Gô Nagai, l'Enfant Maudit du Manga

20 sujets de 41 à 60 (sur un total de 66)

Posté dans : Manga & BD

  • Veggie11
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Veggie11 le #396726

    Mazinger Z et Great Mazinger sont désormais sortis chez Black Box ! L’un de mes amis en a profité, après comparaison, pour expliquer sur un forum quelles parties restent manquantes dans la version Black Box, vu que cette dernière mélange plusieurs éditions : Pages oubliees de l’edition black box de mazinger z et GM

    Ces détails sont intéressants, notamment parce qu’il fait allusion à plusieurs reprises aux modifications de Nagai dans son dessin par rapport aux personnages. En effet, la version Black Box est un condensé de plusieurs éditions prépubliées et/ou reliées parues au fil des années.

    Cyril
    Participant
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    Cyril le #396738

    Apparemment, c’est une contrainte imposée par l’auteur.

    J’en profite pour mettre ma critique de Mazinger et Shin Mazinger, déjà postée sur d’autres forums :

    Avant de commencer ma critique, je précise qu’il y aura des comparaisons, et donc des spoils, avec le manga d’Ota sur Goldorak (ce qui n’est pas trop dramatique vu la mauvaise qualité de l’oeuvre) et surtout avec l’excellente série animée, Shin Mazinger Z, sortie cette année par Kaze (et là, ça serait vraiment dommage de se gâcher certaines surprises pour ceux qui veulent la voir).

    L’histoire : Kôji Kabuto est un lycéen orphelin qui vit avec son petit frère, Shiro, et son grand-père, le génial Juzo Kabuto. Quand une armée de kikaijûs (des monstres mécaniques) attaque le Japon, celui-ci confie à son petit-fils le pilotage de Mazinger Z, un robot géant qui lui permettra de devenir un dieu protégeant le monde ou un démon capable de le détruire.

    Mazinger Z est un bon shônen : Kôji est un héros au sang chaud, surmotivé et prêt à risquer sa vie pour sauver le monde. Il forme un bon couple avec Sayaka et, même s’il est un peu tourmenté par ses hormones (mais pas plus que les autres héros de shônen et même plutôt moins que sa petite amie), on est loin du pervers obsédé sexuel que l’on retrouve dans le médiocre Grendizer d’Ota.

    L’intrigue n’est pas très originale, avec une succession d’adversaires qui s’attaquent au laboratoire photon et que Mazinger doit éliminer. Elle est un peu décousue, notamment à partir du volume 5, puisque la fin n’a été dessinée par Nagaï que tardivement et que des chapitres plus indépendants s’intercalent dans l’histoire globale, un peu à la façon de Devilman. Black Box précise aussi sur son Facebook qu’on n’a pas tous les chapitres. Ca n’empêche cependant pas de prendre du plaisir à la lecture.

    Je dois dire que je préfère quand même le dessin animé récent, qui a pour lui des Seiyus qui lui apportaient un punch énorme, avec une mention spéciale pour le baron Ashura et le narrateur. Il a aussi une intrigue bien plus complexe et mieux connectée avec Shin Mazinger là où le manga, par exemple, ne traite pas des relations entre la famille Kabuto et le Dr Hell ni du passé du baron Ashura. Si Brooken est aussi présent, le vicomte Pigman n’apparaît que dans un chapitre. En revanche, le manga est plus fort sur le côté “tranche de vie” grâce à ses chapitres indépendants qui mettent en valeur le couple Koji-Sayaka ou le côté comique de Boss. L’humour est également régulièrement présent, avec aussi quelques tranches de fanservice plutôt amusantes.

    Le manga n’est pas plus gore que ça, même s’il y a quelques passages assez violents : on le voit notamment à la fin du volume 4 avec un ennemi qui combat un peu de la même façon que Barendos à la fin du Goldorak de Nagaï mais de façon bien moins sadique.

