, c’est du niveau d’un Breaking Bad côté traitement des personnages. Un bijou.

    Et ce combat dans le lycée, qui se permet même un joli plan séquence efficace, une cerise sur le gâteau.
    Avec une BO qui déchire !

    Edith :
    Et j’ai trouvé une vidéo de cette longue séquence de baston sans les dernières scènes, pour toi qui veut un aperçu sans sépaleurs.

    Sotelo
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Sotelo le #510292

    Petite critique de la fameuse série Chernobyl, dont on parle beaucoup cette année.

    L’histoire on la connaît tous, celle de la pire catastrophe engendrée par la main d’êtres humains, racontée de manière quasi-documentaire, au plus près des personnes qui se sont sacrifiées pour contenir le fléau. Valeri Legassov (Jared Harris) est un expert que le gouvernement soviétique envoie sur place pour endiguer le désastre, mais la tâche semble impossible.

    Superbe série. Seulement 5 épisodes (relativement longs néanmoins), mais quelle intensité. Le drame est reproduit avec une précision et un réalisme glaçant. La série ne nous épargne rien en insistant sur le nombre de vies détruites par la catastrophe, que ce soit les techniciens de la centrale, les habitants du coin ou encore les forces de secours envoyées sur place. Je tiens à saluer la qualité des effets spéciaux et notamment les maquillages, les visions de personnages irradiés se révélant particulièrement effrayantes. On souffre ainsi réellement pour ces personnages qu’on envoie à une mort certaine, en plein coeur de la zone la plus radioactive au monde, et c’est vraiment poignant.

    Mais Chernobyl n’en oublie pas moins la dimension politique du désastre, en dépeignant les circonstances du drame mais aussi les mesures consternantes prises par le gouvernement soviétique les jours qui ont suivis. Les Russes grincent d’ailleurs des dents avec la série, lui reprochant de trop insister sur la responsabilité du gouvernement de l’époque.

    Visuellement, aucun artifice, l’image est froide, l’ambiance sombre et désespérée, et la musique discrète mais incroyablement pesante. On sent vraiment qu’on est dans une approche documentaire visant le plus grand réalisme possible. Mention spéciale aux comédiens, tous excellents (Jared Harris et Stellan Skarsgard plus particulièrement).

    En tous les cas, Chernobyl remplit aisément son office, celui de saisir complètement d’effroi le téléspectateur, tout en lui permettant une réflexion profonde sur l’ampleur de ce qui s’est passé en 1986 et à quel point nous ne sommes pas du tout à l’abri de voir un tel drame se reproduire. Une grande série, qui mérite amplement son succès.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 10 mois et 1 semaine par Sotelo Sotelo.
20 sujets de 1,361 à 1,380 (sur un total de 1,387)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Members Currently Active: 1
Mauser91
Membres en ligne pendant les dernières 24 heures : 6
Mauser91, veggie11, Xanatos, Lord-Yupa, dekamaster2, Cami-sama
Keymaster | Moderator | Participant | Spectator | Blocked
Additional Forum Statistics
Threads: 10, Posts: 165, Members: 47
Welcome to our newest member, Anne
Most users ever online was 8 on 6 June 2016 17 h 13 min