    Les personnages sont réussis, même si très clichés (mais ils sont aussi devenus des clichés suite aux mangas de Nagaï) : Sayaka se bat mais ne sert au final pas à grand chose avec les seins de son robot qui lancent des missiles. Chez les méchants, Ashura bénéficie du charisme acquis dans Shin Mazinger mais, même sans ça, est un personnage intéressant en raison de sa détermination et de son physique pour le moins atypique. J’aime bien la façon dont Go Nagaï le met en valeur, alternant entre les deux moitiés de son visage (ou de son corps, avec une scène de douche vraiment zarb). Brooken est assez marrant également.

    Avec Tetsuya et Jun, Great Mazinger prend des personnages un peu plus âgés mais qui, au final, ressemblent beaucoup à Koji et à Sayaka, Boss restant pour le côté comique. Le titre apparaît donc surtout comme un remake de Mazinger mais il n’est pas pour autant désagréable à lire et il a le mérite d’apporter une conclusion à toute l’histoire, en faisant le lien entre Mykènes et le Dr Hell.

    Au final, encore une bonne lecture, vraiment divertissante et une édition plutôt réussie, avec notamment des pages couleurs pour conclure la saga dans le dernier volume.

    Veggie11
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Veggie11 le #396795

    Gosaku Ôta n’a pas aimé travailler sur Goldorak, ce que je peux comprendre vu que l’oeuvre de Nagai n’est déjà pas très motivée (3 bons chapitres avant de laisser la suite à un assistant). Par contre il a adoré travailler sur Mazinger Z et pour avoir vu ce que vaut sa version, je la trouve même meilleure à certains moments que celle de Nagai.

    Mais vu que Black Box préfère se concentrer sur Nagai uniquement, on aura sans doute jamais cette version Ôta. Je ne serai pas contre du Getter Robo, mais à condition que Black Box mette en avant qu’il ne s’agit pas d’une création de Nagai à l’origine.

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #403070

    Nouveau financement participatif de Black Box pour des oeuvres de Gô Nagai ! A ce stade, on risque de voir arriver en France toute l’oeuvre du maître ! 😀
    Bon, il ne reste qu’à espérer que l’éditeur ne s’enlise pas dans ses problèmes internes actuels, et ne perde pas la confiance des libraires avec certains changements qu’il souhaite opérer dans leurs relations (les plus directes du milieu).
    Toujours est-il que si le financement participatif atteint ses objectifs, on aura en France trois tomes de Kekkô Kamen et six de Harenchi Gakuen, deux de ses oeuvres les plus friponnes ! 😀


    http://www.manga-news.com/index.php/actus/2016/07/26/Nouveau-financement-participatif-autour-de-Go-Nagai

    "With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
    Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #413879

    Je me suis fait les vingt-six épisodes de la série Shin Mazinger Edition Z The Impact!, et c’était un véritable bonheur !

    La série adapte le manga mais s’en détache tout autant pour livrer une superbe variation, qui non seulement fait honneur au titre de Gô Nagai, mais le surpasse allègrement !
    Mais avant d’en parler, un pitit détour par le superbe premier OP performé par le groupe du grand Hironobu Kageyama, JAM, toujours en forme ! Il est d’ailleurs également crédité sur le second OP tout aussi bon (même si je garde une préférence pour Kanjite Knight).

    Donc, l’histoire confronte toujours Koji Kabuto et son Mazinger Z face au Docteur Hell suite à la mort de son grand-père. Dans les grandes lignes, c’est à peu près la même histoire, mais c’est dans les détails et le développement des personnages que le tout prend une autre dimension.
    Ainsi, l’un des gros changements se situe dans le fait que la base du Mazinger ne se situe plus au laboratoire de recherches photoniques du père de Sayaka, bien qu’il soit toujours présent, mais à l’auberge Kurogane, tenue par Tsubasa Nishikiori, une patronne qui sous des dehors très durs cache un comportement encore plus dur, une vraie badass dans le style Gô Nagai !
    Elle est un personnage majeur dans la série, et beaucoup de révélations passeront par elle.
    Elle gère son auberge avec un groupe d’individus tout aussi peu recommandables qu’elle, mais qui sauront en remontrer au Baron Ashura et ses sbires à plusieurs reprises. Ils constituent le dernier rempart de la ville, dont j’ai oublié le nom, mais peu importe !
    Au-delà de ça, et d’un bon paquet de personnages originaux (par exemple Zeus, personnage important pour les origines de Mazinger), on retrouve aussi le cast principal du manga, mais même parmi les habituels, cette adaptation se permet de revoir la copie pour proposer quelque chose de bien plus passionnant. Le Baron Ashura est à ce sujet un des personnages les plus intéressants à suivre, si ce n’est le plus intéressant !
    En dire trop sur les perso, ce serait gâcher le plaisir de la découverte, il faut juste savoir que vous pouvez être surpris à tout moment, même quand vous croyez être en terrain connu !

    La réalisation est de très haute qualité, et la mise en scène extrêmement dynamique ! De plus, l’oeuvre se permet de multiples références à d’autres oeuvres de l’auteur (Harenchi Gakuen, Devilman, Great Mazinger Grendizer…), et mieux, elle lie Mazinger à ses deux héritiers de fort belle manière, se permettant même de faire un clin d’oeil au manga Grendizer de Gosaku Ôta, à travers le personnage de Hadès, ce qui pourrait donner lieu à des suites centrées sur Great Mazinger, puis Grendizer, qui resteraient cohérentes avec cette série !

    Pas de VF malheureusement, mais c’est bien le seul défaut de la série ! Cette nouvelle version du super-héros en super-alliage Z a parfaitement su passer le cap des années et des nombreuses copies de l’oeuvre de Nagai réalisées depuis, en créant cette nouvelle identité. C’est une oeuvre qui ne doit rien à personne, sauf à son auteur, dont elle préserve l’esprit tout en l’adaptant à son époque ! Du grand art ! A voir absolument !

    "With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
    Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #416490

    Il semble en effet que Shin Mazinger Z vaille le détour, et un ami japonais me l’a confirmé cet été ! Pour l’anecdote, cet ami est un ex-boxeur de lignée yakuza (sa grand-mère “possédait” 200 katana à distribuer à sa bande !), il tient 3 magasins de “vintage” et fringues de seconde main, et il a acheté un immeuble de 6 étages au sommet du Mont Rokko, au-dessus de Kôbe. Il adore les chats, recueille les chatons, et leur a donc consacré un étage entier à 6 pièces de sa nouvelle demeure ; il place les chats dans des familles au fur et à mesure (la protection animale, celle de l’enfance malheureuse en Afrique et l’anti-nucléaire sont les 3 grands “activismes” en pointe au Japon, mais ça se passe sans violences aucunes). Enfin, c’est un fan de manga de Gô Nagai, et aussi des groupes d’Idolu tellement insultées par une andouille de rédactrice d’AL qui n’y connaît rien du tout. C’est lui qui m’a appris ce que je sais de “Mazinger”, et c’est peu par rapport à Feanor !

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #416522

    Je confirme ce que ton ami a dit, c’est une oeuvre à voir absolument ! ^^
    D’ailleurs, le fait que ton ami soit de lignée yakuza a peut-être joué dans le plaisir qu’il a eu à voir cette série ! Parce que l’auberge Kurogane fait beaucoup penser à une organisation de yakuza ! Cela dit, même les flics dans cette série ressemblent à des yakuza ! 😆

    "With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
    Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #469466

    Je viens de terminer le troisième tome de Harenchi Gakuen, sorti chez nous sous le titre de l’Ecole Impudique !

    C’est la fin du premier cycle, semble-t-il, puisqu’il s’agit d’une série en six tomes, mais pour le moment, Black Box n’a sorti que les trois premiers volumes.
    Alors, effectivement, c’est très grivois, mais ça reste également très gentillet dans la représentation érotique, hein. De toute façon, ce n’est pas le but du manga de faire de l’érotique. A ce sujet, Cutey Honey est bien plus osé.
    M’enfin, là, il s’agit visiblement pour Gô Nagai de se lâcher après les frustrations causées par son précédent éditeur qui l’empêchait de s’exprimer de la façon dont il le souhaitait, avec filles dénudées et situations moralement répréhensibles.
    L’histoire est assez simple à résumer : On suit le quotidien des élèves d’une école assez spéciale. Les profs sont frustrés et ressemblent à des hommes des cavernes, des samurai, voire des yôkai. Les élèves n’ont pas l’intention de suivre les règles scolaires habituelles et les prof pensent plus à la fin de la journée qu’à enseigner quoi que ce soit ! Rajoutez à ça qu’il s’agit d’une école publique et que les prof tentent de se débarrasser de leurs élèves pour passer au statut d’école privée et toucher des sousous des parents d’élèves, et ça vous donne l’ambiance générale !
    Les deux premiers volumes se situent dans cette ambiance. C’est très sympa à lire, et malgré l’épaisseur des livres, ça se lit vite. On suit surtout Yasohachi, fils de bouchers et véritable leader de l’école côté élèves, les encourageant à ne pas obéir et même à martyriser les professeurs. Et le reste du temps, il cherche à draguer la charmante Jubei, descendante d’une lignée de ninja pas insensible à ses charmes, mais pas au point de se laisser déshabiller.
    Côté professeurs, on garde surtout en tête Gozilla à Barbe, homme des cavernes au comportement très sado-maso, surtout maso, issu d’une tribu où les femmes sont très sexy mais ont un comportement très viril, et les hommes sont très virils (Gozilla à Barbe est né avec la barbe) mais ont un comportement (et même un prénom) très féminin !
    Harcelé très jeune par les femmes de sa tribu, puis manipulé à l’adolescence par son premier amour, il voue depuis une haine pour la gente féminine et cherche par tous les moyens à se venger en les humiliant à son tour.

    Et puis on arrive à la moitié du troisième volume, et là Gô Nagai passe à la vitesse supérieure ! Il y avait déjà un certain niveau de violence dans les deux premiers volumes, mais ça restait gentillet. Là, c’est carrément Devilman, voire Violence Jack ! O_o

    Spoiler

    Le ministère de l’éducation découvre le quotidien de l’école impudique et décide d’agir pour préserver la morale. Mais bien ! C’est-à-dire guerre civile, bombardement de la ville en représailles, et tir à vue ! C’est du grand-guignol, et ça va jusqu’au bout du truc ! C’est-à-dire que même les CP et CE1 y passent ! Et c’est l’instit qui les encourage à aller sur le champ de bataille, sinon “ce ne sont pas des gentils enfants !”
    Les parents de Yasohachi font le tour du champ de bataille la nuit pour ramasser des cadavres,
    parce que “ça fait de la viande de porc gratuite” pour leur boucherie. Sauf que Yasohachi est de garde dans les tranchées de l’école, et qu’il aperçoit deux silhouettes se baladant au loin ! Bang Bang ! Et j’en passe !

    [collapse]

    C’est-à-dire que là, Gô Nagai, encore tôt dans sa carrière à ce stade, se lâche à fond les ballons et imprime déjà son style unique !
    Il est très possible que ça ne parle pas à tout le monde, mais si on est fan du maître, on y trouvera sans problème son plaisir coupable ! Il y a du sous-texte, peut-être, sûrement, dans ce titre, Nagai touchant à l’Eros et au Thanatos mieux que quiconque à son époque dans le manga, et il est clair qu’il cherche à provoquer les associations des bonnes moeurs. Est-ce de bon goût ? Non, c’est encore une fois très grivois, sans retenue, très grinçant parfois ! En tout cas, c’est à découvrir ! 😀

    "With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
    Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

    Geoff34
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    geoff34 le #470871

    Le film Mazinger Z sortira en France en Décembre.

    https://i11.servimg.com/u/f11/18/88/32/44/film10.jpg

    Geoff34
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    geoff34 le #489988

    Trailer de Cutey Honey Universe, prévue pour 2018

    J-Wicky
    Participant
    • Offline
      • Padawan
      • ★★
    J-Wicky le #491430

    Salut les kids. Je suis Jérôme Wicky. Ceci est mon premier post sur ce forum (dans sa version actuelle — je me suis jadis exprimé sur l’ancienne version). Dans le civil, je suis traducteur de comics, mais je suis aussi l’auteur du livre Gô Nagai, Mangaka de légende, sorti aux éditions Fantask en juillet dernier. J’ai deux choses à vous dire à ce sujet :

    1) Courez vite l’acheter.

    2) Je passerai ici de temps à autres pour vous informer d’éventuelles actualités autour de ce livre (dédicaces, conférences, etc.)

    A +, les kids.  Et bon Gô Nagai à tous.

     

    Cyril
    Participant
    • Offline
      • Habitué
      • ★★★
    Cyril le #491432

    Je l’ai acheté et c’était vraiment un excellent bouquin, très riche sur la vie et l’oeuvre de Go Nagaï. C’est juste dommage qu’il n’y ait pas eu la possibilité d’illustrer les propos par quelques cases des mangas.

    Feanor-Curufinwe
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Feanor-Curufinwe le #491450

    Le même Jérôme Wicky qui oeuvre chez Urban Comics ? Heureux de savoir que tu es aussi un fan de Gô Nagai ! 😀
    C’est hors-sujet, mais félicitation pour ton boulot chez Urban ! Je jetterai un coup d’oeil à ton livre sur Gô Nagai dès que possible ! ^^

    "With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
    Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #491452

    Salut les kids. Je suis Jérôme Wicky. Ceci est mon premier post sur ce forum (dans sa version actuelle — je me suis jadis exprimé sur l’ancienne version). Dans le civil, je suis traducteur de comics, mais je suis aussi l’auteur du livre Gô Nagai, Mangaka de légende, sorti aux éditions Fantask en juillet dernier. J’ai deux choses à vous dire à ce sujet :

    1) Courez vite l’acheter.

    2) Je passerai ici de temps à autres pour vous informer d’éventuelles actualités autour de ce livre (dédicaces, conférences, etc.)

    A +, les kids. Et bon Gô Nagai à tous.

    Intéressant ! et bienvenue J-Wicky, j’espère des renseignements de ta part, en attendant de lire ton livre dans quelque temps (j’ai 4 bouquins à finir avant). Déjà celui-ci : connais-tu le one-shot de Go Nagai “Sharaku”, édité au Japon par Morning KC mais jamais chez nous ? Je le trouve excellent.

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #491453

    Simple doublon ! Voir message précédent, ne faites pas attention.

    J-Wicky
    Participant
    • Offline
      • Padawan
      • ★★
    J-Wicky le #491503

    Euh… C’est normal que les messages disparaissent après qu’on ait essayé de les éditer ?

    J-Wicky
    Participant
    • Offline
      • Padawan
      • ★★
    J-Wicky le #491504

    Bon, je réessaie de poster ce message qui a disparu dans les limbes :

    Je l’ai acheté et c’était vraiment un excellent bouquin, très riche sur la vie et l’oeuvre de Go Nagaï. C’est juste dommage qu’il n’y ait pas eu la possibilité d’illustrer les propos par quelques cases des mangas.

    J’en suis navré aussi, mais ajouter des illustrations aurait pu compliquer les choses. Il ne reste plus qu’à espérer que les mangas inédits de Nagai évoqués dans le livre finissent par nous parvenir.

    Le même Jérôme Wicky qui oeuvre chez Urban Comics ? Heureux de savoir que tu es aussi un fan de Gô Nagai ! ? C’est hors-sujet, mais félicitation pour ton boulot chez Urban ! Je jetterai un coup d’oeil à ton livre sur Gô Nagai dès que possible ! ^^

     

    Merci !

    Déjà celui-ci : connais-tu le one-shot de Go Nagai “Sharaku”, édité au Japon par Morning KC mais jamais chez nous ? Je le trouve excellent.

     

    Hormis la couverture, je ne le connais pas, hélas. Nagai a créé tellement de one-shots qu’on passe forcément à côté de certaines choses, surtout depuis la France.

    Xanatos
    Participant
    • Offline
      • Grand maitre
      • ★★★★★
    Xanatos le #491515

    Salut J-Wicky, bienvenue sur cette nouvelle version du forum ! 🙂

    Tout d’abord, je tiens encore à te féliciter pour ton superbe dossier dédié à Batman the Animated Series dans le numéro 18/19 de Animeland qui était très complet et demeure encore aujourd’hui une véritable référence. 🙂

    Et à l’instar de Feanor, je trouve que tu accomplis un travail admirable chez Urban, tes traductions françaises sont excellentes et demeurent un modèle du genre. 🙂

    Je n’ai pas encore lu ton livre Go Nagai mangaka de légende mais je tâcherai de le découvrir au plus vite ! Et la critique très positive de Cyril me donne fortement envie de le lire !

     

    Quant au bug du message qui est supprimé quand on l’édite, cela fait 8 mois qu’on l’a signalé à l’équipe de Animeland (et à plusieurs reprises !) et il n’a toujours pas été résolu à ce jour… 🙁

    J’aurai deux conseils à te donner avant d’éditer tes messages la prochaine fois: soit tu les copies et tu les colles dans un autre document sur ton ordi, soit tu attends environ 20 minutes avant de le faire. Mais la sauvegarde au préalable est fortement recommandée.

    Lord-Yupa
    Participant
    • Offline
      • Ancien
      • ★★★★
    Lord Yupa le #491540

    Oui, J-Wicky, attention aussi au message qui s’affiche en double, ce qui m’arrive souvent !
    J’ai cru constater que si je poste tout de suite, pas de problème, mais si avant de poster je reviens après un petit temps pour un ajout, ce qui est bien mon genre, PAF ! mon message apparaît en double !

    Sharaku, non traduit, j’y reviens un peu, seul Feanor se souvient sans doute de mon premier résumé (je le remercie d’en avoir été frappé), dont je n’ai remis qu’un condensé en première page de ce topic (en revanche j’ai bien détaillé Abashiri Ikkai, un monument de Gô Nagai au Japon mais qui restera inconnu à jamais ici).

    En fait “Sharaku” est le nom très célèbre dans l’histoire de l’art japonais d’un créateur d’estampes tout à fait mystérieux qui produisit, pendant une seule année (1794/95) de surprenants dessins d’acteurs de kabuki grimaçants ou étonnamment caricaturés, puis disparut totalement de la circulation, venu d’on ne sait d’où. Il existe un film live long métrage japonais qui tente d’éclairer l’individu, mais je n’ai jamais pu le retrouver après l’avoir vu. Je ne suis pas étonné que Gô Nagai ait repris le nom de ce déjanté pour son héroïne.

    Sharaku le manga one-shot semble en effet sans lien direct, mais…
    Ici Sharaku est le pseudonyme d’auteur d’articles et de couvertures de journaux à sensations pris par une jeune fille à cheveux courts, d’origine princière Meiji en réalité, qui développe vers 1885 / 1890 la presse à sensation du Japon “modernisé”. Cette presse eut un grand rôle, adaptant avec la vitesse réactive incroyable des Japonais les premiers énormes succès de la presse de Pulitzer aux USA au même moment (ce ne fut le cas en France qu’un peu plus tard, en quelque sorte “grâce” à l’affaire Dreyfus). La jeune fille à cheveux courts, costume de Tintin à casquette de golf, au corps parfait et bonnes aptitudes de combat selon les goûts de Gô Nagai, se livre à des enquêtes sur des affaires horrifiques que le journal tient tout de même à vérifier avant de lancer sa page de couverture bien glauque et sanglante. Elle y prend de sérieux risques parfois !! mais à chacune enquête-chapitre, elle démontre que la rumeur de base était grotesque et que le drame humain était bien différent (souvent bien plus “féministe” en réalité). Du coup à chaque chapitre la couverture finale du journal, reproduite, est complètement différente du projet initial. J’ai trouvé remarquable cette idée, qui permet aussi à Gô Nagai de s’amuser à imiter les horrifiantes couvertures-chocs de ces journaux. Elles rappellent beaucoup, tous les Japonais le savent, les estampes “d’horreur” du dernier grand peintre d’estampes, Yoshitoshi, actif vers 1880 / 1890. L’héroïne Sharaku est donc attachante, noble, courageuse, au grand coeur. Elle rembarre tous les mecs, et tombe amoureuse d’abord d’un onnagata (acteur qui joue les femmes au théâtre kabuki), mais il n’est pas disponible ! Au final elle découvre le vrai amour complet avec un beau jeune officier de marine… qui hélas meurt juste après dans la guerre navale entre le Japon et la Chine en 1894 / 95. Le manga s’achève donc dans un un certain pathétique. Sharaku a vécu ses jeunes années et connu les larmes…

    J-Wicky
    Participant
    • Offline
      • Padawan
      • ★★
    J-Wicky le #491645

    En fait “Sharaku” est le nom très célèbre dans l’histoire de l’art japonais d’un créateur d’estampes tout à fait mystérieux qui produisit, pendant une seule année (1794/95) de surprenants dessins d’acteurs de kabuki grimaçants ou étonnamment caricaturés, puis disparut totalement de la circulation, venu d’on ne sait d’où. Il existe un film live long métrage japonais qui tente d’éclairer l’individu, mais je n’ai jamais pu le retrouver après l’avoir vu.

    Oui, avec Hiroyuki “Ayato” Sanada. Je l’ai vu aussi, à sa sortie, et plus tard sur une chaîne du groupe TPS, ce qui ne nous rajeunit pas.

    Elles rappellent beaucoup, tous les Japonais le savent, les estampes “d’horreur” du dernier grand peintre d’estampes, Yoshitoshi, actif vers 1880 / 1890.

    Je me demande s’il n’a pas influencé Frank Miller à une certaine époque, lui. Notamment quand il faisait les couvertures de Lone Wolf & Cub.

    L’héroïne Sharaku est donc attachante, noble, courageuse, au grand coeur. Elle rembarre tous les mecs, et tombe amoureuse d’abord d’un onnagata (acteur qui joue les femmes au théâtre kabuki), mais il n’est pas disponible ! Au final elle découvre le vrai amour complet avec un beau jeune officier de marine… qui hélas meurt juste après dans la guerre navale entre le Japon et la Chine en 1894 / 95. Le manga s’achève donc dans un certain pathétique. Sharaku a vécu ses jeunes années et connu les larmes…

    Eh bien vu comme tu le présentes, Sharaku a l’air passionnant et il va falloir que je mette la main dessus tôt ou tard, ne serait-ce que pour étoffer le passage de mon livre sur les héroïnes qui “portent le pantalon” et sur les rapports de Nagai avec la Chine (où sa famille a vécu juste avant sa naissance).

20 sujets de 41 à 60 (sur un total de 66)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Members Currently Active: 0
No users are currently active
Membres en ligne pendant les dernières 24 heures : 8
SOUTHER, dekamaster2, feanor-curufinwe, Lord-Yupa, Xanatos, Cami-sama, geoff34, Mauser91
Keymaster | Moderator | Participant | Spectator | Blocked
Additional Forum Statistics
Threads: 10, Posts: 166, Members: 48
Welcome to our newest member, hdlgmr
Most users ever online was 8 on 6 June 2016 17 h 13 min